Tout ce qu’on ne vous dit pas sur la retenue à la source

Dans une quasi indifférence, une ingérence supplémentaire de l’Etat se met en place avec le prélèvement à la source.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chut c'est un secret credits Raissa (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tout ce qu’on ne vous dit pas sur la retenue à la source

Publié le 11 janvier 2018
- A +

Par Simone Wapler.

Lundi, le journal Les Échos titrait « Impôts : ce que change déjà la retenue à la source ». Le quotidien explique les modalités pratiques de ce changement.

En restant terre à terre, Les Échos passent selon moi à côté de l’essentiel. Il s’agit d’une regrettable mesure liberticide supplémentaire, d’une ingérence de plus dans nos vies privées. L’État transforme de force les employeurs en collecteurs d’impôts.

Un poids pour les entreprises

Le prélèvement à la source complique la vie des entreprises, leur fait supporter des coûts administratifs et les transforme en collecteurs d’impôts directs (elles sont déjà collecteurs d’impôts indirects avec la TVA et des « cotisations sociales »).

Les Échos :

Bien sûr, le coût et la surcharge administrative seront proportionnellement plus élevés dans les petites entreprises que dans les grands groupes (…)

Le plus extraordinaire de cette affaire est que les syndicats d’entreprises ont été quasi-muets, 60% des Français se déclaraient favorables à cette mesure et les farouches opposants se trouvent chez « Solidaires Finances Publiques », le syndicat des agents de Bercy !

Un parti pris pro grandes entreprises

Arguments que résume Impôts sur le Revenu :

La mise en place de la retenue à la source devra donc s’accompagner de dispositifs de contrôles efficaces afin de ne pas voir filer l’argent public. Il faudra s’assurer que les entreprises reversent bien l’impôt à l’État. L’administration fiscale est-elle bien équipée pour cela et surtout peut-elle faire face à cette mission nouvelle ?

L’objectif n’était pas de réduire les coûts de fonctionnement ? Raté !

Cette inertie des Français se comprend mieux quand on se souvient que 6 ménages sur 10 échappent à l’impôt sur le revenu et que 10% des contribuables en acquitte 70% du montant.

On entend souvent que le gouvernement Macron est « pro entreprise » mais il se révèle surtout pro grandes entreprises, capitalisme de copinage et capitalisme étatique. Et dépensier…

Une nouvelle usine à gaz

Pourquoi mettre en place cette usine à gaz ? Cette réforme – ou plutôt ce changement – est pour l’État théoriquement inutile. En effet, une grande majorité des ménages a choisi la mensualisation et est prélevée chaque mois du montant de leur impôt.

Lorsque les finances publiques françaises exploseront sous l’effet de la dette publique et qu’il faudra d’urgence augmenter les impôts imaginons le dialogue suivant :

DRH en décembre 2018

Vous savez Michel, nous sommes très contents de vos performances et la direction vous a accordé une augmentation de 12%. Nous espérons que vous serez encouragé à donner le meilleur de vous-même pour cette nouvelle année…

Michel en janvier 2019

Mais je ne comprends pas, j’ai une augmentation de 12% et mon salaire a diminué de 3% !

DRH

Michel, nous n’y sommes pour rien, vraiment. Vous savez bien que le gouvernement a voté en fin d’année un impôt d’urgence pour faire face à l’augmentation des intérêts de sa dette. Nous ne faisons que suivre les consignes de Bercy en ce qui vous concerne. Votre taux marginal d’imposition a augmenté et nous prélevons ce qu’on nous demande, comme lorsque la TVA est augmentée. Nous sommes désolés.

***

« Pas de taxation sans représentation » était le slogan des États-Unis au moment de la guerre d’indépendance.

Ceci a sanctuarisé le principe selon lequel celui qui subit la fiscalité a le droit de prendre part aux affaires publiques par la démocratie représentative, en élisant un représentant.

Ce principe n’existe plus depuis bien longtemps ; depuis que l’État providence se mêle de tout et qu’une minorité paye pour une majorité. Facteur aggravant, pour cacher la situation à la minorité, l’État recourt à la dette qui est, ne l’oublions pas, de l’impôt en devenir et qui n’a pas été prélevé en son temps, le déficit étant plus indolore au début pour les contribuables.

La France correspond à la définition du zombie financier retenue par la Banque des règlements internationaux ; l’État sera bientôt incapable de payer les intérêts de sa dette. C’est alors que la portée des mesures liberticides deviendra visible. Mais il sera trop tard.

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Il y a un point jamais évoqué consernant le prélèvement à la source :
    La’disparition d’un intermédiaire ,la banque de l’assuré.
    Ne connaissant pas le circuit bancaire ,y a t il un avantage à cela et pour qui ?

  • Il n’y a pas que les entreprises qui sont collectrices.
    Libéral quand je demande 100 d’honoraires il ne me reste, impôts sur le revenu déduits, au mieux 1/3 de ce que j’ai perçu.
    Je suis donc 2/3 collecteur (environ) : je prends de l’argent aux citoyens…pour le donner à l’état etc…

  • les plus farouches opposants …les agents de bercy ??? alors la on touche le fond !!! mdr!

  • Ca et la disparition du cash sont les plus grands dangers qui menacent les français.

    • Pour la disparition du cash nous pouvons encore réagir: gardons un peu de cash et payons au maximum en cash. C’est plus compliqué, mais il y va d’une liberté essentielle. Celle de détenir des fonds loin du regard intéressé de l’Etat.

  • « L’État transforme de force les employeurs en collecteurs d’impôts. »
    L’Etat transforme ceux qui paient en exécutants. Il y a déjà des collecteurs d’impôts, employés par l’Etat, rétribués par l’Etat avec NOTRE argent. En gros, je vais chez un mécanicien pour faire réparer ma voiture, mais de façon bien étrange, c’est moi qui ai fini par démonter,acheter, puis remplacer les pièces et réparer ma voiture. Le mécanicien n’a pas oublié de me faire payer la facture.

  • oui la dictature technocratique c est le chemin de croix de la pme le parcours du combattant!
    il faut laisser le temps aux chefs d entreprise de faire tourner leurs boutiques….
    sinon ça va faire très mal.
    mais bon ça n a pas l air de faire TILT là haut!
    D E S E S P E R A N T.

  • N’importe quoi, cet article ! On peut être contre le prélèvement à la source, ce qui est mon cas, sans pour autant verser dans les arguments débiles.
    Si l’Etat a besoin d’argent, il votera une augmentation des impôts, que les entreprises soient dans le circuit de la collecte ou pas.

    • La 1ère différence non négligeable en particulier en période pré-électorale, c’est que ce n’est pas l’Etat qui affrontera le mécontentement des contribuables mais l’employeur. Et vu la méconnaissance abyssale du Français en matière d’économie, la première suspecte de cette baisse de revenus sera l’entreprise.
      La 2è différence plus importante est que le prélèvement se pratiquant AVANT la distribution du revenu, toute tentative de soustraction de ces revenus à la ponction étatique est vouée à l’échec. Du moins pour les salariés qui représentent 89.5% des travailleurs actifs.
      Je ne vois pas en quoi ces arguments sont débiles…

    • Pourquoi Si … ? L’Etat surendetté de 5000 milliards a toujours besoin de pognon.

      S’il n’augmente pas les impôts, il viendra se servir directement sur vos comptes en banques, vos assurances-vie et autres placements.

      Regardez les résultats en Grèce, ils ont le prélèvement à la source.

  • Quelle duperie cette « démo représentative  » donc si je comprend vous payé l’ impot et vous élisé une personne pour vous défendre ok ça va , la suite , logiquement
    tous les gens payant l’ impot vont élire une personne pour les défendre ?
    En fait ce qui est probable c’ est que une personne élue représente un collectif d’ imposés et non des intérets individuels donc étant donné que les gens ont parfois des intérets contraires il y a forcément gagnant et perdant ( dupé ou coc)
    MORILLE Alain

  • Tant qu’a collecter les impôts au travers des entreprises (ce qui va devenir quasiment intégral, entre IS, TVA, Cotisation sociales, et maintenant IR), autant que l’État prélève l’intégralité de l’impôt sur l’entreprise, constituant de fait une « taxe » généralisée sur le PIB, vu que la totalité du CA des entreprises de France est égal a peu près a deux fois le PIB. On invente une nouvelle TVA 2.0 unique (Taxe sur le Volume d’Affaire) de 25% du CA, qui remplace la totalité de toutes les formes de prélèvements obligatoire, et au moins on fera l’économie massive de frais de gestion, et de prise de tête…
    OK, ca pique, mais ca simplifiera vachement l’usine a gaz actuelle… Et plus rien planqué sous le tapis dans tous les coins 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles