Terra nova : argument d‘autorité et déni de la réalité au service du socialisme

Terra Nova se décrit comme un outil de rénovation intellectuelle de la social-démocratie à disposition de la « gauche progressiste ». La gauche est là mais la rénovation intellectuelle peut attendre longtemps encore.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 314 terra nova

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Terra nova : argument d‘autorité et déni de la réalité au service du socialisme

Publié le 26 juin 2012
- A +

Terra Nova se décrit comme un outil de rénovation intellectuelle de la social-démocratie à disposition de la gauche progressiste. La gauche est là mais la rénovation intellectuelle peut attendre longtemps encore.

Par Florent Belon.

Auditeur régulier de BFM, j’ai de nombreuses fois entendu les propositions ou interventions de membres du think tank Terra Nova, qui se décrit comme un outil de rénovation intellectuelle de la social-démocratie à disposition de la gauche progressiste. Compte tenu de la description, comme diraient certains jeunes,  c’est pas ma  came. En plus je déteste ce qui se dit nouveau, car très souvent la promesse n’est pas tenue, il ne s’agit que d’un réchauffé au moyen de marketing (Farid Mokart et Bruno Jeambart doivent être des plus efficaces en la matière. Une église évangélique à vocation environnementaliste n’aurait pas renié le nom Terra Nova).

Et en effet, l’inspiration est clairement socialiste, les solutions étant toujours de l’encadrement ou de la bureaucratisation présentée de façon soft et moderne. On pourrait néanmoins attendre d’un organisme tel que celui-ci, recueillant une armée mexicaine de membres et experts allant des plus marqués (Alternatives économiques, publication officieuse d’Attac, Henri Weber un socialiste dur), aux personnes qui m’apparaissaient plus centristes (Jean-Hervé Lorenzi ou des associés-gérants de Rothschild…).

Régulièrement je trouvais les analyses biaisées, mais je mettais cela sur le compte de mon point de vue orthodoxe et factuel, alors que le think tank en question a une vocation clairement politique.

 

BFM : le meilleur comme le pire à l’antenne

Mais aujourd’hui je n’hésite pas à dénoncer une erreur grossière. Lors d’un débat lundi 25 juin entre 19 h et 20 h, entre un socialiste de droite (Éric Woerth) et un socialiste new look de gauche hollandien (Olivier Ferrand, grand manitou de Terra Nova), ce dernier a affirmé que notre système social était assurantiel et non redistributif.
J’avais déjà décrit en partie en quoi ceci était faux dans un article précédent. Comment qualifier un système où :

  • les prestations maladie ne sont pas proportionnelles aux cotisations
  • les prestations retraite du régime général ont un minimum et un plafond qui anéantissent pour des montants de cotisations faibles ou élevés tout lien entre le montant perçu et celui cotisé
  • les prélèvements sociaux qui financent une part croissante de notre régime social ne permettent pas d’acquérir le moindre droit à prestation.
  • sans parler des nombreuses allocations sociales où la cotisation n’est en aucun cas une condition d’obtention.

Ceci est confirmé par une étude récente de l’INSEE concernant notre système de retraite, reprise par de nombreux médias :

Un système assurantiel est un système où il y a une mutualisation du risque. Mais comme dans tout système marchand, un rapport entre cotisations et prestations ou indemnités existe. L’assuré ne couvre pas le risque d’autrui, il échange une cotisation faible contre une indemnisation importante et aléatoire dont la probabilité est faible.

Un système redistributif peut être également assurantiel, mais il se définit comme étant un mécanisme où un transfert de richesses s’opère entre individus.

Notre système d’assurances sociales est clairement et de plus en plus redistributif. Énoncer le contraire permettrait d’affirmer qu’un système de retraite privé n’aurait aucun impact en termes de répartition par rapport au système actuel. On ne peut prêcher tout et son contraire.

 

La réalité, voilà l’ennemi du socialisme

Il est regrettable qu’une organisation se définissant comme un think tank voulant mettre à la disposition de partis de gouvernement des solutions politiques opérationnelles puisse énoncer de pareilles fausses informations par la voix de son président. Il est regrettable qu’aucun journaliste présent, non pas d’une radio subventionnée lors d’une émission de la qualité scientifique de « Là-bas si j’y suis », mais de BFM la radio de l’économie, n’aie relevé cette erreur.

Comme l’annonce Ayn Rand, les socialistes sont par nature dans le déni de la réalité, ils veulent la construire et décrètent sans cesse des résultats que les autres doivent atteindre. Lorsqu’ils ne sont pas atteints, c’est intentionnel de la part de citoyens égoïstes, il faut alors user de la contrainte, bloquer les prix (loyers, honoraires médicaux), rendre les individus esclaves (volonté d’imposer une installation en zone sous-médicalisée aux professions libérales).

À l’inverse, comme le résumait admirablement Hayek dans La route de la servitude, « l’attitude d’un libéral à l’égard de la société est comme celle d’un jardinier qui cultive une plante, et qui pour créer les conditions les plus favorables à sa croissance doit connaître le mieux possible sa structure et ses fonctions. »

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Article vraiment très pertinent mais pas assez développé malheureusement

  • Bel article. Je retiens notamment :
    « Notre système d’assurances sociales est […] redistributif. Énoncer le contraire permettrait d’affirmer qu’un système de retraite privé n’aurait aucun impact en termes de répartition par rapport au système actuel. »

    Tera Nova affirme en fait que le système est parfaitement inutile ! C’est plutôt une bonne et rigolote nouvelle.

  • Pour moi, le titre est, a lui seul, tout a fait explicite.

    Tout ce qui constitue « Terra nova » si je puis dire,, releve du psychiatrique.

  • C’est vrai je partage votre opinion. Se soigner est un luxe qu’il faut laisser aux cadres sups , les ouvriers, chômeurs, mères célibataires doivent être abandonnés à leur sort car ils ne sont qu’un résultat négatif du marché…
    Un pays n’est pas qu’une agrégation de consommateurs , ce sont aussi des vies qu’il faut respecter et c’est pourquoi j’ai l’impression que vous êtes incroyablement cynique ou alors êtes vous financé par une quelconque mutuelle privée ?

    • Et on mange du bébé communiste au petit déj, aussi.
      En revanche, à te lire, je pense que tu es financé par une douzaine d’associations humaniste payée par les subventions étatiques. Y’a pas de quoi être fier, se nourrir ainsi du labeur des autres pour faire ta propagande hypocrite.

  • @H16 sache que je n’ai jamais voté à gauche et que je me définis pas comme de gauche, simplement j’ai l’impression que vous oubliez un peu vite certaines valeurs morales qui font qu’une société fonctionne normalement. Je suis aussi le premier à râler quand je vois des politiciens , syndicalistes, fraudeursqui détournent de l’argent mais cela reste une minorité ! Avec un système purement assurantiel tu laisses les plus faibles d’entre nous mourir à petit feu ! Excuse-moi de faire preuve d’empathie ! Toi j’ai l’impression que t’as pas dépassé la vulgaire analyse économique d’un épicier…

    • D’ailleurs H16 puis-je savoir quelles études tu fais ou quelle est ta profession ?

      • cela m’intéresse comme tu sembles avoir un avis savant sur de nombreux sujet

        • En trollant, à ce point, en montrant une telle méconnaissance, qu’attend(ai)s-tu comme réponse?

          • ce n’est pas un  » troll » , je donne mon avis c’est tout. Le côté sans coeur des libéraux les privera toujours d’un large electorat.

          • C’est qu’il continue en plus! Où as-tu vu un « côté sans coeur » chez les libéraux? À moins que, tel un vulgaire alter-comprenant, quand tu lis « les libéraux s’opposent à ce que ce soit l’État qui finance ceci » (*) tu comprends « les libéraux s’opposent à ceci »?

            Mais c’est vrai, c’est tellement mieux que l’État prenne de force 15000€ / an au mec qui gagne 1500€ net / mois pour lui fournir une assurance santé aux remboursements ridicules et une retraite famélique (et qui le sera de plus en plus). C’est vrai qu’avec 15000€ on peut pas se payer grand chose comme assurances santé et retraites… Oh, wait…

            (*) Et le pire, c’est que ce n’est même pas mon cas, vu que je suis favorable au concept de chèque santé…

  • Oui je continue , vous tolérez bien la pluralité d’opinions non ? Penses-tu réellement qu’une seule entreprise privée soit moins chère et offre plus de prestations sans cachotteries ? Et puis le coup de la retraite par capitalisation c’est une grosse blague parce que les capitaux sont placés soit en obligations d’Etats qui sont quasiment tous surendettés voir au bord de la faillite , résultat soit on perd notre épargne soit on tond le peuple comme ce qu’on fait en Grèce ou alors on place ca dans des entreprises et on exige une rentabilité de 15% et pour ce faire on délocalise , on paye mal ses employés, on détruit des emplois et des vies..

    • « Penses-tu réellement qu’une seule entreprise privée soit moins chère et offre plus de prestations sans cachotteries ? »

      Ben oui, c’est déjà le cas d’ailleurs (pas en France, monopole de la sécu oblige). Epic Fail 😀

      « Et puis le coup de la retraite par capitalisation c’est une grosse blague parce que les capitaux sont placés soit en obligations d’Etats »

      Tu parles certainement des assurances vie, alors qu’elles sont FORCÉES (ou presque, faudrait voir les détails) de prendre des obligations d’État. Donc si je comprends bien, les États font n’importe quoi, forcent les assurances à prendre leurs obligations, et cela prouverait… que les régimes par capitalisation sont mauvais… 😀 Champion du monde!

      « ou alors on place ca dans des entreprises et on exige une rentabilité de 15% et pour ce faire on délocalise , on paye mal ses employés, on détruit des emplois et des vies.. »

      Ah la petite touche d’illettrisme économique et de régurgitation de propagande qui manquait…

      • Je demande à voir ! Et puis prennent-elles vraiment tout le monde en charge ( gros, fumeurs, cancéreux, personnes ayant de lourdes maladies incurables..). Ces sociétés fonctionnent sans doute pour les gens ayant des moyens mais ceux qui peuvent pas s’en payer ? Les états sont en quasi-faillite parce que certains comme M.Pompidou ( employé de Rotschild) ont cru bon de confier leurs emprunts aux banques privées qui elles aussi empruntent à la Banque Centrale pour reprêter beaucoup plus cher ensuite ! De plus le lien création monétaire-inflation fait partie de ces préjugés économiques.. Illétrisme économique ? Et en quoi te penses-tu plus cultivé en cette matière là que moi ? T’as jamais entendu parler de ces entreprises rentables ou qui traversent de légères difficultés et qui plient bagages pour que certains rentiers ( vos ennemis.. à ce qui paraît) puisse gagner un peu plus , histoire de passer de la Porsche à la Ferrari hein..

        • ps : si on avait gardé le financement par la Banque Centrale en France et sans cette connerie d’eurosanss notre dette serait aux alentours de 20% du PIB et non 90% ( merci les intérêts). Et donc plus de taxes, impots, radars.. que vous détestez tant !

        • Tu crois que si on laissait les 15000€ qu’on prend chaque année en charges sociales au Français moyen à 1500€ net / mois il pourrait pas se payer de bien meilleures assurances santé, retraite et chômage que la lamentable sécu? Sérieusement? Tu sais ce qu’on peut se payer à ce prix là? Des assurances 5 étoiles, surtout comparé aux remboursements ridicules de la sécu… Ou bien un « plan épargne santé » top niveau (cf système singapourien).
          Et pour les plus démunis, comme je le disais, je suis personnellement en faveur du système de chèque-santé. Un libertarien te répondrait que les associations ou autres fondations seraient bien plus efficaces et respectueuses des droits naturels que l’État pour venir en aide aux plus démunis..
          Enfin pour la prise en charge, qu’est-ce qui empêcherait d’avoir à la fois la liberté de choix de l’assurance ET l’interdiction pour celles-ci de demander un dossier médical au futur assuré avant signature du contrat.

          Mais sinon, de quel droit ne devrais-je pas être libre de choisir moi-même mon assurance santé, retraite ou chômage? Hum?

          Sinon, encore un beau morceau d’illettrisme économique, de bouillie intellectuelle pré-mâchée, pré-digérée puis recrachée comme un bon mouton docile, de gloubiboulga avec le sempiternel critique bidon de la loi de 1973. Démontée plusieurs fois, sur ce site-même par exemple.
          Mais bon, j’imagine que ce sont les banquiers qui sont venus chaque année mettre un flingue sur les tempes des dirigeants grecs, espagnols, portugais, italiens ou français pour les forcer à dépenser plus que les recettes de l’État, n’est-ce pas?
          Et bien sûr, confier la création monétaire aux politiciens, c’est une riche idée! Je suis sûr que l’ours est le mieux placé pour garder le pot de miel… Et vive l’inflation! Ah mais non, c’est un « préjugé » pardon…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

Certains penseurs de haut vol ont des idées particulièrement originales : augmenter les impôts. Le think tank Terra Nova vient ainsi de proposer une forte augmentation des droits de succession en France. Chacun sait que la France et la Belgique figurent parmi les champions mondiaux des prélèvements obligatoires, mais aussi de la confiscation des patrimoines. Pour certains, cela ne suffit absolument pas. Des sous, des sous, encore des sous pour les politiciens. J’oublie une chose essentielle : il s’agit de faire notr... Poursuivre la lecture

Par Erwan Le Noan. Un article de Trop Libre

La dernière note de Terra Nova s’inquiète d’une « concentration du patrimoine » qui conduirait à « une société d’héritiers vieillissants ». Elle appelle dès lors à lutter contre la première des rentes, l’héritage, par une hausse des droits de succession. Cela appelle plusieurs réflexions.

D’abord, toute concentration de richesse est-elle illégitime ? Pas nécessairement : elle peut s’expliquer par une saine performance économique. Les statistiques de l’INSEE montrent que le patrimoine d... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Feldman.

La propension socialiste à réglementer et à taxer est proverbiale. Le think tank Terra Nova s’inscrit pleinement dans cette lignée. Il vient en effet de publier une note de 25 pages intitulée « Réformer l’impôt sur les successions » sous la plume de quatre personnes. Il fallait effectivement s’y mettre à plusieurs, ne serait-ce que parce que les socialistes ne jurent que par le collectif… Au nombre des auteurs se trouve Prosper Enfantin, pseudonyme d’un « haut fonctionnaire » tout trouvé puisque ce saint-simo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles