Véran : Français, obéissez ou le Père Noël ne passera pas !

Noël "ne sera pas une fête normale" a dit Olivier Véran. La restriction de nos libertés n'a plus aucune limite. L'Etat ne s'arrête plus.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Waldemar Brandt on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Véran : Français, obéissez ou le Père Noël ne passera pas !

Publié le 2 novembre 2020
- A +

Par Margot Arold.

« Plus on respecte le confinement, moins il sera long » a dit Olivier Véran ce dimanche dans le JDD. Dit autrement cela signifie « si tu es sage tu auras du dessert ». Ou encore : « Comme vous n’avez pas été sages vous allez écoper de deux mois de plus » :

« Si le confinement n’est pas bien respecté, il faudra prendre des mesures complémentaires. »

Les menaces

Dans son annonce du 14 octobre, Emmanuel Macron disait vouloir responsabiliser plutôt qu’infantiliser. Et pourtant, la communication du gouvernement s’acharne à nous brandir la carotte et nous menacer du bâton. Une méthode éducative plus appropriée aux ânes qu’aux adultes.

Car les propos d’Olivier Véran sont clairs : le confinement sera réduit si on le respecte (vœu pieux), tout peut arriver dans le cas contraire. « Tout », car « prendre des mesures complémentaires » est un euphémisme quand on en est au stade du confinement et de la fermeture de certains commerces.

Les Français obtempèrent

Ainsi, nous sommes passés des masques inutiles aux verbalisations si on n’en porte pas. Les Français sont sympas, ils obtempèrent. Ils portent leur masque consciencieusement, même dehors, même en été. Jusqu’ici tout va bien.

À l’automne, couvre-feu. Les Français sont sympas, ils obtempèrent. Jusqu’ici tout va bien.

Puis est arrivée l’interdiction de subvenir à ses propres besoins par le fruit de son travail : fermeture de certains commerces dits « non essentiels ».

Les Français sont sympas. Ils maugréent un peu mais obéissent. Jusqu’ici tout va bien.

Ils s’enferment sur demande, vont (ou ne vont pas) au travail, utilisent des bus et des métros bondés, alors que leur atmosphère confinée est pire que tout. C’est même Olivier Véran qui le dit.

Jusqu’ici tout va bien. Alors, pourquoi s’arrêter en si bon chemin (de la servitude) ?

Noël : l’intervention de l’État n’a plus de limite

Nouvelle étape, donc : Noël, dans le privé, dans votre propriété privée, dans le cercle intime :

« Nous cherchons à créer les conditions pour vivre un Noël le moins contraignant possible. Hélas, comme ailleurs dans le monde, ce ne sera pas une fête normale.

C’est difficile d’envisager de grandes soirées pour le réveillon du 31 cette année.

Mais notre but est que la pression épidémique retombe pour qu’on puisse faire des courses à temps, se préparer dans la joie, pour que soient créées les conditions permettant aux familles de se retrouver. »

Le choix des mots n’est pas anodin : « nous cherchons à créer », « notre but », « créer les conditions » – deux fois !) « pour permettre ». Tout un programme  constructiviste pour fabriquer une société « qu’on pourrait conduire comme on le ferait d’une quelconque machine » comme le dit Pascal Salin.

L’argument du pays voisin qui ne fait pas mieux est savoureux : d’abord parce que pour l’instant, il est faux. Notre pays a choisi un des modes les plus sévères d’Europe pour sa gestion sanitaire. Ensuite ce n’est pas parce que d’autres font mal que cela dédouane de sa propre responsabilité a emboîter le pas.

Noël « ne sera pas une fête normale »

Pour rappel, nous parlons bien ici des fêtes de fin d’année. Celles qui se déroulent en privé, chez soi, et où l’État projette d’intervenir pour que tout s’y passe à sa convenance.

L’État a prévu d’agir sur Noël. D’un claquement de doigts, il a pu faire enfermer la population, faire fermer les commerces, il a pu mettre à l’arrêt l’économie. Il a pu interdire l’accès aux livres. Puisque jusqu’ici, tout va bien. L’étape suivante paraît logique : entrer encore un peu plus dans nos modes de vie.

La gestion bureaucratique du pays est devenue frénétique, impossible de s’arrêter à l’espace public, l’ogre étatique a faim de contrôle et ne rencontre aucun obstacle.

Le Père Noël ne passera probablement pas. Ou les Français doivent commencer à prendre conscience que l’intrusion se fait plus insistante et feront massivement le choix de conserver leur liberté, leur vie privée, qui n’appartiennent qu’à eux et ne peuvent être décidées par quiconque. Sauf s’il considèrent encore que « jusqu’ici, tout va bien »…

 

Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)
  • Le rêve de tout socialiste FM,supprimer une fête catholique et non des moindres.
    Il en avait rêvé,un virus l’a fait.

    • Il me semble que c’est plutôt le rêve de tout croyant, celui de supprimer une fête redevenue païenne : fête de la lumière au retournement du solstice d’hiver quand la nuit s’arrête de grandir et que l’allongement des jours commence.

      • Cela irait de pair avec le fait que l’Église s’est sabordée elle-même à partir des années 1960 en faisant en sorte que les églises se vident de ceux dont elle déclara qu’ils y étaient indésirables, n’étant pas d’assez bons catholiques. C’est ainsi que cette religion s’affirma sectaire au moment où elle était devenue populaire sur la base d’un malentendu ; elle laissa ainsi le champ libre à une autre variante du monothéisme dont elle encouragea la propagation par son soutien. La suite des événements est assez cohérente depuis un bon moment.

  • et l’autre con de Castex qui demande aux gens de ne pas commander sur le net alors qu’ils veulent fermer les rayons qui n’entrent pas dans leurs cases de produits de 1ere nécessité, non mais on va ou là ?? faut arrêter avec leurs délires sanitaires ils sont devenus complètement tarés.

    • Il a même ajouté qu’il ne fallait pas commander auprès des géants du Net pour préserver l’emploi !!… car comme chacun sait les colis sont expédiés et acheminés par magie. Non seulement ces cinglés bousillent les emplois du petit commerce, mais ils font en sorte aussi de bousiller le chiffre d’affaires de la grande distribution, et donc leurs emplois. Et désormais, en plus, il faudrait que l’emploi du commerce en ligne soit sacrifié. Des malades !

      • Dans sa tête (leurs têtes) ça doit être l’égalité devant le sacrifice inutile à l’état et son administration j’imagine…

      • Pouvez-vous me dire l’état mental de ceux qui ont voté pour eux ?

        • C’est justement le problème, Tocqueville l’avait abordé il y a longtemps. La bêtise humaine (dénoncée par Einstein) conjuguée à l’obédience politique conduit directement à voter pour n’importe qui. C’est ainsi qu’un type qui normalement n’avait aucune chance s’est retrouvé à l’Elysée, parce qu’il était jeune, mignon, etc… alors qu’il avait un passé désastreux, puisque conseiller économique de Hollande avec les résultats que l’on connaissait.

        • Les gens ont certes votés pour le président et les députés.
          En revanche, la légitimité démocratique et populaire des membres du gouvernement et du premier d’entre eux – qui il faut le rappeler « détermine et conduit la politique de la Nation » – est particulièrement défaillante.

          Le président n’a aucun pouvoir réglementaire, ni aucun pouvoir législatif. C’est un autre, sorti du chapeau, qui en dispose, en use et, en ce moment, en abuse.

          C’est à mon sens le point le plus problématique du fonctionnement de nos institutions.

    • Et laisser le lundi pour que les gens s’y précipitent encore frénétiquement,sans
      s’inquiéter de la promiscuité,alors qu’en mars quand il s’est agit de fermer les restaurants dans les 3 h avec en plus des denrées périssables achetées en quantité pour le we cela ne les a pas dérangés.

    • « Castex qui demande aux gens de ne pas commander sur le net »

      J’ai lu sur RTL : « Castex encourage les Français à boycotter Amazon durant cette période. »

      Il serait étonnant qu’on n’ait pas un appel au boycott des « fromages qui puent » en retour outre-atlantique.

      Quant à appeler au boycott du seul canal de consommation restant ouvert ?!? Tant mieux si les bobos socialo-conscientisés sont les premières victimes pour une fois.

    • C’est simplement que nous sommes en France où on ne saurait imposer aucune décision sans veiller à désamorcer les réactions de jalousie, sport national.
      Sinon comment expliquer ces diverses contraintes franco-françaises qui n’ont aucun effet sur la contagion, voire parfois l’aggravent?

  • pendant que les uns seront confinés pendant les fêtes , les autres ( toujours les mêmes ) feront cramer poubelles , bagnoles , voire églises ; because ceux là , confinement ou pas ils continuent leur cirque ;ça va être notre fête , c’est moi qui le dit ;

    • Le confinement c’est pour le territoire français…

      • Donc pas pour ‘les territoires perdus de la République’… Je dois déménager?

        • Ou alors chercher une campagne où les gendarmes n’appliquent plus les instructions parisiennes depuis longtemps, c’est-à-dire qu’ils les appliquent avec intelligence et discernement.

          • même en campagne les gendarmes sont tarés, le vendredi d’après confinement 3 fourgons et des motards arrêtaient les gens sur une voie passante pour des contrôles et le samedi certains se faisaient verbaliser

  • Laurent Lenormand
    2 novembre 2020 at 8 h 24 min

    Les Français ne sont pas « sympas »: ils sont victimes d’une stratégie perverse et très astucieuse. Le discours officiel martèle en substance que « si ça se passe pas bien, c’est votre faute ». Ce n’est jamais la faute de l’Etat (qui, pourtant, est responsable de la gestion désastreuse de l’épidémie au printemps, du délire des tests « open bar » depuis cet été, de la déliquescence de l’hôpital).
    Le port obligatoire du masque partout et tout le temps est un truc génial pour instaurer de façon visible la peur, la suspicion et le flicage de tous par tous.
    Enfin, on notera que personne n’a remis en cause l’objectif implicite d’éradication du virus – et non de soigner une maladie, ce qui est très différent. Il est totalement irréaliste de contrôler la circulation d’un virus dans une population de 70 millions d’habitants, du surcroît ouverte à des échanges incessants avec l’extérieur. Au mieux peut-on protéger et soigner les plus vulnérables. Mais le gouvernement impose tacitement cet objectif impossible, justifiant par avance toutes les mesures les plus coercitives et rejetant par avance la responsabilité sur ceux qui se seraient « mal conduits ».
    Le totalitarisme sanitaire est aujourd’hui une réalité.

  • Comme d’hab: le gros problème vient de l’absence d’opposition structurée. Aucun des clowns qui hantent les partis politiques ne lance d’appel à la résistance (trop contents, donc, de voir le fonctionnariat prendre tous les pouvoirs.) Les gens ne vont pas bouger tous seuls, pour beaucoup prendre une prune à 135 balles est un gros coup dur.

  • Et pendant ce temps-là, la Corée du Sud fonctionne presque normalement…

    Un des aspects les plus désolants de cette crise est la quasi-absence d’intérêt et de suivi en ce qui concerne les pays comparables à la France (population nombreuse vivant notamment dans des concentrations urbaines ; sans ignorer ce qui se passe en Suède ou à Singapour, il y a des différences de contexte qui compliquent les comparaisons), pays qui gèrent bien mieux cette crise que nous : Corée, Japon, Taïwan à tout le moins. Il y a eu quelques articles, souvent peu visibles, quelques reportages ponctuels, souvent sur le mode sensationnaliste et superficiel que préfèrent la plupart des journalistes dont l’ignorance ne leur permet pas de faire mieux… quand ce n’était pas le relais de la propagande chinoise qui a le toupet de nous donner – et sur quel ton ! – des leçons alors que ce pays est à l’origine de la pandémie et que ses statistiques ne sont pas vérifiables.

    Mais, essentiellement, les médias n’ont jamais cessé de barboter en boucle dans des sujets franco-français comme s’il n’y avait ni précédent, ni alternative, ni matière à réflexion, voire inspiration hors de France. Lamentable.

    Dans ces conditions, il existe un boulevard pour Freluquet 1er et l’administration qui font avaler impunément au bon peuple mal informé, voire désinformé, leurs erreurs et leurs incohérences en restant presque totalement à l’abri de toute analyse objective, notamment comparatiste, qui pourrait remettre en cause leurs décisions.

  • Combien d’élus en France ? 100000 peut être et ils sont tous comme nos heros parisiens vivants dans des palais et chassant les français en meute à grands coups de stupidités, d’âneries et de pedanterie. On est vraiment foutu

    • 100 000?vous rigolez?620 000 mandats électifs virus qui nous plombe depuis des années!!!!!

    • 618’000 élus en 2015, soit deux fois plus que de gendarmes et policiers (323’951).

      • OUI. Selon IFRAP, Mais,ce chiffre ne comprends toutefois PAS les mandats électifs syndicaux. De l’ordre de 50.000 délégués? ( Environ 600.000 salariés ont un mandat représentatifs) Une véritable armée mexicaine de représentants du peuple dont on peut douter de son efficacité à faire remonter les difficultés revendications – au vu des grèves, désordres etc.
        Quantité .. qualité ??

  • Et tous ça pour une histoire de bouquins.. Brûlons les livres..

    • « Brûlons les livres… »

      Ce qui serait en parfaite adéquation avec l’objectif recherché :
      « Mieux vaut un peuple conduit qu’un peuple instruit. »

      • Farenheit 425 : et c’est le peuple qui veut cela. Zorba le Grec, scène finale du lynchage : c’est toujours le peuple. Meeting de Macron à Lyon le 4 mars 2017 : les niaiseux en délire d’admiration devant un camelot pathétique qu’ils vont finir (c’est pas croyable) par faire élire, c’est encore le peuple qui déraille. Celui qui accepte l’inacceptable aujourd’hui comme hier, c’est toujours le peuple. Il est du bois dont on fait les tyrannies. A bas le peuple!

  • « Mais notre but est que la pression épidémique retombe … »

    La pression épidémique moyenne au niveau de l’amer est d’un million de micro-Macrons.

  • Puisque la mode est à rebaptiser les livres, je propose de renommer 1984 en 2021.

  • « obéissez ou le Père Noël ne passera pas ! »

    Le Père Fouettard est passé tôt cette année.

  • Durant le confinement 1 j’ai du en urgence acheter une batterie et un tuyau de douche… Du pas essentiel comme dirait l’autre…

  • Lorsqu’on prétend que les français sont des rebelles ingouvernables cela me fait bien rire. Dans le genre moutons de Panurge c’est Rabelais qui avait raison! Il nous faut un autre 14 juillet pour purger le pays des parasites qui nous oppriment.

  • En tout cas, Noël se passera chez moi et grâce au gouvernement, je me poserai même pas la question si je dois aller acheter mes cadeaux dans les magasins locaux en voiture ou les commander en ligne sur des services qui me livrent en 24h… Merci donc à lui ! 😉

  • Rien à branler de Noël et encore plus de la famille. ?

  • Le monde de Disney vient de donner les dates de confinement sur son site web :
    30/10 jusqu’au 18/12
    04/01 jusqu’au 12/02
    Donc libération le 18/12 pour se barrer loin, de préférence hors UE où on a quelques bons exemples de débiles profonds.

    • « Il faut se rendre à l’évidence qu’un voyage à Walt Disney World ne sera plus comme avant la pandémie pendant encore plusieurs mois et peut-être même quelque années. »

      C’est Delfraissy qui a écrit le texte ?

      Il y a plusieurs mois, je disais qu’on vendait la peau de Baloo avant de l’avoir tué avec les délires du monde d’après.

      Aujourd’hui j’ai l’impression qu’on est dans le monde d’après sans avoir tué le Baloo du Gévaudan.

  • Le titre était prophétique il n’y aura pas de Noël pour les enfants, ils viennent d’interdire la vente de jouets..

  • Un Tchétchenne avisé ne pourrait-il pas s’en prendre aux « caricatures de l’impuissance » incarnées par nos gouvernants ? cette incompétence crasse qu’il sont en train de nous montrer est en effet un pur blasphème !

  • Vous n’avez pas listé l’alcool… J’espère qu’elle ne sera pas supprimée ! Va bien falloir s’occuper quand même… ^^

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=NRxWc1GbBqM

Ce 20 janvier, à l'occasion d'une conférence de presse le Premier ministre Jean Castex, a présenté aux côtés d'Olivier Véran un calendrier de levée des restrictions liées au covid. Néanmoins, comparé à  certains pays européens, cet allègement est faible et une vraie sortie de crise semble encore loin.

Levée de certaines restrictions

En matière de levée de restrictions, le calendrier est le suivant :

2 février : fin du télétravail obligatoire, des jauges dans les stade... Poursuivre la lecture

S’il est bien une chose qui frappe l’opinion publique française avec la violence d’une charge de nitroglycérine, ce sont les révélations de privilèges dont jouiraient ceux qui nous dirigent. Ça ne manque jamais. Jean Castex pris en flagrant délit de masque dans la poche, Jean-Michel Blanquer surpris à Ibiza, Olivier Véran testé positif ou plus anciennement, les costumes sur mesure offerts à un ancien Premier ministre candidat à l’élection présidentielle.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais.

Dès qu’une personnalité... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

L'habitude a été prise d'utiliser les deux expressions "hausse des prix" et "inflation" de  manière quasiment interchangeable. C'est une erreur.  

Les deux phénomènes se confondent lorsque la cause des hausses de prix observées est une inflation de la monnaie. Mais les hausses de prix que l'on observe peuvent ne rien  avoir avec la monnaie, et être liées à d'autres problèmes économiques de nature non  monétaire - comme par exemple l'emballement des matières premières en 1950 lors du  déclenchement de la guerre de Corée, une réduction s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles