Éco-délégués : les nouveaux petits soldats verts

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Long Live Food by Poodien By: Jnzl's Photos - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éco-délégués : les nouveaux petits soldats verts

Publié le 24 septembre 2019
- A +

Par Michel Gay.

250 000 classes de collège et de lycée vont élire cette année au moins 20 000 « éco-délégués » pour participer à la mise en œuvre du développement durable.

L’objectif affiché est faire des établissements de l’Éducation nationale des « espaces de biodiversité, à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique ».

À la lumière de cette initiative gouvernementale, il est cocasse de se rappeler que l’Éducation nationale a refusé à des experts de venir parler de la production d’énergie nucléaire dans les écoles pour ne pas endoctriner les enfants…

Tout cela parait très bien mais rappelle étrangement la résurgence des « gardes rouges » (maintenant verts) pour encadrer une conscience éco-politisée qui peut donner lieu à toutes les dérives sectaires.

Leur mettra-t-on un col vert pour les distinguer ?

L’écologie ?

L’écologie n’est pas plus une science qu’une discipline cohérente ou une doctrine politique consistante. C’est une idéologie opportuniste, dogmatique, trompeuse et illusoire, dont la finalité est la même que celle des religions et croyances millénaristes.

Elle est devenue omniprésente puisque, parmi les politiques, « tous sont écologistes ». Comme chez les animaux malades de la peste dans la fable de La Fontaine : « ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés »….

L’idéologie écologiste est une des composantes de l’appareil idéologique sur lequel s’appuie l’exploitation de l’Homme (par l’Homme) dans le cadre des modes sociales actuelles.

Et les enfants sont mis à contribution dès le plus jeune âge pour « penser correctement », c’est-à-dire « vert ».

 Des couches sociales vivent dorénavant de ce marché de l’écologie qui n’est plus une « niche », et qui mobilise des sommes considérables allouées à des milliers de « chercheurs » dans d’innombrables départements universitaires.

Certains y font même carrière. Mais jusqu’ici, et depuis que « la maison brûle« ,  ils n’ont pas trouvé de réponse, sinon des motifs de stipendier encore et encore l’humanité.

L’écologie est devenue une l’idéologie instrumentalisée par la classe dirigeante en entretenant la confusion entre ce qui relève de la politique et des mœurs, et en faisant des amalgames captieux pour mieux asservir la pensée à la « vertitude ».

Une mode ?

La mode écologiste actuelle s’évertue à placer la protection de la nature et le sauvetage de la planète au sommet de toutes nos préoccupations.

Elle a l’avantage d’être transpartisane et consensuelle ce qui est bien pratique en politique et cette vertu contribue certainement à son succès médiatique.

Ce consensus n’est pas compliqué à créer : il s’agit de « réconcilier l’industrie et la nature » et d’insister sur l’urgence de protéger la planète.

Chacun définira la nature comme il l’entend, et l’urgence se définit par rapport à quoi ? Que devraient diminuer ou supprimer les « politiques éclairés » au nom de la protection de la planète ? L’industrie ? Pas si sûr…

Des industries sont absolument nécessaires au bon fonctionnement d’un pays, comme celles pour la production d’énergie. Les services eux-mêmes dépendent de la production industrielle (camions, trains, matériel médical des hôpitaux, électricité…).

Que deviendraient les activités de service si la production industrielle dont elles dépendent se tarissait ?

En revanche, la destruction des industries nationales offre une opportunité de croissance industrielle aux pays qui produiront pour nous tant que nous serons capables de leur acheter leurs productions.

Les guerres économiques en cours ne seront pas dissoutes dans une union sacrée mondiale pour sauver la planète.

Qui décidera quoi ?

Qui définira les « besoins sociaux » et les seuils à ne pas franchir « pour que le monde reste habitable » ? Mais habitable pour qui ?

Pour ceux qui ont les moyens de s’acheter des services et une énergie hors de prix, ou de s’enfermer dans des ghettos dorés comme à Dubaï avec climatisation et jardins ?

Malgré les « menaces inquiétantes » du réchauffement climatique serinées par les médias, le monde continuera d’être habitable pour longtemps encore, et l’humanité s’est toujours développée dans des périodes de « réchauffement climatique ».

Derrière l’« urgence climatique », l’écologie politique n’est qu’un moyen de faire accepter aux pauvres (« au peuple ») la sobriété énergétique et matérielle concoctée par des « pseudo-savants » et des « responsables » grâce à des techniques de communication éprouvées par d’autres idéologies (rouges, noires…).

Si le sauvetage de la planète était une urgence vitale pour l’humanité, alors au lieu de développer des énergies renouvelables intermittentes (éoliennes et solaires) qui ont besoin d’être complétées par des centrales à gaz et à charbon comme en Allemagne, la production massive d’électricité d’origine nucléaire (qui n’émet pas de gaz à effet de serre) devrait être une priorité mondiale, et notamment en France et en Europe.

Or ce n’est pas le cas.

Du point de vue de ceux qui ont le pouvoir économique et politique, le « sauvetage de la planète » et la « protection de la nature » ne sont que des slogans permettant de justifier de nouvelles taxes « écologiques » qui servent d’enrobage pour promulguer des lois impopulaires.

Endoctriner les adolescents à l’Éducation nationale, via des « éco-délégués », pour soutenir et développer cette tromperie est détestable.

 

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • C’est sympathique cette communion avec la nature . cela ne date pas d’aujourd’hui ,il fallait sortir les enfants des murs des villes ,il y a eu les classes vertes les sejours ski ecole etc.je doute qu’un seul parent ne soit pas d’accord avec ca…..biensur , nos gauchistes de l’éducation nationale ont récupéré le bébé et vont former leurs soldats…mais beaucoup échapperont a cet endoctrinement ..depuis le temps que cela dure , ils sont toujours tres minoritaires .

  • Les régimes totalitaires embrigadent les enfants, car ils sont les plus faciles à endoctriner. Le marxisme culturel, qui est l’idéologie dominante, est un totalitarisme.

  • « . C’est une idéologie opportuniste, dogmatique, trompeuse et illusoire, dont la finalité est la même que celle des religions et croyances millénaristes. »

    voila rien d’autre , l’éducation nationale politise son enseignement, cette administration est définitivement pourrie!

    • Et ce n’est pas d’aujourd’hui.
      Vive la mort de « l’Education Nationale » et l’Ecole Libre.
      Il va bien falloir, au dela de ne pas accepter cet endoctrinement des petits enfants, voir que cette « institution » ne mène à rien.

      • l’objectif est clair , comme le marxisme ne permet plus de projeter des milliers de gosses dans les rues pour augmenter ou protéger leurs « akisocios »…
        l’arrivée de la defense de la planete tombe a point nommé
        et le message envers le gouvernement c’est celui là..
        touche a nos retraites et on t’envoie les gosses se faire matraquer par tes flics..

        c’est clair comme de l’eau de roche

    • Ensuite il faudra dépolluer (joli mot) ces endoctrinés

    • Disons qu’elle le politise depuis fort longtemps. Elle a commencé avec Jules Ferry mais la « teinte » politique était l’anticléricalisme, puis est passée au Marxisme plus ou moins « appuyé ». Celui-ci n’étant plus à la mode et la Sociale Démocratie ayant prouvé également sont inefficacité et son pouvoir de nuisance elle passe dans un espace plus confortable : l’Ecologisme. Quelle cause, de plus internationale, pourrait elle être plus belle ??

      Cela pourrait être fait de manière intelligente, notamment en fin de secondaire pour aborder le sujet d’une manière analytique, réellement scientifique avec la part de doute nécessaire etc…

      Mais il ne faut pas trop en demander. La facilité l’emporte.
      Les professeurs, finalement en minorité scientifiques, préfèrent ressasser bêtement les slogans des ONG écolos, du GIEC etc…
      Les Thunberg Jugend sont ils nés cette semaine ?

  • Le cerveau est une éponge. Celui des enfants est facile à imbiber…

    • @Marduk
      Bonjour,
      « Le cerveau est une éponge. Celui des enfants est facile à imbiber… »
      … ce qui est très paradoxal puisque les enfants sont gavés de grammaire, d’orthographe, de calculs depuis le Cours Prmaire, et qu’au secondaire, on se rend compte qu’ils n’ont pas retenu grand-chose.
      Le « réchauffement climatique » est distillé à longueur d’année quasiment dans toutes les matières étudiées. Le concept est juste bombardé par-ci par-là sans explication. Le meilleur (le pire ?) vecteur de ce bombardement est la Géographie.

  • Le communisme, comme idéologie réhabilitée et toujours « salvatrice » va bientôt montrer le bout de son nez ! Il est en embuscade derrière chaque mot d’une Greta, d’un Piketty et de leurs adeptes mimétiques.

  • Un argument supplémentaire pour les écoles indépendantes.
    Laissons l’Ednat creuser sa propre tombe…

  • Nul doute que l’on voudra préserver la biodiversité dans l’école: poux, cafards, mouches, mycoses, bactéries, virus, etc.

  • Méfiance quand même, car il s’agit vraiment d’un troisième totalitarisme, comme le dit Drieu Godefridi dans un récent ouvrage : « Si le CO2 est le problème, alors le vrai problème c’est l’homme lui-même », parce que toute activité humaine dégage du CO2. Les pères de l’écologie politique voient la planète comme un être vivant suprême, dont l’ennemi est l’homme. Ils fixent entre 700.000 et un milliard le nombre d’humains « tolérables ». D’où la proposition de ne pas se reproduire, le soutien à l’avortement et à l’euthanasie, à une agriculture improductive produisant de la famine, le refus des progrès des sciences, etc.
    Pour marcher, un totalitarisme doit avoir un ennemi. Pour les nazis c’était le Juif, pour les communistes c’était le « bourgeois », pour les écolos… c’est nous tous !

    • « pour les écolos… c’est nous tous ! »
      Oui mais c’est également leur point faible.
      Demandez donc à un écolo d’appliquer d’abord ses bons préceptes à lui même et à ses enfants (s’il en a) pour donner l’exemple avant de demander à ce que les autres fassent de même. 🙂 Succès garanti! Mais c’est vrai que cela plombe un peu l’ambiance par la suite 🙂 …

    • Avenir « vert-rouge » effroyable qui a fait pleurer Greta à l’ONU hier
      Aujourd’hui elle attaque la France devant les tribunaux pour inaction contre le climat ou pour je ne sais plus. Comment à 16 ans avec son handicap elle pense à tout ce qu’elle dit ? Je suis interpellé et ce n’est plus une tribune qu’il lui faut mais un ministère au moins au niveau mondial . Je souhaiterais une réelle transparence de tous ceux qui sont derrière elle et des moyens financiers pour ces accès médiatiques et ses déplacements car même verts ils coûtent.

      • GT, ce n’est pas une attitude issue d’une réflexion construite. GT, c’est une autiste Asperger.
        Au décours d’un épisode de dépression qui a duré plusieurs mois, elle s’est jetée sur l’environnement et sur sa pseudo dégradation qui l’obsède et l’angoisse comme à une planche de survie. Sauver l’environnement devient une attitude contra-phobique qui revient à essayer de sauver sa propre existence! A ce niveau, vous êtes imperméable à tout raisonnement car c’est psychiatrique. GT est sincère et pense de cette manière sauver sa propre peau. Comme ses parents sont écolos et sa propre sœur est également autiste, il n’ y rien pour contre balancer ce mode de pensée.
        Cela a parfaitement été compris et instrumentalisé par certains écolos qui ont vu l’intérêt d’une telle gamine pour leur cause et pour emporter l’adhésion d’une certaine jeunesse émotive et scientifiquement inculte.
        Comme elle est jeune, que c’est une fille, qu’elle est atteinte d’un trouble psychique, ils savent que personne n’osera l’attaquer de front sous peine de se faire conspuer ou taxer de sans-coeur ou autre! C’est bien vu.
        Mais l’inconvénient avec un tel trouble psychiatrique, c’est qu’il peut y avoir des débordements… La « violence » de ses déclarations récentes (qui n’auraient jamais été admises de la part d’un adulte) me fait penser qu’on n’est pas loin d’une déclaration excessive cassant un peu son image. Il suffit d’attendre en s’opposant gentiment mais systématiquement à ses demandes…

        • merci de cet éclairage.

          Ceux qui instrumentalisent les troublent de la petite Greta sont des criminels !

        • Je n’ai pas votre optimisme. Dans l’Allemagne de 1933 (et même dans la Russie de 1917-18), les démocrates pensaient que les tarés nazis (ou bolcheviks) qu’ils avaient en face d’eux ne feraient pas long feu, qu’il suffisait d’attendre, qu’ils seraient faciles à manipuler (cf Von Papen en Allemagne), que leur idéologie était trop extrémiste pour être acceptée par la population, que la folie d’un Hitler ou d’un Lénine sauterait bientôt aux yeux des gens… c’était sous-estimer la puissance de l’endoctrinement, et la détermination d’une minorité certes, mais une minorité bien organisée, à prendre le pouvoir et à éliminer toute opposition.
          Je crois que ces tarés de l’écologisme radical sont un danger à prendre en considération au même niveau que ceux qui souhaitent l’islamisation de la France.

          • oui…je ne suis pas optimiste…il ont déjà gagné la bataille du langage..tout le monde reprend les éléments de leur catéchisme..planete en danger toussa..

            • ..d’un autre coté… le langage permet de gagner des élection et de faire des promesses..d’un autre coté vient le moment de payer..et là ils peuvent perdre je pense.

  • Vite une question avant le 16 septembre 2019. Zut on est le 24.
    Je pose quand même ma question:
    Qui va former et quels contenus de cours pour ces 20.000 tout juste « élus-éco-délégués » = futurs-gardes-verts à la rentrée scolaire 2019 ?
    Information du ministère de l’éducation nationale – 16/09/2019
    « Des élèves éco-délégués pour agir en faveur du développement durable

    https://www.education.gouv.fr/cid144975/des-eleves-eco-delegues-pour-agir-en-faveur-du-developpement-durable.html
    Que vont devenir ces 20.000 collégiens et lycéens (par an) après ce formatage (ils vont même apprendre à faire des manifestations) ?

    • Je tente le coup: peut-être vaut-il mieux que la jeunesse soit un peu formée à l’ écologie maintenant sous un régime politique qui n’ a pas encore sombré corps et âme dans le « pastéquisme » et qu’ il va être question ( peut-être) de mettre toute cette belle jeunesse face à ses contradictions: ce qu’ elle revendique s’ oppose frontalement à son hyper consumérisme.
      En fin de compte, il est question de canaliser ces angoisses existentielles afin d’ endormir toute idée révolutionnaire, au détriment bien entendu de l’ enseignement, qui seul s’ il était bien mené ferait avorter d’ un coup d’ un seul ce genre de délire mimétique.

      • « peut-être vaut-il mieux que la jeunesse soit un peu formée à l’ écologie » : la question est par qui et sur quelles bases scientifiques.
        L’éducation nationale étant incapable d’apprendre notre langue à ses élèves la « barre me semble trop haute »…

  • Faut pas s exciter. Nos dirigeants se proclament ecolo juste pour ramasser des voix. Il n y a qu a voir ce qui c est passé hier a l ONU: dès qu il s agit de faire quelque chose de concret (ici pour reduire l emission de gazs) il n y a plus personne.

    Quant a l Idee des eco delegues, c est du meme acabit que celle de Sarkozy de faire que chaque classe « adopte » un enfant juif eliminé par les nazis. Une Idee delirante qui passera pas l hiver

    • Cela fait plus de 50 ans que les socialo-communistes-trotskistes-léninistes-maoïstes-castristes- chavistes etc…ont phagocytés tous les lieux de pouvoirs, fabriqués des ONG et associations pour nous imposer un état totalitaire à leur image. J’ai mis état totalitaire volontairement au singulier parce que la comparaison avec un système libre a toujours été fatal aux expériences communistes régionales.

    • Vue la « catastrophe mondiale » du climat qui arrive selon les écolos, les médias, et les politiques, je pense malheureusement que cette idée pourrait passer l’hiver et bien plus encore…

    • Sauf que le soit-disant dirigeant à la tête du pays va se faire déborder comme un has-been.

  • Le but des « progressistes » qui inspirent nos élites est l’instauration d’un Etat totalitaire mondial.
    Un des moyens d’y parvenir est le totalitarisme climatique. Un autre est l’islamisation, un autre la destruction de l’éducation. Bref, tout ce qui peut détruire la civilisation judéo-chrétienne ouvre la voie à l’Etat totalitaire mondial.

    • Cela ne date pas d’hier. Déjà les idées des Jean Monnet et autres Schuman allaient dans ce sens. Pragmatiquement, ils ont commencé par l’Europe. Mais les « hommes de Davos » verraient bien un gouvernement mondial dirigé…par eux-mêmes et les bueaucrates/pantins qu’ils auront eux-mêmes désigné.

  • C’est tout bonnement sidérant. J’ai été lire la page citée en début d’article (https://www.education.gouv.fr/cid144975/des-eleves-eco-delegues-pour-agir-en-faveur-du-developpement-durable.html) et on aurait effectivement bien du mal à parler d’autre chose que d’embrigadement où on va jusqu’à suggérer l’organisation de « marches vertes ».
    Je ne savais pas de quoi il s’agissait et en cherchant sur Google on tombe d’abord là-dessus https://fr.wikipedia.org/wiki/Marche_verte, référence à une marche pacifique marocaine pour récupérer le territoire du Sahara espagnole en 1975, donc rien à voir, puis sur cette page Facebook https://www.facebook.com/lesmarchesvertes où on croit comprendre qu’il s’agit d’aller convertir les élèves marocains à l’écologisme (qui a dit prophétiser ?).

    Et puis il y a ça :
    https://www.education.gouv.fr/cid144421/une-ecole-engagee-pour-developpement-durable-transition-ecologique.html

    Sur cette page, on constate la politisation du programme scolaire lui-même avec des perles telles que « L’enseignement scientifique dispensé à tous les élèves est entièrement consacré aux enjeux climatiques » pour l’année de terminale.
    Dire que c’est affligeant serait un euphémisme. On pervertit jusqu’à la mission même de l’école qui devrait s’en tenir à enseigner des faits, des outils de réflexion et des méthodes d’acquisition de connaissances.

  • J’ai cru au début que c’était une blague… Mais on est pas en avril… Ca donne pas envie d’envoyer son enfant dans une école de l’éducation nationale…

  • L’endoctrinement des gosses et leur perversion sont abjects.
    Car il y a les deux: l’adoration de Gaïa et la mise en place de la politique onusienne des « droits sexuels des enfants ».
    http://ecoleetsexe.fr/
    Il serait temps de se réveiller: nous sommes gouvernés par des psychopathes.

  • Je partage sans aucune réserve votre analyse et je trouve cette création d’éco-délégués très dangereuse.

    • c’est que les programmes soient contrôlés par l’etat qui est potentiellement dangereux..

      si l’ed nat se retournait sur son passé et regardait ce qu’elle a déjà enseigné… elle DEVRAIT devenir modeste…mais à l’instar du socialisme… ce n’est pas le fait d’avoir un programme centralisé et extatique d’enseignement qui est la cause..mais les personnes..trop racistes trop nationaliste trop consuméristes..trop je ne sais quoi..

      le problème n’est pas d’enseigner des conneries..le problème est de penser qu’on ne PEUT pas ou plus en enseigner parce que c’est NOUS…et qu’on est moins biaisé et plus « neutre que les autres…

  • Cet endoctrinement des jeunes par les Khmers verts de l’Éducation Nationale est non seulement détestable, elle est criminelle. Il suffit de voir la haine à peine voilée manifestée par une Greta Thunberg pour s’en convaincre : ce sont tous les « non jeunes », à savoir vous et moi, qui sont à leurs yeux coupables de leur avoir « volé leur jeunesse », et sans doute aussi leur avenir ; d’ici que nous soyons accusés de haute trahison et que la peine capitale nous soit bientôt appliquée, il n’y a qu’un pas dont je ne doute pas une seconde que les Khmers verts en question le franchiront, une fois au pouvoir et une fois les esprits suffisamment endoctrinés. Rien que les pogroms antijuifs, et autres Shoah, qui au cours de l’Histoire se sont mis en place sur des bases similaires (accusation de tous les maux puis élimination physique) devraient nous alerter.

    • Je partage hélas totalement vos appréhensions. L’histoire du siècle précédent avec ses effroyables totalitarismes devrait nous éclairer et nous rendre plus vigilant.

  • J’ai une bonne nouvelle dans cet océan de misère : le prof de SVT de mon fils qui est en 4ème, lui a parlé du taux de CO2 dans l’atmosphère, en expliquant factuellement ce que ça représente (à savoir, rien d’inquiétant)…
    Donc on peut espérer que certains prof soient plus objectifs que les Fuhrers de l’EdNat !!

    • @Sigisbert de Motafiume
      Bonsoir,
      Votre fils verra cette année en S.V.T que les végétaux ont un besoin primaire de CO2 et que, sans CO2, il n’y a pas de végétaux, donc pas d’O2. Toutefois, il se peut que le prof largue des expressions type « réchauffement climatique anthropique » ; « pollution » ; un petit bashing du nucléaire.
      Puisque vous vous intéressez, et c’es une bonne chose, aux cours que suit votre fils, jetez un oeil aux cours de Géographie, et à ce que contient le manuel.

      • En 4ème, le programme de Géographie porte sur la « mondialisation » et ses effets pervers bien évidemment… dont le R.C.A. Il sera aussi question des « flux migratoires », de leurs causes, de leurs provenances et destinations. Avec un petit zeste de « redistribution des richesses ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

On ne parle plus guère d’Al Gore. Il s’est médiatiquement discrédité par son train de vie luxueux, son enrichissement via des sociétés liées fortement à l’affaire climatique et à ses démêlés publics et croustillants autour de son divorce. Il n’en reste pas moins qu’il est toujours actif et a construit une organisation impressionnante constituant une véritable structure de lobby mondialisée avec des méthodes sophistiquées de communication et d’infiltration des cercles influents.

Tout est transparent, il suffit de visiter les sites de l’... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles