Énergie et taxes : Macron marche sur la tête

Puisque le Président constate « que nous avons fait trop peu pour répondre au défi du changement climatique », pourquoi faire pire en décidant l’inverse de ce qu’il faudrait faire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La centrale nucléaire de Cattenom By: Gilles FRANCOIS - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie et taxes : Macron marche sur la tête

Publié le 29 novembre 2018
- A +

Par Michel Gay.

En réponse au mouvement populaire quasi-insurrectionnel des Gilets jaunes en colère contre l’augmentation des prélèvements divers, notamment les taxes sur les carburants censées payer la « transition énergétique », le président de la République française annonce le 27 novembre qu’il décide de détruire de la richesse en fermant jusqu’à 14 réacteurs nucléaires (sans effet sur les fameuses émissions honnies de gaz à effet de serre) d’ici 2035, et en dilapidant jusqu’à 8 milliards d’euros par an dans les ruineuses et inutiles énergies renouvelables.

Certes, le Président « demande à EDF de travailler à l’élaboration d’un programme de nouveau nucléaire » pour 2021 ». Mais alors pourquoi commencer par détruire ce qui est rentable, économique, et qui fonctionne parfaitement en toute sûreté, alors que l’État cherche de l’argent dans la poche des contribuables ?

Emmanuel Macron marche sur la tête. Qui va payer ?

Faut-il créer et faire réfléchir longtemps un comité Théodule pour s’apercevoir que ces orientations sur l’énergie vont peser sur le portefeuille de tous les Français, même ceux qui ne paient pas d’impôt sur le revenu, du moment qu’ils se chauffent et qu’ils se déplacent en véhicule, même en vélo électrique ? L’énergie étant à la base de toute production industrielle (ciment acier, verre, plastique…), les fins de mois vont devenir difficiles pour beaucoup de Français.

Remplacer la production stable, pilotable et bon marché aujourd’hui et demain des centrales nucléaires par des énergies renouvelables fatales, intermittentes, et subventionnées, couplées à des centrales à gaz pour les nuits sans vent (puisque le stockage est un rêve inatteignable) va considérablement augmenter le coût de toutes les énergies, comme en Allemagne et dans une grande partie de l’Europe.

En effet, par un effet de vase communiquant, les monstrueuses subventions diverses aux énergies renouvelables électriques (principalement les éoliennes et solaires) seront compensées par des taxes en augmentation, et même probablement par de nouvelles taxes sur tous les carburants fossiles dont le gaz, le fuel domestique et les divers carburants. C’est un suicide collectif européen !

Un constat juste mais une réponse catastrophique !

Puisqu’il faut « atténuer tout ce qui conduit au réchauffement climatique », et donc diminuer les émissions de gaz à effet de serre, pourquoi fermer des réacteurs nucléaires en parfait état de fonctionnement qui n’en émettent pas ?

Il est paradoxal, voire incompréhensible pour les Français, d’écrire :

  • « Le nucléaire nous permet aujourd’hui de bénéficier d’une énergie décarbonée et à bas coût (…) Le dispositif actuel, qui permet aux Français d’avoir les prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe, s’arrête en 2025. Il est pourtant indispensable que les Français puissent en bénéficier au-delà, tant que les réacteurs nucléaires sont toujours en activité ».

Puis immédiatement après :

  • « Je n’ai pas été élu pour ma part sur un programme de sortie du nucléaire, mais sur une réduction à 50 % de la part du nucléaire dans notre mix électrique. Et je tiendrai cet engagement ».

En clair, le Français peut aussi comprendre : « J’ai fait une promesse démagogique pour être élu. Elle est idiote mais je m’y tiendrai car je n’ai qu’une parole, et tant pis pour les conséquences néfastes sur le niveau de vie des Français ». Caprice d’enfant gâté qui refuse de voir et d’entendre la souffrance des Français ?

Puisque le Président constate « que nous avons fait trop peu pour répondre au défi du changement climatique », pourquoi faire pire en décidant l’inverse de ce qu’il faudrait faire ?

Pourquoi déclarer que les dirigeants politiques ont fait trop peu et « porteront la responsabilité principale d’avoir ajouté aux dettes économiques et sociales, que devront supporter nos enfants et nos petits-enfants, une dette environnementale d’une tout autre nature » alors que c’est précisément ce que vous faites en prenant des décisions coûteuses et insensées ? La fermeture prématurée de 10 ans de la centrale de Fessenheim coûtera 4 milliards d’euros aux Français.

Racket fiscal sous couvert d’écologie ?

Sur les presque 1 € de taxes diverses imposées aujourd’hui par litre de carburant automobile, environ 10 c€ (c’est énorme) servent à alimenter directement de dispendieuses gabegies qui ne servent pas la cause du réchauffement climatique, comme les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Il faut y ajouter l’augmentation rapide des taxes sur l’électricité, le gaz et le fuel.

Voilà où réside la véritable cause de la colère des Gilets jaunes qui ont la sympathie de toutes les couches sociales. Payer de force pour un service non rendu (c’est pour votre bien, on va vous protéger) à un nom : ça s’appelle du racket ! La révolution de 1789 a aussi été portée par les nobles révoltés…

Non seulement monsieur Emmanuel Macron marche sur la tête, mais il semble que tout le gouvernement entraîne les Français dans le caniveau.

Vouloir restreindre par l’argent l’accès au chauffage et à la mobilité, et donc aux libertés fondamentales des citoyens pour des raisons floues qui alimentent de puissants intérêts privés européens (pour les éoliennes) et chinois (pour les panneaux solaires), est extrêmement dangereux. Ne dit-on pas que lorsque l’avoine manque dans le râtelier, les chevaux se battent ?

Démagogie contre intérêt général

Pour cajoler les partis verts pendant sa campagne présidentielle, monsieur Macron a fait des promesses démagogiques sur le nucléaire et les énergies renouvelables dont le Président est aujourd’hui prisonnier. Il rappelle aussi dans son discours du 27 novembre que « la taxe carbone a été votée en 2009, 2014 et 2015, engageant beaucoup de responsables politiques ». C’est exact. Alors pourquoi l’ont-ils voté à l’époque ?

N’ont-ils pas vu les conséquences néfastes de leur vote, se sont-ils fait leurrer, est-ce une manœuvre politique dans la recherche d’un pseudo-consensus pour acheter une paix sociale à court terme, ou est-ce par une forme de lâcheté politique (après moi le déluge) qui ne voit pas plus loin que la portée du mandat électoral ?

Oui, monsieur le Président et messieurs les députés, les Français sont en colère avec quelques raisons car ils ont le profond sentiment que, pour de mauvaises raisons politiciennes qu’ils ne comprennent pas, les orientations que vous avez prises ainsi que vos annonces stratégiques pour la prochaine programmation pluriannuelle de l’énergie sont contraires à leurs intérêts et à celui de la France !

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  •  » décider l’inverse de ce qu’il faudrait faire ….. » typiquement socialiste ça ; j’ai l’impression que la soi disant intelligence de certain est carrément périmé …..

  • Apparemment, personne ici n’a entendu parler des directives européennes sur la promotion de l’energie produite à partir de sources renouvelables…
    Eh oui ! De la même manière que les « cars Macron » ne sont pas une belle idée franco-française, mais une obligation de libéraliser le secteur imposée par Bruxelles, nos jolis plans de developpement des énergies renouvelables ne sont pas une lubie macronienne ou royalesque mais bien une contrainte (chiffrée) européenne.
    Mais pour les politiciens nationaux, c’est toujours plus valorisant de faire croire qu’on est l’instigateur de cette politique volontariste qu’un simple exécutant…
    Pour info, le nucléaire, dans le dictionnaire européen, ne fait pas partie des energies renouvelables…

    • Sauf erreur la France aurait pu s’opposer a ces obligations, et le peut toujours ,l’alibi européen ne tient pas !

      • @ reactitude
        Enfin quelqu’un, ici, qui reconnait que « Bruxelles » n’y est pour rien et que jusqu’à présent, c’est toujours le conseil européen des chefs d’état et de gouvernement qui décide dans l’U.E..

      • @ reactitude
        Enfin quelqu’un, ici, qui a compris que « Bruxelles » n’imposait rien qui ne soit pas la décision du conseil européen des chefs d’état et de gouvernement, évidemment!

    • @joe ils appliquent les directives quand elles les arrangent. cf le 3%

    • Directive ou pas, remplacer une énergie fiable et bon marché par des énergies aléatoires et chères, est une décision stupide.

    • Pour info, il n’y a pas de directive Européenne que la France n’ait pas acceptée avant.
      La France n’est pas la seule à décider, certes. Mais si elle refuse une disposition, cette disposition n’a aucune chance de passer au niveau Européen.

      Ce n’est pas Bruxelles qui décide pour la France au final, mais bel et bien Paris.

      • tout à fait, il y a des conseils de ministres avant, il y a les votes du parlement européen après. Mais ces instances ne contrôlent plus la technostructure européenne qui ne vit que pour elle-même (traitements exorbitants et sans impôts).

        • @ breizh
          Non, l’U.E. n’est pas la France mais 27/28 pays qui décident ensemble entre chefs d’état et de gouvernement, encore souvent à l’unanimité.

    • Et qui décide au niveau européen ? Relisez le traité de Lisbonne, c’est plutôt bien expliqué.
      1. la Commission est l’organe exécutif, en binôme avec le Conseil européen
      2. le Parlement est l’organe législatif.

      Les membres de la Commission sont nommés par le Conseil.
      Le Conseil est l’assemblée des représentants des gouvernements de l’ensemble des états membres. Sauf à supposer qu’il y en a dans le lot qui ne sont pas démocratiques, on ne peut pas lui reprocher de ne pas l’être – pas plus qu’on ne peut pas reprocher au Conseil des Ministres en France de ne pas l’être.
      Quant au Parlement, il est élu par scrutin de liste à la proportionnelle. Pas mal démocratique aussi. En tout cas, assez éloigné de la dictature que vous essayez de dépeindre.

      • La démocratie europeenne, ressemble dans son organisation, à la démocratie française. Sur le papier. Dans la pratique, la Commission européenne a encore plus de poids sur le cours des choses que la technostructure française.
        Et malheur au pays qui n’applique pas les directives (et je ne parle même pas des règlements qui s’appliquent hic et nunc sans avoir besoin d’être traduits en droit national). Ainsi la France est, depuis quelques annees, sous la menace de sanctions financières pour l’air jugé trop pollué de ses villes. Voilà comment on s’est fait refiler les LEZ, déjà mis en place dans d’autres pays…

        • @ Joe Bar
          Non! La démocratie dans l’Union Européenne est bien plus profonde que la Vième, en France, pas démocratique à 100%!
          Ignorance ou mauvaise foi?

  • Le monde politique panique.
    Le dégagisme a créé le ‘nouveau monde » dans l’esprit de l’électeur, soit!
    L’administration a besoin de plus d’argent, et sa méthode pour en obtenir nécessitait des rouages complexes pour ne pas apparaître, élus ,syndicats, associations, agences etc..
    Jupiter s’est entouré de branquignols, forcement .. on ne s’entoure pas de gens plus grand que soi , sous peine de disparaître..il a fait le vide
    et le voila donc en prise directe avec madame michu qui est fauchée le 15 du mois, la pauvre.
    Bien sur que « en meme temps , « ni gauche , ni droite » c’était tentant. mais hélas , il y a bien 2 « France » celle qui gagne et celle qui rame ..
    Le probleme c’est que celle qui gagne n’est pas celle qui créée des richesses, comme partout ailleurs, mais celle qui vit de l’impôt!
    et que les gueux sont sensés alimenter avec leur sacrifice journalier..
    Alors forcement la révolte gronde mais on ne peut la contenir sans sacrifier le clergé, c’est a dire la famille (ceux qui vivent de l’impôt)
    qui servent a asseoir le pouvoir..

    Voila donc macron dans le rôle de louis XVI, (je trouvais que « hollande » était mieux dans ce rôle) lui qui se pensait Bonaparte!

  • Il y a un truc que je ne comprends pas : nos politiques n’ont aucun problème à s’asseoir sur leurs promesse, c’est même un sport naional. Ah j’ai compris ! Ces promesses là ont été faites à d’autres que nous, à leurs obligés. Bon je résume : il y a les promesses qui seraient utiles au pays : celles-là on s’assois dessus; et les autres promesses, celles qui leurs sont utiles à eux mais qui sont nuisibles, celles là on les honore toutes.

    • Ce qu’il faut comprendre, c’est que les politiques sont décidées pour beaucoup par d’autres que nous, à Bruxelles ou plus loin. C’est d’ailleurs le fond du problème démocratique soulevé par cette crise: le peuple finit par se rendre compte que ce n’est pas lui qui décide et que ses représentants représentent en fait dnautres intérêts.
      Il est significatif que le patron du Medef se felicite que tous ses pairs soutiennent maintenant la lutte contre le réchauffement climatique quand on sait la fragilité des fondements de cette thèse. Les élites mentent…

      • ben non, le peuple veut des reformes de l’administration , c’est simple , il est capable de voter n’importe qui pour que le couvercle de la poubelle socialiste saute, avec le systeme paritaire..

        • Ce n’est pas incompatible. Un extrait d’article d’Alexandre del Valle me semble un bon résumé:
          « Les manifestations des « gilets jaunes » révèlent l’existence d’une grave crise de légitimité politique qui touche en réalité l’ensemble des démocraties occidentales, vécues à tort ou à raison comme des « post-démocraties » ou des démocraties confisquées par des oligarchies liées aux intérêts transnationaux et financiers.
          Les protestations des « gilets jaunes » traduisent en effet la profonde crise que traverse la représentation politique classique (parlementaire) des démocraties libérales dans leur ensemble et dont les populismes ne sont qu’une manifestation parmi tant d’autres. Qu’il s’agisse du Brexit, de l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, de celle de Jair Bolsonaro au Brésil, de la coalition « populiste » Ligue-5 étoiles en Italie, ou même de la montée de l’AFD et des écolos en Allemagne, la rébellion des « périphéries », des « couches sociales faibles » et des professions libérales contre le fiscalisme, l’étatisme et l’injustice sociale est générale et croissante. »
          Il faut voir de quoi cette révolte est le signe. La France est un cas un peu extrême (à cause de sa tradition politique centralisatrice et du poids de l’administration) d’un problème général.

      • Les décideurs ne sont pas à Bruxelles.
        Ils sont dans les ministères, dans les hautes administrations : les hauts fonctionnaires.

        Ceux là même qui restent alors que les ministres passent.
        Ceux qui posent des lois toutes prêtes sur les bureaux des députés de la majorité (toutes les majorités récentes), qu’ils n’ont plus qu’à voter telles quelles.

      • Bruxelles ou l’écologie sont objectivement des alibis équivalents pour le racket fiscal. Ni l’un ni l’autre n’ont d’autre utilité que de détourner de la tête des décideurs sournois la juste colère de ceux qui paient…

  • Cinglant cet article de Michel Gay.

    J’ose, pour ma part, encore penser que dans sa démarche machiavélique (cf sa thèse d’étudiant sur Machiavel), Macron pousse son programme électoral jusqu’à l’absurde pour faire comprendre et admettre que finalement le nucléaire est la seule planche de salut pour l’énergie la plus propre et la moins chère.

    J’ai appris que la vérité est comme un projecteur dans les yeux : ça aveugle. Il faut que celui à qui on veut la transmettre se l’approprie par la bande. On peut rêver ?

    Mais ce sera tellement long dans les esprits que tout sera cassé bien avant.

    Ainsi l’espoir d’un sursaut pour la France s’évanouit. Elle qui avait montré le bon chemin dans les années 70…

    Jean, Émile

  • 1) attendez le passage au prélèvement à la source… je doute que cela calme la colère actuellement (même si ce passage se passe bien).

    2) le résultat des écologistes aux dernières élections montre bien que les français ne veulent pas de cette transition. C’est l’énarchie qui le veut pour augmenter ses pouvoirs et ses prélèvements sur ceux qui travaillent.

    2) Il serait peut-être bien de tordre le cou à ce concept d’énergie renouvelable : cela n’existe pas, car les installations à monter pour capter cette énergie ne sont pas renouvelables !

    • ni surtout les terres rares indispensables à leur filière et dont l’extraction provoque l’une des pires pollutions de la planète

  • politique idiote car le remplacement des 25% de nucléaires ne pourra se faire sans réactivations de centrales gaz ou charbon pour pallier aux défaillances dues à la météo qui frappent les EnR (regardez l’Allemagne championne de l’éolien, du solaire et … du charbon)

    Macron est le Grouchy de la politique énergétique : avec lui on l’aura … Blücher

    • Je crois aussi que ce qu’ils veulent c’est une diminution de la consommation globale d’énergie, tout en maquillant cela du nom de progrès avec une bonne couche de peinture verte.
      La consommation d’énergie est directement liée au niveau de vie…

      • Ils veulent surtout un contrôle accru sur leurs citoyens, et quoi de mieux pour cela que d’être, directement ou par le biais de la réglementation, le dispensateur d’énergie ? Ensuite, ça influe comme vous le dites sur le niveau de vie, mais tant que le citoyen lambda ne fait pas la relation…

      • on a déjà eu cette diminution de la consommation d’énergie : cela s’appelait l’occupation allemande

  • En parlant transition pour cause d’ecologisme militant, va t on importer du gaz de schistes américain et canadien grace a nos super terminaux de la côte atlantique au lieu du bon gaz que nous fournit nos amis européens ?

  • tout le monde a compris que Macron est entré en campagne pour les européennes avec sa transition climatique afin de récupérer les voix des écolos.
    Car son programme présidentiel n’a jamais parlé d’écologie et ce n’est que maintenant que la transition écologique l’a pris aussi soudainement qu’une colique!

    Et donc la France d’en bas doit payer le prix de la campagne pour les européennes de Macron ni plus ni moins!!!

  • Si M. Macron cherchait à se saborder, il ne pourrait faire mieux. Il dit tout et son contraire, se gargarise de paroles, est absolument incapable de voir les problèmes des Français et ne leur propose que des solutions ineptes: Un haut conseil et une réduction du parc nucléaire, l’énergie la plus propre qui soit! Il ne comprend décidément rien! Oui, il marche sur la tête!

  • AxS bonjour , sur les directives Européennes , lorsque celle-ci sont votés , vous avez 10 ans pour les applisuer voire 5 ans , si une directive n’est pas appliqué , vous etres condanné par une abstreinte à payer, à Bruxelles . Ex concret , lors de l’incendie du tunnel du Mont Blanc , les tunnels devaient être mis en conformité , la France l’a fait au dernier moment les parisiens se souviennent du bordel que cela occasionné !!!! Mais comme un ministre est concerné par une loi Européenne, il l’a range au fond du tiroir , comme un ministre dure 2 à 3 ans maxi en place , ce n’est plus son probléme….

  • l’ENA n’est pas une école c’est un système sélectif permettant de trier et sélectionner les plus cons parmi les cons. c’est un outil absolument génial, le problème c’est qu’on l’utilise a l’envers.

  • il faudra se souvenir de la stupidité de nos élites qui sabordent la seule énergie propre lors des prochaines élections.

  • +J’ai fait une promesse démagogique pour être élu. Elle est idiote mais je m’y tiendrai car je n’ai qu’une parole, et tant pis pour les conséquences néfastes sur le niveau de vie des Français +

    Et les 120000 ponctionnaires ❓ Évaporés au soleil ❓

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 22 juin dernier, Emmanuel Macron proposait lors d’une intervention à l’Élysée une « coalition de gouvernement » ou le vote de « certains textes » aux oppositions jugées fréquentables par le groupe extrême-centriste majoritaire à l’assemblée.

Des socialistes à la droite LR, la réponse a été claire : ce sera non. Pas question de cautionner la politique de l’exécutif, qui se trouve dans une situation politique particulièrement difficile, marquée par l’impopularité et un splendide isolement face à la montée de deux extrêmes concurrents,... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles