Pendant que l’État restreint, les technologies sauvent les fêtes

Une fois n'est pas coutume, ce sont les technologies qui nous aideront à passer des moments « festifs et conviviaux » dans la mesure du possible.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Dollar Gill on Unsplash - https://unsplash.com/photos/mRiTFDY1Ak4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pendant que l’État restreint, les technologies sauvent les fêtes

Publié le 25 décembre 2021
- A +

La perspective des fêtes n’est pas des plus réjouissantes en cette fin d’année 2021.

Toute l’Europe est actuellement en train de serrer à nouveau la vis de l’autoritarisme à l’approche des fêtes : entre confinements partiels, couvre-feux, événements supprimés, les libertés publiques s’usent et ne semblent plus être que de vagues souvenirs de l’année passée, ou de l’année d’avant…

Cependant, et pour tenter d’entretenir une santé mentale la plus saine possible en cette période de folie, il est important de souligner le positif que l’on peut retirer de cette situation.

Évidemment, les fêtes de fin d’année ne se dérouleront pas comme nous avons pu les connaître dans le passé. Non, ça c’était le Monde d’Avant. Ce sera d’autant plus dur pour les familles nombreuses, pour lesquelles c’est parfois une des rares occasions de se réunir et de profiter d’un moment convivial autour d’un bon repas. Nous sommes contraints de changer nos habitudes et de nous adapter. Heureusement, ne dit-on pas que c’est le propre de l’Homme ?

Les technologies pour sauver Noël

Dans le Monde de Maintenant, pour « sauver Noël », ne comptons pas sur l’État qui n’offre comme solutions que des fermetures sans réouvertures à l’horizon, des indemnités et des aides sélectives, et une vision de l’avenir aussi floue que court-termiste.

Une fois n’est pas coutume, ce sont les technologies qui nous aideront à passer des moments « festifs et conviviaux » dans la mesure du possible.

Malgré le Amazon-bashing  extrêmement répandu ces dernières semaines, il faut se rendre à l’évidence : c’est bien grâce à la grande méchante plateforme d’e-commerce qu’au moment où nous écrivons ce billet, de nombreuses familles disposent de cadeaux pour leurs proches sous le sapin.

Même si cette année, les commerces « non-essentiels » sont restés ouverts avant les fêtes, ne laissons pas de côté la réalité : tout le monde n’a pas le temps ni l’envie de se précipiter dans des magasins juste avant les fêtes, de patienter dans une file d’attente devant un magasin, de subir le tracing de la clientèle et la procédure de click & collect, le tout en portant le masque et en respectant les règles de distanciation.

Évidemment, il n’est pas uniquement question d’Amazon, mais de toutes les plateformes de vente en ligne, et également des commerçants locaux qui se sont eux aussi adaptés à la situation en s’ouvrant à de nouveaux services de vente en ligne et de livraison. On ne peut que les encourager dans cette voie, étant donné la difficulté à se relever quand on est, depuis maintenant des mois, maintenu au sol de force.

Bien sûr, on ne se réjouit pas de devoir choisir qui, entre certains membres de sa famille et ses amis, aura l’autorisation d’être présent le jour J. Mais ce dont nous pouvons nous réjouir, c’est que la technologie nous permette aujourd’hui de participer à des événements sans réellement y être présents. Un meeting sur Zoom pour les plus nombreux, un appel FaceTime ou Whatsapp pour l’apéro, un rendez-vous sur Skype à l’heure d’ouvrir les cadeaux, et on en oublierait presque le ridicule de la situation. Parce qu’au fond, ça fera chaud au cœur de se retrouver, peu importe le média choisi.

Pour l’ambiance, si on ne souhaite pas s’en tenir aux bêtisiers habituels ou au Nouvel An avec Arthur, on peut par contre jouir des services de streaming proposés par Spotify ou encore Deezer et de leurs playlists de circonstance pour la musique, ou de Netflix et autres Amazon Prime pour les films de Noël à l’eau de rose.

Pour assurer avec un repas digne des plus grands, même si on doit se priver de restaurants, les cordons bleus auront l’occasion de se tourner vers les colis d’aliments à cuisiner comme proposés par exemple par Hello Fresh, les flemmards de la cuisine pourront se faire livrer par les restaurateurs des alentours qui proposent leurs services.

On pourrait presque croire à un Diner presque parfait. Car même dans ces conditions difficiles, et même si c’est plus facile à dire qu’à vivre, il est possible d’organiser des fêtes presque parfaites. Nos proches nous manquent, la fête nous manque, nos libertés nous manquent, c’est un fait. Mais n’oublions surtout pas que, grâce à l’innovation, à l’adaptation dont nous sommes capables, aux progrès technologiques, tout cela est bien moins difficile à supporter que ça ne l’aurait été il y a une cinquantaine d’années.

N’oublions pas non plus, même si nous sommes capables de nous adapter, nos libertés enfouies dans le passé et le combat à mener pour les retrouver au plus vite.

Passez les meilleures fêtes possibles.

 

Un article publié initialement le 16 décembre 2020 et mis à jour le 24 décembre 2021.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles