Hystérie covidienne : toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort

Couvre-feu obligatoire, collaboration pour dénoncer les dissidents, restrictions toujours plus sévères des déplacements et même reconfinement.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bear by Barry Cruver (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hystérie covidienne : toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fort

Publié le 8 novembre 2020
- A +

Par Sabine Lula.

Couvre-feu obligatoire, collaboration pour dénoncer les dissidents, restrictions toujours plus sévères des déplacements et même reconfinement, tout est mis en œuvre pour criminaliser encore davantage le citoyen honnête et le rendre responsable des difficultés du pays en ce temps de crise sanitaire.

Dans un pays où des individus à peine majeurs peuvent vous décapiter parce que vous avez montré des dessins ou êtes allé à l’église, la dernière idée pour redresser le pays est de renforcer, encore et toujours, le flicage des honnêtes citoyens.

Si l’on savait déjà que la lutte contre le Covid-19 tendait vers l’hystérie collective, l’exécutif, désireux de gommer de l’esprit collectif ses politiques désastreuses de mars, tente par tous les moyens de redorer son image de leader infaillible.

L’échec systématique de l’État dans tout ce qu’il entreprend

Les entreprises et initiatives privées furent en effet les meilleures dans la lutte contre le coronavirus : rappelons-nous comment Décathlon a proposé d’envoyer ses masques de plongée aux hôpitaux qui les transformaient en respirateurs de fortune, ou encore quand LVMH a converti ses unités de productions de parfum en un temps record pour produire gel et masques en grandes quantités.

Ces démarches, parmi tant d’autres, n’ont fait que mettre en lumière l’incompétence chronique des États, et plus particulièrement de l’administration française. Or comme leur pouvoir tient sur leur image, si celle-ci s’écroule, ils ne sont plus légitimes pour gouverner.

Une des principales raisons de cette faillite systématique de l’État est le fait que sortir des clous administratifs le terrorise. Des écoles vétérinaires proposent de conduire des milliers de tests chaque jour pour aider les laboratoires à faire des dépistages de masse ? Grand Dieu non, cela va à l’encontre de la loi n°2013-442 du 30 avril 2013 interdisant le traitement de produits humains par les organismes vétérinaires.

Chercher et tester des traitements, et s’ils marchent les généraliser sans plus tarder pour sauver des vies et désengorger les hôpitaux ? Court-circuiter l’ANSM, vous n’y pensez pas, on risquerait d’être efficaces.

Une efficacité quelconque des actions étatiques étant exclue, il ne leur reste plus que la chimère, et si celle-ci se dissipe, le recours à la terreur. Vous sortez de chez vous sans vous désinfecter les mains, ou vous allez boire un verre ? Vous êtes un criminel. Vous avez le sang de milliers de personnes sur les mains, car vous ne voulez pas obéir. Honte à vous.

Criminalisation des honnêtes citoyens : la seule arme qu’il reste à l’État

Mercredi 28 octobre à 20 heures, Emmanuel Macron, se plaçant comme toujours en bon petit Père des Peuples, a demandé aux Français de se serrer la ceinture, d’accepter d’être séquestrés « au moins jusqu’au 1er décembre », et surtout de ne pas avoir l’impolitesse d’oser élever la voix contre eux, les bienveillants dirigeants ne pensant qu’à leur bien.

Soyez sympas, payez bien vos impôts, ne vous révoltez pas, restez devant la télévision, et peut-être qu’on vous laissera revoir la lumière du jour avant Noël. Vous voyez, c’est simple.

Le principe de ce soudain renforcement des mesures anti-Covid est de pouvoir empêcher les gens de dire une nouvelle fois que le gouvernement n’a rien fait, ou n’a pas agi à temps, comme ce fut le cas en mars – au point où certains ministres ont été menacés de poursuites judiciaires.

Mais faire n’importe quoi pour qu’on ne puisse pas vous accuser d’être resté les mains dans les poches, ça ne change pas que l’on fait n’importe quoi.

Suite au discours de Macron, le pire est à craindre : les citoyens soucieux de leurs libertés se verront encore une fois criminalisés pour oser remettre en question ces mesures arbitraires. On risque de voir à nouveau une flambée d’appels provenant de corbeaux, trop heureux de balancer leur voisin faisant un barbecue en famille au nom de leur « devoir civique ».

À cette ambiance qui nous rappelle l’âge d’or français des années 1940, il ne manquait plus grand-chose : nous avons déjà le couvre-feu, le suivi des déplacements, les dénonciations anonymes, et si on ajoutait quelque chose de plus folklorique encore ?

Des programmes vétérinaires ont été lancés pour dresser des chiens normalement chargés de dépister de la drogue ou des explosifs, à détecter l’odeur que provoque le Covid dans la transpiration des malades. Ce procédé ayant déjà fait ses preuves pour certains cancers aurait en effet un taux de réussite « entre 95 et 99,5 % selon le chien » d’après le professeur Grandjean de l’École nationale vétérinaire d’Alfort, soit serait encore plus efficace et moins coûteux qu’un test PCR.

Cette démarche commence à en séduire certains, notamment les clubs sportifs ou des EHPAD, et est soutenue par des entreprises comme Royal Canin et LVMH. Mais si l’on avait de bonnes raisons d’encourager les chiens détecteurs de maladies – et pas seulement pour le Covid-19 – il faut se méfier d’une récupération potentielle par l’administration, ou d’une obligation arbitraire de généraliser ces contrôles canins avant d’entrer dans les lieux publics.

Obliger chacun à subir un contrôle semblable à une descente de police anti-drogue comme un repris de justice, alors que le seul tort est de sortir de chez soi, voilà qui nous éloignerait toujours plus d’une société libre.

Voir les commentaires (62)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (62)
  • Laurent Lenormand
    8 novembre 2020 at 5 h 54 min

    Il faut cesser d’analyser l’action de l’Etat comme une suite d’échecs, ou comme les agissements d’une administration en panique. Le discours de dramatisation, la culpabilisation des populations, la censure de toutes les voix dissidentes, l’interdiction à tout prix des traitements potentiels de la maladie… tout cela a été mis en œuvre dès le début – et pas seulement par l’Etat, mais avec le concours actif des médias et des gestionnaires de réseaux sociaux.
    Ce qui se passe n’est pas un accident, ce n’est pas le collapsus d’un système à l’agonie: c’est une prise de contrôle de la population, violente et totale, sous couvert d’une épidémie.

    • J’avais du mal à croire à cette volonté délibérée mais tant d’erreurs de personnes supposées être dotées d’un cerveau commencent à me convaincre. Toutes les allègrements aux mesures de privation de liberté votées par des députés ou sénateurs sont rapidement enterrées cela donne du poids à ce point de vue.
      Nous sommes hélas entrés en dictature, le conseil d’état rejette les recours, le conseil constitutionnel peut-il intervenir ?

    • en effet, c’ets un controle de la population à l’aide de la police… mais vous n’éclairez en rien qu’épidémie soit un prétexte..

      Par ailleurs, le projet de réduire encore les libertés des personnes est d’ailleurs public. environnementalisme et l’egalitarisme.

      Je ne vois pas grand chose de surprenant dans les erreurs du gouvernement. Dès lors qu’un gouvernement décide qu’il va gérer la santé des gens.. le reste suit.

      Vous devez d’aillerus expliquer comment les dirigeants de pas mal de pays se sont concertés..

      • La route de la servitude quoi.. pas lu le livre, mais je présume que c’est l’idée..une fois admise l’idée du collectivisme, il te bouffe, c’est en sortir qui demande des efforts..il faut démolir les fondations..
        si vous écoutez les profs ils critiquent TOUT ce qui fait l’ed nat,
        les médecins tout ce qui fait la secu et pourtant, ils défendent sécu et ed nat pour
        l’égalitarime, la justice sociale toussa..

        D’ailleurs si vous écoutez bien , la critique n’est pas dirigée contre l’etat mais macron :  » si au lieu d’un petit poudré ,on eût élu un mâle dirigeant cela ce serait mieux passé. »..
        En somme l’opposition à macron joue le même jeu que macron où le pouvoir est l’enjeu.

        • Vous avez raison, s’en prendre à Macron sans remettre en cause l’Etat n’a pas de sens, et même être contre-productif…

      • Ecoutez ce qu’en dit J. Attali…

        Et tant d’autres…
        Les vidéos reprenant les propos de Sarkozy et autres dirigeants disant que « personne ne pourra s’opposer au nouvel ordre mondial » sont censurées…

    • Je me sens pas compétant pour faire dérailler les trains ou scier les pylônes électriques.
      Si on commence avec un peu de désobéissance civile.
      Je constat que si les moutons n’avaient pas peur, il suffit qu’ils sortent comme ils ont envie. Se battre pour retrouver la liberté contre une risque d’amende, voir prison, c’est un choix. Le peuple est en surnombre par rapport à l’oligarchie.
      Bien sur le top sera que les FDO fasse grève. Au fait c’est comment le climat, ils ne sont peut-être pas tous doigt sur la gâchette?

  •  » l’état n’est pas votre ennemi  » ose dire l’état ; et l’on commence à nous dire ou plutôt à nous préparer à des fêtes de fin d’année en solitaire ; pas de Noel en famille ? puis ce sera les fêtes de pâques ? on confine les honnêtes gens , et on laisse  » les autres  » continuer à  » faire la fête « ….ce ne sera pas tenable longtemps ;

  • Toujours plus loin, plus fort, plus vite
    Jusqu’au bout de l’extrême limite !

  • Comment ça, un complot mondial…… Ça en a le goût et l’odeur, on devrait dresser des chiens pour détecter nos complotistes.

  • L’Etat s’est contenté de profiter du vide sidéral de propositions et d’initiatives concurrentes aux siennes.

  • Le terrorisme islamique et les écolo « pastèques » sont les deux fléaux actuels de la France et de l’Europe.
    Et l’État français au lieu de les combattre, en profite grâce au covid pour accroitre sa main mise sur ses administrés, oubliant avec délectation et cynisme qu’ils sont en réalité ses maitres.
    Quid du « peuple souverain » dans notre république des juges, des incompétents et des apprentis dictateurs?

  • Non, ce n’est pas un échec, c’est l’application de la feuille de route de Macron.
    On comprend avec le recul les énormes moyens qui ont été mis pour le faire élire.

  • Non, nous ne sommes pas coupables
    ou seulement coupables d’avoir permis à des politiques calculateurs, profiteurs et seulement capables de beaux et faux discours, d’accéder au pouvoir.
    Les seuls coupables de ce que nous devons subir ce sont les politiques que nous avons élus

  • Le problème est que chaque personne a une probabilité non nulle de trans mettre le virus, donc il faut avoir une protection. La lecture de certains commentaires me font croire que beaucoup considèrent avoir une probabilité nulle de transmettre la bestiole, ce qui statistiquement est totalement faux.
    Cette ignorance participe à la dispersion du virus, et comme beaucoup veulent l’ignorer, la protection des autres nécessite une réglementation.
    Je ne vois pas en quoi la protection contre un comportement idiot conduit à la dictature, par contre les complotistes nous conduisent à étendre la maladie du fait de leur raisonnement digne d’un gamin de maternelle ou d’un ado boutonneux en révolte.
    Enfin bref, quelques connaissances de la statistique éviteraient de raconter beaucoup de conneries.

    • 0.3% de mortalité du covid comme une grippe saisonnière. Grippe saisonnière dont 40% des décès ont moins de 55 ans je vous le rappelle.
      Cela justifie les mesures étatiques selon vous?
      Il faudra donc les appliquer à la moindre grippe tous les hivers. Et même continuer au printemps car il y a des cas de grippes tardives. On pourra aussi les appliquer à l’automne en raison des cas précoces…etc

      « Enfin bref, quelques connaissances de la statistique éviteraient de raconter beaucoup de conneries. »
      Autogoal? 🙂

      • Ce qui justifie les mesures étatiques, c’est d’abord l’absence de mesures non-étatiques, et ensuite que la mortalité, si l’on s’en moque, ne sera pas augmentée de 0.3% mais de plusieurs %. Vous ne montrez pas beaucoup de connaissances de la statistique, et le ballon est déjà dans VOS filets.

        • Je n’ai toujours pas compris ce que vous préconisez. Quelles sont les mesures non étatiques ?
          Je demande juste que l’état suive les directives de l’OMS et s’occupe de l’hôpital et laisse les médecins libéraux soigner.

          • Les mesures non-étatiques sont la réduction volontaire drastique des contacts rapprochés en espace confiné avec les gens que vous ne fréquentez pas habituellement. L’idée qui nous coule est que seuls quelques personnes de catégories on n’appartient pas sont vulnérables, et qu’on peut donc se montrer insouciant si l’on n’appartient pas à ces catégories. Ce ne sont pourtant pas les pensionnaires qui contaminent le personnel soignant dans les maisons de retraite ! Je prétends que ce sont les proches insouciants du personnel soignant, ceux qui s’en foutent parce que c’est pour eux bien moins grave que la grippe.

            • …de catégories auxquelles on n’appartient pas…

            • Ce n’est pas du tout mon approche. Je ne suis pas personnel EHPAD, mais c’est à eux de se tester ou de faire attention. De toute manière le virus est installé, il circule malgré le gouvernement. D’ailleurs je ne vous lis pas trop critiquer le gouvernement. Si je vous ai bien compris, parce que les français font n’importe quoi, il faut que le gouvernement fasse n’importe quoi.
              Vous critiquez les proches insouciants du personnel des EHPAD, c’est une accusation sans preuves. Peut-être font-ils attention?
              Moi quand j’interviens, je mets des références, des liens (quoique quand on post un lien, le bot bloque en attente de modération).

              • Vous me demandez ce que je préconise, je vous réponds. Si je comprends bien, vous, vous préconisez de critiquer le gouvernement et de rejeter sur les autres la responsabilité de se tester ou de faire attention. Hormis votre libéralisme que je ne remets pas en doute, ce que vous préconisez est exactement ce que font l’immense majorité des Français que je vois autour de moi, de mes voyages à l’étranger, j’ai gardé le souvenir que c’est un comportement qui y est bien moins répandu, et la France est un des pays qui s’en tire le plus mal, surtout en comparaison avec les pays que je connais.
                Ensuite, je précise que je critique l’insouciance, parce que volens nolens elle aboutit à ce que des personnels soient contaminants. Vous y voyez une accusation sans preuve, moi j’y vois la description d’un mécanisme de constitution d’un risque, mécanisme dont il est ultra-probable qu’il ait joué dans les cas personnels qui ont affecté mes proches et les affectent encore de manière très inquiétante. Je pense que votre refus de lutter de votre propre initiative contre ces mécanismes fournit un alibi rêvé au gouvernement pour mettre en place des mesures liberticides, et que lutter de manière primaire contre seulement ces mesures est voué à l’échec.
                Quant aux liens, désolé mais je tiens à l’anonymat et je ne vais pas vous donner les adresses des maisons de retraite et Ehpad où sont accueillis mes proches et où le covid est apparu malgré leur isolement et leur attention constante.

                • Décidément, j’arrive pas à comprendre où vous voulez en venir.
                  PS je ne vous demande pas des preuves et de lever votre anonymat, vous savez Gillib est un pseudo ;).

                  • Désolé, je m’exprime mal, et j’ai toujours pensé que si j’avais eu le don de bien m’exprimer, je serais le maître de l’univers 🙂

      • sur les cas positifs, combien de malades ? combien ont réellement besoin de soins ?

        le stade suivant, c’est quoi ? on abat tous les cas contacts (comme pour la vache folle) ???

    • Le problème c’est vos commentaires ne sont pas argumentés. En gros, il faut que l’état fasse des règlements et la population doit obéir.
      Et bien non je reste critique.

      • Je ne peux pas répondre à sa place, mais si la population se comporte d’elle-même de telle manière que le problème reste bien mineur, par un comportement responsable, l’état ne gagne pas d’électeurs à faire des règlements. Si la population se moque de nuire à son voisin, l’électeur devient demandeur de règlements pour l’empêcher et donc le gouvernement se précipite pour réglementer et demander d’obéir.

        • Vous demandez la liberté, mais la responsabilité doit la précéder.

          • Curieux. Pourtant, on ne peut être (tenu pour) responsable si on est pas d’abord libre (de ses actes).

            Mais surtout, ce n’est pas à l’Etat de juger de la responsabilité, encore moins dans le domaine sanitaire. Il n’est pas équipé pour, comme il le démontre tous les jours. Trop de corruption. Trop d’incompétences.

            • Oups, « si on n’est pas ».

            • La responsabilité, pour moi, c’est un état d’esprit et un comportement, pas une conclusion juridique. Je préférerais d’ailleurs le terme d’inconséquence à celui d’irresponsabilité. En son absence, les gens du commun vont demander « mais que fait donc le gouvernement contre ça ? » et souhaiter la réduction des libertés pour ceux qui se montrent irresponsables, en acceptant que ça réduise aussi celle de ceux qui se seraient montrés responsables. Ca ne coûte rien à un honnête homme de se montrer conséquent, et ça le met en bonne position pour réclamer des libertés nouvelles ou de conserver celles qu’il a. Demander des libertés par principe, en revanche, c’est demander une confiance aveugle. Pas étonnant que ça ne marche pas souvent…

        • Le problème avec les intervention de Tany, c’est qu’on voit bien qu’il est anti-libéral, en gros il n’est pas choqué par les violations des droits de l’homme. Vous savez, la petite musique; « C’est pas grand chose, juste coudre une petite étoile jaune, vous faîtes bien des histoires pour si peu »…

          PS Ah tiens je gagne un point Godwin 🙂

          • Attention, pour vraiment gagner le point G, la discussion doit prendre fin, l’interlocuteur n’étant plus en mesure d’argumenter.

          • Le point G est peut-être une facilité, mais au moins cela montre que l’on tient compte de l’histoire contrairement à ceux qui veulent la réécrire.

    • « Le problème est que chaque personne a une probabilité non nulle de transmettre le virus. »

      Non pas une probabilité, mais une certitude. Vous pouvez être sûr et certain de transmettre tôt ou tard ce virus ou un autre, sans parler des bactéries, ce que vous avez déjà fait inconsciemment des millions de fois au cours de votre vie. Il ne fait aucun doute qu’une ou plusieurs personnes, quelque part, sont déjà mortes à cause d’un virus que vous avez transmis sans le savoir.

      C’est ainsi. C’est la vie.

      • Une sorte de R0 global virus, qui serait toujours supérieur à 1 ? Dire que l’humanité a disparu, et que nous ne nous en sommes pas aperçus…

        • Non MichelO, vous pouvez faire partie d’une chaîne de transmission de 25 personnes et ça tue le 26ème…. mais les 25 précédents n’en sont pas morts et n’ont peut-être même pas conscience d’avoir été contaminés et d’y avoir participé… et le R0 a été largement supérieur à 1.
          Le R0 est un coefficient de transmission, c’est pas celui de la mort.

        • 200’000 personnes au moins meurent chaque année de bactéries ou virus, biologiquement durant votre vie vous avez forcément transmis ces germes mortels à des gens qui en sont morts.
          C’est pour ça que votre idée de criminaliser la transmission du SARS-Cov-2 est totalement absurde: vous devriez être en prison depuis des années.
          .
          C’est pour ça aussi que je trouve vos attaques contre la jeunesse indignes.
          Vous avez vécu la votre dans l’insouciance la plus totale, vous avez même peut-être tué des vieux et maintenant que vous êtes dans un groupe qui risque 0.37% de mortalité à cause du Covid vous voulez leur interdire de vivre.

          • Le raisonnement est à l’inverse. Dans ma vie, j’ai fait plus d’efforts pour ne pas transmettre que la moyenne, et j’ai donc forcément interrompu des chaînes de mort, donc sauvé des gens d’après vous. Je doute d’en avoir tant sauvé, mais avoir déplacé les probabilités dans la mesure d’un ratio coût/satisfaction raisonnable me suffit.
            Et jeune ou pas, le point de raison de ce ratio n’a pas vraiment changé, je n’ai pas vécu ma jeunesse dans l’insouciance la plus totale mais dans une insouciance raisonnée, j’en ai bien profité quand même, et ça n’est pas nécessaire de faire courir des risques aux autres (risques qui pour certains groupes sont plutôt dans les mortalités à deux chiffres) pour vivre. Cet égoïsme insouciant d’autrui est souvent considéré comme la clé du succès des libéraux, et le motif principal de les détester quand on est tenté par le socialisme.

            • Bref, vous êtes meilleurs que la masse et au titre de votre supériorité morale habilité à vouloir limité leurs libertés.
              Ça me rappelle une idéologie mais laquelle ?

              • Les encyclopédistes.
                Je ne veux pas m’attaquer aux libertés de qui que ce soit, je demande que chacun s’instruise et se responsabilise de manière à ne pas empiéter par négligence et insouciance sur la liberté du voisin. Et je ne suis pas meilleur que la masse, je trouve votre accusation plutôt malveillante. Si vous critiquez les choix que j’ai faits pour conduire ma vie, faites-le en argumentant, pas par des affirmations d’autorité.

                • Vous avez complètement dévié du point central pour tout ramener à vous. C’est une constante vous n’arrivez plus à vous détacher émotionnellement et personnellement.
                  .
                  -Vous avez transmis des virus mortel, PERSONNE ne peut savoir si c’est moins ou plus, par hasard c’est peut-être même plus ou plus directe quel que soit votre hygiène de vie.
                  -Une mortalité de 0.38% n’est pas exceptionnelle pour cette tranche d’âge au regard d’autres épidémies, c’est la vie.
                  -Vous ne pouvez stopper le cours du temps ni demander à la jeunesse d’être « responsable » et de changer de vie pour un truc qui ne la concerne pas et qui est aussi intangible et « banal », c’est la vie.

                  • Si je ramène souvent à mon expérience personnelle, c’est à force de devoir répondre à des arguments qui sont complètement déconnectés de la réalité que je (oui, je ) constate autour de moi. Des arguments qui tournent à l’argument d’autorité inspiré par le wishful thinking, ou plutôt par la « pensée qui m’arrange ».
                    0.38% normaux pour « cette » tranche d’âge, ça n’est pas avec ce genre de considération qu’on aborde et réduit les risques. La deuxième moitié du 20e siècle a été une période de réduction extraordinaire des risques auxquels la vie humaine est confrontée, et désolé, ce fut grâce à une attitude comme la mienne et parfaitement contraire à la vôtre.
                    Et ce fut aussi grâce à une pensée « stochastique » qui vous semble complètement étrangère…

                    • MichelO a écrit: « et désolé, ce fut grâce à une attitude comme la mienne et parfaitement contraire à la vôtre. »

                      Non, ce qui a fait ce monde, c’est la liberté et pas des dictatures qui prétendent pouvoir arrêter la marche du temps quoi-qu’il-en-coûte.
                      .
                      MichelO a écrit:« ce fut grâce à une attitude comme la mienne et parfaitement contraire à la vôtre. »

                      Oui, oui.
                      Le problème est que devenu une personne à risque, vous accusez et insultez à-peu-près tout le monde : les jeunes « égoïstes », le peuple français « minable », vos proches « stupides », les libéraux pour qui la liberté est devenue celle de « tuer ».
                      .
                      Tous… sauf la Macronie pour qui vous n’avez quasi plus aucune critique alors qu’elle a tué 3 fois plus de gens que l’Allemagne.
                      Vous avez peur et vous reniez toutes vos convictions et en voulez à tout le monde, c’est compréhensible… Mais…

                    • Vous pouvez penser à ma place, c’est votre liberté, mais je sais à peu près quelle empreinte mes actions ont laissé sur le monde, et j’en suis fier. Je suis moins satisfait de n’avoir pas su transmettre aux générations suivantes la manière de procéder. Une manière qui demande à se corriger plutôt que de lancer des critiques aussi justifiées qu’improductives.
                      A noter que je ne vous aurais pas répondu s’il ne me paraissait pas indispensable de rejeter les propos que vous me prêtez dans une interprétation digne des meilleurs procès soviétiques.

                    • Je ne « pense pas à votre place ». Je constate, et les scores sont d’accord avec moi que vous insultez systématiquement tout le monde et êtes au contraire très peu critique sur la Macronie qui est responsable d’un résultat sanitaire médiocre et d’une accélération drastique de la faillite qui va faire de nombreux morts en plus.
                      .
                      Je ne veux pas trop non plus tirer sur l’ambulance, vous avez été un très bon contributeur libéral, mais je pense que vous perdez un peu la boule puisque vous ramenez tout à vous et en voulez à tout le monde sans pouvoir prendre de recul.
                      .
                      Si vous êtes content de votre vie, tant mieux, mais soyez moins agressif voir aigri… Si vous le pouvez encore.

                    • Ah le score ! Effectivement, tous les commentateurs avec lesquels j’étais plutôt d’accord passent maintenant le plus souvent en négatif, et ceux qui se contentent de répéter des propos simplistes et convenus anti-Macron ou pro-HCQ se retrouvent portés aux cimes. Ce libéralisme-là est aussi muté que sans avenir, ses grands directeurs dont vous vous réclamez nous auront vaincus.

                    • Oui, ils ont tous tort et n’ont rien compris au libéralisme.
                      Comme vous êtes bien meilleurs et avez tout fait mieux, c’est normal que vous soyez doté de capacités d’analyse hors norme.
                      .
                      Au moins vous êtes content à défaut d’avoir un peu d’humilité, tellement de gens finissent aigris…

                    • Relisez ! Si les commentateurs que j’appréciais passent en négatif, c’est le signe que la population des commentateurs qui les notent change ! Avec l’arrivée de pédants arrogants éthérés…

  • Les médias sont responsables d’une bonne partie de l’hystérisation covidienne.

    A voir absolument (un peu long mais ça vaut l’effort, sinon allez directement aux graphiques présentés à 22:52) :
    https://youtu.be/mYKa-DhZRpE

    • sauf que personne n’est obligé de suivre les médias, à commencer par ceux qui nous gouvernent…

      • Il restait nécessaire de démontrer que des médias qui se prétendent « de référence » ne sont en réalité que des organes de la propagande la plus vile. Désormais, c’est fait, scientifiquement, objectivement, indubitablement.

        • Cette hystérie médiatique est devenu un énorme problème.
          Je n’ai pas encore réussi à trouver une réponse libérale pour diminuer cette charge mortelle, si ce n’est … d’attendre et surtout de ne pas laisser les manettes aux politiques, donc il faudrait une démocratie directe à minima.
          Les gens inondés de catastrophisme finissent par s’en b… les c…, même les écolos achètent des 4×4, par contre ce sont les politiques « représentatifs » qui font des lois et une fiscalités stupide basées sur le sujet du jour.

  • C’est incroyable la façon dont le pouvoir nous tient en laisse sans qu’on se révolte. Il faut dire que les amendes sont dissuasives.
    Le pouvoir trouve des alliés de circonstance:
    L’opposition qui par sa lâcheté coupable conteste à peine les mesures liberticides.
    Les chefs de service hospitaliers et autres consultants urgentistes, en pension complète sur les chaînes d’info, qui passent leur temps à angoisser les Français, ce qui les rend indignes de leur exercice médical, qui devrait consister à soigner.
    Les médias, à de rares exceptions près, qui se contentent de répéter bêtement des chiffres et des informations non vérifiés.
    Heureusement, l’épilogue n’est pas loin avec le fameux vaccin, qui même s’il n’est pas efficace, sonnera la fin de cette tragédie non pas sanitaire mais civilisationnelle et démocratique.
    Ayons bien conscience que nous aurons vécu une période exceptionnelle qui passionnera les historiens de l’ère post covidienne.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles