À l’origine de l’inflation, il y a toujours l’augmentation de la masse monétaire

Contrairement à la croyance populaire, l’inflation ne concerne pas l’augmentation des prix des biens et des services, mais l’augmentation de la masse monétaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
500 Euro by Peter Linke (CC0 1.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’origine de l’inflation, il y a toujours l’augmentation de la masse monétaire

Publié le 14 septembre 2022
- A +

Dans un article récent du Wall Street Journal intitulé « Inflation Surge Earns Monetarism Another Look« , Greg Ip écrit qu’une récente poussée d’inflation n’est pas susceptible d’amener les autorités à réapprendre le monétarisme. Selon Greg Ip, la masse monétaire n’a pas réussi à prédire l’inflation américaine en raison de problèmes conceptuels et de définition qui n’ont pas disparu.

Le chef de file de l’école monétariste, feu Milton Friedman, soutenait que l’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire. Friedman et d’autres monétaristes pensaient que le facteur clé de l’augmentation générale des prix était l’augmentation de la masse monétaire.

Ce point de vue a été remis en question depuis le début des années 1980, car la corrélation entre l’inflation et la masse monétaire a disparu. Selon Greg Ip en 2020, Alan Detmeister, économiste chez UBS Group AG et anciennement de la Fed, a constaté que la corrélation de l’inflation avec M2 depuis le début des années 1980 était faible et que sa corrélation avec la base monétaire et M1 était négative. La plupart des économistes ont cessé d’utiliser la masse monétaire comme indicateur de l’inflation depuis le début des années 1980.

De nombreux économistes classiques ont attribué la rupture de la corrélation entre la masse monétaire et l’inflation à l’instabilité de la vitesse de circulation de la monnaie. Qu’est-ce que c’est ? Selon la célèbre équation d’échange, MV = PT, où :

M représente la monnaie,

V représente la vitesse de circulation de la monnaie,

P représente le niveau des prix, et

T pour le volume des transactions.

Cette équation stipule que la monnaie multipliée par la vélocité est égale à la valeur des transactions. De nombreux économistes utilisent le PIB (produit intérieur brut) au lieu du PT, ce qui leur permet de conclure que :

MV = PIB = P (PIB réel).

L’équation d’échange semble offrir une foule d’informations sur l’état d’une économie. Par exemple, si l’on suppose que la vélocité est stable, alors pour un stock de monnaie donné, on peut établir la valeur du PIB. De plus, une production réelle donnée et un stock de monnaie donné nous permettent d’établir le niveau des prix.

Pour la plupart des économistes, l’équation d’échange est considérée comme un outil d’analyse très utile. Les débats que mènent les économistes portent principalement sur la stabilité de la vélocité. Si la vitesse est stable, alors la monnaie est considérée comme un outil très puissant pour suivre l’économie. L’importance de la monnaie en tant qu’indicateur économique diminue cependant lorsque la vitesse devient moins stable et donc moins prévisible.

Cependant, une vélocité instable pourrait se produire en raison d’une demande instable de monnaie. La plupart des experts estiment que depuis le début des années 1980, les innovations sur les marchés financiers ont rendu la vitesse de circulation de la monnaie instable. Cela a fait de la monnaie un indicateur peu fiable de l’inflation.

Nous pensons que l’échec présumé de la monnaie comme indicateur de l’inflation émane d’une définition erronée de l’inflation et de la masse monétaire. Cet échec n’a rien à voir avec une demande instable de monnaie, et le fait que les gens changent leur demande de monnaie n’implique pas l’instabilité. Parce que les objectifs d’un individu peuvent changer, il peut décider qu’il est avantageux pour lui de détenir moins d’argent. À un moment donné dans le futur, il pourrait augmenter sa demande de monnaie. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Il en va de même pour tous les autres biens et services, dont la demande évolue en permanence.

 

Définition de l’inflation

Selon Murray Rothbard et Ludwig von Mises, l’inflation est définie comme l’augmentation de la masse monétaire à partir de rien. En suivant cette définition, on peut constater que l’augmentation de la masse monétaire entraîne un appauvrissement économique en créant un échange de rien contre quelque chose, ce que l’on appelle l’effet de contrefaçon.

Les augmentations générales des prix sont probablement des symptômes d’inflation, mais pas toujours. Notez que les prix sont déterminés à la fois par des facteurs réels et monétaires. Par conséquent, il peut arriver que si les facteurs réels « tirent les choses » dans une direction opposée aux facteurs monétaires, aucun changement visible des prix ne se produira. Si le taux de croissance de la monnaie est de 5 % et que le taux de croissance de l’offre de biens est de 1 %, les prix sont susceptibles d’augmenter de 4 %. Si, toutefois, le taux de croissance de l’offre de biens est également de 5 %, aucune augmentation générale des prix ne devrait avoir lieu.

Si l’on considère que l’inflation concerne l’augmentation des prix, on peut conclure que, malgré l’augmentation de 5 % de la masse monétaire, l’inflation est de 0 %. Cependant, si l’on suit la définition selon laquelle l’inflation concerne l’augmentation de la masse monétaire, on peut conclure que l’inflation est de 5 %, indépendamment de tout mouvement des prix.

 

Définition de la masse monétaire

Avant 1980, il était courant d’utiliser différentes définitions de la masse monétaire pour évaluer les variations des prix des biens et des services. Le critère de sélection d’une définition particulière était sa corrélation avec le revenu national. Cependant, depuis le début des années 1980, les corrélations entre les différentes définitions de la monnaie et le revenu national se sont effondrées. Certains analystes pensent que cette rupture est due aux changements survenus sur les marchés financiers, qui rendent les anciennes définitions de la monnaie non pertinentes.

Une définition présente l’essence d’une entité particulière, ce qu’aucune corrélation statistique ne pourra jamais fournir. Pour établir la définition de la monnaie, nous devons expliquer les origines de l’économie monétaire. La monnaie est apparue parce que le troc ne pouvait pas soutenir l’économie de marché. La monnaie est le moyen d’échange général et a évolué à partir de la marchandise la plus commercialisable.

Mises a écrit :

Il y aurait une tendance inévitable à rejeter l’une après l’autre les marchandises les moins commercialisables de la série de marchandises utilisées comme moyen d’échange, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une seule marchandise, universellement employée comme moyen d’échange ; en un mot, la monnaie.

Puisque le moyen d’échange général a été choisi parmi un large éventail de marchandises, la monnaie émergée doit être une marchandise.

Rothbard a écrit :

Contrairement aux biens de consommation ou de production à usage direct, la monnaie doit avoir des prix préexistants sur lesquels fonder une demande. Mais la seule façon d’y parvenir est de commencer avec une marchandise utile faisant l’objet d’un troc, puis d’ajouter la demande d’un support à la demande précédente d’utilisation directe (par exemple, pour les ornements, dans le cas de l’or).

Par un processus de sélection continu, les individus ont choisi l’or comme monnaie standard. Dans le système monétaire actuel, le cœur de la masse monétaire n’est plus l’or, mais plutôt les pièces et les billets émis par l’État et la banque centrale, qui sont utilisés dans les transactions lorsque des biens et des services sont échangés contre de l’argent. Ainsi, on échange tous les autres biens et services contre de l’argent.

Une partie du stock d’argent liquide est stockée par le biais de dépôts bancaires. Lorsqu’une personne dépose de l’argent dans le dépôt d’une banque, elle s’engage dans une transaction de créance, ne renonçant jamais à sa propriété de l’argent. Par conséquent, ces dépôts, qui sont qualifiés de dépôts à vue, font partie de la monnaie.

Cette situation est différente de celle d’une opération de crédit, où le prêteur renonce à son droit sur l’argent pendant la durée du prêt. Dans une opération de crédit, l’argent est transféré d’un prêteur à un emprunteur, mais la quantité globale d’argent dans l’économie ne change pas à cause de l’opération de crédit.

L’introduction de la monnaie électronique semble jeter un doute sur la définition de la monnaie. Il semblerait que les marchés financiers déréglementés génèrent diverses formes de nouvelle monnaie. Néanmoins, les diverses formes de monnaie électronique ou e-money, comme la monnaie numérique, n’ont pas une vie propre.

Les diverses innovations financières ne génèrent pas de nouvelles formes de monnaie mais plutôt de nouvelles façons d’utiliser la monnaie existante dans les transactions. Indépendamment de ces innovations financières, la nature de la monnaie ne change pas. L’argent est ce contre quoi tous les autres biens et services sont échangés. Une fois que l’essence de l’argent est établie en excluant les diverses transactions de crédit, on peut identifier le statut de l’inflation. Les changements de prix ne sont pas pertinents ici.

 

Conclusion

Contrairement à la croyance populaire, l’inflation ne concerne pas l’augmentation des prix des biens et des services, mais l’augmentation de la masse monétaire. En suivant cette définition, nous pouvons établir que le principal dommage causé par l’inflation est l’appauvrissement économique par l’échange de rien contre quelque chose. Ce qui importe en matière d’inflation, ce n’est pas la corrélation entre la masse monétaire et les prix des biens et services, mais l’augmentation de la masse monétaire.

Contrairement à la croyance populaire, l’essence de l’argent n’a pas changé à cause des diverses innovations financières. La monnaie est une chose qui est employée comme moyen d’échange. De plus, selon le théorème de régression de Mises, le lien historique entre le papier-monnaie et l’or est ce qui maintient le système monétaire actuel.

Traduction Contrepoints.

Article publié initialement le 15 juillet 2022

Sur le web

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Avatar
    The Real Franky Bee
    15 juillet 2022 at 9 h 22 min

    « Contrairement à la croyance populaire, l’essence de l’argent n’a pas changé à cause des diverses innovations financières. »

    Merci. Je ne cesse de répéter autour de moi que la financiarisation extrême de l’économie depuis les années 1990 n’est que le symptôme d’un endettement collectif hors de contrôle, le système financier ne faisant que répondre à ce besoin d’argent facile illimité des gouvernements.

    Mais le grand public continuera de croire que Wall Street est responsable de tous nos maux. Les cuistre raffolent de ces idées simplistes et les politiciens s’en frottent les mains.

  • Vous vous trompez cher Monsieur. Bruno Lemaire, grand spécialiste des finance, a dit que c’était à cause de l’Ukraine. Et certainement pas à cause des rachats des dettes par la BCE. La preuve : après les subventions données suite au mouvement des gilets jaunes, celles du Quoi-qu’il-en-coûte, Bruno rallonge la sauce avec le bouclier inflation pour justement combattre cette inflation par incantations. Et il a dit : ça va marcher : l’inflation va baisser dès l’année prochaine.
    Vous voyez bien que vous avez tord. Rien ne vaut une augmentation de la dette pour combattre l’inflation. D’ailleurs J. L. Mélanchon l’a bien dit : il faut s’endetter à fond et ensuite annuler la dette. Ce que les Français comprennent très bien car quand ils sont surendettés, leur dettes sont supprimées par magie et tant pis pour les salauds de créanciers capitalistes profiteurs. Si ça marche pour Mr Dupont au RSA, alors ça va marcher pour la 6 ième puissance mondiale.

  • La masse monétaire est en gros la somme de tous les prêts avec création (prêter ce qui existe ne change rien). Mais il faut distinguer la création avec contrepartie (exemple la création d’une unité de production) et la création sans contrepartie (les emprunts des états). A mon avis la première création fait plutôt baisser les prix(les capacités de production augmentent) alors que la deuxième les fait augmenter car il y a alors plus d’acheteurs pour une même production. On aurait donc plus de chance de trouver une corrélation entre l’augmentation des prix et l’endettement annuel supplémentaire des états.

    • Je vous suis.
      Après Jupiter, Vulcain, évoquons Janus.
      L’inflation est Janus. Elle a 2 visages. Le premier est celui de la création monétaire. Le second celui de la rareté des biens – par rapport à la monnaie circulante.
      L’inflation est la fracture qui survient quand le poids de l’argent écrase celui des biens réels.

      • En gros c’est quand la demande croit plus vite que l’offre. Et comme bien entendu ceux qui empruntent (en particulier les états) utilisent ensuite la monnaie acquise pour acheter du réel (consommables ou force de travail qui pourrait être mieux utilisée) les prix ne peuvent qu’augmenter.
        La création monnaitaire peut être une bonne chose mais pas quand elle correspond à une augmentation de dette de l’état
        Il serait d’ailleurs bien plus sain et plus honnête envers les générations futures que les états ne puissent s’endetter que pour de véritables investissements productifs.

        • Je vous suis toujours.

        • Les états vous jureront la main sur le coeur (le vôtre) qu’ils ne s’endettent que pour de véritables investissements productifs.

        • Merci JCB pour vos 2 commentaires qui me font toucher du doigt (gel-alcoolisé) ce que je n’arrive pas à comprendre depuis toujours : l’inflation vient de l’argent injecté dans l’économie en contrepartie de rien.
          Je me disais toujours : quel rapport entre l’argent injecté et l’augmentation du prix des pâtes ?
          Si je comprends bien cette mécanique, le prix des pâtes augmente parce que de l’argent a été injecté dans l’économie à partir de rien, « juste » pour donner des sous aux gens (koikilenkoutt). Je mets les guillemets à « juste »parce que les gens n’ont pas choisi l’activité partielle, puisqu’elle résulte des choix calamiteux du Gvt face au covid, et qu’on ne peut pas les blâmer d’avoir trouvé que c’était normal d’être payé à rester chez eux.
          Sauf que cet argent injecté à partir de rien donne plus d’argent aux gueux, qui du coup achètent plus (ou autant), mais, comme on a moins produit puisque c’était activité partielle, de fait, ces produits plus rares augmentent.
          En revanche, l’argent injecté pour créer des machines de production et donc faire travailler les gens, et donc créer des biens qui sont vendus, cet argent-là est compensé par l’augmentation des ventes, et donc il n’y a pas inflation.
          J’ai bon ?
          Merci beaucoup, par avance, pour vos informations complémentaires, vous aussi MichelO 😊
          Je veux pouvoir expliquer autour de moi que l’inflation ne résulte pas du gavage des entreprises ayant profité de la crise pour s’en mettre plein les fouilles, mais bien des choix de ce Gvt pourtant à l’intelligence élevée (Macron + BLM = 450 de QI hein)

          • Lauranne, il existe aussi, si je ne m’abuse, une inflation « structurelle », liée au crédit lui-même.
            Quand une banque vous prête, pour acheter un appart ou une machine-outil, il y a le capital, contrepartie de votre achat et les intérêts, rémunération du réseau bancaire.
            Ces intérêts creusent, certes à la marge, l’écart entre les biens réels et la masse monétaire circulante.
            Et donc, tout opération de financement, rémunérée, même de biens productifs, contribue à créer de l’inflation.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

La demande de biens s'explique par les avantages perçus. Par exemple, les individus demandent de la nourriture parce qu'elle les nourrit. Ce n'est cependant pas le cas des morceaux de papier que nous appelons monnaie, alors pourquoi les acceptons-nous ?

Selon Platon et Aristote, l'acceptation de la monnaie est un fait historique entériné par un décret de l’État. C'est ce décret, dit-on, qui fait qu'une chose particulière est acceptée comme moyen général d'échange. Néanmoins, Carl Menger doutait d... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles