Déconfinement : vivre avec le virus en régime de liberté surveillée

Il ne faut pas espérer retrouver notre liberté de circuler, de vivre et de commercer comme nous l’entendons, avant un temps (in)certain, ce qui apparaîtra fort long à tous les amoureux de la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déconfinement : vivre avec le virus en régime de liberté surveillée

Publié le 29 avril 2020
- A +

Par Frédéric Mas.

« Si les Français ne sont pas au rendez-vous, il n’y aura pas de déconfinement le 11 mai ». Édouard Philippe dans son intervention devant l’assemblée nationale ce mardi 28 avril a sur un ton solennel invité les Français à respecter à la lettre le confinement pour éviter le regain de la pandémie et une sortie de confinement progressive et efficace.

Plus rien ne sera comme avant, c’est certain, nous devrons désormais « vivre avec le virus » et donc en liberté surveillée prolongée. Il ne faut pas espérer retrouver notre liberté de circuler, de vivre et de commercer comme nous l’entendons, avant un temps (in)certain, ce qui apparaîtra fort long à tous les amoureux de la liberté.

Pour éviter une seconde vague de pandémie, le gouvernement a choisi de déconfiner progressivement et géographiquement, le tout en impliquant les autorités politiques locales, du maire au préfet. Cette nouvelle phase de l’action gouvernementale se concentre sur la mise en place de tests et la généralisation des masques, prévue pour le 11 mai.

L’idée de rapprocher l’action publique au plus près des situations locales témoigne à la fois de la volonté de prendre en compte les critiques adressées à la gestion autoritaire et centralisée du pouvoir, et d’impliquer les collectivités locales, en particulier dans le domaine scolaire.

S’il faut souligner l’effort de clarté du gouvernement, et la mise en place d’un dispositif clair pour évaluer la progression du déconfinement jusqu’au 11 mai, certains points restent en suspens, en particulier sur le rôle (et les limites) de l’action gouvernementale et sur les libertés publiques.

Aucune introspection, aucune critique de l’action publique

Édouard Philippe s’est autorisé à reprendre les commentateurs qui ont critiqué l’action publique au fur et à mesure de la crise sur les plateaux de télévision. Le feu roulant de la critique s’est exercé sans retenue sur le gouvernement ou l’administration, c’est un fait.

Un autre, qui n’a pas été évoqué, c’est que la crise de confiance générale qu’ils reflètent vient aussi de la formidable impréparation de l’État à la crise doublée d’une communication gouvernementale chaotique, incohérente et cherchant au maximum à minimiser des erreurs de gestion qui ont eu des conséquences catastrophiques. Les propos d’Agnès Buzyn, les prises de parole déconcertantes de Sibeth N’daye et surtout l’escamotage des municipales ne sont pas apparus dans le storytelling du Premier ministre sur l’action « vertueuse » de nos gouvernants.

La disparition du gel hydro-alcoolique ou la pénurie de masques ont été encouragées par le blocage des prix et la réquisition des stocks, entraînant nécessairement la disparition des produits à la vente comme à l’achat. Cette leçon de « café du commerce » est celle de tous les économistes sur l’économie de marché : la pression de la part de la demande incite une partie des offreurs sur le marché à chercher à satisfaire la demande pour opérer un profit.

L’excuse de la mauvaise qualité des masques à la vente pour en interdire la commercialisation ne tient pas : c’est aujourd’hui ce que le gouvernement nomme les « masques alternatifs ». Le blocage des prix, quel que soit le domaine, s’il est en dessous du prix du marché, accélère la surconsommation et favorise la disparition des produits, ce qui s’est assez mécaniquement produit.

Édouard Philippe a évoqué la nécessité de répartir les masques, laissant ainsi croire que la gestion administrative de l’économie s’est montrée efficace, ce qui, là encore, est sujet à discussion. Plus généralement, si la défiance semble s’être durablement installée envers le gouvernement, celle du gouvernement pour la société civile, en particulier le secteur privé, ne semble pas avoir varié. En cela, le Premier ministre est sur la même longueur d’onde que le président de la République, qui a distillé les mêmes éléments de langage lors de sa dernière intervention.

Deux modifications de la législation

Édouard Philippe a conclu son intervention en demandant clairement à légiférer sur deux aspects qui touchent directement nos libertés.

Le premier porte sur la constitution de « brigades » spéciales de suivi, le terme est du Premier ministre lui-même, et de leur champ d’intervention. Ces brigades seront organisées au niveau des départements et devront identifier la liste des contacts rapprochés, les appeler, organiser les tests et vérifier le respect des consignes.

Seulement, Édouard Philippe a précisé qu’au sein de ces brigades, les équipes médicales auront en renfort des personnels de l’assurance maladie, voire du personnel du département et associatif. L’élargissement de telles équipes à du personnel non soignant pour traiter des données aussi sensibles peut potentiellement être un danger pour la vie privée. Il nous faudra être particulièrement vigilants sur le sujet.

Le second point de la législation porte sur la limitation de la liberté de circulation. Il nous faudra désormais pouvoir justifier d’un motif impérieux pour nous déplacer à plus de 100 kilomètres de chez nous, ce que ne prévoit pas la législation actuelle. Chacun pourra donc faire l’expérience charmante du retour des frontières et des contrôles de police, mais sur le sol national, expérience qui n’est pas sans rappeler celle de l’URSS et de ses satellites. Mais comme c’est pour notre bien, s’en plaindre serait de mauvais goût.

Édouard Philippe demandera aussi un vote pour prolonger l’état d’urgence sanitaire au 23 juillet. Il devait prendre fin le 24 mai, il nous faudra encore patienter, et espérer que cette attente n’habitue pas trop nos concitoyens à la servitude extrême.

 

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • Les 100 km… Le coup de pied de l’âne de Philippe à Macron, qui, lui, avait assuré que les déplacements interrégionaux seraient autorisés…

    Nous sommes en guerre… Dit l’un…
    Ausweiss, bitte !… Comprend l’autre, droit dans ses bottes sous son casque à pointe…

    • Je suis à moins de 100 km de la ligne de démarcation. Je pourrais peut-être rejoindre la côte et trouver une embarcation pour la suède.

    • c’est simple:
      sortez masqués , quand vous DEVEZ sortir ‘fabriquez votre propre masque)
      ne prenez pas les transports en commun , mais votre voiture !
      aux chiottes les verts , l’heure n’est plus aux conneries!
      et basta , l’etat ne fera rien pour vous

  • Kafka l’a cauchemardé, le gouvernement l’a fait.

    • Ce qui a été fait pourra être refait. Il suffira de trouver un bon prétexte.

    • Le Château peut trembler. Les ministres impliqués vont avoir droit à leur Procès. On les enverra en Colonie pénitentiaire, en compagnie de tous ces petits Médecins de campagne, à l’ego plus vaste que la Muraille de Chine, qui ont raconté n’importe quoi durant la crise…
      En attendant la Métamorphose d’un système politique qui a failli !

      • Les ministres impliqués vont avoir droit à leur Procès

        Faut pas y compter, malheureusement. Comme la Saxo Bic, le stylo Bic ne lui met pas d’amende. Les fonx, c’est pareil : ils ne jugent pas leurs collègues, eussent-ils commis des actes infâmes.

  • Les brigades du tigre, l’un se prend pour un dieu l’autre pour Clémence au…. Surpris pour ses 100km il n’a pas osé les 80 ?
    Bref, on confine la France pour que nos plus de 80 ans ne finissent pas dans un sac mortuaire à l’insu de leur plein gré. Ma maman a 93 ans, tous les soirs elle fait une crise de panique si jamais je n’ai pas arrêté la radio pour leur journal de la peur de 18h…. Bien entendu interdite de télé… D’élection de médecin de dentiste et comble de malchance d’opticien… De petits enfants d’arrière petits enfants de voisins voisines et bientôt de médocs…mais elle a de la chance, moi , habiter la campagne, et une voiture pas encore en panne….. J’attends encore la visite de la mairie, un coup de fil , des fois que celle-ci se préoccupe de ses anciens (je ne suis théoriquement pas là) . Mais la’mairie préfère s’occuper des fleurs, les fleurs n’attendent pas.

  • Cette crise sanitaire est un véritable cauchemar dont j’ai l’impression qu’on ne sortira jamais!!!
    Philippe comme Macron ont très mal géré cette crise mais jamais l’ombre d’un mea culpa et je n’aurais aucune pitié, aucune indulgence pour ces deux personnages qui, par leurs décisions, par leur idéologie, leur ivresse du pouvoir , nous ont embarqués dans une crise sanitaire violente qui est et sera suivie d’une crise économique sans précédent, je ne sais pas si on s’en relèvera, et une crise sociale :

    – ils n’ont jamais voulu fermer les frontières et elles ne le sont toujours pas mais par contre ils ont mis des frontières à notre domicile avec le confinement et maintenant ce sont des frontières départementales ou d’un rayon de 100 km depuis votre domicile. Or les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui ont fermé leurs frontières très tôt et ot pu échapper au confinement, Danemark, Pologne, Autriche, etc.. Mais en France on peut venir de Chine ou autre sans aucun problème, sans test, etc. mais pour s’éloigner de 100 km de son domicile il va falloir une autorisation!!!

    – Philippe, à la fin de son discours, veut nous faire croire qu’il a fait aussi bien que les autres pays. Et il a le culot de dire humblement plusieurs fois!!! Et bien NON, Macron et Philippe et son gouvernement ont tout mal fait sinon on ne serait pas 4ème avant la fin dans le classement des pays qui ont le moins de morts par nombre d’habitant, ceux qui ont fait plus mal que nous sont la Belgique, l’Italie et l’Espagne.

    – deux poids et deux mesures en permanence ou encore tout et son contraire pour le desserrement du confinement, cantines ouvertes mais restaurants fermés, pas plus de 20 personnes pour un enterrement mais pas de messe dans les églises et en même temps les marchés sont ouverts comme les supermarchés, cherchez la cohérence, vous ne la trouverez pas

    Tout cela me fait hurler de colère et de rage. J’ai des envies de meurtre, j’ai envie de braver les interdictions qui deviennent insupportables.

    Nous sommes dirigés par une équipe de bras cassés, qui non seulement en plus d’être incompétents mais nous culpabilisent, nous enferment chez nous comme des chiens dans une niche et le 11 mai, les chiens que nous sommes auront le droit de sortir de la niche pour aller dans le chenil (le département) muni d’une chaîne de 100 km et si cela ne va pas à leur goût, retour à la niche!!! Et bien moi, je veux redevenir le loup de la fable « le chien et le loup », retrouver ma liberté, je ne veux pas mourir guéri dans ma niche.

    On nous prive de liberté à cause des impérities de Macron et son gouvernement, manque de masques, de tests, de lits de réanimation, retard à la fermeture des frontières, lobby des laboratoires pharmaceutiques, etc. mais c’est de notre faute!!! Cherchez l’erreur

    Et on apprend selon BFMTV et d’autres médias, l’application de traçage numérique #StopCovid du Gouvernement français aurait du plomb dans l’aile. Le projet ne serait techniquement pas prêt pour le 11 mai et ne devrait pas être au cœur du plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe cet après-midi à l’assemblée nationale. Tant mieux. Mais est-ce un enterrement ou seulement un report ? Il est inquiétant de constater que ce sont des raisons techniques, et non politiques ou éthiques, qui sont mises en avant. Retrouvez la note de Cyrille Dalmont, chercheur associé à l’ Institut Thomas Moore, dans laquelle il explique pourquoi il faut dire non au projet du gouvernement. A lire d’urgence sur http://institut-thomas-more.org/2020/04/27/tracage-numerique-pourquoi-cest-non/?fbclid=IwAR3SKmMdYRLy_6p3YuCE39G2PCb5XhgKjqbIYus9ImfhWvOuODDWS0E9WaY

    • L’application Stopcovid mort née, c’est la seule consolation de ce fiasco total. Qui sait ce qu’elle nous aurait valu si elle avait été mise au point par un gouvernement techniquement compétent ?
      Il faut bien qu’avoir des dirigeants ineptes présente quelques avantages…

    • Je considère qu’il y a deux choses à ne pas perdre de vue :
      1. Les gilets jaunes qui avant d’être récupérés par tout ce que la France compte de gauchistes-marxistes et dieux sait qu’il y en a, avaient osé se révolter contre 1 taxe « écolo » voulue par le président
      2. La réforme des retraites refusée elle aussi mais par les habituels trublions du syndicalisme en France
      On a tiré sur les premiers au mépris des règles édictées sur l’utilisation de certains appareils, mais aussi sur les infirmières ou les pompiers
      Pour les deuxième, on a laissé pourrir, pour finalement passer en force avec le 49.3 bizarrement le samedi où a été annoncé l’état d’urgence sanitaire.
      Deux « réformes » refusées par le peuple avec fracas. Cela a eu le don d’énerver notre président (il n’est qu’à se rappeler le visage serré et tendu de ses allocutions de cette fin 2018). On lui a tenu tête. On va le payer. Au centuple. La fin de la récré a été sifflée le 17 mars.
      « Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les princes mangent dès le matin! »

    • Le problème n’est pas la crise sanitaire mais son exploitation. Si on avait fait la même propagande lors de l’épisode de grippe 2017 (à peu près le même nombre de morts/jour), on aurait eu le même résultat.
      Ne paniquez pas, c’est ce qu’ils veulent. Ce qui n’empêche pas la prudence (vous n’allez pas faire la bise à quelqu’un qui a la grippe?)

    • « on ne serait pas 4ème avant la fin dans le classement des pays qui ont le moins de morts par nombre d’habitant »

      Et encore : les morts à domicile ne sont pas comptabilisés, selon le président du syndicat de médecins MG France : il faut ajouter 9.000 morts au décompte macabre du croque-mort Salomon. Soit environ 500 morts par million d’habitants.

  • L’intervention d’Edouard Philippe devant les députés n’a été qu’une action de communication pour essayer de justifier l’amateurisme et l’inconséquence d’une Macronie en perte complète de légitimité pour l’exercice du pouvoir.
    De cafouillages en carabistouilles, voilà que l’on en est arrivé à appeler à la rescousse les élus locaux ainsi que toute la stratification des corps intermédiaires…
    Un avenir sombre et incertain pour notre pays!…

    • Vous faites juste une petite erreur : Il s’agit seulement de se dédouaner des responsabilités (y compris pénale) sur les élus locaux.En plus de l’incompétencerecinnu,il faut y ajouter la couardise.

    • Sombre, mais certain. La dictature.

  • Liberté, liberté chérie, tu es malmenée par l’Etat français depuis déjà longtemps.
    Mais grâce à la pandémie, il a désormais un bon argument pour nous en priver encore un peu plus: notre bien!
    Encore un effort camarades bureaucrates, et la mort sera notre délivrance espérée.
    Où peut on se procurer du cyanure?

  • là moi je vais vraiment me marrer.. tant que le « socialisme » consistait a vivre au crochets du voisin il y avait du monde , mais qu’ont touche a certaines « obligations » là on va rire

  • Rien ne justifie de piétiner les libertés publiques à ce point. Ce goyvernelent illégitime a peur du peuple et utilise le prétexte sanitaire pour durer. Cette épidémie servira à instaurer une dictature.

    • Très pratique en effet, cette épidémie, pour interdire toute manifestation, et même reporter sine die toute élection. Si ça, ce n’est pas un début de dictature, il faudra m’expliquer.

  • On croyait avoir des Rastignac au pouvoir, certes ambitieux aux dents longues mais déterminés et sachant où ils vont. On es retrouve trois ans plus tard avec une mauvaise parodie des Pieds Nickelés.

  • Le déconfinement dans le confinement,lamentable,au motif qu’il ne faut pas écrouler le pays c’est déjâ fait !
    La catastrophe économique ne sera pas progressive çe sera une énorme claque !
    Rouge et vert les 2 couleurs dominantes et dirigeantes en Françe .
    La CGT est déja prête pour l’arrêt du redémarrage .

  • Sans parler du terme choisi de brigade aux relents de révolution bolchevique

  • Je cite : « Seulement, Édouard Philippe a précisé qu’au sein de ces brigades, les équipes médicales auront en renfort des personnels de l’assurance maladie, voire du personnel du département et associatif. L’élargissement de telles équipes à du personnel non soignant pour traiter des données aussi sensibles peut potentiellement être un danger pour la vie privée. Il nous faudra être particulièrement vigilants sur le sujet. »
    Qu’est-ce que le personnel de l’Assurance Maladie ou les associations viennent faire là ? Vigilants sur quoi ? A part les renvoyer car à ma connaissance il ne s’agit pas de personnes assermentées comme les policiers, il devrait être possible de leur refuser l’entrée du domicile. S’ils nous convoque, idem, ce n’est pas une convocation de justice. Plutôt que des brigades, ça ressemble d’avantage à des milices.
    Encore 1 truc ni fait ni à faire, mal bringué, mais capable d’appliquer la loi de l’emmerdement maximum. Et surtout très dangereux.

    • Oui tout à fait. Et des mesures uniquement prises à cause de l’incompétence absolue de ces dirigeants – peut-être le pire gouvernement de la Vème République – et, de plus en plus visible, par un trouillomètre à zéro du Premier Ministre et du Ministre de la Santé.

    • @Bigmatou
      Bonjour,
      « Plutôt que des brigades, ça ressemble d’avantage à des milices. »
      Ca s’appelle Kommandantur.

      « Qu’est-ce que le personnel de l’Assurance Maladie ou les associations viennent faire là ?  »
      L’Assurance Maladie chapote déjà la médecine.
      Les associations seront les matons, les garants du camp-du-bien, les « bataillons du premier degré » qui auront une dose de pouvoir officielle.

    • D’autant que les tests ne sont pas fiables…
      Il y a des faux positifs, et voici pourquoi.
      La positivité dépend du nombre de cycles d’amplification du PCR. Généralement on s’arrête vers 36, 37, 38 selon les labos ou les pays.
      Ce qui est énorme comme différence, car ce sont des puissances de 2 !
      Ce niveau dépend des labos et des pays.
      Il n’y a pas de norme standard d’étalonnage comme cela doit être le cas pour tout test de laboratoire, car ce virus n’a jamais été isolé correctement, selon la méthode reconnue en microbiologie.
      L’inventeur Karry Mullis, prix Nobel pour cette découverte, a lui-même dit qu’on ne pouvait pas utiliser cette technique pour isoler un virus ni pour évaluer une charge virale. Et c’est même parfois écrit sur la notice du test lui-même.
      Supprimer la liberté à un citoyen sur la seule base de ce test est ubuesque.

      • D’ailleurs ces précisions sur les tests permettent d’expliquer a posteriori les tergiversations du gouvernement pour donner l’autorisation à des labos vétérinaires de les pratiquer. Suivant le procédé, on n’a pas le même résultat.

      • Ubuesque totalement. Suffisant pour nos gouvernants pour restreindre les libertés, donner un sacré coup de tournevis et justifier l’injustifiable aussi. Mais cela leur suffit.

  • Les dérives autoritaires de ce gouvernement de Pieds Nickelés sont extrêmement inquiétantes. Elles remettent en cause les libertés publiques avec multiplication d’Ausweis, d’interdictions de circuler, contrôles de la population par des « brigades » sanitaires composées de fonctionnaires de la Sécu…. Il est grand temps de dire Hola! à ces apprentis sorciers.

    • Avec ce projet de loi pour la création de brigades-milices, ils s’affirment clairement comme des apprentis-dictateurs qui doivent être arrêtés.

      • Le problème est qu’on est une minorité à le penser, entre ceux qui sont confinés dans une peur irrationnelle et ceux qui trouvent pas mal de rester à la maison en étant payé…

  • Ce gouvernement est une nouvelle émission de téléréalité ,les Chtis ou les Marseillais au gouvernement!

  • Le 1er ministre continue de nier l’existence de traitements qui donnent une chance d’éviter de développer les formes graves de la maladie. Ce faisant, le pouvoir en place voue la population à être privée de soins. C’est criminel.

  • ah..vouloir de façon obsessionnelle avoid un poste à responsabilité…et une fois qu’on l’a , passer son temps à réfléchir à comment ne pas être en positon d’etre responsable de quoi que ce soit…

  • La démocratie dans ce pays était déjà mal en point :
    – médias quasiment tous aux ordres, entre aides publiques généralisées et capitalisme de connivence
    – référendum aux oubliettes depuis 15 ans
    – lois de plus en plus coercitives en matière de liberté d’expression
    – sans oublier la présidentialisation (jupitérisation, dirait l’autre) extrême du régime, l’Assemblée Nationale n’étant quasiment plus qu’une chambre d’enregistrement des décisions du gouvernement
    – et je ne parle pas de l’omniprésence de la bureaucratie, avec son cortège labellisé « exception française » de lois, règlements, taxes, cotisations obligatoires et contrôles en tout genre
    Ne manquait plus que l’interdiction de sortir de chez soi, de se rassembler, de manifester le cas échéant, et le renvoi des élections aux calendes grecques.

    Tout cela est très cohérent, ma foi ! CPEF…

  • Première urgence après déconfinement : se faire tatouer une carte de France dans le dos.

  • Chouette, on va avoir des brigades en plus de la police, gendarmerie, fisc, sécu… Seront-elles rouges, noires, blanches, de la paix chiite? Et comme au Mexique ou aux Philippines on aura le droit de tirer dessus?

  • L’interdiction de jouer au gilet jaune le samedi maintenu. Comme je ne suis pas surpris.

    L’appel à l’unité nationale n’a pas d’autre but que de réduire les opposants au silence. Tous derrière le chef même si c’est une grosse merde. Sans moi.

  • « Si les français sont au RDV… » Une nouvelle fois, la faute est mise sur le dos des citoyens. Et eux, tous ces guignols, seront-ils au RDV ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles