Ségur de la Santé : l’aveu de faiblesse du gouvernement

Ce n’est pas ce Ségur de la santé qui permettra de régler les trois problèmes de fond qui bloquent toute réforme réelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Faillite des hôpitaux publics... 51ème jour de confinement. Paris 20ème. 6 mai 2020 By: Paola Breizh - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ségur de la Santé : l’aveu de faiblesse du gouvernement

Publié le 9 juin 2020
- A +

Par Claude Sicard.

Notre premier ministre, Édouard Philippe a lancé le 25 mai le « Ségur de la santé », une manifestation de grande ampleur réunissant les 300 principaux acteurs du monde de la santé invités à débattre de la réforme de notre système de santé, et tout particulièrement du fonctionnement de nos hôpitaux publics.

Ce Ségur de la santé s’inspire du fameux Grenelle de mai 68 qui avait été organisé pour mettre fin à un moment d’illusion révolutionnaire lyrique. On se souvient qu’il avait abouti à la création de la section syndicale d’entreprise et à des augmentations extrêmement importantes des salaires : 30 %, pour le SMIG et 10 %, en moyenne, pour tous les autres salaires.

Un nouveau Grenelle ?

On ne peut donc que s’interroger sur ce nouveau Grenelle. En ce début de XXIe siècle, est-ce vraiment la bonne manière pour un État moderne de réformer son système de santé et de prendre des décisions engageant l’avenir ? Certainement pas. Tous ces personnels de santé se sont battus certes vaillamment pour sauver des vies tout au cours de la crise que nous venons de traverser, et la population du pays a unanimement loué leur dévouement.

Notre Président a été jusqu’à les qualifier de « héros nationaux », et a même prévu de ressusciter une médaille du mérite créée en 1883 à l’occasion d’une épidémie de choléra. Il faut donc récompenser les efforts de tous ces personnels de santé qui se plaignent depuis déjà des années de leurs conditions de travail et de l’insuffisance de leur rémunération. Le syndicat des infirmiers, le SNPI, est particulièrement actif dans ces combats : il réclame d’urgence des ouvertures de lits, la création de 20 000 postes, et 300 euros mensuels d’augmentation pour les membres de sa profession.

Emmanuel Macron lui-même s’est déjà beaucoup avancé : sous la pression des événements, à l’occasion de sa visite du 25 mars dernier à l’hôpital de campagne installé en toute hâte par les militaires à Mulhouse, il avait annoncé aux personnels des hôpitaux le lancement « d’un plan massif d’investissement et de revalorisation des salaires ».

Puis, un mois et demi plus tard, au personnel de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, il a déclaré haut et fort qu’il voulait « mettre fin à la paupérisation de l’ hôpital et des soignants. » Nous pouvons donc, d’ores et déjà, entrevoir ce sur quoi va déboucher cette grand-messe qui est organisée, maintenant, avenue de Ségur.

L’avenir de l’hôpital

Dans son discours inaugural, Édouard Philippe a précisé les enjeux de cette grande concertation : construire, ensemble, « l’avenir de l’hôpital », remédier à « un système bloqué, et appauvri », et bâtir « une nouvelle organisation du système de santé dans chaque territoire ».

Tout cela parait bien ambitieux et difficile à réaliser dans le cadre de la procédure choisie, d’autant que le laps de temps pour régler ces problèmes est extraordinairement court. Il s’agit plutôt d’une concession faite aux personnels des services de santé en ce début de sortie de la crise du coronavirus. À l’évidence, les problèmes de fond ne seront pas traités, et ce Ségur de la santé va inutilement nous coûter cher sans que soit réglés les problèmes structurels.

Autrefois, au temps du général de Gaulle, on ne procédait pas de la sorte : on se donnait le temps de réfléchir pour agir. En 1946, de Gaulle avait créé un organisme pour débattre des grands choix stratégiques de la nation et arrêter les décisions engageant l’avenir du pays : « Le Commissariat général au plan » (CGP).

Le CGP était doté de collaborateurs permanents chargés de rassembler des informations et de procéder à des études pour nourrir la réflexion des responsables chargés de prendre des décisions ; il y était organisé en permanence des concertations avec les différents acteurs de la vie économique du pays.

Par la suite, cette manière de procéder a été abandonnée, la France changeant de modèle : on passa, nous dit Jean-Louis Beffa dans La France doit choisir, du modèle industrialo-commercial au modèle anglo-saxon libéral-financier. Cela n’est pas tout à fait exact car les Français n’ont pas véritablement opté pour une économie libérale : ils ont plutôt souhaité une combinaison des deux systèmes, et cette combinaison originale a bien du mal à fonctionner.

Il faudrait que la puissance publique se résigne à beaucoup moins intervenir dans la sphère économique, laissant une pleine liberté d’action aux différents acteurs de la vie économique du pays, ce qu’elle ne fait pas ; et que, de leur côté, les citoyens cessent d’attendre tout de l’État, comme ils sont trop habitués à le faire.

Dans notre pays, nous sommes dans un système mixte, ni dirigiste, ni libéral.

L’État continue par conséquent à intervenir grandement dans la vie économique du pays, et c’est lui qui se trouve en première ligne dans le conflit actuel avec les personnels des services de santé, en cette sortie de crise du coronavirus. Le système de santé en France est en effet essentiellement géré par l’État, les personnels de santé relèvent dans leur grande majorité de lui : ils constituent l’un des trois corps de la fonction publique, la fonction publique hospitalière, avec un effectif considérable de près de 1,2 million de personnes.

Une nouvelle grand-messe

Nous sommes donc ainsi parvenus à ce Ségur de la santé, une nouvelle grand-messe. En sortie de crise des Gilets Jaunes, nous avions eu le Grand débat à l’occasion duquel le président de la République était descendu dans l’arène pour animer des débats aux quatre coins du pays, payant beaucoup de sa personne.

On agit donc impulsivement, sous la pression des événements, en organisant de grandes concertations populaires. C’est ainsi que fonctionne aujourd’hui notre démocratie, avec un parlement ne servant plus à grand-chose, remplacé par des grands-messes improvisées.

Et plus de cellules de réflexion pour préparer sereinement les décisions qui engagent l’avenir du pays, alors que le système mixte français nécessiterait de telles cellules puisque l’État continue à intervenir beaucoup dans la vie économique du pays.

Notre système hospitalier a besoin de très profondes réformes, parmi lesquelles celles des hôpitaux publics qui sont devenus son talon d’Achille. Les débats qui s’engagent vont être hospitalo-centrés. Nos hôpitaux publics sont constamment en déficit (900 millions d’euros en 2019), leur dette s’accroît d’année en année, atteignant à présent la somme colossale de 30 milliards d’euros ; les personnels se disent à bout de souffle.

Il est demandé sans cesse aux directeurs d’hôpitaux de faire des économies, mais sans s’attaquer aux problèmes de fond, ce qui leur est évidemment impossible. Nos hôpitaux publics se dégradent donc progressivement, les investissements étant tout à fait insuffisants, et les personnels sous tension. De surcroît, le secteur privé est mis sous le boisseau au lieu d’être mis à contribution.

Trois problèmes à résoudre

Les problèmes de fond à régler sont de trois ordres.

— La structure même du réseau d’hôpitaux dans le secteur public : beaucoup trop nombreux, donc petits et insuffisamment équipés.

— La fonction publique hospitalière : nos hôpitaux publics fonctionnent avec des personnels extrêmement difficiles à gérer. Les directeurs auxquels il est demandé de serrer les coûts se plaignent à juste titre de la rigidité du système.

— La centralisation de la gestion : en Allemagne les hôpitaux publics relèvent des Länder, c’est-à-dire plus proches des réalités du terrain. En France, les hôpitaux publics sont gérés par l’État, et fonctionnent avec du personnel fonctionnaire.

La structure hospitalière française comporte 3044 hôpitaux, l’Allemagne en compte aujourd’hui 1400, ce qui lui permet de disposer d’hôpitaux extrêmement bien équipés en matériel de pointe et de faire des économies de personnel.

Il faudrait que nos hôpitaux puissent avoir une gestion plus souple du personnel, que celui-ci cesse de bénéficier du statut privilégié de fonctionnaire qui est le leur aujourd’hui.

La gestion des hôpitaux devrait être confiée aux régions, à l’exception des CHU qui continueraient à bénéficier d’un statut particulier et à faire l’objet d’une gestion centralisée.

Pour être menées à bien, ces réformes de fond nécessitent que des bouleversements considérables soient opérés dans le monde de l’hôpital français. Les problèmes à régler sont particulièrement difficiles, et ce Ségur de la santé n’est en aucune manière le lieu qui convient pour les traiter.

Puissent, au moins, les débats qui vont s’ouvrir être l’occasion de prendre conscience que les remèdes proposés par les participants ne pourront que panser en surface quelques plaies béantes. Mais sans régler les problèmes de fond le mal subsistera.

Les Allemands sont parvenus à régler sereinement leur problème et à procéder à de la décentralisation : ils ont privatisé tous les hôpitaux qui étaient déficitaires et laissé les Lander gérer les hôpitaux publics, en sorte que le problème de l’équilibre à trouver entre hôpitaux de proximité de petite dimension, insuffisamment équipés mais nombreux, et hôpitaux de bien plus grande dimension, parfaitement dotés d’équipements de pointe, avec des spécialistes de haut niveau, mais beaucoup moins nombreux, a été reporté sur les responsables politiques des régions. De même que l’équilibre à trouver, région par région, entre le secteur public et le secteur privé.

Ce n’est pas ce Ségur de la santé qui permettra de régler ces trois problèmes de fond : les causes du mal ne seront donc pas réglées, et comme l’avait dit Paul Valery, dans d’autres circonstances : « Nous rentrons dans l’avenir à reculons. »

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Tout est dit le segur ne servira qu’à surtout ne rien changer avec sans doute une distribution d’euros gratuit, le denier de Juda. 300 euros n’amélioreront pas la vie à l’hopital, tout juste assez pour payer les futures augmentations de la fiscalite, les 300 euros ne sortent pas de la cuisse de jupiter.

    • Les Euros sortent de l’imprimerie nationale, surnommée la Jésus-Christ.
      Et en plus l’impression est gratuite… Enfin, c’est ce qui se dit.
      Mais il se pourrait que la réalité soit un tantinet différente.

  • pour avoir un bon système de santé , il faut que chaque citoyen mette la main à la poche , la santé étant affaire de tout un chacun ; ce n’est pas le cas en France , ou seul les actifs et les retraités paient pour tout les autres ;

  • Quand j’entend plan, je pense au joyeux élève Luke : rends ton plan. Ouah!

  • les mêmes méthodes produisent les mêmes résultats (surtout avec les mêmes personnes)…
    jusqu’à quand le personnel soignant acceptera sa situation ?

  • très intéressant mais la comparaison avec l’Allemagne pêche sur un point. Ils ont moins d’hôpitaux donc ceux-ci sont mieux équipés certes.
    Mais, contrairement à une croyance tenace, le territoire allemand est beaucoup plus petit que le territoire français. C’est aussi une des raisons de l’éparpillement des structures.

    • et l’allemagne n’a pas de syndicats communistes

    • Une chose m’étonne aussi:

      Sans remettre en cause les chiffres, 3’000 hôpitaux pour 100 départements, ça en fait une moyenne de 30 par département.

      Ils sont où ?

      Ou alors, qu’appelle t’on hôpital ?

    • En France on appelle hôpital n’importe quoi tout simplement. Il suffit de recevoir des malades, pas forcément de les soigner.. Dans ma ville il y a un hôpital mais ce n’est qu’ephad, on ne soigne pas ou y fini ses jours.

  • Curieux que cet article ne mentionne pas l’un des points majeurs de nos hpitaux, comparés aux allemands: 34% d’administratifs en France contre 24% en Allemagne. Non seulement, cela représente une masse salariale conséquente dont le montant pourrait être redistribué aux soignants sans alourdir le budget, mais encore ces ronds de cuir abreuvent les soignants de paperasses, souvent inutile (sinon à justifier leur existence) qui leur pompent un temps précieux.
    Rajoutez à cela qu’il faudrait revenir aux 40 heures et vous avez le début d’une bonne réforme.
    Compléter en divisant par trois le personnel des agences de santé, qui ont fait preuve de leur incapacité et incompétence totales durant la crise.
    Enfin, au ministère, supprimer les 9/10èmes des postes de directeur et divisez par deux le nombre de focntionnaires y opérant.
    Et la santé repart.

    • A la limite, votre commentaire, bien que justifié et lucide est aussi risible. Pour arriver à ce que vous préconisez, il faut un drame du style d’une guerre civile (exclue) ou d’une faillite totale et conjointement la prise en mains par une équipe de dictateurs.

      • Oui et non. Je sais que ce que je préconise n’arrivera pas dans ce pays socialo. Mais on pouvait espérer qu’on aille au moins dans ce sens, la crise du Covid ayant largement montré l’inefficacité des administatifs de la santé

    • Sans doute que les allemands ont moins besoin de quelqu’un derrière leurs dos pour faire leur job, l’allemand est réputé pour être sérieux… Le français.. Il vole même les masques des soignants et abuse allègrement de la salle de repos.

  • La comparaison avec l’Allemagne est discutable dans la mesure où ce pays est davantage peuplé que le nôtre avec une superficie bien moindre. Avec une densité plus forte de population, on peut avoir des hôpitaux plus grands et moins nombreux.

  • « on oublie rien ».. purée les slogans…

    j’aurais vraiment du mal à suivre une manif .à cause des slogans et mots d’ordre.. c’est vraiment mettre son sens critique de coté ..

  • Tant qu’à faire, je préfère ne pas avoir besoin de héros, un simple professionnel me suffit.
    D’abord on ne sait pas détecter un héros tant que l’action n’a pas été engagée, puisque, par définition, le héros se révèle dans l’action. Un professionnel a été formé pour la tâche à accomplir et peu même en avoir une longue expérience, comme le professeur Raoult soit dit en passant.
    Et puis les héros sont capricieux, peuvent rechercher la gloire pour la gloire, tenter des choses désespérées. Un professionnel est plus terne mais plus raisonnable et aussi plus soucieux de mes intérêts s’il s’attend à être payé en retour.
    En fait, il y a 2 endroits seulement où les héros ont leur place, les cimetières et les romans.

  • Macron a enfin trouvé la bonne manière de parler aux foules. Il a réuni ses fidèles et leur a dit : je suis content de vous et pour vous le prouver je vais vous augmenter: vous étiez trois et vous aller être quatre…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Les EHPAD existent dans les sociétés devenues prospères, et où les progrès médicaux, l’abondance alimentaire, l’amélioration des conditions de vie ont permis le vieillissement. Malheureusement, certains sont devenus dépendants. De manière concomitante la prospérité a donné les moyens matériels de prendre soin de ces personnes, dont la prise en charge est trop lourde pour les familles... quand famille il y a.

L’État maltraitant

« En 2018, la dépense de soins de longue durée aux personnes âgées s’élève à 11,3 milliards d'euros. L’essent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles