Déchets nucléaires : c’est résolu

Les déchets nucléaires disposent (ou sont en voie de disposer) de solutions de traitement adaptées pour leur gestion définitive.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Tourniquets anti nucléaires Flamanville by Frédéric Bisson (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déchets nucléaires : c’est résolu

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 mars 2022
- A +

Les déchets nucléaires disposent (ou sont en voie de disposer) de solutions de traitement adaptées pour leur gestion définitive.

Ils n’ont jamais provoqué d’accident de transport ni de stockage, ni d’aucune sorte, et ils n’en provoqueront jamais selon toute probabilité. Les craintes qu’ils suscitent reposent principalement sur de fausses croyances répandues par une propagande antinucléaire malveillante.

Transmutation ou stockage ?

La transmutation des produits radioactifs à haute activité et à vie longue (HAVL) tels que l’américium, le curium et le neptunium en d’autres éléments moins radioactifs, (et/ou à durée de vie plus courte), a été étudiée comme une solution de gestion des déchets puis abandonnée à cause des difficultés industrielles et économiques.

Seule la transmutation en réacteur de l’américium apparait potentiellement envisageable mais cette opération coûteuse demeurerait partielle. Il resterait donc toujours des déchets contenant de l’américium qui permettrait certes de réduire la radiotoxicité potentielle et l’émission de chaleur des déchets HAVL, mais pas d’éviter leur stockage géologique.

Aujourd’hui, 90 % des déchets nucléaires sont déjà définitivement gérés et les 10 % restants attendent une décision politique pour être stockés dans le centre industriel de stockage géologique CIGEO déjà prêt qui complètera le dispositif national français au-delà de 2030.

Jusqu’où faut-il aller dans les dépenses ? 

L’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN) exige de traiter les déchets de très faible activité (TFA) comme s’ils présentaient un risque.

Cette position politique entraîne des coûts inutiles pour le consommateur et le contribuable français alors que les autres pays européens appliquent un « seuil de libération » ou « d’exemption » qui permet de les recycler en gravats pour les constructions (routes, remblais…).

Les antinucléaires refusent également de reconnaître ce seuil de libération/exemption car leur stratégie consiste à renchérir toujours plus le nucléaire pour l’étouffer sous les coûts (coups ?) alors que les 40 ans d’existence de notre programme électronucléaire ont apporté la preuve de sa sûreté.

De plus, agiter en permanence l’épouvantail des déchets nucléaires « dont on ne saurait pas quoi faire » est le cheval de bataille des écologistes antinucléaires, l’épine dorsale de leur lutte anticapitaliste qui disparaitrait s’ils reconnaissaient que le problème de la gestion des déchets nucléaires est résolu.

Les faibles doses

Pourquoi continuer à abaisser des normes de rejets inférieures à la radioactivité naturelle (inoffensive) et à refuser un seuil d’exemption ? La radioactivité à faible dose est même parfois bénéfique (comme le soleil), y compris dans les stations thermales.

En juillet 2003, l’Académie de médecine considère que l’électricité nucléaire « s’avère avoir le plus faible impact sur la santé par kilowattheure produit par rapport aux filières utilisant des combustibles fossiles, les biomasses ou l’incinération des déchets, ou même les énergies éolienne et photovoltaïque ».

En janvier 2012, l’Académie des sciences confirme que « les centrales nucléaires sont aujourd’hui le seul moyen de produire massivement de l’électricité concentrée, permanente et sans émission de gaz à effet de serre » et ajoute que « quatre décennies d’expérience ont montré que l’impact sanitaire du nucléaire est bien moindre que celui d’autres sources principales d’énergie, le charbon en particulier ».

L’exposition moyenne des Français aux radiations est de 4,5 millisievert par an (mSv/an), dont 2,9 mSv/an d’origine « naturelle » et 1,6 mSv/an « médicale ». Les activités industrielles et militaires sont négligeables, elles représentent moins de 1 % de ce total.

Une énergie durable et propre

Environ 51 réacteurs nucléaires sont en construction dans le monde et 440 en fonctionnement (en mars 2022) parce que le nucléaire est une énergie propre, sûre et bon marché.

Le nucléaire a l’avantage d’utiliser un combustible abondant et bien réparti sur toute la planète (l’uranium) et de produire des quantités de déchets beaucoup plus faibles que toutes les autres technologies. Certes, ils sont radioactifs mais les filières de traitement et de stockage ultime sont maîtrisées, et leur radioactivité décroit avec le temps contrairement aux produits chimiques qui restent éternellement toxiques.

Enfin, le nucléaire est une énergie durable pour plusieurs milliers d’années dans le monde.

Les réacteurs surgénérateurs de quatrième génération, déjà en fonctionnement en Russie et en Inde, et qui ont fonctionné en France (Phénix et Superphénix) pendant plusieurs années avant d’être démantelés pour des raisons politiques, sont capables d’utiliser 100 fois plus efficacement qu’actuellement l’uranium naturel.

L’énergie nucléaire : une excellente solution

L’énergie nucléaire est une excellente solution pour le climat et pour subvenir à une grande partie des besoins en électricité du monde, et notamment de la France, en se passant durablement des énergies fossiles.

Elle présente les énormes avantages de produire une électricité bas carbone, de procurer une grande indépendance géopolitique ; et de s’adapter à la demande tout en étant compétitive, loin des coûts extravagants de l’électricité produite à partir de gaz en ce moment.

La France utilise cette énergie depuis plus d’un demi-siècle, avec une expérience cumulée de plus de 2000 années de fonctionnement des réacteurs actuels, sans avoir provoqué une seule victime liée à son caractère nucléaire.

Décider de s’en priver à l’avenir en se mettant sous la dépendance des productions éoliennes et solaires soumises aux caprices de la météo, et aussi du gaz nécessaire en complément pour les nuits sans vents, serait un retour en arrière pénalisant. Même en recouvrant la France d’une profusion d’éoliennes et de panneaux solaires, rapidement inacceptables, ces sources intermittentes sont définitivement incapables de fournir suffisamment d’électricité pour maintenir un statut de pays développé.

Le citoyen a donc le choix entre abandonner le nucléaire et subir des pénuries en payant cher une électricité aléatoire qui dégradera profondément son niveau de vie, ou continuer à accepter le risque résiduel infinitésimal du nucléaire et à bénéficier d’une électricité bas carbone, abondante et bon marché pour conserver son niveau de vie.

Une énergie d’avenir

Au-delà des manœuvres politiciennes et des lobbies divers qui entravent le développement de l’énergie nucléaire, ne pas donner toute sa place à ce formidable moyen de production d’électricité et de chaleur serait une dramatique erreur stratégique.

Cette source d’énergie exceptionnelle, quasi-miraculeuse, permet d’offrir à nos enfants un avenir respectueux de l’environnement et durable pour la production d’électricité et de chaleur. Ses déchets bien gérés comme ils le sont en France, ne représentent, et ne représenteront jamais, aucun danger pour les populations.

Alors, puisque le problème des déchets nucléaires est résolu, où est le problème ?

Et de l’auteur de cet article

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • L’impact de l’énergie nucléaire sur le climat est aussi nul que celui des énergies fossiles qui en revanche sont plus toxiques en matière de pollution. Il y a assez d’arguments convaincants pour éviter d’en ajouter de douteux.

  • Ben oui, le nucléaire est véritablement la seule rupture technologique qui a de l’avenir. L’ennemi du nucléaire, c’est la peur. Quels sont les deux derniers accidents « chimiques » AZF et Beyrouth…. comme quoi tout est dangereux. L’arrêt de Superphénix et autres centrales sont des idioties dues à la peur, peur qui incrémentent un déluges de normes parfois absurdes. Nous sommes tellement trouillard, que nous avons inscrit un principe de précaution dans notre constitution…..

    •  » L’arrêt de Superphénix et autres centrales sont des idioties dues à la peur ». Ce sont surtout des collectes de votes. Il convient de ratisser large, quel qu’en soit le prix (pour nous).

  • Un article résumant les intérêts de la production du nucléaire (bas carbone, sûr, pas de dépendance à un seul pays pour l’uranium, techniquement maîtrisé, etc.).

    Pour aller plus loin sur la gestion des déchets, je conseille ces deux vidéos du YouTuber Le Réveilleur :
    https://www.youtube.com/watch?v=8ef25x7sM-I&t=1604s : sur le démantèlement des centrales et le gestion des déchets nucléaires
    https://www.youtube.com/watch?v=E3YLYzs_1Es : sur le cas spécifique du stockage géologique

  • quelle deception cet article. On pense qu on va apprendre qu il y a eut une percee scientifique (genre transmutation) et au final on nous explique que la solution c est d emballer les dechets afin de faire des routes … (bon l auteur se limite aux dechets faiblement radiocatifs mais quitte a y aller, pourquoi ne pas y aller franchement). personellement je suggereait de refaire les routes de paris avec les dechets de la hague, comme ca on se debarasse des dechets et des parigos 😉

    -3
  • Une énergie d’avenir pour une société sans avenir…
    Ou va t on trouver le pognon pour construire de nouvelles centrales et des pelleteuses pour enterrer les dechets sous le bitume… disparu ?
    C’est trop tard.

    -2
  • Ou est le problème cher Michel ?
    C’est que, la lutte contre le capitalisme ne peut fonctionner si le nucléaire est viable. Au XXe siècle, le capitalisme s’est imposé, à minima, comme le moins pire des systèmes. Le seul contre-argument restant est écologique : les ressources et en particulier les ressources énergétiques seraient limités et ne peuvent supporter le fonctionnement et la croissance du modèle capitaliste.
    Ouf on a une bonne raison de se débarrasser de ce modèle honni !
    Et la vous débarquez avec une énergie propre, sûre, abondante et bon marché. Vade retro satanam !

  • Faudra t’il un nouveau Tchernobyl pour réduire cet enthousiasme, savez vous ce que pensent les habitants de La Bure de l’enfouissement des produits dangereux ? Le problème des déchets nucléaires n’est pas résolu, il est dissimulé

    -4
  • Article rédigé dans un prisme défensif de justification de la bonne gestion des déchets « nucléaires » qui subit malheureusement les biais classiques d’une mauvaise interprétation du nucléaire en lui-même. Pour exemple, aucune mention de la fusion nucléaire qui montre de nouveaux potentiels industriels récemment… Je suis pour ma part plutôt pour le maintien de la production d’énergie pour le nucléaire mais j’ai aussi pleinement conscience des risques sanitaires (et géopolitiques) d’une centrale.
    Il est vrai que des seuils ont pu techniquement être placés par la France, plus élevés que nos homologues européens, mais qui peut se défendre de surprotéger ces déchets qui peuvent avoir des risques pour la santé ? La question est, il me semble, plus d’ordre morale que technologique et prends plus part dans les débats politiques et sociétaux, à l’image de la suprotection médicamentale en Europe…
    Aussi, pour rebondir sur un commentaire, je doute qu’il y ait un quelconque rôle capitalistique dans l’enjeu nucléaire / fission. Cela relève plus, selon moi, d’une stratégie d’indépendance énergétique, et donc de patriotisme 🙂

    -4
    • Tout à fait d’accord avec vous. L’article est d’un très faible niveau (de contenu, d’analyse et d’interprétation). Et pourtant je suis pro-nucléaire.
      Réduire l’approche du risque nucléaire à une pseudo-lubie de l’ASN sur les déchets très faiblement radioactifs est assez malhonnête.
      Le risque nucléaire se juge à l’aune d’une analyse des risques pertinence et raisonnable.
      Comme il est facile de vouloir électrifier toute la planète avec le nucléaire, mais quid des zones de conflit (actuels ou à venir), des zones inondables, sismiques, des couts d’entretien, d’usure…

      Oui l’auteur à raison les déchets inférieurs à la radioactivité naturelle ne doivent pas nécessiter de mesure particulière. Mais c’est déjà le cas ! Et désolé de l’apprendre à l’auteur, mais je mets ma main à couper que l’ASN et autres autorités expertes ont déjà connaissance de votre information sensationnelle.

      -1
  • Avatar
    jacques lemiere
    24 mars 2022 at 18 h 55 min

    voyons voyons il faut donc réussir à convaincre les gens pour convaincre les politiques de revenir sur des mesures inutiles..

    on interdit le glyphosate..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Brunschwig et Michel Gay.

 

Les récentes déclarations de la ministre Agnès Pannier-Runacher lors de son interview le 3 novembre 2022 par la chaîne Public Sénat et quelques jours plus tard lors de l'examen devant le Sénat de la loi d'accélération des énergies renouvelables, interrogent sur les intentions du gouvernement.

 

Des slogans pour arguments

La ministre traduit-elle une manipulation habile de l'opinion publique (qui manifestement fonctionne) et un piège tendu aux sénateurs (dans lequel... Poursuivre la lecture

N’avoir école que l’après-midi, nous en avions tous rêvés lorsque nous foulions les bancs de l’école. Pourtant, ce qui était un doux rêve pour beaucoup s’apparente aujourd’hui à un cinglant cauchemar.

L’annonce nous vient du ministre de l’Éducation nationale, Pap N’diaye, lors de l’Educatech Expo qui s’est tenue en fin de semaine Porte de Versailles à Paris. Ce rendez-vous incontournable de l’innovation éducative a donc été paradoxalement l’occasion pour le ministre de faire une des annonces les plus régressives pour le secteur : la fi... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles