Comment réformer l’enseignement de l’économie en France

La réforme de l’enseignement de l’économie prévue par le ministère ne changera rien. Ce qu’il faut établir, c’est la concurrence des idées dans le domaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
le destin du banquier -in la chasse au snark credits kluge (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment réformer l’enseignement de l’économie en France

Publié le 14 janvier 2015
- A +

On a appris récemment que le ministère de l’Éducation nationale envisageait de créer une nouvelle section du Conseil National des Universités (CNU), organisme chargé de la gestion des carrières des professeurs et maîtres de conférences des Universités.

Une réforme de l’enseignement de l’économie qui sent bon la politique

Ce projet a été élaboré pour satisfaire les revendications d’un certain nombre de professeurs, dits hétérodoxes qui se plaignent depuis de nombreuses années du caractère trop monolithique de l’enseignement de l’économie en France. Selon ce projet les professeurs d’économie pourraient être rattachés soit à l’actuelle section de sciences économiques soit à une nouvelle section, intitulée bizarrement « Institutions, économie, territoire et société » et qui – il faut le dire très clairement – serait essentiellement destinée à rassembler des professeurs et maîtres de conférences nettement orientés à gauche, comme s’il n’y avait pas déjà une domination de ceux-ci dans le corps enseignant des Universités françaises !

Ce qui est en cause n’est pas une simple question de corporatisme professionnel, c’est la formation future d’une partie de l’élite française qui est concernée par ce projet. Ceci est d’autant plus important que l’état des connaissances économiques des Français est déjà très préoccupant et qu’il ne pourrait que se dégrader si un tel projet voyait le jour ; pour le moment le ministère semble mettre provisoirement ce projet en attente.

Le débat sur l’enseignement de l’économie et sur le recrutement des enseignants est un débat récurrent en France. Il s’est exprimé en particulier dans les colonnes du Monde (et j’y ai, pour ma part, participé, dans un article du 3 mai 2013 intitulé « Pour la concurrence des idées dans l’enseignement de l’économie »).

L’enseignement de l’économie, une place trop grande aux mathématiques

Il y a tout d’abord un aspect du débat avec lequel je suis malgré tout d’accord avec les contestataires hétérodoxes. Ils dénoncent la place excessive des modèles mathématiques dans l’enseignement de l’économie, qu’ils caractérisent comme étant de nature néo-classique. Le recours aux mathématiques donne à l’économie l’illusion qu’elle constitue une discipline scientifique mais il conduit nombre d’économistes à se focaliser sur la formalisation et la sophistication de leurs modèles en oubliant presque, à la limite, les phénomènes économiques qu’ils sont censés expliquer.

Or, le caractère scientifique d’une discipline ne dépend pas de ses instruments, mais de la rigueur conceptuelle – la capacité à savoir clairement de quoi on parle – et de la rigueur logique – la capacité à développer un raisonnement cohérent. De ce point de vue les mathématiques ne sont pas suffisants, même si – il faut tout de même le reconnaître – ils rendent service dans un certain nombre de domaines de l’économie, en particulier en finance. Un économiste de l’école autrichienne est particulièrement sensible à cette question puisqu’il considère que les réalités importantes sont d’ordre subjectif, que l’action humaine est une activité d’ordre intellectuel, comme l’a si bien expliqué Ludwig von Mises. Des propositions peuvent être vraies sans être testables – car elles ne donnent pas lieu à quantification – à condition qu’elles reposent sur des hypothèses réalistes concernant le comportement humain.

Bien entendu, ce n’est pas pour cette raison que les économistes hétérodoxes s’opposent à la mathématisation de la science économique. Ce qu’ils souhaitent c’est une sorte de vague pluridisciplinarité par laquelle l’enseignement des questions économiques ferait appel non seulement à la théorie économique, mais aussi à la sociologie, à l’anthropologie, à l’Histoire, à la science politique, ou à d’autres disciplines, avec, semble-t-il, le souci d’y introduire une orientation idéologique bien précise.

Il y a là en fait, du point de vue purement scientifique, une régression pour la science économique car cette dernière, si elle est bien comprise, dispose tout de même d’une méthode qui lui permet précisément de traiter efficacement de problèmes qui relèvent traditionnellement d’une discipline comme la sociologie (ainsi que l’a montré, par exemple, l’économiste Gary Becker qui a développé aussi bien la théorie du crime que la théorie du mariage).

L’enseignement de l’économie en France n’a rien de libéral

Mais il y a par ailleurs une ambiguïté dans l’attitude des économistes hétérodoxes. Ils dénoncent l’emprise de la théorie néo-classique, mais ils assimilent cette dernière à une approche libérale de l’économie, qu’ils récusent par idéologie. Or cette interprétation est totalement erronée, comme je l’ai d’ailleurs souligné ci-dessus.

En fait l’approche dite néo-classique, en créant l’illusion que l’on peut et doit mesurer tous les phénomènes économiques et que l’on peut donc les maîtriser est l’instrument idéal des ingénieurs sociaux, de tous ceux qui croient avoir une connaissance suffisamment parfaite pour gérer l’économie. En ce sens on peut dire qu’elle est censée apporter des justifications à la gestion – supposée rationnelle – de tous les planificateurs, de tous ceux qui mettent en œuvre l’interventionnisme étatique.

On peut en trouver des exemples dans les travaux de tous ces économistes qui pensent pouvoir préconiser des méthodes efficaces de ce qu’ils appellent à tort la régulation des activités, alors qu’ils préconisent des réglementations dont les libéraux pensent à juste titre qu’elles détruisent la capacité des systèmes spontanés à s’auto-réguler. Mais ils ont évidemment intérêt à supposer que le libre fonctionnement des marchés n’est pas optimal afin de pouvoir faire fonctionner leurs modèles mathématiques1. Le débat concernant l’enseignement de l’économie – qui se cristallise actuellement sur le problème institutionnel du CNU – ne constitue donc en fait malheureusement qu’un débat entre différentes chapelles socialisantes et gauchistes.

Pour un vrai pluralisme dans l’enseignement de l’économie en France

Le pluralisme dans l’enseignement de l’économie est évidemment désirable, mais il serait souhaitable qu’il ne s’arrête pas à la frontière de la gauche ! C’est pourtant en grande partie ce qui se passe. Si, par exemple, les économistes d’orientation libérale – et plus particulièrement ceux qui se rattachent à l’école autrichienne – sont particulièrement rares en France c’est évidemment d’abord le reflet de l’environnement intellectuel français et de l’orientation de l’enseignement dans les écoles. Mais c’est aussi la conséquence d’un système très centralisé de recrutement où les décisions sont prises par divers comités qui se veulent démocratiques, mais qui sont pour cela facilement dominés par des représentants syndicaux (« démocratiquement » élus), davantage motivés par l’idéologie et les jeux de pouvoir que par la recherche de la véritable compétence.

Je me permets de citer comme caractéristique du fonctionnement de ce système universitaire l’expérience que j’ai pu avoir en 2003-2004 en tant que président du jury d’agrégation d’économie (chargé, tous les deux ans du recrutement des nouveaux professeurs d’économie pour toutes les Universités françaises). Le fait – exceptionnellement rare – qu’un libéral soit nommé président de ce jury – alors que ma nomination répondait aux normes traditionnelles dans ce domaine – a été considéré comme absolument inadmissible, de telle sorte que des collègues ont pu déclencher une incroyable campagne de presse contre les membres du jury et moi-même. Mais il n’est peut-être pas non plus sans intérêt de remarquer que l’administration du ministère de l’Éducation nationale avait décidé cette année-là de mettre au concours deux fois moins de postes qu’il n’était habituel, probablement du fait que je présidais ce concours. Et le ministre de l’Éducation nationale de cette époque – ministre d’un gouvernement prétendu de droite – Luc Ferry, a accepté cette décision, ce qui est également et malheureusement typique de ce qui se passe en France.

Comment alors assurer un véritable pluralisme ?

Cela semble impossible dans le système monopoliste public de la France. Comme dans tous les domaines d’activité, seule la concurrence pourrait garantir la diversité et une meilleure adéquation de l’offre d’enseignement aux besoins variés des étudiants. La France reste un exemple presque unique de pays où les Universités privées sont pratiquement inexistantes (avec l’heureuse exception des écoles de commerce et des Facultés catholiques). Ce n’est pas la création d’une nouvelle section du CNU qui pourrait garantir un vrai pluralisme, mais la fin du monopole étatique dans un domaine, celui de la production et de la diffusion des idées, où il est particulièrement nocif et injustifié.

  1. Je m’efforce d’expliquer l’étrange phénomène par lequel, en partant d’hypothèses à peu près identiques sur le comportement individuel, on aboutit à des propositions aussi divergentes que celles qui existent entre les néo-classiques et les autrichiens, dans le texte, « The Gap Between Austrian Economics and the Mainstream », chapitre de mon ouvrage, Competition, Coordination and Diversity – From the Firm to Economic Integration, à paraître en février 2015 chez l’éditeur anglais Elgar
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • J’ai le souvenir qu’en Classes Prépa Eco le professeur nous avait fait de merveilleux cours d’économie en nous présentant TOUTES les écoles… Ce qui m’avait beaucoup ouvert l’esprit sur les théories libérales !
    En même temps, classes préparatoires eco, en lycée militaire, c’est pas 100% de la population qui y a accès…

    C’est dommage cet aveuglement et cette « lutte de parti » au sein de l’enseignement… Seul un affrontement des idées sur un pied d’égalité permet de faire avancer le débat. Evidemment c’est pas en fRance que cela va se passer.. il serait trop horrible de voir son gagne-pain atterir dans la poche du voisin !

  • Francis, est-ce bien toi ?

  • En clair M. Salin réclame la liberté d’expression aussi pour les économistes libéraux. C’est d’une outrecuidance extrême en ces temps d’unité nationale. Rappelons que l’unité nationale a été définie par le groupe Téléphone autrefois : « il ne veut voir qu’une tête, alors il devient une bête ».

    Les socialistes lâcher l’enseignement de l’économie … ha mais LOL ! Et pourquoi pas lâcher la formation des juges tant qu’on y est ?

  • Le socialisme doit lâcher l’enseignement en général.
    Pourquoi s’indigner que l’enseignement de l’économie relève de l’endoctrinement socialiste ? Tout notre système public est dans ce cas.
    Pourquoi y aurait-il un système public sinon pour exercer le pouvoir ?
    Une école publique officiellement vouée à « l’égalité des chances » est une institution de la religion socialiste.
    Les propos de Pascal Salin sont donc à généraliser.
    Une école publique ne peut donc pas être pluraliste, pour plusieurs raisons.
    – un tel pouvoir sera toujours accaparé par des individus de mentalité socialiste, parce que tout instrument de pouvoir finit dans les mains des pires personnes – voir La route du servage, de Hayek.
    – sa raison d’être ne peut être que d’uniformiser, et seul le socialisme veut uniformiser la pensée
    L’existence d’une école publique est intolérable.
    Nous sommes dans une dictature socialiste, l’économie de marché est la seule issue respectueuse de l’homme.

    • « Nous sommes dans une dictature socialiste, l’économie de marché est la seule issue respectueuse de l’homme. »

      Je suis toujours content de tomber des Français autrichiens, c’est une espèce si rare, et pourtant si divertissante.

      Sinon, quand vous aurez fini de divaguer (au moins avant d’en arriver au complot socialo-judéo-féminisant), il sera toujours temps de tenter de préciser le contenu de cette pensée unique au sein du complexe médiatico-universitaire français.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Le 18 novembre, le Wall Street Journal signalait qu’une petite fusée, la Vikram Sriharikota (Vikram S), construite par la startup indienne Skyroot Aerospace avait atteint l’altitude de 89,5 km.

En soi cet événement est peu significatif car cette altitude a été dépassée et de beaucoup par toutes les grandes puissances spatiales, au premier rang desquelles la NASA, SpaceX, Roscosmos (Russie), l’ESA, la JAXA, la CNSA (Chine), l’agence publique indienne, ISRO (Indian Space Research Organisation) et même Blue Origin de Jeff Bezos (avec sa f... Poursuivre la lecture

Vendeuse de fruits devant ses étalages
1
Sauvegarder cet article

C’est une histoire, un témoignage, que l’on entend souvent.

Vous avez créé un produit, vous pensez qu’il est formidable, il y a déjà quelques clients. C’est le début de l’aventure de start-up.

Mais voilà, pour trouver les clients suivants, on se heurte à :

« Mais vous êtes trop fragiles, revenez quand vous aurez trois ans d’ancienneté et plusieurs clients », « je ne peux pas vous acheter votre produit car je ne veux pas que mon entreprise représente 80 % de votre chiffre d’affaires », « j’ai déjà un produit qui fait un pe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles