Comment les hommes en viennent-ils à emprunter la route de la servitude ?

La montée en puissance du nazisme a été assurée par le triomphe préalable des idées socialistes et l’évacuation du libéralisme en Allemagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment les hommes en viennent-ils à emprunter la route de la servitude ?

Publié le 2 décembre 2018
- A +

Par Corentin de Salle.

Corentin de Salle nous parle ici de La Route de la Servitude. En 1946 Hayek vit en Angleterre et sort cet ouvrage qui le rendra célèbre et dont même Keynes déclara qu’il en adhérait intégralement aux conclusions. Hayek signale qu’un danger menace l’Angleterre.

Selon lui, la route empruntée par l’Angleterre ressemble à celle empruntée par les Allemands il y a 20 ans. L’Angleterre nourrit en effet le même mépris pour le libéralisme du XIXème que l’Allemagne de l’entre-deux guerres. Hayek vivait en Autriche à cette époque et il a l’impression angoissante de la revivre. Or, la montée en puissance du nazisme a été assurée par le triomphe préalable des idées socialistes et l’évacuation du libéralisme en Allemagne.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Pour coller à l’actualité des gilets jaunes, il faudrait une vidéo similaire et débarrassée d’un grand nombre de tags qui la rendent inaudible en France : Churchill, Thatcher, Keynes, libéralisme, socialisme, etc …

  • Superbe présentation d’un livre assez complexe, tant Hayek multiplie les références, et qui n’était pas destiné au grand public. Bravo.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Bidault. Extrait de Si l’argent m’était conté…, 2012.

À Stockholm, la nuit est descendue depuis plusieurs heures. Le personnel s’affaire encore dans la salle bleue de l’Hôtel de ville alors qu’arrivent les premiers invités.

Un homme à l’allure juvénile — on lui donne moins de trente ans — les accueille. Grand, droit, en habit, l’ordre du Séraphin en écharpe, et à la boutonnière celui de l’Étoile polaire, il s’apprête à serrer mille trois cents mains. Il se livre à l’exercice pour la deuxième fois. Un an plus tô... Poursuivre la lecture

Il faut soigneusement distinguer les questions scientifiques et factuelles — les évolutions du climat et les moyens de s’y adapter — de l’idéologie venue s’y greffer, qui est l’idéologie écologiste. C’est une erreur de raisonnement, et la prospérité des idéologues écologistes, qui consiste à confondre (identifier) l’écologie comme science de la nature et l’écologisme comme idéologie politique.

Quand on prend connaissances des revendications concrètes des écologistes français, de Die Grünen en Allemagne, ou des écologistes belges — pour... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles