Faut-il se limiter à la réforme des retraites ? (2)

La véritable révolution dans ce pays serait que l’État foute la paix aux gens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Emmanuel Macron BY EU2017EE (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Faut-il se limiter à la réforme des retraites ? (2)

Publié le 21 janvier 2023
- A +

Première partie ici.

 

Le système par capitalisation 

Il est juste 

Il met fin à la spoliation légale. Il responsabilise les gens ce qui le rend performant. Il se recentre sur l’objectif qui est d’assurer par la prévoyance des ressources aux personnes pour leur permettre de ne plus travailler. Il sort de la mission de fausse « solidarité » attribuée à la répartition. La solidarité est du ressort d’un filet de sécurité financé par l’impôt, au profit des ménages en difficultés.

La redistribution, qui n’est que spoliation légale, disparaît.

Il n’y a plus qu’un seul régime pour tous. 

 

Il améliore l’économie du pays

Le nombre d’actifs « disponibles » ne doit pas être considéré comme le simple total démographique d’individus. Il faut le pondérer de leur productivité, leur niveau de formation, leur culture, leur expérience, leur courage au travail… Mais ce n’est pas tout. Le capital humain est constitué moins par le nombre que par les talents. Chaque être humain a des talents. Ce capital humain est constitué de la conjugaison de ces différents talents.

Parce que l’homme est un être social qui coopère spontanément.

« Dans l’isolement, nos besoins surpassent nos facultés. Dans l’état social, nos facultés surpassent nos besoins » Frédéric Bastiat L’échange (1850)

C’est grâce à cela que cette créature fragile est devenue l’espèce dominante sur la planète. À ce capital humain s’ajoute le capital financier. Le capital humain ce sont les idées, l’esprit, les innovations. Le capital financier, matériel au sens plus large, c’est le moyen de réaliser ces innovations, de concrétiser ces idées, ces services et de les mettre à disposition du plus grand nombre.

Dans un système par capitalisation les gens placent leur argent dans des fonds de pension. La valeur des fonds dépend de la valeur des supports. Ces supports sont variés, ils changent en fonction des situations et circonstances économiques.

Parmi ces supports se trouvent les entreprises.

Leur santé dépend du service qu’elles rendent. Le rôle social naturel d’une entreprise est de rendre le meilleur service, au meilleur prix, à ses clients, pour son plus grand profit. Si elle ne le fait pas une autre le fera et fournira un nouveau support pour la plus grande satisfaction du consommateur, des propriétaires de l’entreprise et des futurs retraités.

Les besoins de l’humanité sont infinis, l’offre de service est infinie. Dans un système de liberté économique il y aura toujours des entreprises prospères.

Le nombre d’actionnaires est en lui-même moins important pour la dynamique économique pure que pour la dynamique socio-économique. Quand les actionnaires sont nombreux cela influe sur l’état d’esprit, la culture de la société. La population a une vision de la vie et de l’organisation sociale différente de celle d’une population où nombreux sont ceux qui ne connaissent rien à l’entreprise, ni à la prise de risque.

Pour la vitalité économique, au sens étroit, le capital disponible doit être abondant et bon marché. Un seul actionnaire (fonds de pension) peut regrouper des millions de personnes et apporter un énorme capital. Des millions d’actionnaires peuvent apporter chacun une petite somme pour, au final, constituer un énorme capital.

C’est pourquoi, dans une société harmonieuse, il faut à la fois des actionnaires nombreux et des capitaux abondants. Chacun apportant sa part à l’harmonie.


Le travail

La valeur du travail détruite par les 35 heures, est de retour. Le travail est créateur de richesses et ces richesses sont laissées à la personne.

Dans une économie libre « L’homme ne peut vivre et jouir que par une assimilation, une appropriation perpétuelle, c’est-à-dire par une perpétuelle application de ses facultés sur les choses, ou par le travail. De là la Propriété. » Frédéric Bastiat, La loi (1850)

Il n’y a plus de spoliation légale. Chacun, pour son plus grand bénéfice, a intérêt à travailler et à produire… pour le plus grand bien de la collectivité.

 

L’épargne

La croissance économique ne saurait reposer sur l’unique moteur de la consommation. La retraite par capitalisation génère une épargne, donc des capitaux abondants pour l’économie. Cela supprime le recours à la fausse monnaie ou à l’argent magique.

Nous rappelons que la fausse monnaie, l’augmentation de la masse monétaire sans contrepartie réelle, est la cause de l’inflation. L’inflation est différente de la hausse des prix, qui est une information. Les deux peuvent se cumuler. C’est ce que nous connaissons actuellement. À l’augmentation de la masse monétaire due au quantitative easing de 2008 et à celui du « quoi qu’il en coûte » de la gestion macronienne politique des covid, s’ajoute la hausse des prix de l’énergie et du reste. Hausse des prix causée par une pénurie énergétique artificielle liée à la gestion désastreuse et tout aussi macronienne, de la guerre en Ukraine.

Avec la capitalisation l’argent est là, il existe. Avec la répartition l’argent n’existe pas tant qu’il n’a pas été légalement volé. Immédiatement après il n’existe plus parce qu’il est aussitôt dépensé. Le produit global de la répartition peut croître, s’amenuiser, disparaître mais il ne dure jamais. Il est éphémère. Dans un régime par capitalisation les sommes épargnées persistent sur le long terme.

Bien sûr aucun système humain n’offre une garantie absolue. Nous avons vu que les conditions d’un régime par répartition sont telles que sa pérennité est improbable. La capitalisation est certes plus performante avec une économie saine et en croissance. Si ce n’est pas le cas l’épargne est extrêmement résiliente.

La capacité d’épargne peut être sécurisée par une assurance perte d’activité (chômage, maladie…)

Une épargne retraite bien gérée repose sur des supports variés et des contrats divers qui la sécurisent. L’Histoire montre que les performances de la bourse sur le long terme sont bien meilleures que les autres placements et ce malgré les deux guerres mondiales. Cela permet de garantir un rendement sur le long terme qui convient à une épargne retraite. Les assurances, les banques, les fonds de pension savent très bien le faire.

En vérité, hors dilapidation inconsidérée et suicidaire par la personne elle-même, ou spoliation légale, (confiscation, « euthanasie des rentiers » que certains spoliateurs voient comme solution à l’inflation, à la dette) l’épargne sera toujours là.

La décroissance économique délibérée et durable parce que fixée comme objectif pour l’humanité est un cas particulier. Dans le cas de la capitalisation il devient difficile d’épargner dans une société de disette et qui s’appauvrit inexorablement par décision politique. Dans le cas de la répartition il devient très difficile de spolier les autres puisqu’il n’y plus rien à voler. À part au début, l’épargne accumulée du temps de la prospérité et qui s’épuisera vite, comme lors de la création de la Sécurité sociale. Dans cette situation l’effondrement sera total, national et international. Les retraites, si tant est que les gens y parviennent, ne seront alors qu’un tout petit problème !

 

Les incitations productives 

La capitalisation préserve les incitations productives. Le système actuel n’incite pas à travailler, ni à innover. Tout gain est en partie confisqué pour alimenter le tonneau des Danaïdes de la protection sociale ou du budget de l’État.

À partir du moment ou les gens travaillent et épargnent pour eux et non pour le roi de Prusse la motivation n’est plus la même.

Un régime par capitalisation est souple est s‘adapte à la personne. Chacun organise son projet de vie. Le déséquilibre cotisants/retraités n’existe pas. Avec l’aide de professionnels chacun peut décider du moment où il partira, de la pension qu’il peut espérer se constituer dans cet objectif. Ou le contraire : de la pension qu’il souhaite et du moment où il pourra partir en ayant atteint cet objectif. Une fois ce montant atteint il est libre d’en profiter ou de le placer. S’il en profite il peut arrêter de travailler ou continuer en touchant sa pension. Il est le seul à décider de sa vie. Bénéficiant de l’intégralité de ses revenus, il ne peut que gagner à continuer à travailler, sans frauder, ni travailler au noir.

 

La véritable réforme

Il faut répondre à qui fait quoi ? L’État ou les particuliers ?

Le rôle de l’État n’est pas de redistribuer car c’est de la spoliation légale. La loi est alors pervertie. L’État doit assurer la justice qui est le respect des droits naturels individuels universels. Il doit garantir un filet de sécurité.

Quand une autorité centrale se mêle de tout, tout est intriqué. Le problème des retraites ne peut être pris isolément. Toute modification du moindre paramètre de la machine totalitaire entraîne des perturbations, des changements pour toute la société.

Le problème des retraites est lié à une politique poursuivie avec une ténacité morbide par tous les gouvernements.

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que :

  • aucune solution pertinente n’est à attendre de ceux qui ont mis le pays dans la panade ;
  • aucun résultat différent, positif, n’est à attendre de la poursuite de politiques ayant systématiquement eu des effets négatifs.

 

Changements systémiques synergiques

La véritable réforme des retraites ne peut avoir lieu, ne peut donner des résultats positifs et pérennes que dans le cadre d’une réforme systémique globale du pays.

Le but est de créer un écosystème favorable à la prospérité économique.

On parle beaucoup de réindustrialisation dans ce dossier de retraites. La prospérité ne se réduit pas à ce facteur. Réindustrialiser ne se limite pas non plus à relocaliser. Pour une industrie florissante il faut le même environnement favorable que pour n’importe quelle activité économique dans ce pays.

Cette réforme générale est indispensable parce qu’en France tout s’effondre ! Autant s’y atteler une bonne fois pour toutes.

Pour atteindre la prospérité économique et l’harmonie sociale, la France doit mettre fin à la spoliation légale dans son organisation politico-économico-sociale.

 

En pratique

La première mesure à adopter serait de rendre à chacun la libre disposition de la quasi intégralité de ses revenus : pour le salarié c’est le salaire complet ; pour les non salariés c’est l’intégralité du chiffre d’affaires diminué des frais nécessaires à l’exercice de la profession ; pour les pensionnés c’est l’intégralité des pensions.

Il ne doit exister qu’un seul impôt faible, proportionnel, assis sur les personnes.

Un filet de sécurité reposant sur l’impôt serait mis en place.

L’État serait cantonné à ses fonctions régaliennes, sécurité intérieure et extérieure, justice.

 

La liberté économique

Elle va au-delà de l’économie au sens restreint contemporain. Elle signifie que chacun peut utiliser librement sa propriété, le fruit de son travail, à condition de respecter les droits naturels d’autrui. Les pays où règne la plus grande liberté économique sont les plus prospères.

Des capitaux abondants et bon marché peuvent être détenus par des actifs ou des inactifs, des personnes physiques ou morales.

Les innovations peuvent provenir d’actifs ou d’inactifs.

L’énergie est abondante, fiable, pilotable et bon marché.

 

Assurance et solidarité

Il convient de dissocier l’une de l’autre :

– Un système d’assurances santé bâti sur la prévoyance personnelle, le libre choix des organismes prestataires, la liberté économique et professionnelle des professionnels et des structures de soins.

– Un système de retraites fondé sur le libre choix et la responsabilité personnelle, soit la capitalisation. Les gens ont intérêt à travailler et à produire pour une meilleure qualité de vie et une meilleure capacité d’épargne, donc une meilleure pension.

– Une assurance chômage en libre choix des prestataires.

 

La renaissance de la culture française

L’’enseignement redevient la transmission des savoirs et n’est plus une entreprise politique de formatage des cerveaux. La culture est libre et non sous la coupe de l’État. La liberté d’expression est restaurée.

 

Conclusion

Il y aura une période de transition. La prospérité et l’abondance aideront à ce qu’elle soit courte. C’est peut-être compliqué mais plus on attend plus ce sera difficile et plus il faudra le faire.

Difficulté supplémentaire : il est probable que l’Union européenne mettra des bâtons dans les roues. Il faudra être prêts à vaincre l’Union des Républiques Socialistes Européennes.

La véritable révolution dans ce pays serait que l’État foute la paix aux gens.

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En effet, je me poserais même la question de savoir si UNE libéralisation est « juste ».

    et il ne faut pas confondre la question de notre système de répartition..avec tout système de répartition..la faillite du nôrte est un cas particulier.. ou la capitalisation ,( mais plus exactement l’individualisationdu choix qui existe TOUJOURS, acheter un e maison..) ..n’ets même pas un choix..mais la seul option au final.. mla sécu comme la retraite « pourrissent ».. et les mélucahrds disent que c’et sun plan de libéraux.. ..et non la logique consequence de la nature collectiviste/populiste ..
    on pourrait un imaginer un qui contraint à l’equilibre..
    Par r ailleurs, le souhait du libéral est la liberté de choisir pas un quelconque argument de prospérité;.
    on voit des admirateurs de pinocher ou xi ou poutine car « ils font ce qui doit être fait »;..

    La liberté économique couvre certes un large domaine de la vie…mais ne suffit pas à définir un pays libre..

    le droit au bonheur.. avec sa définition subjective..

    un système libéral sanctionne durement un irresponsable ou une personne médiocre voire malchanceuse…. c’est pas la fête du slip pour tout le monde.. Au final on se retrouvera toujours devant la question de la voiture balai.. des petits vieux qui crèvent de faim ou de froid.. comment ON ou comment JE gère ça comment l’etat gère ça..

    Une remarque le travail n’est pas une torture pour tout le monde..il faut déjà cesser de dire que tout le monde souhaite la retraite ou arrêter de travailler;. dans l’idéal on arrête de travailler quand on ne peut plus le faire .. car gagner son pain est pour beaucoup ce qui donne du sens à leur existence, surtout pour les hommes..c’est même UNE valeur à preserver;.

    le collectivisme..rend les gens irresponsibles ..le vrai mal se situe au niveau de l’incitation la médiocrité… ( au sens de moyen ou normal) et à l’intolerance à l’autre..

    • il suffit d’écouter les discussions sur les ehpad..en gros l’état doit s’occupe de NOS vieux…

      non..j’ai le devoir moral de m’occuper de MES parents quand ils ne peuvent plus subvenir à leurs besoins..

      l’état papa maman et mari….

      l’appauvrissement materiel de la société ne signe pas sa décadence;. par contre la destruction de ses valeurs …

      il s’avere que compte tenu de la nature des hommes..de leur culture .. de leurs aspirations de leur religion le libéralisme conduit à la prospérité GLOBALE.. mais ça ne justifie pas le libéralisme..
      droits naturels de shommes..

      le collectivisme promet le bonheur.. il implique en réalité une definition unique de celui ci.. le libéralisme ne vous promet que le droit au bonheur..
      l

  • L’affaire se présente mal. Dès l’ouverture.
    PdC nomme JUSTE une réforme qui réduirait la redistribution. On trouvera de nombreux Français pour, au contraire, l’estimer juste et désirer la renforcer.
    Et si on laissait tomber les mots qui ne veulent rien dire, ceux qui sont utilisés quand on est à court d’argument, ceux qui trouveront immédiatement un public pour affirmer que c’est tout l’inverse ?

  • Quelle réforme ? Même le cor indique que cela n’est pas nécessaire….

  • Le problème c’est l’absence total de débat sur les questions essentielles
    Le titulaire actuel qui détient tous les pouvoirs s’est débrouillé pour se faire réélire sans faire campagne
    C’est çà la démocratie que l’on veut vendre au monde entier par la force ?
    Tout ce que dit cet article devrait être exposé dans les medias , qui au lieu de çà nous vendent la doxa officielle. La question est: quand on ne comprend rien à une réforme, parce que on ne nous l’a pas expliquée, il faut alors la confiance. Vous avez confiance en ce gouvernement ?

  • En complément de Mandataire
    22 janvier 2023 at 21 h 14 min pour la première partie…

    «Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime, il est complice».
    Ne sommes-nous pas complices de l’Inaptocratie*?

    *Inaptocratie, gouvernement des moins capables, élus par les moins capables de produire. Et où les moins aptes à subvenir à eux-mêmes bénéficient de la confiscation de la richesse du Travail de Producteurs en continuelle diminution.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La réforme des retraites est sur le devant de la scène. Élisabeth Borne a présenté le plan du gouvernement qui est un énième plan de sauvetage qui ne résoudra rien. Comme dans le cas de la Sécu.

 

La présomption fatale

Les politiciens se croient d’un autre limon que le commun des mortels. Le commun des mortels en est convaincu aussi et a abandonné la souveraineté sur sa vie pour se jeter pieds et poings liés entre les mains avides des politiciens.

Le gouvernement veut confondre « le gouvernement et la société ». Il p... Poursuivre la lecture

droits de succession
10
Sauvegarder cet article

Les droits de succession sont assez généralement considérés comme justifiés et on en donne en particulier une justification prétendue morale. En effet on considère qu’il n’est pas juste que certaines personnes puissent hériter d’un capital plus élevé que d’autres sans avoir fait les efforts nécessaires pour cela et sans le mériter.

On évoque souvent de ce point de vue l’idée selon laquelle il faut assurer « l’égalité des chances » entre tous les citoyens. Mais il faut estimer ce point de vue comme étant totalement injustifié et c’est p... Poursuivre la lecture

retraites
7
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet puisque je n’ai cessé d’écr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles