Pourquoi la démocratie ne porte pas au pouvoir les gens les plus compétents, selon Tocqueville

Tocqueville découvre la démocratie en Amérique et anticipe son avènement en Europe. Une vidéo de l’Ecole de la Liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la démocratie ne porte pas au pouvoir les gens les plus compétents, selon Tocqueville

Publié le 15 juillet 2018
- A +

Par Corentin de Salle.

Corentin de Salle introduit la pensée politique d’Alexis de Tocqueville, cet aristocrate à la fois admiratif et critique de la démocratie. Tocqueville découvre ce régime politique en Amérique et anticipe son avènement en Europe. Si la démocratie présente de nombreux avantages, il ne faut pas être naïf en occultant ses inconvénients. Parmi ceux-ci existe, selon Tocqueville, l’incertitude quant aux aptitudes des dirigeants élus.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Trump est sûrement plus compétent pour diriger la première puissance économique mondiale qu’un prof de droit comme Obama ou une avocate comme Hillary Clinton. C’est un homme d’affaire diplômé en économie!

  • Une démocratie sans contrôle est un leurre.

    Dans aucune démocratie les députés n’acceptent d’être contrôlés* et sanctionnés** 24/24 par des « questeurs » issus (par tirage au sort*) de la société civile, retraités de surcroît. Ils ont le pouvoir et s’y accrochent comme des m……. jusqu’à la prochaine.

    * à l’instar des jurés d’assise, du cantonnier au président de multinationale
    ** surtout les socialo-communistes (voir Mme Royale et ses CCC (Comité Consultatifs de Citoyens « autoproclamés »)
    *** positivement ou négativement

  • Voilà qu’on découvre que « la démocratie est le pire des systèmes à l’exception de tous les autres »! Parole de W.Chruchill avec +/- démonstration par K.Arrow.

  • Quand on voit le luxe de précautions que pratiquent les DRH pour recruter un salarié, on ne peut qu’être étonné par les conditions de sélection des personnes appelées à diriger l’Etat. Les qualités nécessaires pour être élu, assurance, savoir parler en public, entretenir son réseau, donner l’impression qu’on maîtrise tous les dossiers, voire démagogie… ne sont pas celles attendues d’un chef d’Etat : capacité à prendre des décisions, courage politique, sens stratégique, anticipation, souci des intérêts du pays…
    Dans l’ensemble les élus ont aussi une partie des qualités de l’homme d’Etat, mais quand on voit un Jimmy Carter ou un François Hollande, on ne peut que crier à l’erreur de casting !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Réuni ce vendredi à Matignon, ce qui s’apparente à un gouvernement technique en pleine campagne législative s’est vu confier sa feuille de route par le Premier ministre Élisabeth Borne.

Une feuille de route fondée sur trois priorités : le pouvoir d’achat, la santé et le climat.

Cette liste fait écho à une autre, adressée une semaine auparavant par le président de la République dans un tweet :

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1526250371638874115?ref_src=twsrc%5Etfw

 

Le chef de l’État évoque une... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

 

1984 de George Orwell est largement considéré comme l'un des plus grands romans du XXe siècle.

Le critique littéraire britannique V. S. Pritchett aurait pu parler au nom de beaucoup dans sa critique pour le New Statesman.

Après la publication de 1984, il écrit :

"Je ne pense pas avoir jamais lu un roman plus effrayant et déprimant. Et pourtant, l'originalité, le suspense, la rapidité d'écriture et l'indignation féroce sont ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles