Le retour du Commissariat au Plan ravive le débat sur le rôle de l’État stratège

Faut-il opérer un retour aux sources avec un Commissariat au Plan pour planifier la politique économique comme le souhaite le gouvernement ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sortie de Critt Ritmo by Régions Démocrates 2010 on Flickr (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le retour du Commissariat au Plan ravive le débat sur le rôle de l’État stratège

Publié le 26 août 2020
- A +

Par Nathalie Janson.
Un article de The Conversation

Pour relancer l’économie française durement mise à mal par la crise, le gouvernement français a annoncé mi-juillet vouloir donner une seconde vie au Commissariat général au Plan afin de reprendre son rôle de guide dans le développement des stratégies à long terme. Selon le Premier ministre Jean Castex, le Plan, qui devrait être dirigé par l’ancien ministre François Bayrou, aura pour vocation « de planifier la politique économique et de définir les gisements de croissance future ».

Créé en 1946 par le général de Gaulle et Jean Monnet et dirigé à son lancement par Georges Bidault pour aider à la reconstruction à la sortie de la guerre, le Plan a notamment contribué à la modernisation technologique de la France dans les années 1960 en définissant les stratégies d’aménagement du territoire, de développement de la filière nucléaire, du Concorde ou encore du TGV.

Il a ensuite évolué en fonction des priorités : plans de croissance jusqu’en 1980 suivis par des plans de crise jusqu’en 2005 avant d’opérer sa première modernisation en 2006 lors de sa transformation en Centre d’analyse stratégique qui sera placé sous tutelle de Matignon.

L’organisme connaîtra en 2013 une nouvelle évolution lorsque naît France Stratégie. Ces deux transformations successives actent la fin de l’idéologie de la planification où l’État prend des décisions en matière de politique industrielle.

Problème informationnel

Aujourd’hui, France Stratégie est en effet essentiellement un organisme qui produisent des rapports formulant des propositions jugées farfelues par certains, et pas forcément en ligne avec l’orientation politique du gouvernement.

Faut-il dès lors opérer un retour aux sources comme le souhaite le gouvernement ? L’État stratège outillé de ce Plan nouvelle formule apparaît-il comme le mieux placé pour définir « les gisements de croissance future » ?

Le débat n’est pas nouveau. Dans les années 1940, Friedrich Hayek démontrait dans son article « L’utilisation de l’information dans la société » l’incapacité de l’État à planifier ou même à découvrir les activités du futur. Selon l’économiste libéral britannique, qui répondait au théoricien polonais de l’économie socialiste Oskar Lange, l’État fait notamment face à un problème informationnel pouvant être résolu par le système des prix. Il écrivait :

C’est plus qu’une métaphore que de décrire le système des prix comme une simple machine d’enregistrement du changement, ou un système de télécommunication qui permet aux producteurs individuels de se borner à regarder le mouvement de quelques aiguilles, comme un ingénieur peut consulter quelque cadran, et d’ajuster ainsi leurs activités à des changements dont ils ne sauront jamais plus que ce que le mouvement des prix aura reflété.

Une information de plus en plus dispersée

Pour Hayek, ce sont donc avant tout les entrepreneurs qui jouent un rôle crucial dans le processus de découverte de nouvelles activités économiques. En effet, ces derniers ne peuvent prendre de décisions sans calcul économique lequel repose sur l’existence d’un système de prix efficace, vecteur d’information.

Les profits/pertes constituent ainsi des indicateurs indispensables pour guider l’entrepreneur dans ses choix et ses décisions. Sans ces indicateurs précieux, l’entrepreneur ne peut connaître la viabilité de son projet.

Pour l’État, l’impossibilité du calcul économique en raison de la dispersion de l’information et des connaissances apparaît aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux et de l’intelligence artificielle, bien plus importante aujourd’hui qu’en 1946. L’information circulait alors moins vite, les connaissances étaient moins pointues et il n’était pas encore question de mondialisation.

La capacité de discernement de l’État peut être remise en question lorsque, comme nous le rappelle Bernard Esambert, le quatrième plan (1962-1967) avait considéré le téléphone comme un objet de luxe.

De même, ces dernières décennies, certains projets de l’État stratège avaient viré au fiasco : il suffit de se rappeler des mésaventures de Bull, issu du plan Calcul lancé en 1966 par le Commissaire au Plan de l’époque, du minitel dans les années 1980 qui se voulait le concurrent d’Internet, de l’ordinateur TO7, ou encore plus récemment du projet de système d’information Chorus qui a coûté près de 400 millions d’euros sans jamais fonctionner.

Dans sa forme actuelle, France stratégie se veut un producteur d’informations qui publie des rapports supposés éclairer l’action publique. Un rôle qui apparaît aujourd’hui trop limité si le Plan nouvelle formule veut devenir le bras armé de l’État stratège dans la relance.

S’il est vrai que, comme le souligne le professeur d’économie Claude Sicard dans une tribune récente publiée dans Le Figaro, il semble indispensable de séparer la fonction « études » de la fonction « stratégie » afin qu’une véritable réflexion sur les orientations à long terme puisse avoir lieu, il n’en demeure pas moins que la priorité de l’État devrait être d’accompagner le changement plutôt que de vouloir prédire le futur.

Sur le web The Conversation

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Cet article est intéressant

  • Cet article n’est pas intéressant

  •  » vouloir prédire le futur » ….ben pas besoin d’un bayrou ou d’une boule de cristal pour prévoir le devenir de la France ….la chute …..

  • Certes la politique, c’est anticiper…
    Mais à condition de connaître la réalité, pas de produire des rapports déconnectés en chambre !

  • si déjà nos politiques pouvaient ouvrir les yeux sur la réalité du monde et ensuite accepter cette réalité…, ils apprendraient plein de choses et gratuitement !

  • Si nous allons dans cette voie il y a fort à craindre que le piège se referme sur nous. Si en 1946 un commissariat général au plan avait une justification pour prioriser des investissements en vue de la reconstruction de la France et par la suite la moderniser aujourd’hui nous pouvons imaginer que l’outil privilégiera des options politiques plutôt qu’économiques et notamment, pour plaire, a une augmentation des investissements inutiles pour « lutter contre le dérèglement climatique » au lieu de soutenir notre tissu industriel et commercial afin de lui permettre de redevenir compétitif, productif, créateur de richesse et d’emplois.

  • Franchement un commissariat aux plan au se croirait en URSS. En plus M Bayrou je reve. Là c’est sûr nous sommes entre de bonnes mains!

  • L’économie n’a pas besoin d’un plan; elle a besoin de sécurité, de respect du droit et de liberté. Que l’Etat satisfasse ces trois besoins, et l’économie se développera toute seule.

  • Le suffrage universel avec ses élections tous les 2 ou 4 ans empêche les décisions long terme et favorise l’opportunisme court terme. Avoir une instance qui se préoccupe du long terme est intéressante. Mais sait très bien qu’elle sera instrumentalisée par le pouvoir. De plus, la confier à un tel personnage… c’est comme ne rien faire

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
réindustrialisation
0
Sauvegarder cet article

C’est la proposition très judicieuse que présente Gérard Longuet, sénateur de la Meuse, dans un article très intéressant publié dans Le Figaro du 26 janvier dernier. Ce devrait être le projet d’au moins l’un des candidats à la prochaine élection présidentielle, mais malheureusement aucun d’eux n’a une vue aussi claire que l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur d’Édouard Balladur pour déterminer les dispositions à prendre afin de redresser l’économie de notre pays.

C’est fort dommage, car depuis la fin des Trente glor... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Par Pierre Robert.

Dans Bagatelles pour un massacre, un de ses pamphlets maudits, Céline relate sa visite dans un hôpital complètement délabré de la banlieue de Leningrad, guidé par le camarade Touvabienovitch ne cessant de vociférer d’une voix de stentor : « Ici confrère, tout va très bien ! … Tous les malades vont très bien ! Nous sommes tous ici, très bien ! ».

Cette manie de la dissimulation illustrée par les simulacres de Potemkine voulant cacher à Catherine II l’état sinistré des villages de son empire n’est pas propre à l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles