Ce qu’un vieux dessin animé nous dit du manque d’innovation en France

Hier limitée à une frange minoritaire réactionnaire ou romantique, la méfiance envers la technologie et le pessimisme devient progressivement dominante dans notre pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
i want to have a jetsons house by Soozie Bea (creative commons) (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce qu’un vieux dessin animé nous dit du manque d’innovation en France

Publié le 12 novembre 2021
- A +

Par Philippe Silberzahn.

 

Pourquoi n’y a-t-il pas d’Elon Musk français ? La question agite périodiquement le landerneau politico-journalistique français, et chacun y va de ses explications, mais elle est légitime et importante. Le constat d’un manque d’innovation en France n’est pas nouveau.

Alors qu’il a un passé glorieux dans les arts, les sciences et l’industrie, notre pays n’a réussi à créer aucun leader mondial dans les grands domaines d’innovation actuels : biotech, Web, intelligence artificielle, etc. et ceux qu’il a encore sont en danger (Ariane).

Un dessin animé américain, dont j’utilise le générique dans mes séminaires, suggère un début de réponse.

Les Jetsons est un dessin animé américain créé en 1962 qui met en scène une famille américaine vivant dans le futur. George et Jane ont deux enfants, Judy et Elroy. George va en voiture volante au travail. Sur son trajet il dépose ses enfants à l’école et sa femme au centre commercial.

Il ne travaille que trois heures par jour. Tous les bâtiments sont suspendus dans l’air. La famille a une bonne, Rosie, qui est un robot. Lorsque je passe le générique, je demande aux participants d’identifier les modèles mentaux sous-jacents. Le plus frappant est de voir que les auteurs projettent la famille dans un futur hyper-technologique : voitures et écoles volantes, automatisation supprimant le besoin de travailler, robots assistants, tapis roulants pour éviter de marcher jusqu’à son bureau, etc.

En revanche, la structure sociale reste figée dans une version presque caricaturale de son époque, celle d’une famille de la classe moyenne de l’Amérique des sixties : monsieur travaille, madame va faire du shopping, ils ont deux enfants, un garçon habillé en bleu, et une fille habillée en rose. Ils sont blancs et hétérosexuels.

Deux modèles mentaux sur la technologie et le progrès

Ça c’est la partie facile. Là où ça devient intéressant, c’est quand je fais réfléchir les participants sur deux modèles mentaux. Le premier a trait à la technologie. Dans les Jetsons, elle est vue comme libératrice. Grâce à elle, on réalise le vieux rêve d’Icare, se libérer de la prison terrestre pour vivre dans le ciel plus près des dieux. Quasiment plus besoin de travailler, on vit dans un éternel mouvement de légèreté où tout est facile.

Le modèle mental est prométhéen, celui d’une technologie qui libère l’Homme et lui permet enfin de vivre dégagé des contraintes matérielles, un modèle qu’auraient parfaitement reconnu les philosophes grecs et qui correspond à celui de la Révolution industrielle où rien ne semblait impossible.

De façon générale, les participants ne souscrivent pas à ce modèle. Ils le considèrent comme naïf, et mettent en avant les travers de la technologie : pollution, gaspillage, addiction, etc. Au modèle mental de la technologie qui libère, ils opposent un modèle mental de la technologie qui enferme.

Ce sont systématiquement les mauvais côtés de l’innovation qu’ils mettent en avant : les robots créent du chômage, la biotech des fruits et légumes Frankenstein, l’intelligence artificielle pose des problèmes éthiques, etc. Même l’évocation du vaccin anti-covid, formidable réussite, suscite des haussements d’épaules et une réaction blasée.

Le second modèle mental a trait au futur. Je demande aux participants d’imaginer le nouveau scénario des Jetsons si celui-ci était écrit aujourd’hui. Autrement dit, d’imaginer ce que pourrait être la vie d’une famille dans quarante ans. Ils se moquaient bien volontiers des Jetsons, mais placés devant cet exercice, ils rigolent un peu moins. Que ressort-il de cet exercice ? Un contraste frappant avec les Jetsons.

Les scénarios sont très majoritairement pessimistes. On sacrifie bien sûr aux clichés du présent (couple homo et famille recomposée) mais on vit dans un paysage brûlé par le réchauffement climatique, pollué, ou en guerre civile des riches contre les pauvres. On ajoute à cela quelques percées technologiques assez convenues (puces sous la peau, voire téléportation), et voilà. Il est extrêmement rare que les scénarios soient optimistes.

Mon observation n’a pas vraiment valeur statistique, mais j’ai le sentiment que plus l’audience est jeune, plus les scénarios sont pessimistes. C’est d’ailleurs ce qu’a récemment remarqué un étudiant au cours de l’exercice.

S’en est suivi une discussion où j’ai effectivement fait part de mon étonnement, remarquant que ce pessimisme n’existe pas lorsque je fais cet exercice avec des audiences internationales. Oui, la méfiance envers la technologie et le pessimisme au sujet du futur semblent deux modèles mentaux solidement ancrés chez les Français.

L’importance des modèles mentaux comme blocage ou comme déblocage

Or, ce que croient les Français de la technologie et du futur est important. L’économiste et historienne Deirdre McCloskey montre ainsi de façon convaincante comment les croyances expliquent l’émergence de la Révolution industrielle en Europe à partir du XVIIIe siècle, notamment sur ce qui détermine la dignité. Jusqu’à cette époque, la croyance dominante (modèle mental) est celle selon laquelle la place d’un homme dans la société repose sur sa naissance (un fils de paysan sera paysan, un fils de noble sera noble).

Sortir de sa condition de naissance, c’est menacer l’ordre établi ; or celui-ci l’est divinement. Le changement est donc foncièrement dangereux. L’innovation est un terme connoté péjorativement. Mais à partir du XVIIe siècle émerge progressivement un modèle mental alternatif selon lequel le respect qui est dû à un homme repose sur ce qu’il fait et non plus sur ce qu’il est.

La dignité est désormais ouverte à tous. Le travail et la réussite sont socialement reconnus indifféremment de l’origine sociale. C’est ainsi que quelqu’un comme James Watt, l’un des inventeurs de la machine à vapeur, bien que né dans une famille pauvre, deviendra un personnage éminent de son époque, une statue lui étant même érigée par souscription publique.

Un modèle mental peut bloquer le progrès (monde statique où le rang dépend de la naissance, ce qui décourage l’initiative et l’innovation) ou au contraire le permettre (monde dynamique où la place dans la société dépend de ses œuvres, pas de celles de ses aïeux).

Ricanement aristocratique

Revenons donc à notre question initiale : pourquoi n’y a-t-il pas d’Elon Musk français ?

On peut bien sûr évoquer le manque de financement, la fiscalité, les normes étouffantes, les blocages administratifs et plein d’autres facteurs très réels, mais je crois que derrière tous ces blocages qui vont en s’accroissant, se trouve un modèle mental fondamental français de désintérêt pour le progrès, une sorte de ricanement aristocratique pour les questions d’innovation et de développement économique considérées comme bassement matérielles et moralement suspectes, un ricanement rendu d’autant plus facile qu’on peut maintenant pour le justifier exciper d’un danger environnemental, ce qui est bien pratique.

Un exemple entre mille de ce ricanement : en septembre 2016, la fusée d’Elon Musk explose au sol. Plusieurs journalistes français ironisent sur cet échec.

L’article de Dominique Nora dans l’Obs cache ainsi à peine sa satisfaction en titrant : « L’explosion du lanceur Falcon 9 de Space X révèle l’incroyable fragilité d’un entrepreneur, qui promet toujours plus qu’il ne peut tenir. La fin d’un mythe ? »

Aujourd’hui SpaceX est devenu un acteur majeur de l’espace et notre champion européen, Ariane, est largement distancé. Ce n’est pas tant une incompréhension profonde de l’entrepreneuriat qu’un dédain pour les valeurs qu’il porte qui ressort ici.

Si on se méfie de la technologie et qu’on est pessimiste sur l’avenir du monde, pas étonnant que les entrepreneurs comme Elon Musk soient considérés comme de doux-dingues, au mieux, et au pire comme des escrocs.

Autrement dit, prisonnière de ses deux modèles mentaux, la clérisie (les faiseurs d’opinion) développe un refus aristocratique d’accorder une dignité aux innovateurs et aux entrepreneurs : mais pour qui se prennent-ils eux qui veulent sortir de leur condition ? En clair, ils ne sont pas les bienvenus dans notre pays. Et ce refus déteint sur nos concitoyens via l’enseignement et la presse qui sont les principaux vecteurs de modèles mentaux.

Un péril mortel

Ce qui fait une société ce sont ses modèles mentaux, les croyances partagées par ses membres. Mais ces modèles peuvent également être ce qui la bloque. Hier limités à une frange minoritaire réactionnaire ou romantique, la méfiance envers la technologie et le pessimisme deviennent progressivement dominants dans notre pays.

Il est devenu socialement valorisant d’être pessimiste et méfiant envers la technologie. Cela constitue un péril mortel, et il est grand temps d’agir pour convaincre nos concitoyens que la technologie est la solution à une grande partie de nos problèmes et que le progrès ne s’oppose aucunement à un respect de la planète, bien au contraire. À tout prendre, je préfère l’optimisme un peu naïf des Jetsons au pessimisme anti-progrès de rigueur dans les cercles aristo-chic de la clérisie.

? Cet article est disponible en format audio podcast. Voir les différentes plates-formes ici.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Ce sont les médias qui induisent cette peur du futur et de la science. Les journalistes sont des littéraires et foncièrement de gauche. Ils n’aiment donc pas ce qui n est pas proche de l’homme.

    Encore ce matin j’entendais sur France pravda, une interview d’oxfam en rapport avec la cop26. Il n’y a pas un jour sur cette antenne où on n’en parle pas! Comment être positif quand tous les jours on entend les mêmes discours à la radio ou télévision sachant que ça fait depuis 30 ans que c’est l’urgence climatique ? Et ça fait depuis 2 ans que l’on nous gave de coronaminus!

    • « Les journalistes sont des littéraires et foncièrement de gauche. Ils n’aiment donc pas ce qui n est pas proche de l’homme. »

      Ils sont surtout spécialistes de la rhétorique (chercher plus l’approbation que la vérité). Ils reconnaissent eux-mêmes qu’ils considèrent l’information comme un produit et que s’ils racontent des âneries, c’est la faute au consommateur qui les achète. (Voir affaire Dupont de Ligonnès).

      La dialectique (recherche de la vérité probable) n’est pas leur fort. Cela suppose de connaître réellement le sujet et une certaine capacité à l’analyse. Chacun a pu constater que quand les médias parlent du domaine où il exerce son métier, c’est du grand n’importe quoi.

      Quant à être « proche de l’homme », cela me semble très secondaire dans leurs idées et leurs démarches…

  • Rien d’étonnant avec des enseignants socialistes, communistes ou pastèques. Ils communiquent leur mal-être tous les jours.

    • Vous supposez, comme le commentateur précédent, qu’il y aurait une divergence gauche/droite à ce sujet. Je n’en suis pas sûr. Le pessimisme et la technophobie me semblent au contraire des choses que l’on trouve aussi bien à gauche qu’à droite.

  • excellent article.
    Mais il faut dire que le jeune francais a des raisons d etre pessimistes: la situation de son pays n a cessé de se degrader depuis que ses parents sont nés (vos etudiants doivent etre né autour de l an 2000, soit des parents nes dans les annees 70)

    Sur l apport de la technologie, on est passé de la France de Jules Verne (ou la science allait permettre de vivre mieux) a la france de macron ou celle ci vous permet de vous interdire a d aller au restaurant via un QR code
    La science et la techno est neutre. ce qu on en fait ne l est pas. On peut faire un controle sociale a la chinoise, vendre des enfants (PMA) ou a l opposé oeuvrer pour que les gens vivent mieux. Helas, la société (et pas qu en France) a choisit le premier chemin

    PS: une partie des promesses de la science s est fracassé avec la premiere guerre mondiale. les promesses internet elels sont en train de s evanouir via facebook et autres systemes de pistage

  • Ce que j’ai pu voir, autant à travers l’éducation (française) de mes enfants qu’avec mes contacts au boulot, c’est que l’école enseigne ici qu’il n’existe qu’une seule bonne façon de faire le choses. Partant de là, si vous travaillez différemment, ce que vous faites est forcément mauvais. Combien de fois me suis-je fait rétorquer au boulot « C’est pas comme ça qu’on fait normalement ». Et après, on s’étonne qu’il n’y ait plus d’innovation en France? Réformons en profondeur l’école, et peut-être qu’au bout de 20 ans les choses changeront. J’ai dit peut-être…

  • Après beaucoup de discussions avec des retraités récents, il semblerait que depuis le début des années 90 s’est opéré un grand remplacement des dirigeants et chefs intermédiaires dans les grandes entreprises publiques et privées. Les techniciens, ayant appris en interne dans l’entreprise qui étaient choisis avant, ont étés remplacés par des administratifs sortant de grandes écoles avec une bonne connaissance politique mais sans grande compétence technique.
    Je pense qu’une grande partie des problèmes d’innovation vient de là

    • Tout à fait exact. Et c’est du vécu.
      Administratifs et gestionnaires ont remplacé les ingénieurs.

      • L’article ci-dessus a été écrit par un « gestionnaire »…

        Et des techniciens et ingénieurs conformistes, qui s’enferment dans des procédures jamais remises en question ou qui sont incapables de sortir de leurs routines professionnelles obsolètes, j’en ai croisé à la pelle…

  • Macron a nommé Hullot ministre, hier il decouvre W=mc2 , et il nous dit vouloir construire des centrales nucléaires.
    L’inculture scientifique, et la méconnaissance absolue des « ordres de grandeurs » sont au pouvoir.
    On m’a enseigné a l’universté en 1969 que la meilleur façon de produire de l’electricité etait le nucléaire. Mais que son dévellopement etait empché par un prix du pétrole maintenu artificiellemnt bas, c’etait il y a plus de 50 ans.
    Réussira -t-on a sortir de trente ans de mensonges et d’intoxication politique et culturelle ?

  • La Frrrance préfère la science infuse des experts de plateaux TV à la technologie utile et vulgaire qu’on peut acheter pour quelques dollars (et autant de taxes et frais de transport) sur les sites de VPC chinois.

    Résultat : des ados qui défilent en Nike et le smartphone à la main pour le climat et CPEF…

    • « Résultat : des ados qui défilent en Nike et le smartphone à la main pour le climat et CPEF… »
      Juste une petite précision, Grata n’a pas de telephone portable d’aures a son service la suivent avec Telephone, et petite culotte de rechange.

    • La Frrrance préfère la science CONFUSE des experts de plateaux TV

  • Pas étonnant que la jeunesse soit pessimiste et anti-technologie au vu du matraquage médiatique alarmiste sur l’environnement et le climat. Si c’est particulièrement le cas en France, c’est regrettable et probablement du à l’éducnat.

    • « anti-technologie »

      Elle veut des smartphones, des trottinettes électriques, des consoles de jeux, des data center pour twitter…

      Et des araires pour les bouseux car la charrue c’est trop moderne. (Sans même parler des moulins à vent …)

  • Je travaille sur un nouveau type de micro-processeur. L’OPU, qui propose de traiter des objets au lieu de simples nombres.
    J’ai contacté BPI France. J’ai parlé à une jeune ingénieure.
    La réponse :
    Vous n’êtes pas millionnaire. Donc ne venez pas nous voir.
    Votre processeur n’est pas déjà fait? C’est pas nous qui vous aiderons non plus.
    Donc l’innovation n’intéresse pas l’état Français. Et l’organisme chargé d’aider l’innovation n’aide que les millionnaires.
    Donc je suis en train de tout traduire en Anglais…

    Vive la France.

  • intelligence artificielle : Yann LeCun est français. Il est parti aux Etats-Unis après sa thèse, qui portait déjà sur les réseaux de neurones. On a encore une formation de pointe en France dans ces domaines, le problème est l’exode des meilleurs une fois formés pour trouver de meilleurs salaires.

  • Excellent article, merci Monsieur Silberzhan !
    « … un ricanement rendu d’autant plus facile qu’on peut maintenant pour le justifier exciper d’un danger environnemental … » :
    la voilà la grande excuse climatique qui justifie tous les manquements des états-providence, et en plus quand il y une pandémie « qui a frappé le monde entier », ils ont une excuse au carré : si tout va mal, c’est vraiment pas de leur faute !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles