Plus de robots, c’est plus d’emplois

Hey, that's .@shanaglenzer on TV! Good job discussing our fav topics robots, drones, and Glass. By: Antonio Zugaldia - CC BY 2.0

Depuis la crise de 2008, le taux d’emploi croît au rythme des avancées robotiques des entreprises.

Par Nicolas Lecaussin et Gabrielle Gambuli.
Un article de l’Iref-Europe

Le succès auprès des lecteurs de notre comparaison chiffrée entre le nombre de robots et le taux de chômage nous a incités à approfondir le sujet en comparant aussi l’évolution du taux d’emploi des pays à fortes intensité robotique sur les deux dernières décennies. Et les résultats sont révélateurs : nous avons remarqué que depuis la crise de 2008, leur taux d’emploi croît au rythme des avancées robotiques des entreprises.

Taux d’emploi

Source : OCDE – Taux d’emploi

Voici ces évolutions en fonction de l’intensité robotique :

Sources : IFR (International Federation of Robotics), OCDE – Taux d’emploi

On remarque que dans les pays où il y a plus de 20 robots pour 1000 travailleurs, le taux d’emploi a augmenté de plus de 3,5 points de pourcentage depuis 2009. Alors qu’en deçà de ces chiffres, l’évolution du taux d’emploi a été plus faible. En France, on observe une évolution du taux d’emploi presque neutre.

Plus encore : depuis 2003, on observe une très nette tendance des entreprises allemandes à ne plus délocaliser leur main d’œuvre. La part des entreprises délocalisées a baissé de 14 points de pourcentage en 12 ans pour l’industrie du métal et de l’électrique. La part des entreprises relocalisées reste relativement stable, avec une tendance à la hausse depuis 2012. Autour de 500 entreprises allemandes ont même été relocalisées en 2015.

D’après l’étude de Kinkel et Jäger « Auslandsverlagerungen, Rückverlagerungen und Digitalisierungsverhalten in der deutschen Industrie. Trends und Auswirkungen für den Produktionsstandort Deutschland, Karlsruhe », il existe une corrélation positive significative entre l’utilisation des robots et la propension des entreprises allemandes (également autrichiennes et suisses) à relocaliser leurs entreprises. Les entreprises les plus intensives en robots ont d’ailleurs 10 fois plus tendance à être relocalisées.

Les entreprises fortement robotisées font face à deux arguments importants pour la relocalisation :

–  Les robots accroissent l’automatisation et la productivité des entreprises, ce qui rend l’arbitrage de la main-d’œuvre des pays à faible coût moins attrayant et les économies d’échelle plus importantes.

–  Ils permettent également plus de flexibilité aux entreprises et une production de solutions individualisées plus efficace, ce qui les encourage à produire au plus proche de leurs clients (chaînes de valeur locales).

L’exemple du cas allemand :

Offshoring : délocalisation | Reshoring : relocalisation

Sources :
OCDE – Taux d’emploi : https://data.oecd.org/emp/employmen …
IFR : https://www.developpez.com/actu/187 …

Source : European Manufacturing Survey 2015, Fraunhofer ISI

Sur le web