L’écologie par la propriété privée : l’exemple lockéen

Justifiant l’importance de l’entrepreneur et l’illégitimité de l’impérialisme, John Locke a posé les bases d’une véritable écologie libérale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
John Locke (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’écologie par la propriété privée : l’exemple lockéen

Publié le 14 novembre 2017
- A +

Par Jonathan Frickert.

Tout libéral qui se respecte connaît l’excellent ouvrage de Pascal Salin intitulé sobrement Libéralisme et sorti en 2000. Véritable manuel de la pensée libérale, cet ouvrage comporte en son sein une des rares synthèses pertinentes de l’écologie libérale.

En la matière, la tendance actuelle, socialiste, vise à reconnaître les animaux, la Terre voire la Nature comme un sujet de droit et pose un authentique défi aux droits individuels. L’écologie se veut être l’étape supérieure du progrès, entendu comme l’extension de la logique égalitariste à tous les pans de la vie.

Alors que la pensée libérale est marquée par l’importance de la propriété privée, la problématique écologique, bien avant Salin, a connu des réponses reconnaissant son plein effet environnemental.

La propriété et le vol

Reconnue par l’article 2 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, monument de droit naturel, la propriété est un sujet aussi bien philosophique que juridique.

Si l’État semble garantir, comme il le devrait au regard des théories jusnaturalistes, la propriété privée, il est bien souvent l’ennemi de celle-ci, à coups d’impôts, de réglementations, de monopoles ou encore de la carte « intérêt général », sortie en dernier recours pour justifier la notion de propriété publique ainsi que l’inflation galopante des exceptions.

Aussi bien juridiquement que philosophiquement, la propriété est pourtant une réalité tangible. Définie comme un ensemble de prérogatives exclusives dont dispose un individu sur des choses, la propriété est démembrée entre un usus, un fructus et un abusus : un droit d’usage, un droit de vendre ou de détruire, un droit de faire fructifier son bien pour en tirer un profit.

Ce dernier démembrement de la propriété fera dire à Pierre-Joseph Proudhon que la propriété « c’est le vol », voyant dans le fructus un instrument d’exploitation. Le théoricien franc-comtois préfère à la propriété une idée selon lui plus palpable : la possession, association de l’usus et de l’abusus.

Plus loin, le contractualiste Jean-Jacques Rousseau voit dans la propriété une convention sociale, l’État étant le maître absolu de tous les biens existants justifiant ainsi la loi du plus fort, omettant le caractère profondément naturel de la propriété.

Objet d’étude incontournable de la pensée libérale, la propriété est, au contraire, vue à la fois comme naturelle et comme le premier garde-fou de l’oppression. Ainsi, la propriété n’est pas le vol, mais l’assurance de la liberté et donc son exact opposé. En cela, le rapport à la propriété est un élément qualifiant de la pensée politique.

Les physiocrates voyaient dans la propriété foncière la base de toute activité économique. Une pensée qui connaissait alors, pour principal inspirateur, un certain John Locke.

L’entrepreneur contre le rentier

John Locke reconnaît trois droits fondamentaux justifiés par la nature même de l’être humain : la vie, la liberté et la propriété. Ces droits, naturels, précèdent toute institution humaine. Le juriste dirait qu’il s’agit des principes fondamentaux de toute l’espèce, justifiant l’inviolabilité de la personne.

La propriété de soi justifie alors la propriété de son travail. Pour Locke, la propriété naît du travail. Reprenant la tradition européenne de modelage de la nature selon les besoins humains, John Locke reconnaît la propriété dès lors qu’un travail a été fourni sur une matière première naturelle.

Le travail devient alors toute action visant à vouloir augmenter la valeur d’un bien. La chasse n’est pas un travail, de même que la récolte n’en est pas un non plus. En revanche, la cuisine ou l’agriculture sont des travaux. On voit déjà ici les prémisses distinction entre rentiers et entrepreneurs.

Dans une époque marquée par la découverte des Amériques, Locke distingue alors la civilisation occidentale des autres peuplades par la découverte de la propriété privée.

S’opposant à la théorie de l’occupation justifiant conquêtes politiques et occupations militaires, la théorie de la propriété-travail permettra aux disciplines du Britannique de tenir un discours anti-impérialiste bien en avance sur leur temps.

Mais l’impressionnante modernité des thèses lockéennes ne se limite pas à une simple affaire de conquête politique.

S’approprier n’est pas dilapider : le proviso lockéen

« En s’appropriant un certain coin de terre, par son travail et par son adresse, on ne fait tort à personne, puisqu’il en reste toujours assez et d’aussi bonne, et même plus qu’il n’en faut à un homme qui ne se trouve pas pourvu », écrit-il dans son fameux Traité du gouvernement civil paru en 1690.

Ainsi, de la même manière que la liberté a pour contre-pied la responsabilité, conséquence du respect du droit d’autrui, l’appropriation connaît une limite : celle de ne pas dilapider inutilement les ressources. Cette idée, loin d’être un principe collectiviste, n’est autre que la conséquence logique de la propriété par le travail, renforcée ici par l’idée d’adresse, c’est-à-dire de génie.

Robert Nozick qualifiera donc ce principe de proviso lockéen. Toute forme de gaspillage est donc une spoliation indirecte sur le bien que pourrait s’approprier autrui.

La limitation du gaspillage des ressources est donc une conséquence logique de l’idée que la propriété soit le fruit du travail, ce qui, paradoxalement, ne nie pas toute forme de rente, puisque la rente privée est régulièrement le fruit du travail d’un aïeul.

Concrètement, on parle alors de clause lockéenne, exigeant que toute appropriation privée n’oublie pas de laisser à autrui ce dont il a besoin pour sa propre vie. Cette clause, également dégagée par Nozick, légitime encore davantage la propriété.

La source du proviso est la pensée chrétienne dans laquelle s’inscrit John Locke. L’Homme ne dispose pas de la propriété de la Terre, mais uniquement de l’usufruit. Le gaspillage étant une aliénation matérielle, il devient illégitime.

Cette théorie implique donc une limitation de la quantité de terrain appropriable et, par là, de l’impact humain sur la Nature, bien avant les premières théories écologistes modernes et surtout en opposition totale avec les caricatures habituelles sur le libéralisme vu comme anti-environnemental. Des caricatures battues en brèche plusieurs siècles plus tard par l’excellent ouvrage de Pascal Salin précité.

John Locke, penseur du XXIe siècle

Si Locke a établi une théorie complète, il faudra attendre Adam Smith pour mettre en évidence le rôle du marché libre dans la juste affectation des ressources.

La théorie lockéenne de la propriété a pu donner lieu, dans un premier temps, à la théorie ricardo-marxiste de la valeur objective, omettant l’idée de profit, d’échange, et la distinction entre propriété et valeur. Locke voyait ainsi déjà dans l’économie libre un jeu à somme positive.

Justifiant l’importance de l’entrepreneur et l’illégitimité de l’impérialisme, John Locke a donc, plusieurs siècles avant l’excellente synthèse du professeur Salin, posé les bases d’une véritable écologie libérale.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Elle n’est pas un peu tiré par les cheveux cette démonstration !! A l’époque de Locke l’essentiel de la force de travail était humaine (donc avec des appropriations modestes). En outre, au début des installations dans les nouvelles contrées la démographie ne pesait pas et avec elle une concurrence quasi inexistante. Sans doute que le gaspillage y était alors une conséquence naturelle. En revanche avec l’augmentation de la pression démographique, la concurrence économique devait rendre le travail d’exploitation des terres plus efficace.

    • L’objectif de l’article est montrer que la propriété privée n’est pas opposée à l’émergence d’une réponse libérale aux enjeux environnementaux, replaçant le proviso dans son contexte socio-historique, et à aucun moment celui-ci ne propose son application contemporaine :).

  • Ce n’est pas très convaincant. Personne n’est obligé de ne pas dilapider les ressources qu’il possède. Je suis libre d’en faire ce que je veux. Simplement ce n’est pas ce qu’on constate en général – les gens font plus attention à ce qui leur appartient qu’à ce qui n’appartient à personne, et dès lors la propriété privée permet une meilleure gestion des ressources.
    Par ailleurs, l’auteur reproche à Rousseau d’omettre le caractère « naturel » de la propriété privée, mais écrit plus loin que Locke distingue la civilisation occidentale comme celle qui a découvert la propriété privée. Dès lors il est difficile de prétendre que dans « l’état de nature » la propriété privée existe.

    • Votre premier paragraphe devrait être transmis à Locke. Je n’ai fais qu’exposer un principe qui, dès l’origine, était conscient de la question environnementale.
      Ensuite, dire que la propriété est naturelle ne signifie pas qu’elle soit présente dès le départ. Lorsque Locke parle d’appropriation originelle, il sous-tend que l’appropriation était pas là à la base.

  • peut être qu’avec une description préliminaire de ce que l’auteur entend par écologie…

    • @ jacques lemiere
      Entre autres, oui! John Locke est mort bien avant la révolution Française, première du nom (sans faire semblant que la suite l’a « consacrée » avec un roi et 2 empereurs! On rit!).
      L’auteur raconte que John Locke « justifie » et la « propriété » et la colonisation et ce qui a suivi: une appropriation « légèrement abusive » des biens trouvés sur place sur le sol ou en-dessous!

      Et la priorité donnée à la « propriété » comme un droit « naturel »: déjà, la « nature » demande une bonne fois d’être définie: pour moi, ce terme abstrait est trop souvent utilisé pour être vraiment honnête! Donc un « droit naturel » est encore plus abstrait autant qu’opaque! L’article ne m’a convaincu de rien du tout! L’écologie fille du libéralisme: ça reste à prouver! Pas dans la théorie très ambigüe, mais dans la réalité d’aujourd’hui, pas de la fin du XVII ième!

      • Personne n’a dit que l’écologie était fille du libéralisme :).

        Cet article ne fait qu’expliquer que la propriété privée était vue comme une solution à la question écologique, et déjà il y a plusieurs siècles.
        Donc il est normal que l’article ne vous convainc pas que l’écologie est fille du libéralisme : ce n’est tout simplement pas l’objet de ma démonstration :).

      • « L’auteur raconte que John Locke « justifie » et la « propriété » et la colonisation et ce qui a suivi: une appropriation « légèrement abusive » des biens trouvés sur place sur le sol ou en-dessous! »
        Pourquoi ça me rappelle Staline : « ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi, on en discute » ?

        • « S’opposant à la théorie de l’occupation justifiant conquêtes politiques et occupations militaires, la théorie de la propriété-travail permettra aux disciplines du Britannique de tenir un discours anti-impérialiste bien en avance sur leur temps. »

          Vous avez bien mal lu ;).

  • Article reposant sur le même postulat navrant que de nombreux autres publiés ici : « tout dans la propriété privée, rien hors de la propriété privée, et rien contre la propriété privée » (et hop, un point Godwin pour le monsieur !).
    Je rappelle, en passant, que l’article 2 de la déclaration sus-nommée commence par la « liberté » et non par la « propriété privée ».
    Le libéralisme, c’est d’abord la liberté, avant d’être la propriété privée.

    • Je vous invite donc à relire la plupart des auteurs libéraux qui expliquent que la propriété privée est justement la condition première de la liberté, du fait de la définition même de la première.

      • Ceux qui affirment cela sont les « libéraux économiques », qui, pour moi, sont au libéralisme, ce que le canada dry est à l’alcool.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

L’immobilier occupe toujours une place particulière dans le cœur et dans le patrimoine des Français. Près de 60 % des Français sont propriétaires de leur résidence principale : une part en hausse depuis les années 1980, mais stable ces dernières années. Et 7 millions de Français sont multi-propriétaires (résidence secondaire, investissement locatif...)

Seulement voilà, malgré cette aspiration à être propriétaire, ce n’est pas toujours possible. Entre prix immobiliers qui ont grimpé et banques qui ouvrent moins les vannes du crédit, for... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles