La compétitivité française, grande oubliée du pouvoir actuel

Le discours de la compétitivité aiderait à mieux comprendre le sens des efforts à accomplir, à mieux comprendre les réalités, les contreparties et les coûts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Source https://unsplash.com/photos/nAjil1z3eLk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La compétitivité française, grande oubliée du pouvoir actuel

Publié le 23 mai 2019
- A +

Par Xavier de Yturbe.
Un article d’Entrepreneurs pour la France

À un moment où la France est en quasi-faillite et déclassée en Europe, la Cour des comptes indique que le pouvoir actuel, loin d’avoir réduit la dépense publique, a engagé 206 fonctionnaires en 2018. Certes le nombre n’est pas important mais c’est un signe qui révèle que le pouvoir actuel n’a quasiment pas pris la mesure de la situation économiquement inquiétante dans laquelle se situe notre pays.

De plus, étrangement la notion de compétitivité qui pourtant commande tout : croissance, emploi, pouvoir d’achat, recettes de l’État donc les impôts et capacité de redistribution, équilibre du budget, indépendance nationale… a été presque, sinon totalement absente des revendications des Gilets jaunes, du Grand débat, des élections européennes.

Alors est-il peut-être bon de rappeler à titre d’exemples certaines données structurelles de notre pays basées sur les chiffres officiels, notamment de l’OCDE, d’Eurostat, de l’Insee, de la DARES… :

Le constat

Dans une Union Européenne à 28, la France n’est que 11ème pour le PIB moyen par habitant. Elle est 7ème pour le revenu disponible médian en standard de pouvoir d’achat.

Son taux de croissance moyen à 1 % depuis 2007 est l’un des plus faibles de l’Union européenne, en dessous de la moyenne de l’Europe alors que par exemple l’Allemagne a connu pendant la même durée un taux moyen de croissance de 1,5 % ;

La France est 11ème pour le taux d’emploi des 15-64 ans, son taux de chômage est l’un des plus élevés de l’UE, à 2 % de plus que la moyenne de l’Europe. Elle est aussi 11ème pour le taux des diplômés du supérieur en pourcentage de la population ;

Elle est 19ème pour sa balance commerciale avec un déficit cumulé qui est en valeur absolue quatre fois inférieur à l’excédent cumulé de l’Allemagne ; la part de ses entreprises actives dans l’industrie par rapport à leur nombre total est inférieure à celle l’UE.

Son taux d’auto-financement en pourcentage de PIB est de 30 % inférieur à celui de l’UE ; la France n’est que 13ème de l’UE pour son taux de création d’entreprises ; de 2000 à 2017 la part des marchés de la France à l’exportation dans la zone euro est passée de 17 % à 12,9 % ; de 2000 à 2016, la part des marges de l’industrie dans le PIB est passé en France de 5,9 % à 4,2 %, alors qu’en Allemagne elle a augmenté de 7,4 % à 9 %.

Le rapport des marges industrielles en euros entre France et Allemagne est de 1 à 3 alors que le rapport de PIB n’est que de 1 à 1,4 ; si la part française de marché était restée à son niveau de 2000, le montant des exportations de biens et services serait aujourd’hui de 210 milliards au-dessus du niveau actuel. Et le manque à gagner cumulé de cette perte de compétitivité depuis 2000 est ainsi évalué à 1700 milliards d’euros.

La baisse de la compétitivité française a donc un coût important. Et on le voit, tous ces indicateurs sont moyens ou médiocres et indiquent clairement que le pays a décroché depuis quarante ans. Pourquoi ?

Les causes

Trop de dépenses publiques

Elle détient depuis 2016 le record de l’UE, et même de l’OCDE :

Dans cette mauvaise performance elle est première de l’UE et de l’OCDE, et seconde dans le monde derrière la Corée du Nord !
Depuis 2007, les dépenses publiques ont augmenté deux fois plus vite que le PIB : 16 % contre 8 %.
Plus grave, cet accroissement a été majoritairement financé par l’accroissement des prélèvements sur les entreprises. Entre 1970 et 2000, cet accroissement a été de 5 % du PIB, soit la plus forte augmentation de l’OCDE et de l’UE. Les entreprises françaises subissent des prélèvements supérieurs à 6 % de moyenne OCDE et de 7 % moyenne UE. Elles sont ainsi les seules dans la zone euro à augmenter leur endettement faute d’un auto-financement suffisant.
Le taux net des prélèvements obligatoires sur la production est plus important en France de 8 % par rapport à celui de l’Allemagne.
Pour 1000 habitants en 2015, la France a 88,5 de fonctionnaires, soit 60 % de plus que l’Allemagne qui en a 55,7.

Pas assez d’industries

Depuis 1950, la production des administrations est passée en France de 13 % à 23 % du PIB tandis que la production de l’industrie est passée de 28 % à 14 %.
Or une loi générale de l’économie est que dans les grands pays développés, l’industrie est le premier levier de croissance.

Sa productivité est 3 fois supérieure à celle des autres activités, elle est décisive pour notre balance commerciale : entre 75 % et 80 % des biens exportés sont des biens industriels. Et l’emploi industriel crée des emplois aussi dans les services associés.

Ne travaille pas assez

L’âge moyen de liquidation des retraites est l’un des plus précoces d’Europe, le 3ème taux de pension de retraite en pourcentage du PIB, le plus coûteux de l’UE. Le pays a ainsi la durée moyenne espérée de retraites la plus élevée en Europe et donc la plus coûteuse. Le système français de retraites coûte 14 % du PIB, soit un quart de la dépense publique à 56 % du PIB.

La France est en 24ème position pour la durée hebdomadaire réelle par ordre décroissant dans l’UE, et elle a la 4ème position du coût horaire dans l’UE.

Les propositions

Au stade assez catastrophique où en est le pays, il faut d’urgence une véritable révolution culturelle et mentale en mettant la compétitivité internationale des entreprises françaises au départ et au centre de tout raisonnement.

De ce point de vue, il est pour le moins dommage que cette occasion n’ait pas été saisie par le pouvoir actuel à l’occasion du Grand débat. La compétitivité ne casse pas le modèle social, c’est elle qui le permet. Et réfléchir à comment redistribuer avant de réfléchir à comment produire prépare un gâteau plus petit pour tout le monde.
Mais cette pédagogie de la compétitivité ne peut avoir de sens que si dirigeants,  médias, élus et élites font une véritable pédagogie économique et si le niveau économique des Français est amélioré.

À ce sujet, pourquoi les sciences économiques fondamentales pour comprendre le monde ne sont-elles pas enseignées depuis la sixième, avec le même volume horaire que les autres sciences physiques ou de la nature ?

Nous avons pu constater durant les mois précédents où menait l’inculture économique : les Gilets jaunes réclament une hausse de salaire, mais dans une économie interdépendante, on ne peut gagner plus que sa productivité ; ils veulent davantage de services publics et moins d’impôts, mais c’est actuellement en partie incompatible sauf à faire un gigantesque effort de productivité dans les services publics, ce qui va prendre du temps.

Leur solution pour surmonter cette incompatibilité ? Faire payer les riches. Mais outre que la France est déjà l’un des pays les plus redistributeurs et égalitaires, le montant total des sommes prises aux riches ne suffirait probablement pas à assouvir la soif des plus pauvres. Une grande partie de ces riches a d’ailleurs déjà quitté le pays, provoquant un important manque à gagner pour la collectivité, notamment en termes d’emploi. Pourquoi ne leur a-t-on pas mieux expliqué ?

Le discours de la compétitivité aiderait à mieux comprendre le sens des efforts à accomplir, à mieux comprendre les réalités, les contreparties et les coûts.
Enfin, de nombreux pays occidentaux nous ont montré la voie du redressement ainsi que toute la panoplie des outils et méthodes nécessaires. Il suffirait de les adapter à notre situation. La France a de nombreux atouts, mais ce qui lui manque, c’est le courage de ses dirigeants.

Ceux-ci doivent urgemment se rappeler que le déficit de compétitivité et la dépendance vis-à-vis de créanciers internationaux finissent par être beaucoup plus douloureux socialement. Et les brillants économistes qui indiquent que la dette n’est pas dangereuse tant que les taux d’intérêt sont inférieurs au taux de croissance feraient bien de prendre conscience que les taux d’intérêt peuvent remonter à tout moment, et qu’il faudra bien rembourser un jour nos dettes.

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Le constat est bon mais la partie proposition est un peu faible. En gors l auteur dit qu il faut faire de l educatif afin que la population comprenne le Probleme.

    Meme s il est evident qu on ne peut pas faire des reformes si l essentiel des gens sont contre (a moins de sombrer dans une dictature), il faut aussi avoir une vue claire de ce qu on veut faire et des consequences des decisions prises (et eviter de dorer la pilule en expliquant qu il n y aura aucun impact)

    ex
    « Pour 1000 habitants en 2015, la France a 88,5 de fonctionnaires, soit 60 % de plus que l’Allemagne qui en a 55,7 » : une telle reduction de personnel n a aucune chance de se passer sans reduction des services. Il faut decider ce qu il faut supprimer, ce qu il faut rendre au prive et payant et ce qu il faut garder… et il ne s agit pas ici de supprimer quelques comites theodule mais de supprimer quasiment 1/3 des fonctionnaires !

    « Le système français de retraites coûte 14 % du PIB, soit un quart de la dépense publique à 56 % du PIB » : baisser les couts revient a baisser les pensions de retraites (soit directement soit en demandant aux retraites de payer la montagne de dettes qu ils ont accumule en votant Mitterrand ou Chirac)

    Bon courage au fou qui s y lancerait !

    • Faux! On sait très bien que certains services sont inutiles et que d’autres sont en sureffectifs. Par contre ceux indispensables en manquent curieusement, comme les services de santé et la police.

      • quels services ? qui representent combien de fonctionnaires ?
        on parle ici de reduire le nombre de fonctionnaire d un tiers !
        On peut eventuellement decider de reduire plus la haute Hierarchie qui coute cher que le bas paye au smic mais il n empeche, il faudra tailler dans les effectifs et ca ne peut se faire qu en abandonnant certaines choses !

        C est pas pour rien que la tentative de Sarkozy de reduire la FP en remplacant un fonctionnaire sur a ete un Echec. Sans redefinition du perimetre, c est mission impossible

        • Il y a beaucoup de choses dont l’abandon nous serait extrêmement bénéfique. Y-compris dans la fonction publique territoriale. Il me suffit de lire la feuille de choux de notre municipalité pour pointer des dizaines de postes et de millions…

      • C’est le propre du socialisme. Créer de la pénurie pour ce qui serait nécessaire et de l’abondance pour ce dont il ne faudrait surtout pas…

  • La compétitivité c’est la réalité. Les entreprises connaissent parce qu’elles sont confrontées à la réalité. Le monde politico-médiatique ne parle pas de compétitivité parce qu’il ne s’intéresse pas à la réalité.

  • Je suis globalement d’accord mais j’ai quelques remarques:
    -En tant que professeur, je vois que le nombre de profs (actifs) diminue régulièrement, et leur nombre totalement décorrélé avec les naissances (essentiellement le nombre de postes aux concours dépend des élections). Ca serait bien d’avoir un décompte des nouveaux/suppressions de fonctionnaires par domaine.
    -Enseigner l’économie en 6ième… A l’université, la plupart ne savent pas calculer un pourcentage genre +10%-10%=-1%. Les vendeuses dans les magasins non plus, c’est parfois pratique… Il faudrait une refonte complète de l’éducation nationale, une version où les élèves doivent travailler pour réussir et non pas seulement s’assoir sur une chaise.
    -La dette n’est pas dangereuse si son taux est inférieur à la croissance et que sa maturation est compatible avec ses possibilités de remboursement. Une bonne maturation pour la dette française serait 50 ans, et non pas 6 mois, la question de la remontée des taux serait donc injustifiée. La structuration de la dette est optimisée pour le court terme, ce qui est absurde et dangereux. Et les taux à 50 ans sont de l’ordre de 2.5%, ce qui montre la croissance nécessaire réelle à la soutenabilité de la dette.

    • Entièrement d’accord !

      4 français sur 3 ne savent pas compter…

    • C’est pourtant dans l’EN que le personnel est le plus nombreux comparé aux pays voisins comme la Grande Bretagne ou l’Allemagne. Pour un nombre d’élèves similaire (autour de 10,5 millions en 2011 hors maternelle et enseignement supérieur), l’Allemagne et le Royaume-Uni dépensent autour de 55 milliards d’euros quand la France affiche une dépense publique de 84,1 milliards et près de 1,3 million de personnes consacrées à l’éducation là où l’Allemagne est à 821.000 et le Royaume-Uni à 878.000.

      • Il y a beaucoup plus de bureaucrates dans l’EN en France

      • Il me semble que nous avons un des plus bas pourcentages d’enseignants qui enseignent. Mais comme même les enseignants ne savent pas pourquoi ni comment il faudrait remonter ce pourcentage…

  • Un constat très juste, malheureusement! Posez-vous la question de savoir pourquoi M. Macron ne tolère pas la compétitivité? J’ai une réponse qui peu sembler farfelue à première vue mais qui mérite réflexion, du moins à mon sens. Son double échec à l’entrée à Normal Sup l’a complètement traumatisé en écornant l’image qu’il avait de sa personne et en le portant à douter d’une compétitivité, pourtant sans ambiguïté, qui le mettait sur la touche. Après avoir décroché l’Elysée, non sans avoir éliminé ses concurrents avec un talent certain, il continue à tenter de se débarrasser par des méthodes plus ou moins subtiles de potentiels rivaux. La compétitivité , l’industrie, la réduction du déficit, le recul de l’âge de la retraite pourtant impératif, la réduction du nombre de fonctionnaires, bref, tout ce qui pourrait redonner un certain élan à la France, tout cela l’indiffère, apparemment. Avec lui, c’est « et moi, et moi, et moi, j’y pense et puis j’oublie », comme le chantait Jacques Dutronc!

  • L’IFRAP indique que la dernière publication de la Cour des comptes démontre qu’en 2018, la masse salariale de l’Etat a dérivé de +2 milliards d’euros, à cause de l’embauche de 12.000 agents supplémentaires…
    Si dirigeants, médias, élus et élites ne font pas de pédagogie économique, c’est parce qu’ils ne le veulent pas. Des fois que le peuple demanderait à s’affranchir de l’Etat…

  • Au stade assez catastrophique où en est le pays

    Avec l’élite au pouvoir qui chante que la transitude écoco-illogique est la priorité des priorités, cela va mal se terminer, car même les entreprises performantes vont piquer du nez, faute de ressources que l’état va ponctionner de plus en plus.

    Mais cette pédagogie de la compétitivité ne peut avoir de sens que si dirigeants

    Ces derniers ont baissé les bras d’entrée de jeu. Seule compte la réélection.

    Il suffirait de les adapter à notre situation. La France a de nombreux atouts, mais ce qui lui manque, c’est le courage de ses dirigeants.

    Excellent constat, hélas, mille fois hélas. Ce sont des pleutres, des lâches, des hypocrites sans la moindre qualité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au troisième trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles