10 000 entreprises artificiellement empêchées de faire faillite

Les milliards pleuvent sur les entreprises françaises, mais on peut s’interroger sur les effets pervers de cette manne financière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
spülen by Rosmarie Voegtli(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

10 000 entreprises artificiellement empêchées de faire faillite

Publié le 8 août 2020
- A +

Par Philbert Carbon.
Un article de l’Iref-Europe

La crise du coronavirus n’a fait qu’accentuer les travers de la France, et singulièrement sa propension à dépenser à tout-va. On ne compte plus les milliards injectés dans l’économie par le gouvernement.

Mardi 7 juillet, le tout nouveau Premier ministre s’est invité au « Ségur de la santé » et a annoncé ajouter 1 milliard d’euros supplémentaire (soit 7,5 milliards au total) pour revaloriser les salaires de la fonction publique hospitalière.

Des centaines de milliards d’euros d’aides

S’agissant des aides aux entreprises, le ministère de l’Économie et des Finances, chargé également de la relance, depuis la nomination de Jean Castex à Matignon, tient un tableau de bord en libre accès, mis à jour quotidiennement, qui fait le point sur les trois grandes mesures mises en place par Bercy, à savoir le fonds de solidarité, le prêt garanti et le report des échéances fiscales.

S’agissant du fonds de solidarité, qui verse jusqu’à 1500 euros par TPE et PME, et peut même monter jusqu’à 5000 euros supplémentaires dans certains cas, 1,6 million d’entreprises en ont bénéficié au 10 juillet 2020 pour un total de près de 5 milliards d’euros d’aides.

Pour le prêt garanti par l’État, les sommes sont bien plus importantes – mais il s’agit d’un prêt, les sommes devraient en toute logique être remboursées – puisqu’elles atteignent 108 milliards d’euros au 10 juillet pour 535 000 prêts.

Enfin, le report des échéances fiscales se monte à 2,6 milliards d’euros. Mais là encore, ces sommes devraient finir par être recouvrées par l’administration.

Ces aides ne sont pas les seules, le ministère des Finances ayant des dispositifs ad hoc pour certains secteurs d’activité comme le tourisme, l’hôtellerie et la restauration. S’ajoutent à cela les aides provenant des autres ministères, comme celui du travail avec le chômage partiel. L’Agirc-Arrco, l’Agefiph, l’Assurance maladie, l’ANCT distribuent également des aides. L’Urssaf, de son côté, a reporté le paiement de certaines cotisations sociales.

Bref, les milliards pleuvent par centaines sur les entreprises françaises. Comme l’a écrit Jean-Philippe Delsol dans ces colonnes, ces mesures sont nécessaires pour faire face aux circonstances exceptionnelles que connaît l’économie française, et éviter les dépôts de bilan en cascade.

Des défaillances d’entreprises en baisse

Mais il n’est pas interdit de s’interroger, comme le fait Jean-Philippe Delsol dans le même article, sur les multiples effets pervers de cette manne publique.

Un de ces effets délétères est la mise sous perfusion d’entreprises qui auraient dû mettre la clé sous la porte et ont peut-être profité des aides publiques pour se maintenir artificiellement en vie.

Car on ne peut qu’être perplexe devant les chiffres publiés par le cabinet Altares qui révèlent que le nombre de défaillances d’entreprises n’a jamais été aussi bas depuis 30 ans. Alors que nous traversons une crise majeure, il y a de quoi être étonné.

C’est ainsi environ 10 000 défaillances d’entreprises qui ont été artificiellement évitées au premier semestre de l’année. Pour Altares, cela s’explique en grande partie par l’activité réduite des tribunaux pendant le confinement et surtout par l’ordonnance prise par le gouvernement qui permet de considérer que toute entreprise qui n’était pas en cessation de paiement au 12 mars 2020 serait considérée ne pas l’être jusqu’au 23 août.

Par conséquent, à la fin du mois du mois, les faillites vont se multiplier. Altares en attend au minimum 60 000 entre juin 2020 et juin 2021.

On peut se demander si ces 10 000 entreprises qui n’ont pas été en redressement judiciaire ou en liquidation au premier semestre n’ont pas bénéficié de quelques-unes des aides mises en place par l’État. Dans ce cas, c’est de l’argent purement et simplement jeté par les fenêtres. Il n’aura servi qu’à repousser l’échéance d’une faillite qui aurait fini par arriver sans la crise.

« Une lance à incendie dans le désert »

Car, bien évidemment, l’argent dépensé sans compter attire aussi les fraudeurs et profiteurs de tout acabit.

Le ministère du Travail a publié fin juin les premiers résultats des contrôles sur les demandes de chômage partiel. Les 3000 contrôles effectués ont débouché sur 850 suspicions de fraude, soit plus de 28 %. Le travail de contrôle est loin d’être terminé car, au 7 juillet, il y avait plus d’un million d’entreprises concernées par le dispositif et 14 millions de salariés !

Même les syndicats s’inquiètent de cette situation. François Hommeril, président de la CFE-CGC, s’est demandé il y a quelques jours au micro de BFM Business, si on n’est pas en train d’utiliser une lance à incendie pour arroser le désert en espérant y voir pousser une petite fleur.

Pour le représentant des cadres, il faut certes aider les entreprises, mais discernement. Il demande davantage de « sophistication pour pouvoir atteindre ceux qui en ont vraiment besoin ». Pour lui, « il y a trop d’effets d’aubaine ». Et de rappeler qu’il s’agit d’argent public et que cela « coûte cher à la collectivité ».

On ne saurait mieux dire !

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • 28% de fraudes … l’énormité de cette proportion laisse supposer que les 3000 contrôles n’ont pas été choisis au hasard, sur le million d’entreprises bénéficiant du dispositif.

  • Dans un pays où l’on décourage les ajustements continus (licenciement des sureffectifs), la faillite est le seul moyen d’ajustement résiduel. Maintenir en vie les canards boiteux est la pire des choses pour le tissu économique. Mieux vaut redistribuer sur ce qui marche les moyens (notamment les personnels formés) bloqués par ce qui ne marche pas.

    • Redistribuer, bof… Mieux vaudrait, surtout, comprendre que ceux qui auront failli dans ces circonstances sont aptes à réussir en se relançant dans d’autres directions et riches de l’expérience acquise. Leur faire confiance, les laisser entreprendre à nouveau, Exonérer de taxation des plus-values les investisseurs privés qui les soutiendront, faire disparaître l’interdiction de gérer, faire de la pub aux rebonds spectaculaires, ça ne coûterait rien au contribuable, et ça motiverait les meilleurs et leurs soutiens.

  • Ceci explique cela et on comprend mieux le prêt effectuer par Macron auprès de la BCE, les intérêts étant minimes, une méthode déjà utilisait par de nombreux pays, des prêts privés remboursés par l’état

  • C’est l’Etat qui a créé les difficultés des entreprises en mettant l’économie à l’arrêt avec les mesures de confinement. Maintenant il se réveille et arrose l’économie sans discernement et avec de l’argent qu’il n’a pas. Que d’incohérences.

  • ça va durer encore combien de temps, c’t’histoire ?

    Vivement que ça se termine qu’on reparte du bon pied…

     » Liawer a and mìt schracka às a schracka ohna and… »

    (mieux vaut une fin avec terreur qu’une terreur sans fin…)

  • 28% de fraude, je ne suis même pas étonné. Ces 3 derniers mois, je cherchais à avoir un devis complémentaire pour mettre en concurrence la boite de maçonnerie que j’utilise d’habitude, pour faire des travaux dans ma maison, et je n’ai eu aucune réponse à mes demandes. J’ai donc fait travailler celle que je connaissais, mais les 2 autres que j’ai contactées n’étaient visiblement pas intéressées pour ce genre de prestation ! Je les ai relancées plusieurs fois pourtant. Trop d’aides de la part de politiciens naïfs, ça débouche forcément sur des fraudes

  • Attendre du gouvernement qu’il agisse avec discernement en la matière est d’une naïveté insondable.

    • Oui, chaque fois que l’état intervient dans l’économie c’est la catastrophe au final, rien de surprenant dans tout cela.

  • Dans un pays libéral ou le marché à joué son rôle et éliminé les branches mortes, une catastrophe « naturelle », comme un état qui décide d’enfermer tout le monde peut justifier le soutiens très temporaires de branches qui seraient restées vivaces sans la catastrophe. Guerres et catastrophes sont d’ailleurs les seuls cas ou un état peut injecter de l’argent temporairement voir s’endetter.
    .
    Par contre dans un pays socialiste, surendetté ou une main tabasse les branches vivaces et l’autre renfloue les mortes depuis 30 ans, c’est juste un clou de plus dans le cercueil d’autant plus que ce sont les branches cancéreuses qui sont « sauvées » avec des billets de monopoly.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 15 juin dernier, alors que les Français se préparaient à vivre une canicule, Marc Hay, présentateur météo de BFMTV, décidait de se montrer alarmiste.

Se disant fatigué du manque de réaction des spectateurs face aux dérèglements climatiques, il déclarait : « Je pense qu’il faut qu’on change notre manière de parler de ça car ça n’imprime pas. » Si nombre d’observateurs ont salué cette position face à un des grands enjeux de la planète, on ne peut s’empêcher d’y voir aussi une dérive possible aux conséquences dangereuses, celle de l’ex... Poursuivre la lecture

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles