Martine Aubry ou le socialisme à bout de souffle

Martine Aubry apporte sa contribution à la succession de mesures toutes plus idiotes les unes que les autres prises par les nouveaux édiles écolo-dépendants.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Martine Aubry au 104 crédits parti socialiste Martine Aubry au 104 crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Martine Aubry ou le socialisme à bout de souffle

Publié le 14 octobre 2020
- A +

Par Marc André.

Si, comme le disait Margaret Thatcher, le socialisme arrive rapidement à bout de l’argent des autres, il en va tout autrement de sa capacité à s’approprier les idées les plus stupides du moment. Exsangue après ses 6,5 % à l’élection présidentielle, le PS n’a dû sa relative sauvegarde locale qu’à une alliance particulièrement hasardeuse avec ses supplétifs d’hier : les Verts.

Forts des peurs millénaristes qu’ils ont su instiller dans le pays avec la complicité des médias mainstream, ces derniers déroulent leurs délires d’autant plus facilement que l’effondrement idéologique du parti de Jaurès laisse un boulevard à leurs élucubrations.

Ainsi à Lille Martine Aubry en bon otage des Khmers Verts vient-elle d’annoncer un moratoire sur le déploiement de la 5G, espérant sans doute l’implantation prochaine d’une colonie Amish pour relancer une économie locale que chacun s’accorde à trouver florissante.

Ces débats sur les dangers supposés des ondes électromagnétiques, aussi vieux que le téléphone portable, n’ont jamais été étayés par la moindre étude sérieuse. Il est parfaitement exact qu’un certain nombre de personnes se sont plaintes de troubles au fur et à mesure du déploiement des réseaux, sans pour autant que la science établisse une corrélation certaine.

C’est d’ailleurs bien là tout le problème. Avant la téléphonie mobile, les ondes radio existaient déjà et personne ne souffrait de quoi que ce soit à proximité des émetteurs TDF pourtant beaucoup plus puissants que nos antennes relais.

Simplement le progrès et l’émancipation de l’Homme, pourtant à la base de l’utopie socialiste, sont une abomination pour les partisans d’un retour aux grottes de Lascaux, surtout lorsqu’il voisine avec le capitalisme sauvage et le libéralisme qui ne saurait être qu’ultra.

C’est donc autour de ces vieilles lunes marxistes que les plus archaïques des socialistes se sont couchés dans le lit des partisans du silex et de la bougie, tout en dénonçant avec fracas les affreux LREM qui tentaient de leur faire barrage en s’alliant avec une drouate forcement réactionnaire.

Faisant fi de son héritage supposé venir des Lumières et de sa confiance dans la science pour libérer l’Homme de sa condition, Martine Aubry se réfugie donc derrière le « principe de précaution » pour décréter qu’il est urgent de ne rien faire. Les socialistes sont très doués pour ne rien faire, mais même cela, ils le font mal ! Ce faisant, elle sort une bassine et se fait prêter un glaive, pour donner un très médiatique coup d’épée dans l’eau.

Le gouvernement, par la voix de son sous secrétaire d’État à la machine à découper le jambon numérique, ayant déjà fait savoir qu’il s’asseyait sur les desideratas de l’amère de Lille et que la 5G sera déployée quoi qu’il en soit, na ! Notons au passage la différence considérable que l’arrivée de Jean Castex, « l’homme des territoires » a produite dans l’approche gouvernementale des libertés locales… Mais c’est un autre débat !

Résumons-nous ! N’ayant aucun projet pour sa ville et surtout aucune majorité derrière elle pour avoir la moindre chance de le mettre en œuvre, si jamais elle avait une idée de génie, Martine apporte sa contribution à la succession de mesures toutes plus idiotes les unes que les autres prises par les nouveaux édiles écolo-dépendants. Après le Tour de France polluant, les arbres morts de Noël, la statue de Napoléon, le refus de s’agenouiller devant le primat des Gaules tout en se couchant devant l’Imam, voici venu le moratoire sur la 5G.

Cette transition écologique au pays des corons est fascinante à plus d’un titre. Elle confirme l’état de délabrement idéologique complet de ce qui reste des socialistes. Elle permet de voir la réalité du péril vert et elle confirme que l’État jacobin se fout totalement de la gueule du monde quand il affirme, la main sur le cœur, que les maires sont les sentinelles avancées de l’État de droit. Bref, tartufferies à tous les étages.

Martine aurait été bien inspirée de se rappeler les propos de sa grand-mère sur le flou et les loups… En s’accrochant désespérément à son fauteuil de maire, en dépit de ses promesses de 2014, elle a fait entrer les loups dans son flou lillois. Pauvres Flandres !

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Photo exemplaire de 2 raclures politiques socialistes qui ont largement contribué à ruiner la France,l’une avec les 35 h…payées 39h (précision que l’on oublie toujours lorsque l’on évoque les 35h) idée reprise nulle part ailleurs dans
    le monde et l’autre emblématique de toute les magouilles socialistes et qui s’est largement servi au bénéfice de lui même et de sa famille à la tête de la région Ile de France.

    • Plutôt que passer à 35h, il aurait été sympa de tenter les 32 avec 32h payées 35 pour les salariés rémunérés supérieur à 2 fois le SMIC et sans changement pour ceux au dessous de cette limite. Mais en arrêtant les histoires sur le congé obligatoire le dimanche qui est traditionnel mais pas laïque !… et donc autoriser les entreprises à travailler 7j/7. Là, ça aurait favoriser des emplois supplémentaires…
      D’autre part, à 70ans la maire de Lille devrait avoir le droit une bonne retraite pour une vie passée à ne faire que parloter dans différentes assemblées… Mais peut-être souhaite-t-elle rester aux manettes pour cacher ou faire arriver à prescription certains dossiers ??? (Je suis langue de p… et n’ai aucune preuve de quoi que ce soit… Je pense simplement que les mandats d’élus doivent être limités quels qu’il soient à trois en nombre, nationaux ou locaux, et sans cumul… Arrêter la profession de politicien à vie (avec une majorité de personnes de la fonction publique) qui ne connaissent rien de la vraie vie.
      Perso, la solution de M. Macron de miser sur des représentants de la société civile me convient bien… De temps à autre il y a des bourdes et on entends des divergences mais c’est la réalité ce qui se passe tous les jours «Qui ne s’est jamais trompé ?» . En bref, donc des députés et ministres qui ne se préparent pas en permanence à noyer le poisson !

  • Martine Aubry? mais nous avons aussi, dans le genre, Xavier Bertrand, celui là même qui félicite Emmanuelle Charpentier pour son Nobel, et en même temps, voudrait interdire l’importation des produits OGM dont ar exemple le nouveau blé « OGM » (tolérant à la sécheresse) argentin, obtenu par une société semencière française, Florimond Desprez, une société …du nord.
    Bref, une belle brochette de vainqueurs.
    Notons que les sociétés françaises parviennent encore à innover, malgré toute l’énergie de nos politiques pour les dissuader.

    • Le Bertrand qui réclame de l’argent public pour Bridgestone ?
      Celui là c’est de la classe mondiale dans le modèle socialiste de droite !
      Il a pas fini de tourner…

      • Celui là même.
        J’ai lu que le gvt voulait reprendre ce site pour « monter en gamme » dans la production de pneus…
        Des pneus de vélo, de trottinettes ou peut être même pour les monter sur les futurs trains de nuit?
        Du moquage de figure à de tel niveau, j’en reste coi.

  • Si je corrèle le développement de la 5G avec mon vieillissement naturel, mes troubles trouveront une explication…

  • Quand je lis « médias mainstream » dès les premières lignes, je sais déjà quel genre de vomi haineux et quel ramassis de clichés et raccourcis je vais lire.
    Une des marques de fabriques de ces gens sans fond, sans idées mais rempli d’agressivité : le champ lexical (Khmers verts, écolo-dépendant, marxistes, etc) et le manque de nuance.
    Bref, du pamphlet politique qui ne ressemble ni de près ni de loin à une analyse et qui n’a pas sa place dans un journal sérieux. Mais vu que nous ne sommes pas sur un site journalistique, mais sur un site d’opinion, c’est différent.

    • C’est vrai que c’est con pour vous si vous comptiez lire l’humanité ou l’immonde

    • Ne lisez surtout pas le billet sur Piketty à côté vous allez nous faire un AVC

    • Vos dénigrements vous pouvez les garder pour vous. Il y a une presse mainstream qui suit comme un troupeau de moutons la doxa officielle, sans jamais évoquer la thèse inverse. Réchauffement climatique anthropique, Trump le salaud raciste, sexiste et incompétent, la cancel culture pour démolir tout anticonformiste, etc… Vous n’êtes pas obligé de lire les opinions exprimées sur Contrepoints et encore moins nous infliger vos remarques!

      • Tiens, justement, il y avait un documentaire sur le KKK hier soir sur ARTE.
        Un historique inéeressant qui terminait, bien sûr sur l’actualité présidentielle US.
        Un hasard, sans doute…

      • Vous me sortez presque une quinte flush !
        « mainstream », « troupeau de moutons », « doxa officielle », RCA !
        Il manquait « état obèse » (mais je pense qu’il est sous licence payante par notre ami Cavaignac) ou gaucho-bolchévique, et c’était bon.

        • Ah non, le réel est totalement gratuit. Il suffit de vouloir ouvrir les yeux.

          • Etant depuis longtemps un adversaire de l’Etat partout-toutletemps, je devrais approuver votre expression, mais elle est trop caricaturale.

            • C’est-à-dire, votre avis, comment dire… Vous savez où vous pouvez…

              • Je vois ce que vous voulez dire, mais la place est déjà occupée par vos idées liberticides et votre mépris des petites gens (notamment des caissières).

                • Messieurs, messieurs, je vous en prie, restons dans le sujet de l’article, et commentons sérieusement et courtoisement.
                  A ce propos, je dirais simplement qu’a 70 ans passés, une gouine alcoolique pourrait prendre sa retraite.

    • Et moi, quand je lis Cactus, je sais déjà que je vais lire une grosse connerie, « un vomi haineux, un ramassis de clichés et raccourcis, sans fond, sans idée, mais rempli d’agressivité » et sans nuance.
      Vous feriez un bon sujet pour un psychanalyste, dans le genre pervers narcissique à tendance masochiste. Ce plaisir malsain que vous prenez à l’évidence à venir poster sur ce site des provocations à deux balles dans le seul espoir d’accumuler le plus de « dislike » possible, franchement, ça relève du pathologique.

      • Moi pervers narcissique ?? Loooool. Si j’avais un psy, il se fendrait la poire. Masochiste ? Oooh que non. A vous lire, la victime d’une agression est en tort, et ses bourreaux n’ont fait que répondre à une agression. J’essaye tant bien que mal de défendre des idées (et idéaux) libérales, de créer des échanges d’idées, tout en restant intraitable contre la malhonnêteté intellectuelle et les écrits populistes nauséabonds de certains auteurs (et commentateurs).
        Bien évidemment, ne pas être libéral doctrinaire, ne pas être anti-étatiste primaire, ne pas souhaiter la privatisation des routes ou de toute la santé, me fait passer pour un gauchiste aux yeux de certains, mais c’est la dure vie d’un esprit libre.

        • Ah, ah, vous êtes magnifique ! Vous cochez vous toute les cases sans même vous en rendre compte ! Tout y est : le délire paranoïaque victimaire (« la victime d’une agression est en tort, et ses bourreaux n’ont fait que répondre à une agression » alors qu’il n’y a que vous qui vous êtes permis d’insulter des gens ici), l’angélisme et la figure christique (« je porte ma croix : on me fait passer pour un gauchiste ») et le masochisme narcissique revendiqué qui en découle (« je souffre pour la bonne cause : la mienne et je suis seul dans ce combat, donc condamné à souffrir mais qu’est-ce que j’aime ça ! »), j’en passe et des meilleurs… En fait, je retire ce que j’ai dit, vous êtes trop caricatural pour être un vrai sujet d’étude. Ça sentirait le fake.

          • Délire paranoïaque victimaire ? Genre tous ceux ici qui pensent que Macron se touche en lisant Marx le soir et qui croient que l’Etat les spolient, leur ment, les exploitent ?
            Angélisme et figure christique ? Genre tous ceux ici qui sont persuadés de détenir la Vérité du Saint-Marché et qui donnent du CPEF en mode société secrète d’Elus ?
            Masochisme narcissique ? Mmmh, là je sais pas trop. Certes, il est plus stimulant intellectuellement d’être ici que sur Libé même si je passe la moitié du temps à expliquer à des libéraux, des pseudo-libéraux, un troll conservateur déclinant, deux tenants d’un Etat FORT et liberticide et à un cas psy que je ne suis pas socialiste ni gauchiste… bon ok, ya un peu de masochisme. Mais sans plus.
            Narcissique ? Ne le sommes-nous pas tous un peu ? :-). Bien sûr, j’ai confiance en mes idées, vu qu’elles sont défendables et défendues et libérales. Alors bon…
            Au final, encore une fois, j’ai dû quitter le sujet pour répondre à des agressions… Et ça va être de ma faute… On me foutrait un peu la paix et on parlerait du SUJET que ça changerait les choses…

            • @Cactus
              Bonjour,
              « On me foutrait un peu la paix et on parlerait du SUJET que ça changerait les choses… »
              … « Quand je lis « médias mainstream » dès les premières lignes, je sais déjà quel genre de vomi haineux et quel ramassis de clichés et raccourcis je vais lire.
              Une des marques de fabrique de ces gens sans fond, sans idées mais remplis d’agressivité : le champ lexical (Khmers verts, écolo-dépendant, marxistes, etc) et le manque de nuance.
              Bref, du pamphlet politique qui ne ressemble ni de près ni de loin à une analyse et qui n’a pas sa place dans un journal sérieux. Mais vu que nous ne sommes pas sur un site journalistique, mais sur un site d’opinion, c’est différent. » – Cactus 14/10/2020 9h38
              Vous trouvez que ce vous avez écrit en premier lieu tient du « parler du sujet » ?
              A quel moment parlez-vous du SUJET ? Sujet qui est : le socialisme et son parti à bout de souffle, (aux fraises, à la ramasse), dont la quintessence est ici représentée par Martine Aubry, socialiste s’il en est.

              • Bonjour STF, je savais que j’allais me prendre un retour de flamme qui, dans ce cas, est justifié. Il est normal que je m’insurge contre de tels écrits, vu qu’ils sont grossiers, réducteurs, subjectifs, orientés politiquement, non fondés, populistes, etc etc. Certes le fond de l’article est le PS à bout de souffle (et non le socialisme comme vous l’écrivez) mais le traitement de cette information est faite d’une manière tellement opposée au sérieux objectif nécessaire que ce traitement devient un sujet.
                Oui, le PS cherche à se réinventer, de nouveaux combats, à actualiser ses combats, parfois de manière opportuniste (c’est de la politique après tout, ou comme dirait l’autre, c’est de l’offre et la demande qui s’ajustent) parfois de manière logique.

                • @Cactus
                  Vous auriez dû contrer les arguments de l’auteur de l’article au lieu de vous en prendre au site, à l’auteur, à faire des généralités (tiens ! du coup, votre critique sur le manque de nuance passe à la trappe).

                  « Certes le fond de l’article est le PS à bout de souffle (et non le socialisme comme vous l’écrivez) »
                  Le parti est à bout de souffle, le socialisme aussi. C’est pourquoi l’idéologie devient virulente et c’est pourquoi elle s’associe à d’autres idées, qui ont le bon goût d’être du socialisme réchauffé.
                  Leurs idées sont toujours les mêmes : taxer les dits « riches », les patrons, les entreprises, pour ensuite redistribuer argent et privilèges à qui leur semble bon, le faire par la force de la loi et de l’Etat. Toujours la même rengaine, redistribution des richesses donc confiscation des biens d’autrui (et au passage de ses droits). Alors que nous sommes les champions du monde dans ces deux domaines ponction et redistribution.

                  • Si le socialisme était à bout de souffle, CP fermerait boutique :-), sans plus rien à se mettre sous la dent.
                    Le socialisme est en mutation, comme il a muté dans les années 50 en cédant aux sirènes du productivisme et du matérialisme. Il s’adapte, il change, il essaye de garder le nom de socialisme mais perso, je le trouve franchement dévoyé.
                    C’est la vie, l’évolution. Comme le libéralisme a changé depuis des décennies.
                    Pour l’article, je ne me prends pas à l’auteur personnellement, rien à voir avec les attaques ad hominem que je me prends dans la figure (mais pas tellement de vous, ça au moins je vous le laisse).

                    • @Cactus
                      « Si le socialisme était à bout de souffle, CP fermerait boutique :-), sans plus rien à se mettre sous la dent. »
                      Les pompiers ferment-ils les casernes quand il pleut ?

                      « Le socialisme est en mutation, comme il a muté dans les années 50 en cédant aux sirènes du productivisme et du matérialisme »
                      Il n’a pas muté. Il a été en sourdine le temps du procès du nazisme dont il est à la source, puis, il s’est remis en selle. Il a profité de l’essort économique des pays industrialisés pour se refaire une santé. Les économies de ces pays avaient plein d’argent, plein de libertés, qu’il fallait à tout prix prendre. IL n’y a pas de mutation, le socialisme fait du socialisme.
                      Quand des politiciens socialistes ont des vues sur vos biens, votre production, qu’ils inventent des taxes pour les rogner, afin de garder votre niveau de vie pour lequel vous vous levez le matin, vous produisez plus, vous achetez plus, car vous ne savez pas si vous pourrez le faire demain, après demain ou le mois d’après.
                      Je vous rappelle que les épargnes sont actuellement (très) convoitées par les gouvernements à tendance (très) socialiste.

                    • STF, vous êtes en train de dire très clairement que la hausse de la productivité, de la production et de la consommation de ces dernières décennies sont comme des effets secondaires (donc indésirables) du socialisme ?
                      Par conséquent, vous dites que le libéralisme économique et tout le bazar ne sont pas responsables de la hausse de la qualité de vie dans nos pays mais que la peur du manque l’a fait ?
                      Diantre… c’est violent comme constatation.
                      Perso, je vois les choses fort différemment, heureusement. Ce qui coince aujourd’hui, c’est que les gens comprennent de plus en plus l’arnaque que les gouvernements et les entreprises ont mis en place en promouvant le productivisme à tout crin. Les salaires n’ont pas suivi les gains de production linéairement. Le temps où on engageait pour accroitre le CA et les bénéfices est fini : maintenant on dégraisse pour augmenter la productivité en réduisant les coûts de main d’oeuvre. Quand la génération de nos parents et grands-parents croyaient à la valeur travail, qu’ils savaient que un travail = une maison = une vie digne mais qu’à l’heure actuelle, le travail de misère pour un salaire de misère ne permet plus grand chose, que voulez-vous… applaudir encore un système qui va dans le mur car il tourne dans le vide ? Vous allez dire « c’est la faute du socialisme ». Ben oui.. et non… car le socialisme n’a jamais existé dans nos pays. Et le libéralisme non plus… l’un comble des défauts de l’autre… et ça avance cahin-caha.
                      Ce n’est pas la socialisme qui met des travailleurs à la porte des entreprises rentables, c’est le capitalisme « sauvage » comme on dit…
                      En tant que capitaliste et libéral, je défend la libre entreprise et tout le bazar. En tant qu’humaniste libéral, je mets l’humain AVANT le capital.

    • « je sais déjà quel genre de vomi haineux et quel ramassis de clichés et raccourcis je vais lire.
      Une des marques de fabriques de ces gens sans fond, sans idées mais rempli d’agressivité : le champ lexical »

      On comprend que ça vous énerve, ça vous fait de la concurrence.

  • Un cacique, qui surgit hors de la de la nuit
    Court vers le troupeau affolée au galop
    Son nom, il le signe sur la feuille d’impôt
    D’un J qui veut dire Justice
    ….

  • et ces gens là sont (très bien) payés par nos impôts sans avoir jamais rien fait d’utile…

  • MA est corrompue jusqu’au bout des seins (pour paraphraser une chanson). Quelques khmers verts valent bien la conservation obstinée du pouvoir.

    Lorsqu’elle a quitté son premier ministère en 93, alors que les hausses budgétaires étaient gelées pour tous les hôpitaux de France au nom de la maîtrise des comptes de la SS, celui de Lille a été le seul a bénéficier d’une rallonge très significative. Il faut dire qu’elle préparait déjà la succession de Mauroy (elle sera adoubée maire à vie en 2001) et les injections miraculeuses d’argent public ne pouvaient pas nuire à sa carrière. On imagine que dans l’opération, quelques intermédiaires à Bercy y ont également trouvé leur compte. Les carrières ne se font pas sans renvoi d’ascenseur.

    Voilà comment on détourne les impôts de tous les Français pour se faire élire localement, pour ensuite donner des leçons de morale prétentieuse à la terre entière.

  • Cactus a tout à fait raison. On voit beaucoup d’articles avec des éléments de langage sarcastiques. Je ne suis pas sûr que ce style à la mode puisse réellement convaincre au delà de l’entre-soi. Ne le prenez pas mal, mais à quoi ça sert de prêcher des convaincus ? Le pamphlet ne sert qu’à amuser ou à créer des tensions.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Ah les seventies ! L’ORTF, Le Petit Rapporteur, les reportages de Daniel Prévost dans le village de Montcuq et les batailles de boudin blanc ! Ce ne sont sans doute que des ouï-dire pour les plus jeunes, mais le parfum de l’impertinence ne s’est pas totalement évaporé.

Peut-être que quelques-uns se souviennent encore de cette interview d’un grand chef étoilé qui, à la question posée par un des joyeux compères de l'émission de Jacques Martin et Stéphane Collaro : « pourquoi les grands chefs sont tous des hommes, alors qu’à la maison, ce... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles