Prélèvement à la source et tarissement de la richesse

Le prélèvement à la source est beaucoup plus pervers qu’il n’y paraît. Il contribue par la suppression du choix à entretenir toutes les confusions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Goehring-salaire minimum-creative common

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prélèvement à la source et tarissement de la richesse

Publié le 1 février 2019
- A +

Par Simone Wapler.

Ces jours-ci, les salariés français recevront un salaire de janvier amputé par le prélèvement à la source pour ceux (la moitié des gens) qui payent l’impôt sur le revenu.

Un nouveau pas vers la route de la servitude est brillamment franchi. Le dirigisme économique nous confisque encore un peu plus de liberté de choix.

Les dirigeants d’entreprises sont désormais transformés en collecteurs d’impôts de leurs salariés ; auparavant, ils n’étaient que collecteurs d’impôt de leurs clients au travers de la TVA. Ils n’ont pas le choix.

Les contribuables qui refusaient la mensualisation de leurs impôts se voient désormais contraints et forcés d’accepter la saignée mensuelle plutôt que trimestrielle. Ils n’ont plus le choix.

Bientôt, tout le monde oubliera…

Les salariés sauront-ils à l’avenir ce qu’ils valent vraiment et ce qu’ils paient pour les services de l’État ?

Car le même procédé a été appliqué aux assurances sociales — et bien peu de gens savent combien elles leur coûtent vraiment.

Pour 1 700 euros de salaire mensuel net perçu, l’entreprise paie 2 988 euros par mois (charges salariales et patronales). Le salarié du secteur privé n’empoche donc que 57 % de ce que vaut réellement son travail. S’il touchait son salaire complet – soit 2 988 euros par mois – cela lui ferait plus de 75 % d’augmentation.

Évidemment, ces 75 % correspondent aux « charges sociales »  que l’employeur paie automatiquement aux organismes étatiques en situation de monopole et dépendants de la Sécurité sociale. C’est le fameux mythe de la « gratuité des soins ».

Il est très dommage que les europhiles soient autant attirés par l’Europe des normes, des taxations-subventions, du capitalisme de connivence et si peu par l’Europe de la concurrence.

Car en conservant les monopoles étatiques de l’assurance maladie et de l’assurance chômage, nous trahissons les traités internationaux qui nous engageaient à les ouvrir à la concurrence comme le font tous les autres pays de l’Union européenne.

La réduction des choix enrichissants au profit des monopoles abrutissants

Dans ces pays, les gens choisissent leurs assureurs. Ceci permet à chacun de prendre conscience de ce que coûtent réellement ces assurances.

Ils choisissent une assurance automobile ou un forfait téléphonique en confrontant les services et les garanties aux coûts demandés par le prestataire. Ils seraient capables de faire la même chose pour les assurances maladie ou chômage.

Il va sans dire que les prestations de nos services publics étant excellentes, ils ne devraient pas craindre la concurrence ; les gens opteraient naturellement pour les assurances maladie ou chômage étatiques, attirés par leurs excellentes garanties1.

Comment ? Quoi ? J’entends bêler « solidarité » ?

Précisons que la partie solidarité des assurances sociales – maladie, vieillesse – est financée par l’impôt et non pas par les cotisations, ce qu’ignore la majorité2.

Hé oui, c’est le mérite du prélèvement à la source, ça permet de tout confondre dans une grosse soupe…

Avec le prélèvement à la source, un pas de plus dans la confusion, l’ignorance et la dé-responsabilisation est donc allègrement franchi.

On paye, on ne sait plus quoi ni pourquoi et combien ça coûte.

Par la suite, certains s’étonnent d’avoir un « problème de pouvoir d’achat » ou d’être pris pour des vaches à lait.

Alors, un jour, ils enfilent des Gilets jaunes et se regroupent sur des ronds-points. Puis ils viennent défiler à Paris. Puis ils réclament davantage d’aides ou de subventions, plus de services publics, plus d’impôts pour les riches.

Ils repartent, ils ont déjà oublié que lorsqu’ils payent 1,45 euros le litre de gazole, ils acquittent 0,85 euros de taxes. Évidemment les 1,45 euros qu’ils payent à la pompe, c’est avec ce que l’État leur a laissé, après ses prélèvements…

Le prélèvement à la pompe est une variante du prélèvement à la source.

Le problème, c’est qu’à un moment la source s’assèche. Pour que l’eau se renouvelle, il faudrait qu’il y ait une véritable création de richesse.

Le monopole n’exige aucun effort et bride la créativité. La suppression du choix abrutit. Mais un économiste du XIXe siècle a dit cela bien plus joliment que moi.

“Détruire la liberté d’agir, c’est détruire la possibilité et par suite la faculté de choisir, de juger, de comparer ; c’est tuer l’intelligence, c’est tuer la pensée, c’est tuer l’homme”. (Frédéric Bastiat)

_____

Pour plus d’informations, c’est ici

  1. Attention : un soupçon d’ironie dans cette phrase.
  2. La CMU, l’assurance maladie des plus démunis est actuellement financée par les assurances complémentaires de santé, via la taxe de solidarité nationale.
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  •  » tuer l’intelligence , la pensée , l’homme… » , donc le transformer en zombies qui sert de vache à lait….le rêve de certains dirigeants quoi ….

  • Tous les fermiers vous le diront : c’est la vache qui meugle pour que le fermier vienne la traire

    • En principe son veau devrait le faire, mais le fermier le lui a pris !

      Pour la bonne cause:
      escalopes, blanquette, foie, etc…

  • Macron envisage d’instituer une nouvelle taxe : un prélèvement annuel le jour de notre anniversaire pour nous permettre de mieux le fêter. ça part d’un bon sentiment !
    Pour ceux qui refusent de se voir vieillir c’est con.

  • En fait c’est la même chose avec les loyers.
    La CSG est de 17,2% sur les revenus fonciers.
    L’IRPP d’un propriétaire est de 15, 30, 41 ou 45 %
    Au total 32,2, 47,2, 58,2 ou 62,2% du loyer repart en taxes
    Si l’on ajoute un IFI de 0,75% à son taux le plus bas pour un rendement brut de 3,75 % (soit un IFI de 20% du loyer) on atteint un taux de prélèvement sur le loyer payé par un locataire qui peut atteindre 82,2 % ce qui est exorbitant.
    Le loyer c’est comme l’essence à la pompe, l’essentiel, ce sont des taxes payées par le locataire consommateur.

  • Ils nous pompent à la source et à la pompe…
    Il y a des coups de pompe qui se perdent… Mais leurs fondements ne perdront rien.

  • Il daut rappeler que la solidarité est une vertu si elle est volontaire, ce qui pose évidemment le problème du consentement à l’impôt. Dès lors que ce dernier n’existe plus, il faut parler de spoliation ou de confiscation.
    L’expression générique utilisée par les économistes de « prélèvements obligatoires » reflète assez bien la réalité. Mais il ne faut plus parler de « solidarité ». Il n’y a aucune vertu là-dedans.

  • Il est intéressant de voir que le terme de « solidarité » s’est substitué à la « fraternité », parce que le mot est trop connoté « religieux ». En fait, la fraternité est le fait de considérer l’autre comme son frère, ce qui est un choix libre dicté par la raison. Nous ne vivons pas sur île déserte mais en société et nous avons besoin les uns des autres pour satisfaire nos besoins, nos goûts et nos envies. Par conséquent, un bon libéral acceptera de payer pour son frère parce qu’il sait que son frère payera pour lui et donc, qu’aucun ne sera spolié. Chacun offre et demande ce qu’il peut. Avec la solidarité (de solidus, le sou, monnaie d’or romaine !), il s’agit d’une injonction à payer pour ceux que l’État considère comme nécessiteux. Donc, ni le payeur, ni le bénéficiaire de la solidarité n’a la main. C’est l’État qui décide… avec les conséquences que l’on sait : on spolie les uns et on stigmatise les autres !

  • la retenue à la source telle qu’elle est pratiquée en France est une déresponsabilisation des contribuables.
    L’IR doit êtrte douloureux et parlant.
    le prélèvement par tiers remplissait parfaitement ce rôle et obligeait à suivre son budget.
    Il est vrai que pour l’Etat, avoir des « sujets » infantilisés et incultes est plus agréable et rentable!

  • Avec le prélèvement à la source un autre pas a été franchi dont on ne parle pas beaucoup. En effet en ce qui concerne les revenus fonciers l’état ne peut pas décemment demander à un locataire de prélever un pourcentage de ce qu’il paie au propriétaire pour le reverser à l’état. Donc Le fisc décide d’un montant mensuel (Basé sur les revenus fonciers de l’année précedente) qu’il prélève mensuellement le 15 du mois pour etre précis, sur un compte bancaire qui a été demandé au propriétaire. Et là, pas d’avis de prélèvement, pas de demande d’autorisation pour chaque prélèvement, pas de recu, rien du tout ! Le fisc , en meme temps que les coordonnées bancaire, vous demande d’envoyer à sa banque un formulaire d’autorisation de prélèvement permanent (je dis bien permanent !) signé par le titulaire du compte. Le fisc a donc la main sur le compte en banque en question, impossible d’arreter u de moduler ces prélèvements ( par exemple si vous n’avez plus de revenus fonciers en cours d’année) ou bien c’est 10% de pénalités aussitôt et automatiquement. Vous etes prévenu !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
temps de travail
0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l’Iref-Europe

Depuis 1975, le temps de travail a baissé de 17 %, soit 350 heures annuelles, principalement sous l’effet des mesures de réduction de la durée légale, pour atteindre 1609 heures par an en 2018, contre 1957 en 1975. Les deux baisses majeures sont intervenues sur la période 1975-1983 (- 145 heures) et sur la période 1991-2003 (- 210 heures) et n’évoluent plus depuis.

L’explication de cette diminution est multifactorielle : généralisation du salariat, montée du travail à temps partiel... Poursuivre la lecture

impôt sur les sociétés
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude et Pascal Salin.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici

Après avoir examiné l’impôt de capitation, l’impôt sur le capital et les impôts sur les différents types de revenus, nous devrions passer à la question de l’impôt sur la dépen... Poursuivre la lecture

Par Didier Cozin.

Alors que le patronat est sommé de négocier un accord sur le télétravail et que parallèlement le gouvernement use ses dernières cartouches financières dans un plan de relance nationale (France Relance) on est en droit de se demander si le Code du travail, tel qu’il est formulé, est au service de l’éducation et des compétences des travailleurs.

Quelques dates

Les réformes de la formation sont une longue litanie d’échecs et de faux semblants sociaux égrenés depuis la loi Delors de 1971.

1971 : la loi Delo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles