Quand le nucléaire chinois dominera le monde… demain matin

Dans moins de 10 ans, la production d’électricité d’origine nucléaire en Chine se positionnera à la première place mondiale devant les États-Unis… et la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
President of China, Xi Jinping arrives in London, 19 October 2015 by Foreign, Commonwealth & Development Office on Flikr (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand le nucléaire chinois dominera le monde… demain matin

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 février 2022
- A +

La Chine va prendre la première place dans le paysage nucléaire international dans moins de 10 ans.

Le 14ème Plan quinquennal chinois prévoit de développer un imposant programme électronucléaire en Chine et… dans le monde.

100 gigawatts (GW) en 2025 et 200 GW en 2035 pour le nucléaire chinois !

Le deuxième réacteur chinois de troisième génération Hualong-one (« Dragon ») a été couplé au réseau en Chine le 1er janvier 2022, devenant ainsi leur troisième réacteur à produire de l’électricité, le premier fonctionnant au Pakistan depuis juin 2021.

Ce réacteur d’environ 1,2 gigawatt (GW), conçu comme leur fer de lance à l’export, a été désigné comme l’un des dix « équipements de grande importance stratégique nationale ».

Avec 53 réacteurs couplés au réseau et une puissance installée totale de 54 GW, la Chine se place aujourd’hui en troisième place mondiale juste après les États-Unis (93 réacteurs et 95 GW) et la France (56 réacteurs et 61,3 GW suite à la fermeture politique de Fessenheim).

Mais la Chine est déjà en deuxième position pour la production d’électricité nucléaire (410 térawattheures (TWh) en 2021 contre environ 350 TWh en France qui ne prévoit que 300 TWh en 2022). Cette production atteint pour la première fois le seuil de 5 % dans son mix électrique encore essentiellement issu du charbon soit environ 70 %.

Sa production nucléaire globale a permis d’éviter la consommation de 125 millions de tonnes de charbon ce qui représente une réduction des émissions de 328 millions de tonnes de CO2, d’un million de tonnes d’oxyde de soufre (SO2), et de 930 000 tonnes d’oxydes d’azote.

En 2025, la Chine dépassera la France pour prendre la deuxième place mondiale en matière de capacité installée nucléaire avec une puissance de 70 GW.

De plus, 30 GW seront en construction, soit au total 100 GW, ce qui représentera une augmentation de près de 60 % par rapport à l’année 2019.

Le « Livre bleu » publié par la China Nuclear Energy Association (CNEA) et intitulé « Rapport sur le développement de l’énergie nucléaire en Chine pour l’année 2020 » souligne que le nucléaire jouera un rôle important dans le remplacement des énergies fossiles en Chine et prévoit 6 à 8 nouveaux réacteurs par an pendant le 14ème Plan quinquennal.

Enfin, en 2035, il est prévu une puissance nucléaire (en service et en construction) de 200 GW.

 

Une montée en puissance « tous azimuts » du nucléaire

Ce pays ne se contente plus de construire et d’exploiter des réacteurs conçus à l’étranger. En s’inspirant des technologies françaises et américaines, il a acquis une maturité industrielle qui lui permet dorénavant de concevoir et construire des réacteurs dans des délais qu’aucun pays ne parvient plus à atteindre (5 ans à 6 ans). Leur coût annoncé, autour de 5 milliards d’euros, est largement inférieur à celui des autres réacteurs de troisième génération dans le monde.

Les réacteurs chinois de troisième génération tels que le Hualong-1 et le CAP1400 équiperont majoritairement les nouvelles centrales nucléaires en Chine, et peut-être ailleurs dans le monde. Ils sont actuellement proposés pour équiper la Grande-Bretagne en parallèle avec les EPR français.

Le 1er février 2022, l’Argentine et la Chine ont signé un accord visant à construire un Hualong-1 sur le site nucléaire d’Atucha près de Buenos-Aires. Le financement du projet sera en grande partie assuré par un prêt d’un groupement de banques chinoises.

Après le Pakistan, la technologie des réacteurs chinois met donc un pied en Amérique latine…

L’arrivée d’un quatrième opérateur nucléaire en Chine (Huaneng après CNNC, CGN et SPIC) confirme la forte volonté chinoise d’accélérer le développement de son parc nucléaire en favorisant la construction nationale afin d’accroitre son indépendance dans un contexte de montée continue des tensions avec les Etats-Unis.

La Chine investit aussi dans les réacteurs surgénérateurs de quatrième génération et les combustibles nucléaires au thorium. Elle s’engage également dans la construction de réacteurs à haute températures (HTR) pour le dessalement de l’eau de mer et une éventuelle production d’hydrogène.

 

Chauffage urbain nucléaire

De plus, la Chine continue à promouvoir la diversification des usages du nucléaire par la production de chaleur industrielle et urbaine à partir des grands réacteurs électrogènes AP1000 (à Haiyang), des CAP1400, et aussi avec de petits réacteurs SMR (Small Modular Reactor), notamment à l’intérieur des terres. Plusieurs réacteurs de démonstration SMR sont prévus pour le chauffage urbain et comme centrales électriques flottantes.

Le 9 novembre 2021, elle a inauguré le « chauffage nucléaire » de la totalité de la zone urbaine de la ville de Haiyang (200 000 habitants et 4,5 millions m2) qui devient ainsi la première ville entièrement à « chauffage zéro carbone » en Chine.

Les 12 chaudières au charbon ont été remplacées sans qu’il y ait eu aucun changement pour les consommateurs.

La chaleur de la vapeur (non radioactive) extraite après la production d’électricité est utilisée pour produire de l’eau chaude acheminée par des canalisations vers des stations avant d’être distribuée aux particuliers.

Une autre ville dans le Sud de la Chine utilise aussi partiellement le chauffage nucléaire (460 000 m2 chauffés et environ 4000 foyers).

Il est également prévu un « chauffage nucléaire » pour d’autres villes (Qingdao, Yantai et Weihai).

Le chauffage nucléaire n’a pas été utilisé plus tôt à cause d’une plus grande complexité technique et d’une rentabilité économique incertaine. Mais les Chinois parient qu’il sera plus rentable que la combustion des énergies fossiles… sur le long terme.

 

Une vision à long terme du nucléaire chinois

Aujourd’hui, le prix du chauffage nucléaire en Chine avoisine celui du charbon.

Cependant, les prix des énergies fossiles continueront d’augmenter à cause des facteurs géopolitiques et de la marchandisation des émissions de carbone (taxe carbone).

Or, si l’énergie nucléaire demande un premier investissement élevé à la construction, le coût du combustible nucléaire ne représente qu’une très faible part après la mise en service (3 % à 5 % du coût de production).

Le coût d’exploitation des centrales nucléaires n’est donc pas affecté même si le prix du combustible nucléaire augmente fortement comme celui des énergies fossiles.

Par conséquent, le coût de la production d’électricité d’origine nucléaire est stable.

Pendant que l’Europe a choisi de se tirer une balle dans le pied en pariant sur les énergies renouvelables, et non sur le nucléaire, la Chine progresse dans les domaines de l’enrichissement de l’uranium, des assemblages de combustible nucléaire, du retraitement, de l’entreposage, et du stockage géologique du combustible usé.

Dans un contexte politique de réduction du nucléaire, il sera difficile pour la France de maintenir son avance technologique. Il serait judicieux de développer des coopérations avec des partenaires chinois pour profiter d’un effet d’entraînement et éviter le décrochage technologique car la Chine sera le leader mondial dans tous les domaines nucléaires dans 15 ans, et probablement avant.

 

En 2021 :

  • 6 réacteurs nucléaires ont été mis en chantier et 4 ont été connectés au réseau.
  • 14 réacteurs Hualong-1 sont en construction ou en fonctionnement.
  • Fin 2021, la Chine comptait 16 réacteurs en construction (dont 12 Hualong-1), soit davantage que l’Inde (6 unités et 42 GW installés) et que la Corée du Sud (4 unités et 53,6 GW installés).
  • La première installation chinoise de vitrification des déchets liquides radioactifs a été mise en service le 11 septembre, marquant une percée de la Chine dans le traitement de déchets hautement radioactifs. La Chine est dorénavant un des rares pays (avec la France) qui maîtrisent cette technologie.

 

Le nombre d’unités nucléaires en opération en Chine a augmenté de 8 % et la capacité installée a augmenté de 7 % par rapport à 2020.

Cinq sites de centrales nucléaires en construction (Xiapu, Zhangzhou, Taipingling, San’ao et Xudapu) sont entièrement nouveaux et ne possèdent pas encore de réacteurs opérationnels.

 

Le développement économique prioritaire sur l’environnement

La Chine veut s’engager dans une transition énergétique dynamique et harmonieuse sans sacrifier sa croissance sur l’autel de l’environnement.

Selon son Président Xi Jinping au forum « virtuel » de Davos en janvier 2022, la Chine souhaite poursuivre l’édification de la civilisation écologique mais « il ne faut pas non plus sacrifier le développement économique à la protection de l’environnement ».

La Chine procédera à une réduction progressive et ordonnée des énergies fossiles vers de nouvelles énergies alternatives viables (dont le nucléaire), « de manière à assurer la stabilité du développement économique et social ». «

L’Année du Tigre vient de commencer en Chine le 1er février 2022 selon le calendrier lunaire.

« Dans la culture chinoise, le tigre est le symbole du courage et de la force. Les Chinois parlent souvent de la vitalité et du dynamisme du dragon qui monte au ciel et du tigre qui saute haut. Face aux sérieux défis qui se posent à l’humanité, nous devons, comme un tigre ailé, surmonter vaillamment les obstacles dans notre marche en avant » (Xi-Jinping au forum de Davos le 17 janvier 2022).

Dans moins de 10 ans, la production d’électricité d’origine nucléaire en Chine se positionnera à la première place mondiale devant les États-Unis… et la France.

 

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Dans l’état actuel des technologies, la seule source d’énergie permettant d’éviter une civilisation amiche est le nucléaire de 4ème génération (thorium aux sels fondus)

  • Et dans peu de temps : explosion de réacteurs , de quoi donner raison aux écolos . Le problème du nucléaire : il se marie mal avec la corruption et /ou l’amateurisme . Notre chance : on est assez loin . Ceci dit , au point de déliquescence où nous en sommes nous mêmes , on peut prévoir le même scénario pour nous à plus ou moins brève échéance. Et je suis pro nucléaire mais lucide . Le nucléaire c’est un truc de pays sain .

    • Quels pays sont sains, d’après vous ? Parce qu’en matière de corruption et d’amateurisme, la France est bien dans le peloton de tête…

    • Détrompez vous, les chinois ont acheté des EPR, des VVER russes et des AP1000 américain dans le seul but: de puiser des idées. Leur nouveau réacteur fait la synthèse des trois en prenant le meilleur de chacun. ça semble être un très bon réacteur, pas trop cher et ils maitrisent une construction rapide. Ils ont planifié d’en construire 150GW d’ici 2035. En résumé ils reproduisent les choix fait par la France dans les années 70 mais à leur échelle.

      Possible qu’ils aient qq pépins mais quand ils veulent ils savent faire. Regardez leurs avancées dans le domaine du spatial.

      • @Hervé bien sûr ils savent , le problème est celui de la de la corruption, du totalitarisme : ces deux plaies empêchent une bonne maintenance, bonne maintenance seule garantie contre les « ennuis » .

    • La question de la sécurité est intéressante. Mais il ne faut pas prendre les chinois pour de imbéciles. (N’oublions pas la réputation de l’électronique japonaise il y a 60 ans).
      Et d’un autre côté, dans 20 ans on roulera tous (enfin ceux qui ne seront pas ruinés) en voiture électrique … chinoise.

    • Le nucléaire fait toujours fantasmer, mais imaginez ce que produirait des malfaçons sur le barrage des 3 gorges …

  • j ai un cousin qui travaillait pour areva en chine. il faut relativiser la performance chinoise pour construire une centrale. il sont bien plus rapide que nous c est sur mais ils font n importe quoi et appliquent le principe du pas vu, pas pris. Par ex, ils montent mal une piece, ca coince (logique) . Ils prennent une masse pour l enfoncer (n importe quoi). cassent la piece (ben oui, c est pas concu pour recevoir des coups de masse). Du coup pour evidter d etre bloque, on met quand meme la piece cassee et on passe a l etape suivante : on coule du beton comme ca plus personne peu voir que la piece a ete cassee

    Je serai curieux de voir combien de temps vont tenir les centrales chinoises sans accident serieux (meme si on peu faire confiance au PCC pour essayer d etouffer l affaire).

    • Exactement comme en France…

      • j ai jamais travaillé sur des centrales et j espere que c est pas le cas. En tout cas l ESN fait un vrai controle (qui fait ch… edf)
        Mais si je me base sur mon activite pro, les chinois c est quand meme le degre 0 de la qualité (meme si ca s ameliore). Un europeen est bien moins je m en foutiste qu un chinois (ex : machine mal montée, ca fait un bruit d enfer. l operateur chinois continue comme si de rien n etait (i j etait pas passé il aurait continué jusqu a la casse). un francais aurait arreté

  • Les Chinois ont un avantage indéniable sur les Européens, ce sont des « morts de faim »
    Ils ont connu la misère et voient concrètement les bienfaits de la technologie sur leur vie quotidienne, pendant que nous gaspillons nos forces à discuter de sujets sociétaux progressistes.
    Nous sommes devenus paresseux, nous ne pensons qu’aux loisirs, nos adolescents ne travaillent plus pendant leurs vacances et notre société est complètement désarmée face aux périls qui s’annoncent.

  • Quand le communisme est entré les mains de gens intelligents, ça marche fort. Bien sûr il y a quelques coups de baguettes….
    M’enfin chez nous aussi on a un commissaire aux plans…. de carrière……et les coups de baguettes….dans les yeux pour que nous marchions droit…..dans le mur.

  • Je l’avais bien dit il y a peu que bientôt on achètera notre électricité aux chinois!
    Merci de le confirmer ici, ça me rassure!
    Je craignais d’avoir développé un don de double vue ( et vu le pris des lunettes, c’était grave!!!!)

  • Pour ma part et ça n’engage que moi, Edf c’est d’abord des fonctionnaires et la performance et la rentabilité ne sont pas à l’ordre du jour pour eux, on ira taxer le contribuable pour boucher les trous d’une gestion calamiteuse. Il aurait été judicieux de découper cette entreprise d’etat communiste en plusieurs entités privés avec à leurs têtes d’excellents, (exemple PDG tels que Elon Musk, Jeff Bezos, Patrick Pouyanné, Bernard Arnault etc…). Un autre indice de leur incompétence, on met les réacteurs à l’arret pour causes diverses, et oui pendant le COVID on a suspendu les entretiens, et oui pardi on a peur, et maintenant cette bande d’incapables achète du MWh en plein hiver au prix fort sur le marché SPOT. Et le roi MACRON dans sa grande sagesse et son incompetence crasse veut que la FRANCE construire 6 EPR, mais il a un problème ce type, d’abord on valide le prototype Finlandais et FLAMANVILLE avant de jeter le pognon par les fenêtres. Décidemment comme l’ecrit si souvent H16 ce pays est foutu à cause de politiques d’une médiocrité affligeante.

    • Je partage votre point de vue sur la nullité des cadres actuels. A voir aussi le rôle du gouvernement dans ce désastre. Les 25 ans de politique antinucléaire ont aboutit à un affaiblissement de la filière.

      Mais la privatisation du monopole n’est pas une solution qui va marcher pour la simple raison que le gros de l’opération est déjà largement réalisée:
      La construction des centrales est sous traitée
      L’entretien des centrales est déjà privatisé
      L’entretien et la construction des réseaux aussi
      La pose des compteurs est faite par le privé
      Même le relevage des compteurs est fait par le privé

      Ce qui resterait à privatiser c’est pour l’essentiel le rôle de l’architecte/ maitre d’œuvre. Je ne crois pas que privatiser ces postes permettent de construire un édifice plus solide.

      Ce qu’il faut avant tout, c’est que les politiciens cessent interférent sur des sujets qu’ils ne comprennent pas et qu’ils retournent à leur bac à sable électoral en essayant de ne pas nuire au pays.

      Concernant l’EPR on est déja trop en retard, ça fait 15 ans qu’on devrait ouvrir un chantier chaque année. C’est pas génial certes mais soit on fait cocorico avec ça, soit on commande des Hualong aux chinois. Pas d’alternatives si on veut sortir des fossiles qui nous ruinent et vont nous ruiner de plus en plus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au motif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, remplacer des productions pilotables d’électricité, comme le nucléaire, par des sources d’énergies aux productions fatales, aléatoires et/ou intermittentes (EnRI), dépendant du vent et du soleil, est une idiotie.

 

Des œufs pourris…

Cela revient à enlever du panier des œufs sains (le nucléaire décarboné pilotable) pour les remplacer par des œufs pourris achetés chers (des productions intermittentes et non pilotables), ou pire encore, à les ajouter en doublons inut... Poursuivre la lecture

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

On voit proliférer ces jours-ci une ligne d’argumentation commune entre la propagande d'État russe et les milieux complotistes américains, savoir : la guerre en Ukraine aurait été fomentée par les Américains pour détruire l’Europe (sic).

Par exemple, le site complotiste américain revolver.news renvoie sans problème aux considérations géostratégiques d’un grand expert sur la guerre en Ukraine, Andrew Korybko. Accessoirement, un analyste « basé à Moscou » financé par le gouvernement autocratique russe : détail sans intérêt ?

Bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles