Les finances publiques plombées par la politique gouvernementale

La politique de Bruno Le Maire entrave l’économie plutôt qu’elle ne la libère, ce qui nuira à la croissance nécessaire. Carrefour en offre un exemple manifeste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Fondapol Bruno Le Maire chez Parisien on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les finances publiques plombées par la politique gouvernementale

Publié le 28 janvier 2021
- A +

Par Jean-Philippe Delsol
Un article de l’Iref-Europe

C’est un peu moins mauvais que prévu dans la quatrième loi de finances rectificative, mais c’est néanmoins cauchemardesque. Le déficit du budget de l’État français en 2020 représentera environ 178 milliards d’euros. Il faudra y ajouter le déficit de la Sécurité sociale, y compris des caisses de retraite et de chômage, et les conséquences sur les collectivités locales, encore inconnues.

Sachant que selon un rapport de la Cour des comptes d’octobre 2020 le déficit cumulé du régime général de la Sécurité sociale et du fonds de solidarité vieillesse devrait atteindre 44,4 milliards d’euros en 2020 (contre 1,9 milliard en 2019 et 28 milliards d’euros en 2010, à la suite de la crise financière), et que les régimes de retraite et d’assurance chômage devraient cumuler près de 45 milliards d’euros supplémentaires de déficit, le déficit global des finances publiques devrait en 2020 représenter plus de 100 % des recettes fiscales de l’État. Bien sûr il faut s’endetter toujours plus pour y faire face.

Bruno Le Maire maintient qu’il ne faut pas augmenter les impôts et compte sur la croissance pour rembourser les dettes publiques qui s’accroissent démesurément, autour de 120 % du PIB en attendant pire en 2021, et qu’il faudra bien rembourser si l’on veut éviter que la France perde tout crédit. Il n’a pas tort sur le principe, sauf que sa politique entrave l’économie plutôt qu’il ne la libère, ce qui nuira à la croissance nécessaire. Carrefour en offre un exemple manifeste.

Le mauvais exemple Carrefour

À défaut de gérer ses affaires, le gouvernement s’occupe de celles des autres. Près de quarante ans après que Laurent Fabius a arrêté les magnétoscopes japonais à Poitiers, il s’ingère dans les affaires de Carrefour pour faire obstacle au Québécois Couche-tard qui voulait entrer dans son capital.

Pourtant l’investisseur canadien était prêt à investir trois milliards d’euros dans Carrefour pour améliorer sa productivité et développer l’e-commerce de façon à réduire encore ses prix au profit des consommateurs sans peser sur les producteurs.

Le veto public opposé à Carrefour est d’autant plus incompréhensible que sur le marché français, la concurrence est vive : Auchan, Casino, Intermarché, Leclerc… Qu’aurait dit monsieur Le Maire si les Canadiens avaient posé leur veto à l’achat de Bombardier par Alstom fin 2020 ?

Bombardier, qui fabrique des matériels de transport collectif, est pourtant autrement stratégique pour le Canada que Carrefour pour la France. Le distributeur français est présent dans de très nombreux pays étrangers et il y est souvent le distributeur le plus important, ou l’un d’eux. Selon son dernier rapport financier annuel 2019, Carrefour comptait par exemple 789 magasins en Belgique, 1149 en Espagne, 1089 en Italie, 906 en Pologne, 464 au Brésil, 597 en Argentine…

Si la France poursuit sa politique souverainiste, les autres pays prendront des mesures de rétorsion équivalentes et empêcheront le développement de nombreuses entreprises françaises à l’international. Pourtant les activités à l’étranger des grandes firmes françaises actives au niveau international comptent pour une part majoritaire de leur chiffre d’affaire et de leurs profits.

L’État n’a pas vocation à gérer l’économie

Nous vivons dans une économie mondialisée qui a permis le développement exceptionnel de ces cinquante dernières années aussi bien dans les pays les plus pauvres que dans les pays riches. Mais si nous commençons à fermer nos frontières aux échanges de capitaux et bientôt de services et marchandises, nous en pâtirons tous. Et nous serons incapables de redresser la situation après la crise sanitaire qui nous aura plombés.

Les agriculteurs qui se sont félicités du veto du gouvernement opposé à Couche-tard n’ont pas compris qu’au contraire, cet investissement aurait favorisé les ventes de Carrefour en France et à l’étranger et donc la production agricole française et ses échanges, notamment avec le Canada.

Le rôle de l’État n’est pas de gérer les entreprises et de décider de la qualité de leurs actionnaires. L’État est mauvais gestionnaire ; il n’a pas les qualités appropriées et il n’en a pas la responsabilité. Sa gestion excessivement centralisée et tout entière administrée de la crise du Covid démontre son incapacité en la matière. On ne gère pas une crise en multipliant des circulaires aussi détaillées qu’un règlement de caserne.

L’économie a moins besoin d’être suradministrée que libérée de trop de règlements, de contrôles, de sanctions, d’interdictions, d’obligations… Pire, en s’immisçant dans la vie des entreprises, l’État altère le juste équilibre des relations de marché.

Certes, les mesures fiscales retenues dans la dernière loi de finances, pour atténuer les impôts de production et poursuivre doucement la baisse de taux de l’impôt sur les bénéfices des sociétés, sont favorables à l’économie française.

Mais si parallèlement les réglementations se multiplient au prétexte de satisfaire les revendications populistes et gauchistes, écologiques ou protectionnistes, ce qui a été donné d’une main sera repris de l’autre. Et l’apaisement fiscal ne sera alors qu’une parenthèse provisoire, parce que les entreprises gavées d’emprunts garantis par l’État ne pourront pas faire face à leur remboursement, parce que le déficit budgétaire public sera si lourd qu’il faudra en appeler au contribuable pour remédier à la faillite de l’État. Ce qui ajoutera encore au désastre.

Sur le web

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Si BLM avait une once de mémoire, il se rappellerait de Montebourg et Dailymotion, qu’il a obligé à rester Français – Dailymotion adossée à Yahoo aurait pu devenir n°2 mondial. De vente en revente et reprise, Dailymotion se targue maintenant de 250 millions de connexions par mois, le quart de ce que Youtube enregistre en un jour. Presque mort, mais toujours Français !

    Mais la seule logique de BLM est le social – nationalisme : ce qui est à toi est à moi, ce qui est ( croit-il ) à moi, n’y touche pas

    Et ce qu’il croit être à lui voit sa liste s’allonger – d’entreprises « sensibles » à « entreprises stratégiques » en passant par les « fleurons de la technologie », de plus en plus longue est la liste des entreprises dont l’état a décidé qu’il devait et pouvait les contrôler.

    Les subsides aux entreprises, conditionnés à des considérations écologiques ou sociales, subsides que l’état entend bien récupérer, s’inscrivent dans la même notion de droit discrétionnaire d’ingérence dans la gestion des entreprises dans lesquelles l’état n’a aucune participation au capital

  • il a accepté d’être ministre de l’économie….
    chez moi on appelle ça « un metou de poule à couer. »
    un gars qui s’occupe de faire un truc qui se fait normalement tout seul.

    A quoi sert un ministre de l’economie?????????????????????????????????????????????????????????????

    • Un comme lui ? à rien ou plutôt on se demande s’il n’a pas été mis la exprès pour couler le pays !
      C’est quand même le gars qui a dit « mon plus gros problème c’est mon intelligence » la modestie ne l’étouffe pas,, ce qui n’est pas le signe, quoiqu’il puisse penser, d’une grande intelligence.

      • Pour mémoire, je l’ai déjà dit mais cela me reste en mémoire, le gars qui, ministre de l’agriculture, ne savait à quelle surface correspond un hectare…..et qui ajoutait, dédaigneux, « j’ai toujours été nul en maths ». Je crains qu’il n’y ait pas qu’en maths

      • « mon plus gros problème c’est mon intelligence »
        Cela doit être ce que pensent macron et beaucoup de ses acolytes LREM.

      • @françois85-Il a quand même l’ambition de devenir président de la République, il n’a que 52 ans, il a une marge énorme pour continuer à nuire.

    • De toute façon à rien, sinon justement à nuire à l’économie qui n’a aucun besoin de ministre!

    • Cher Monsieur Lemiere,
      Je tiens à étendre votre réflexion: On n’a effectivement pas besoin de ministère de l’économie et des finances. un ministère des finances, pourquoi pas, après tout le budget l’Etat doit effectivement être géré, comme tout autre budget d’ailleurs.
      Mais clairement avons nous beosin d’un ministre de le jeunesse et des sports? D’un ministre de l’Education nationale? D’un ministre du travail (ce qui est je trouve le comble du foutage de gueule)? D’un ministère de l’industrie? D’un ministère de… Bref à part le ministre de la justice, le ministre de la défense, celui de l’intérieur, le premier ministre et le ministre « du budget » pourrait on dire, je ne vois pas vraiment de quoi nous avons besoin. Tous les autres pourraient être fermés et leur personnel viré, et le pays fonctionnerait toujours, et même probablement mieux.

  • Bercy a d’habitude la main sur tout et tient dans sa main tous les ministères avec ses hauts fonctionnaires dont les revenus sont tenus secrets et qu’aucun ministre ,paraît-il, n’obtient.Bercy habitué à nous faire les poches sort le chéquier depuis un an et se fait supplanté par la Santé depuis un an .
    Ministère de la santé que Bercy s’est pourtant attelé à tailler depuis des années,le retour de bâton fiscal et de spoliation de l’épargne sera sanglant.

    • C’est quand même curieux, tous ces socialos qui n’aiment pas les riches, mais seulement l’argent qui rend riche! (Mais surtout pas le travail). Il n’y aurait pas encore une fois un paradoxe?

  • Le Maire est soi-disant un homme de droite. En réalité, c’est un étatiste conservateur. Il est à mille lieues du libéralisme et de la régionalisation. Je pense que le Parti Socialiste pourrait l’adouber ?
    En outre, il a autant de charisme qu’une outre ?

    • +1
      avec des mecs de droite pareils, on a plus besoin de gauche.
      L’étudiant en philo qui explique aux canadiens et américains du MIT comment fonctionne le capitalisme, ça doit valoir son pesant d’or. J’imagine la tronche des mecs.

    • @Milrem-Vous n’êtes pas allé assez loin. Bruno Le Maire a des actes de communiste, ainsi la modération/suppression des dividendes l’année écoulée était réclamée par le Parti communiste, M Mélenchon, la CGT, Oxfam et j’en passe, il leur a donné satisfaction. C’est un être incompetent mais perfide et nuisible.

  • Est ce que l incompétence de Bruno Lemaire ne mériterait pas une poursuite en Justice car être aussi nul est non seulement insupportable mais surtout dramatique pour notre économie? D’ailleurs il faudrait poursuivre également celui qui l’a nommé à ce poste!

    • Oui… et Non… Il est très mauvais, nous sommes d’accord. Mais ça remonte à quand la dernière fois qu’il y en a eu un bon?

  • Est ce que l’incompétence de Bruno Lemaire ne mériterait pas une poursuite en Justice car être aussi nul est non seulement insupportable mais surtout dramatique pour l’économie de la France? D’ailleurs il faudrait poursuivre également celui qui l’a nommé à ce poste! Marre des irresponsables qui quelque soient leurs fautes continuent à vivre toute leur vie plus que confortablement sur nos impôts.

    • Je serais patron de Carrefour, moi je traînerais ce clown à roulettes en justice, car de fait il y a réel préjudice.

      • @Dr Slump-Une plainte en justice relève de la volonté des propriétaires de Carrefour, c’est à dire les actionnaires. Pourquoi ceux-ci ne bougent-ils pas ?

  • Il devrait surtout être interdit bancaire à force de faire des chèques sans provisions!

  • A ceux qui reprochent à BLM de ne pas savoir compter, je voudrais rappeler Cahuzac*, ministre délégué au Budget sous François Hollande, à qui on demandait combien coûterait l’aumentation brusque du SMIC et qui répondait candidement que les calculs n’avaient pas été faits

    * condamné pour fraude fiscale avec des comptes à Genève, ce qui est à l’origine du dicton « les valeurs de la gauche sont en Suisse »

    • @Lucx-Rappelez-vous aussi Bruno Le maire, alors ministre de l’agriculture, c’était en 2011, en fragrant délit d’incompétence sur le nombre de mètres carrés contenus dans un hectare, mais pas que , c’est comme cela qu’on arrive aux finances et à l’économie
      ( vidéo culte)

  • « La politique est une affaire sale, une ruse, un cul-de-sac idéologique, un vaste pilleur de ressources intellectuelles et financières, un mensonge corrupteur, une tromperie, un moyen de répandre dans le monde un énorme malheur, d’une espèce inattendue et indétectée ; c’est le plus grand gaspilleur de productivité humaine jamais concocté par ceux qui ne croient pas à un authentique progrès économique et social. » – Jeffrey Tucker

  • « Les problèmes significatifs auxquels nous devons faire face ne pourront jamais être résolus au niveau de réflexion de ceux qui les ont créés »- Albert Einstein

  • “L ‘ineptocratie est un système de gouvernement dans lequel les moins capables de diriger sont élus par les moins capables de produire quoique ce soit pour subvenir à leurs propres besoins, mais qui, néanmoins, sont récompensés en recevant biens et services produits par des gens à qui l’on vole le produit de leur travail et dont le nombre ne cesse de diminuer. »- Paul Flynn – 2011

  • « Il y a trop de grands hommes dans le monde ; il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, etc. Trop de gens se placent au-dessus de l’humanité pour la régenter, trop de gens font métier de s’occuper d’elle « La Loi » (1850) Bastiat

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
gouvernement remaniement
0
Sauvegarder cet article

Ce lundi à 16 heures Emmanuel Macron a convoqué un Conseil des ministres à l'Élysée, quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement. Il pourrait notamment y être évoquée la question de confiance que la Première ministre Élisabeth Borne peut poser à l'Assemblée à l'issue de sa déclaration de politique générale prévue mercredi. La cheffe du gouvernement n'a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

L'Élysée annonce que la p... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles