Discours d’Édouard Philippe : la liberté doit vraiment redevenir la règle

Le déconfinement doit aussi aboutir à l’abrogation de l’état d’urgence sanitaire et engager une vraie réflexion sur l’esprit autoritaire de nos institutions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Discours d’Édouard Philippe : la liberté doit vraiment redevenir la règle

Publié le 29 mai 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

Ce jeudi, Édouard Philippe s’est adressé aux Français pour présenter la phase 2 du déconfinement. Le Premier ministre a fait état de la nette amélioration de la situation sanitaire, même si selon lui, la prudence commande de rester attentif à une éventuelle seconde vague de coronavirus.

De manière assez symbolique, l’ensemble du territoire, à l’exception de l’Île-de-France, de la Guyane et de Mayotte, passe en zone verte, zone désignant selon les indicateurs construits par les pouvoirs publics les endroits où le virus circule faiblement.

Dès le 2 juin prochain, la plupart des commerces et des lieux de vie pourront rouvrir pour accueillir du public, à condition de respecter les contraintes sanitaires imposées par la distanciation sociale.

La limitation des déplacements dans un périmètre de 100 km depuis chez soi disparaît, et à compter du 15 juin, le gouvernement français s’attachera à la réouverture des frontières avec ses pays voisins européens. Sauf pour les régions Île-de-France, Mayotte et Guyane, où les contraintes demeurent plus fortes au moins jusqu’au 22 juin.

Après l’intervention d’Olivier Véran et de Jean-Michel Blanquer, respectivement ministre de la Santé et ministre de l’Éducation, Édouard Philippe a de nouveau insisté sur la période de récession historique qui commençait. Le taux de chômage est au plus haut, et la bataille d’après consistera à surmonter cette épreuve économique sans précédent.

« La liberté va redevenir la règle »

Les nouvelles sont donc relativement bonnes, toutes choses étant égales par ailleurs, et permet au Premier ministre de déclarer, de manière rassurante : « Au cours de cette phase 2 du déconfinement, la liberté va redevenir la règle, et l’interdiction constituera l’exception. »

Seulement, cette phrase introductive à elle seule résume l’ensemble du problème politique qui échappe à la plupart de nos dirigeants contemporains. L’état d’urgence sanitaire avec son régime d’exception est toujours en vigueur, et autorise le personnel politique et administratif à suspendre les libertés publiques au nom du risque sanitaire quand il l’estime nécessaire. Cette fameuse liberté « retrouvée » l’est donc très partiellement, et demeure menacée par l’épée de Damoclès du régime d’autorisation administrative de l’état d’urgence sanitaire.

En se réservant le droit de suspendre la loi et les libertés publiques en fonction des circonstances, le gouvernement se place de fait au-dessus de la loi commune et envoie le message ambigu et illibéral suivant : la puissance publique n’est pas instituée en priorité en vue des libertés individuelles, mais d’abord pour la sécurité collective que seuls nos experts publics issus de l’exécutif sont à même de pouvoir évaluer rationnellement.

Souveraineté bureaucratique

Cette marque de souveraineté bureaucratique au sein de notre système institutionnel se double d’une prétention étatique nouvelle à intervenir plus massivement encore dans l’économie au nom de la sauvegarde de nos champions nationaux, des emplois menacés par la récession ou encore des secteurs détruits par un confinement créé par l’administration elle-même.

Sans même juger des intentions bonnes ou mauvaises de cette autoproclamée « élite éclairée », cela se traduira dans les faits par une atteinte sans précédent aux droits de propriété et à un nouvel autoritarisme politique dans les relations de travail qui n’apparaîtra pas dans le droit constitutionnel.

Pour les libéraux, l’État n’existe que pour garantir les principes de liberté, d’égalité et de propriété. Le second traité du gouvernement civil de John Locke nous indique que pour en garantir l’existence, les pouvoirs doivent être séparés et l’exécutif subordonné au législatif. L’évolution contemporaine des institutions consacre la prééminence de l’exécutif, et l’état d’exception la confusion, certes momentanée, des pouvoirs.

Pour ces raisons, il nous est impossible de nous contenter de quelques libertés résiduelles, ou d’accepter un programme de relance massive qui se traduira par davantage de dirigisme économique. Le déconfinement doit aussi aboutir à l’abrogation de l’état d’urgence sanitaire et engager une vraie réflexion sur l’esprit autoritaire de nos institutions.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Avant la pandémie la liberté n’était déjà pas la règle en France. Le terme « redevenir » n’est pas approprié…

    • Oui mais il n’y avait pas la loi d’état d’urgence sanitaire…

      • @La petite bête
        Bonjour,
        « Oui mais il n’y avait pas la loi d’état d’urgence sanitaire…
        Il y a la loi de l’exception de l’état d’urgence permanent depuis le 14/11/2015.

  • on ne sait pas pourquoi on est revenu a la couleur orange !
    mais les français savent très bien que le furoncle c’est paris

  • Je n’écoute pas un type avec un bout de barbe blanche pour faire croire qu’il respecte le confinement et ne va pas voir son barbier ou ne donne pas des ordres à sa maquilleuse ., c’est un vieux truc de piquepocket , on détourne l’attention… Et vu ce qu’il dit et les louanges qu’il recoit, ça marche.

  • Le problème de fond est sans doute celui de ce mortifère principe de précaution, appliqué en France jusqu’à la folie, et, qui plus est, inscrit dans notre Constitution par l’inconscience des élus de l’époque. Si on rajoute à cela les lois Perben qui permettent à toute groupe constitué de se porter partie civile sur n’importe quoi sans pour autant avoir subi directement quelque dol que ce soit, il n’en faut pas plus pour que le seul objectif du dirigeant politique soit de se couvrir à tout prix quoi qu’il en coûte à la collectivité présente et future. Et pour ce faire, quelle meilleure méthode que d’instiller la peur dans la population…
    La seule manière de remettre ce pays à flot, d’encourager l’audace et le progrès, passe sans doute par remettre de l’ordre et du sens dans le fatras des lois « protectrices » depuis 40 ans.
    A dire vrai, je n’y crois pas moi-même, tant cela aurait pour conséquence de rogner la main-mise de l’Etat et de l’Administration sous tout ce qui ce fait en France.
    Attention néanmoins, peut-être d’ailleurs vais-je tomber sous le coup de nouvelle loi Avia en citant ici Cicéron qui disait à Catalina, « Quosque tandem abutere patientia nostra ? » (Pour les non-latinistes « Jusqu’à quand abuseras-tu de notre patience ?)…

  • La règle de la liberté, bel oxymore.

  • « la liberté va redevenir la règle, et l’interdiction constituera l’exception »
    Dixit celui qui nous a collé les 80km/h et qui se permet de rouler bien fort sur autoroute, ou en convoi.
    Renault doit bien rigoler tiens !

    • « Au lieu d’être le droit de faire ce qui ne nuit pas à autrui, la liberté n’est plus que l’étroit couloir concédé par les autorités entre le mur des obligations et celui des interdictions ». – Cédric Parren, Le silence de la loi.

      • « Au cours de cette phase 2 du déconfinement, la liberté va redevenir la règle, et l’interdiction constituera l’exception ». Une exception, mais la possibilité quand même de revenir avec ces lois liberticides. Qui estimera que c’est le moment de reprendre une de ces lois. Et c’est pour remettre en route la liberté qu’on va nous tracer. Vous avez entendu : pour que vous soyez libres et nous faisons ça pour votre bien, bande d’abrutis. De quoi vous plaignez-vous. Nous prenons soin de vous.

  • Je ne sais pas si le précédent est parti.
    « Au cours de cette phase 2 du déconfinement, la liberté va redevenir la règle, et l’interdiction constituera l’exception. »
    On laisse quand même l’ouverture vers des lois liberticides. Qui va décider que c’est le moment de repasser à ces lois? Il faut bien calmer un peu le mouvement de mauvaise humeur actuel. Et puis, ils sont au top: regardez le cirque avec l’ouverture des frontières entre la Belgique et la France. Pas de problèmes: ils se parlent. De quoi, on ne sait pas, mais ils se parlent. On dirait le Moyen-Age quand le crieur passait dans les rues: « Bonnes gens dormez en paix, on veille sur vous ». De quoi vous plaignez-vous bande d’abrutis. On dirait que c’est ainsi qu’ils nous considèrent. Partout.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Comment peut-on être libéral ? Pour beaucoup de nos concitoyens, le libéralisme est devenu la doctrine du diable. Évidemment, quand le gouvernement français est qualifié d’ultralibéral par certains, les repères s’estompent et les esprits se troublent. On en étonnera plus d’un en affirmant que le libéralisme, lato sensu, est la chose la plus naturelle du monde. Il accorde en effet la prééminence aux accords librement conclus entre individus par rapport à la réglementation étatique. Les Romains de l’Antiquité appelaient jus le droit civil émana... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles