Climathon, semaine 48 : bouquet final

La propagande climatique autour de la COP21 se devait de finir en apothéose !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Feux d'artifice (Crédits isamiga76, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climathon, semaine 48 : bouquet final

Publié le 2 décembre 2015
- A +

Par Benoît Rittaud.
(et le jury du Climathon)

Feux d'artifice (Crédits isamiga76, licence Creative Commons)
Feux d’artifice (Crédits isamiga76, licence Creative Commons)

Ce n’est pas sans émotion que le jury rend aujourd’hui son dernier verdict pour récompenser la plus belle pièce de propagande climatique. Le vainqueur de la semaine 48 fait honneur à la très haute tenue qui a prévalu tout au long de l’année, montrant une dernière fois que l’innovation dans la propagande la plus odieuse ne connaît pas de limite. Le Climathon finit donc en apothéose.

C’est Bruno Latour, notre Immense Sociologue des Sciences qui Sait Séparer le Bien du Mal, qui réalise l’exploit dont le jury n’osait rêver pour cette ultime semaine de compétition. Avec ses propos tenus sur Reporterre, dans lesquels il fait un parallèle non pas entre les attentats du 13 novembre et le réchauffement climatique (c’est déjà devenu bien trop banal) mais entre les terroristes et ceux qui contestent la crise climatique, Bruno Latour achève le Climathon. Il l’achève dans les deux sens du terme : il le couronne en l’élevant au firmament de l’abject ; il le termine en en franchissant les ultimes limites, là où la dérision n’est plus possible.

C’était peut-être la conclusion inévitable du Climathon : le rire peut beaucoup, mais il ne peut pas tout. Ami lecteur, tout comme vous vous installeriez avec respect et silence sur votre siège en attendant d’entendre le Messie de Haendel, prenez le temps du recueillement avant de prendre connaissance des propos si incomparablement odieux de Bruno Latour.

« Le 13 novembre est une préfiguration gore de la catastrophe qui suivra l’échec de la conférence de Paris et des suivantes. Si vous utilisez avec raison le terme de nihilisme pour décrire les militants fous, il me semble que le terme s’applique aussi, mais à une échelle démultipliée, à ceux qui ont aussi, à leur façon, le goût pervers de l’au-delà. Tout comme ceux qui se tuent en tuant, ceux qui prétendent ne pas aborder de front la grande mutation climatique, s’écrient au fond, selon deux registres différents mais qui résonnent avec la même stridence : « Vive la mort ! »

Il serait vraiment tragique qu’en s’occupant avec raison de détruire ceux qui ne peuvent que tuer pour un temps limité des innocents, on retarde une fois encore de s’occuper de ceux qui peuvent tuer massivement, longtemps, progressivement en entraînant dans leur délire bien d’autres êtres que les humains. S’il est légitime qu’un état d’urgence calibré permette de manifester en sécurité, il faut rappeler aux pouvoirs publics qu’il existe un autre état d’extrême urgence qui permette à la société civile d’apprendre comment repérer ses autres ennemis, comment s’équiper contre eux. »

Les accessits de la semaine

François Gemenne, qui n’avait pas ménagé ses efforts ces derniers mois pour se faire une place au Climathon, a longtemps tenu la corde pour la victoire cette semaine, avec cette interview publiée dans Rue89. Véritable synthèse de tout ce que la propagande climatique peut avoir de primaire et d’odieux, cette interview réussit le tour de force de rassembler plusieurs des propos les plus sublimes dont ont su nous gratifier les compétiteurs du championnat d’automne.

Pour faire l’éloge des propos de notre premier accessit, il n’est pas possible de ne pas commencer par ce lien, fait à l’aide d’une succession logique dont la rigueur laisse rêveur, entre les attentats du 13 novembre et le réchauffement climatique :

« l’urgence climatique et l’urgence terroriste posent la même question : comment vivre ensemble dans un monde globalisé ? Et, accessoirement, c’est le pétrole qui finance largement Daech… »

Une seconde forte pensée consiste à vomir sur Philippe Verdier, ce journaliste de France Télévisions viré il y a quelques semaines pour hétérodoxie climatique. Dans le registre des analogies faciles dont certains compétiteurs se sont fait une spécialité, celle de François Gemenne a tout spécialement plu au jury pour son caractère particulièrement hardi :

« Je ne veux pas accuser Philippe Verdier de défendre le Front national, mais il y a dans son discours sur le climat quelque chose qui se rapproche beaucoup de celui du FN sur l’immigration. Verdier dit que le changement climatique va produire une série d’impacts positifs en France, que c’est bien pour nous, que ça va créer une ambiance de vacances. De la même façon, le FN dit qu’il ne faut pas laisser les autres venir chez nous, parce qu’on est bien entre nous, et ce parti propose de créer une forteresse autour de nous. C’est la même logique. »

Pour apprécier comme il se doit ce morceau de talent pur, il convient d’avoir été préalablement formé à une façon de raisonner bien particulière, dans laquelle la rationalité ne tient aucune place. Une démonstration comme la précédente peut ainsi être dite « à la Gemenne » dès lors qu’elle fait un rapprochement des plus absurdes dans le seul objectif de traîner dans la boue un esprit déviant. Précisons à l’intention des néophytes de ce type de démonstration postmoderne que, malgré la phrase conclusive, la logique n’a rigoureusement rien à voir dans le propos, si ce n’est la logique de l’injure gratuite.

Vous êtes encore hésitant ? C’est sans doute que vous n’êtes pas fait pour être chercheur à Sciences Po. De la même manière, en constatant qu’environ 60% du prix du carburant correspond à des taxes (en France) tandis que les énergies « vertes » font l’objet de nombreuses aides fiscales (sans lesquelles les industries qui les développent ont d’ailleurs fâcheusement tendance à boire le bouillon), peut-être pensez-vous bêtement que l’énergie fossile est taxée tandis que les énergies « vertes » sont subventionnées. Si c’est le cas, vous avez tout faux, et il est grand temps d’écouter attentivement la parole du Grand Sachant :

« Le drame, c’est que nous avons déjà aujourd’hui les solutions technologiques qui permettraient de nous en sortir, mais elles sont trop peu utilisées, notamment parce que les énergies fossiles reçoivent énormément de subventions, ce qui rend les renouvelables moins compétitives. »

De même, si vous pensiez jusque là que les cyclones et les sécheresses n’avaient pas attendu l’invention des 4×4 pour frapper un peu partout et depuis toujours, hâtez-vous de vous mettre à la page et de prier pour retrouver le paradis climatique perdu :

« La vérité, c’est que le changement climatique est déjà là, c’est déjà une réalité. Les catastrophes naturelles déplacent chaque année 26 millions de personnes [plus que le nombre de réfugiés de guerre, ndlr], c’est une personne par seconde, et à ce chiffre il faut ajouter les déplacements liés à des dégradations plus lentes de l’environnement. »

Dernière perle de cette interview-collier : la reprise de l’indémodable idée que la démocratie, c’est ringard, et qu’il faudrait songer à faire voter les ours polaires (les « acteurs non humains »).

« Il y a un problème démocratique.
Les acteurs autour de la table sont toujours les gouvernements, comme on le faisait après la Seconde Guerre mondiale. Or, ceux qui ont le plus de leviers pour agir ne sont pas les États, mais les collectivités, la société civile, les sociétés privées. Il faut penser à mettre d’autres acteurs autour de la table, à signer d’autres types d’accords. On pourrait même représenter les acteurs non humains et les générations futures autour de la table. »

Au rayon « démocratie nouvelle », on soulignera le remarquable recyclage de l’ancienne tradition qui consistait à faire voter les morts : désormais, voteront ceux qui n’existent pas encore. Qu’est-ce qu’on innove, à Sciences Po…

Selon le bon vieux principe qu’une absurdité répétée un grand nombre de fois devient une vérité incontestable, Le Monde martèle une fois encore que les attentats du 13 novembre sont le « monstrueux rejeton » du chaos créé par le Terrible Réchauffement. Emporté par son élan, l’auteur de l’article démontre également que les actes de piraterie ont eux aussi la même cause. Attention, la démonstration est digne de Gémenne : le plancton est « affecté par le réchauffement » (c’est bien connu), moins de plancton implique moins de poissons, moins de poissons implique des pêcheurs désœuvrés et des pêcheurs désœuvrés impliquent des pêcheurs qui deviennent des pirates.

Les attentats du 11 septembre 2001 ? Le réchauffement climatique. La vague d’attentats à Paris en 1995 attribués au GIA algérien ? Le réchauffement climatique ! « Les événements d’Algérie » entre 1954 et 1962 ? Encore et toujours le réchauffement climatique. Le monde est enfin devenu simple.

Bien entendu, la plus grave conséquence des récents attentats est l’interdiction des marches pour le climat devant se dérouler en France en préambule au Sauvetage de la Galaxie Paris 2015. Heureusement, Nicolas Hulot, notre Commandeur des Croyants toujours aussi prompt à faire le bonheur de gens qui ne lui ont rien demandé, pense aux malheureux citoyens engagés et privés de sport ce week-end. Dans l’hebdomadaire Paris Match destiné aux jeunes, il présente une initiative « pour ne pas trop les frustrer » : la création d’un site pour trouver dans le monde un marcheur par procuration. Le principe est simple : vous ne pouvez pas marcher en France, vous vous inscrivez sur le site et quelqu’un le fera pour vous quelque part dans le monde. Le jury du Climathon, qui percevait déjà très bien l’intérêt concret de ce type de marches pour la sauvegarde de la Planète, soutient très fortement cette nouvelle riche idée du Commandeur des Croyants et il est très sensible à son symbole. Toi, pauvre Français frustré d’action et débordé par de nobles activités qui élèvent ton esprit, fais donc faire à d’autres la basse besogne de marcher dans le froid et la pluie de novembre et dis-toi que ton représentant marcheur à l’autre bout du monde sera honoré de représenter un petit bout de la France Éternelle.

La paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte, hélas jamais lauréate du Climathon, profite d’un portrait particulièrement servile brossé par Sciences et Avenir pour tenter, dans un effort désespéré de s’adjuger l’ultime trophée. Pour cela, en fine stratège, elle commence par une attaque en règle des odieux climatosceptiques, une passe d’arme souvent payante à défaut d’être originale. Elle a ainsi été « ulcérée par les attaques et les insultes » de ceux-ci (à sa décharge, Bruno Latour n’avait peut-être pas publié son texte au moment de l’interview), mais aussi « effrayée par le boulevard que leur laissaient les médias ». Une simple lecture des 47 premiers opus du Climathon suggère en effet toute l’étendue de ce boulevard médiatique. Manifestement, tout écart à l’orthodoxie est insupportable à notre climatologue. Toutefois, en scientifique ouverte et droite, elle milite pour l’organisation d’un « vrai débat » (on ne saura pas avec qui) et « pour un retour à l’éthique ». Pas dérangée par la contradiction, elle explique être revenue de Stockholm « choquée » par l’intrusion des politiques dans la science, avant de se lancer dans une entreprise de réhabilitation des écologistes, « caricaturalement perçus par une certaine élite comme « antiscience », en raison des oppositions aux OGM, au nucléaire, à la chimie… ». Valérie Masson-Delmotte a gardé intacte sa faculté d’étonnement – sans doute un effet de son sens éthique :

« Par un raccourci mental étonnant, les sciences du climat sont assimilées par certains à l’écologie politique et au refus du progrès, alors qu’ils parlent de la biodiversité et du climat de la même manière que les chercheurs. »

Sans vouloir être offensant vis-à-vis de Noël Mamère ou d’Emmanuel Cosse, ce dernier point ne contribue pas à nous rassurer sur l’excellence scientifique française. En tous cas, notre nouvelle égérie nationale du GIEC s’avère moins bonne politique que ses mentors, reconnaissant avec une belle candeur qui confine à l’acte de foi le peu de fiabilité des modèles actuels pour prévoir l’évolution du climat :

« On arrive à simuler correctement les climats passés, cela me donne confiance dans notre capacité à anticiper l’avenir, à prévoir des scénarios corrects de changement climatique. »

Sur le web

Lire sur Contrepoints le Climathon

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • A y bien réfléchir, il y a un lien entre le terrorisme et le climatisme: une population assistée en permanence, à qui le système éducatif n’apprend plus la culture et la réflexion critique, est plus à même de tomber dans le piège d’idéologies totalisantes.
    Le terme « abject » que vous utilisez est tout à fait approprié. Il montre simplement que les adeptes des idéologies en question sont aveuglés au point d’oublier complètement le respect de l’autre

    • Il reste encore à mettre les climato-septiques en camp de rééducation, pour leur laisser une dernière chance, puis, malheureusement, s’ils persistent dans leurs idées criminelles… « Sauver la planète » justifiera largement ces quelques sacrifices.
      Les « ennemis du Peuple » autrefois, les « ennemis de la Planète » aujourd’hui, même raisonnements, même procédés pour éliminer les gêneurs.

  • bon, c’est décidé, je fais préparer le bûcher.

  • prévoir des scénarios correct de changement climatique…..dame nature doit se fendre la gueule…..

  • On pourrait même représenter les acteurs non humains et les générations futures autour de la table.

    Ah, mais vous n’y êtes pas du tout ! Il ne s’agit pas de faire voter les ours polaires. Il s’agit des petits hommes verts qui ont prévu de s’installer sur terre prochainement. Il ne faudrait pas qu’ils découvrent une planète poubelle, tout de même! 😀

    • Bah c’est eux qui ont fabriqué les êtres humains, alors ils reviennent voir ce qu’on a fait de la planète. Ya intérêt à ne pas avoir foutu trop le bazar.

    • Tant que le Glaude nous donnera de sa bonne soupe aux choux, nous ferons régulièrement le voyage.
      On aime bien ça, nous, sur Oxo.

  • C’est du lourd cette semaine … a la fois , rien d’étonnant , science (pi)po nous pond des fournées de poulains prometteurs chaque année , bref vous ne serez pas à cours de sujet pour les prochains tiercés . Vous nous fournirez la liste des partants ? juste histoire d’organiser les paris en ligne pour pimenter la partie (à défaut de pouvoir la changer)

  • l’ONG OXFAM, en bonne ONG marxiste gavé de subventions, affirme même aujourd’hui dans libération que ce sont les 1 % les plus riches de la planètes qui émettent 75 % du CO2, et donc sont responsables de tous nos maux.

    la faute aux riches, comme d’hab …

    • Reste plus qu’à les mettre dans des camps pour supprimer 75% des émissions de carbone. La démocratie écologique est en marche !

  • J’aime beaucoup la logique Gemenne « le pétrole finance Daech, il faut donc s’en débarasser ». Je propose de l’étendre : Daech se finançant pour la majeure partie par des taxes, débarassons-nous des impôts.

  • Écroulé de rire par cet excellent article 🙂
    La logique gemenniste, quelle logique d’enfer. On pouvoir la lui appliquer…

  • Bonjour madame la Terre , je voudrais vous poser une question qui vous concerne de près : « Qu’est-ce qui est le plus dangereux pour vous : un climatosceptique (durée de vie limitée) ou un réchauffiste qui a des enfants (capacité de production de CO2 illimité dans le temps + consommation de ressources supplémentaires …. 😉

  • Si personne ne s’y oppose, je veux bien représenter les ours.
    J’ai un bon CV coté ours.

  • « On arrive à simuler correctement les climats passés, cela me donne confiance dans notre capacité à anticiper l’avenir, à prévoir des scénarios corrects de changement climatique. »

    Encore heureux qu’en calibrant les modeles sur des donnees historiques il aient des resultats de backtest corrects…

    • J’en reste pantois, c’est vraiment un pas de géant pour la science que d’être capable de « simuler » des faits constatés. Avant nous étions tout au plus capables de les analyser pour essayer de les expliquer, mais maintenant tous les espoirs sont permis pour les budgétivores parasites réchauffistes, ils vont pouvoir simuler et pourquoi pas modéliser l’effet papillon. Poincaré et Lorenz devaient être des ignares bornés à côté de ces prestigieux charlatans.

      http://chronique-du-papillon.blogspot.sn/

      Lorenz a su tirer des conclusions suite à son étude de la théorie du chaos : il est impossible de prévoir avec exactitude la météo au-delà d’une à deux semaines.

  • Au moins on aura gagné que c’est plus le libéralisme le coupable de tout, puisque maintenant c’est le réchauffement climatique 🙂

  • Si on recherche des volontaires, je veux bien voter pour les générations à venir.

    Pourrais-je débuter dimanche prochain ?

    • Le problème c’est que pour aller récupérer ton mandat, ou ta procuration, il te faudra trouver du plutonium pour alimenter la DeLorean : ce n’est pas écolo-compatible, et sur le marché noir tu alimenteras les finances de la cause terroriste.

      Il reste bien la solution à base de foudre, dont la fréquence augmente en ces temps de dérèglement climatique, pour fournir les 2,21 gigawatts nécessaires au convecteur temporel, mais c’est à tes risques et périls !

      Le modèle fonctionnant à base de bio-carburant, et recyclant les déchets organiques, est, quant à lui, malheureusement toujours au stade de prototype.

  • Merci pour cette superbe serie d’articles!

  • Merci à Benoit Rittaud et au jury du Climathon pour cette série d’articles qui ont réchauffé, acidifié, détendu nos cœurs.

    Pour peu qu’on écoute la radio, c’est festival de lauréats (la télévision je n’ose même pas y penser), j’espère qu’il y aura un « Climathon, l’after ».

  • C’est déjà fini? Dommage. Certains semblent d’ailleurs ne pas être au courant…

    http://www.courrierinternational.com/article/environnement-pourquoi-les-climatosceptiques-ont-tort

  • Bravo au site conteproints !
    Je suis climato sceptique et fier de l’être, pour des raisons 100 % scientifiques !
    Pourriez vous me transmettre ou mettre en ligne le document final de la COP 21, pour que chacun de nous puisse en mesurer le caractère de vœu pieux, non contraignant, infinançable, inacceptable pour de nombreux pays, avec ces promesses si lointaines qu’elles n’ont aucun sens, etc…..
    Merci

    HENRI

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Deux militants écolos s’en sont pris à une peinture de Claude Monet (1840-1926) en Allemagne, dix jours après le même type d’action médiatique contre un Van Gogh à la National Gallery à Londres. Cette fois-ci, ce n’était pas avec de la soupe que nos sauveurs du monde ont tenté de marquer les esprits mais avec de la purée.

NEW - Mashed potato attack on $110 million Monet painting in Germany.pic.twitter.com/dK8YCB2F1C

— Disclose.tv (@disclosetv) October 23, 2022

Au nom de l’alarmisme climatique ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles