3 conseils à Macron pour changer de cap en 2021

Il est à craindre qu’il ne sorte rien de constructif de ce nouveau séminaire car le programme d’action qui va être adopté va s’inscrire tout naturellement dans la ligne du programme électoral qui était celui du président.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron BY EU2017EE (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 conseils à Macron pour changer de cap en 2021

Publié le 15 janvier 2021
- A +

Par Claude Sicard.  

En pleine crise du coronavirus, Emmanuel Macron a réuni mercredi 13 janvier l’ensemble des membres du gouvernement, avec leurs secrétaires d’État respectifs, pour « dessiner le cap des mois à venir ». Il est à craindre qu’il ne sorte rien de constructif de ce nouveau séminaire car le programme d’action qui va être adopté va s’inscrire tout naturellement dans la ligne du programme électoral qui était celui de Macron.

On peut penser, en effet, qu’Emmanuel Macron ne voudra pas se dédire à quelques mois de l’ouverture de la prochaine campagne électorale où les partis d’opposition ne manqueront pas de faire le bilan de son quinquennat.

Pourtant, les effets de la crise du coronavirus sont là, et le gouvernement ne peut pas manquer d’en tirer des leçons. Cette crise aura eu au moins un effet positif : servir de révélateur des dysfonctionnements de notre machine administrative. Comme on le sait, le bilan est lourd.

Il y a eu le problème des masques, puis celui des tests, et maintenant la difficulté de vacciner la population au même rythme que nos voisins. De cafouillage en cafouillage, il a fallu finalement avoir recours à des cabinets privés de consultants pour élaborer un plan de combat efficace.

Et l’on aura découvert, avec cette pandémie, que l’on se berçait d’illusions en prétendant que notre système de santé était le plus performant du monde.

Le premier souci du gouvernement devrait donc être, à l’évidence, de rendre notre machine administrative plus efficace. C’est le premier problème à régler pour redresser le pays. On loue les performances d’organisation des Allemands, et plus encore celles d’Israël qui manifeste une fois de plus son extraordinaire capacité à agir et/ou à réagir : ce pays est exemplaire en matière de capacité à s’organiser.

Dans la situation où se trouve notre pays, il est facile de voir où sont les priorités et il semblerait que Macron ne soit plus à même d’aller à l’essentiel. Tout au long de son quinquennat il a voulu voulu s’occuper de tout, des moindres détails de la vie de la nation aux questions à régler au plan international pour assurer la paix dans le monde et sauvegarder, dans toute la mesure du possible, les grands intérêts de notre pays.

Il est ainsi passé des débats avec les collectivités locales lorsqu’il s’est agi de mettre un terme à la crise des Gilets jaunes, ce qu’il a baptisé pompeusement le Grand débat, aux réunions du G7, en passant par les symposiums de Davos et les réunions de chefs d’État à Bruxelles.

À trop embrasser de sujets « en même temps », il semblerait bien qu’Emmanuel Macron ne parvienne plus à distinguer où se trouve l’essentiel de sa fonction. À propos de ce séminaire nouveau, son porte-parole a fait savoir qu’il voulait que soient « dégagées les priorités d’action, car nos concitoyens attendent de nous, légitimement, que l’on fasse de 2021 une année utile ».

Quelles sont donc les priorités auxquelles le président aurait dû se tenir, afin que cette nouvelle année soit « une année utile » ? De notre point de vue elles sont tout simplement au nombre de trois :

  • Décentraliser
  • Rendre notre système administratif plus efficace
  • Renforcer considérablement nos capacités en R&D, afin de préparer l’avenir

Macron doit décentraliser

La France est un pays beaucoup trop centralisé, et le système d’organisation de la puissance publique qui est le nôtre ne convient plus à un pays développé, avec le niveau d’éducation qui est aujourd’hui celui de la population, et avec la sociologie qui est celle des habitants.

En régions, les citoyens ne veulent plus que toutes les décisions les concernant soient prises à Paris, et les régions veulent donc avoir beaucoup plus de libertés pour gérer leurs affaires. Notre système d’organisation résulte des siècles passés, et il serait temps d’en changer.

L’Allemagne, les États-Unis, la Suisse…. sont des pays fédéraux. L’Allemagne, par exemple, est organisée en seize Bundesländer ; chacun possède sa Constitution, une assemblée élue, et un gouvernement.

En Allemagne, ce sont par exemple les Länder qui gèrent les hôpitaux publics, et ils ont fait un grand ménage dans ce domaine, transférant bon nombre d’hôpitaux déficitaires au secteur privé, ce qui a amené une réduction extraordinaire du nombre des hôpitaux : 2207 hôpitaux et cliniques en 1990, et 1700 en 2005. Et il y a eu, de ce fait, une réduction très importante du secteur public.

L’Allemagne dispose donc aujourd’hui de beaucoup moins d’hôpitaux que la France, mais ils sont beaucoup plus grands, très modernes, dotés des équipements les plus sophistiqués et emploient des personnels très compétents.

Il en résulte que la gestion de ce réseau est beaucoup moins lourde et onéreuse que celle des hôpitaux français, beaucoup plus nombreux, soit 3044, et souvent très anciens.

Selon un rapport récent de l’IFRI sur le système de santé allemand :

L’élément le plus marquant par rapport à la France a été la gestion concertée avec les Lander qui ont des compétences importantes en matière de santé publique.

Il faut donc transférer aux régions la gestion locale de nos hôpitaux et du système de santé, et ceci n’est qu’un exemple.

La politique de décentralisation a grand besoin d’être accélérée : lois Deferre en mars 1982, loi constitutionnelle du 28 mars 2003 sous le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, fusion des régions en 2015.

La première urgence pour que notre pays se modernise et soit plus efficace consiste à procéder à une vraie régionalisation et déconcentrer fortement notre machine administrative.

Rendre notre système administratif plus efficace

L’effectif de la fonction publique française s’élève à 5,6 millions de personnes. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas aussi surabondant qu’on le proclame ordinairement.

Des comparaisons internationales convenablement faites, tenant compte du PIB/capita des pays, c’est-à-dire de la richesse des pays, indiquent que le sureffectif français s’élève à 265 000 personnes seulement, soit 4,7 % de trop.

Ce n’est donc pas en licenciant ces personnes en surnombre que l’on redressera vraiment les comptes de la nation. Le problème, bien plus grave, est celui du taux extrêmement élevé de fonctionnarisation des agents du secteur public. Pour comparaison :

  • Suède : 10 %
  • Italie : 15 %
  • Allemagne : 30 %
  • France : 81 %

Beaucoup trop de personnels jouissent du statut privilégié de la fonction publique, lequel nuit beaucoup à l’efficacité des actions menées. Les agents ne peuvent pas être jugés sur la qualité de leur travail, leurs effectifs ne peuvent pas être réduits lorsqu’ils sont en surnombre dans un secteur, leur mutation est difficile à mettre en œuvre, leur rémunération ne doit rien à leur mérite professionnel, leur efficacité, leurs initiatives.

Il faut donc ne recruter dorénavant que sur la base du droit du travail ordinaire.

Il convient également de réduire les double-emplois dans le cadre d’une décentralisation bien conduite. Dans son livre Leçons du pouvoir François Hollande écrit que notre système actuel est un « millefeuilles territorial assorti d’un enchevêtrement inextricable de compétences et de responsabilités » ; et qu’il serait temps « de passer à l’action et de simplifier cet édifice ».

Mais lui-même n’a pas fait grand-chose lorsqu’il était en fonction, les mesures à prendre étant loin d’être populaires.

Macron doit renforcer la recherche-développement, mieux coordonner recherche publique et recherche privée

Notre pays souffre tout particulièrement de désindustrialisation. Il est aujourd’hui le plus désindustrialisé d’Europe, Grèce mise à part. Or, la production industrielle est la variable clé qui commande le niveau de richesse des pays.

De ce fait, l’État s’est vu contraint de soutenir le niveau de vie de la population par des dépenses sociales de plus en plus élevées, lesquelles ont entraîné des ponctions fiscales de plus en plus importantes sur les agents économiques. Les prélèvements obligatoires se révélant chaque année insuffisants, l’État a dû recourir à l’endettement extérieur pour boucler ses budgets.

En somme, un cercle vicieux dans lequel se sont trouvés piégés depuis quarante ans tous nos gouvernements. Ce mécanisme vient de se trouver aggravé encore un peu plus par la crise du coronavirus. L’endettement extérieur atteint maintenant un niveau considérable : 120 % du PIB, et cela va se poursuivre d’année en année.

Il va donc falloir réindustrialiser le pays. La pandémie actuelle a fait prendre conscience de cette nécessité. Il était temps !

L’État a dû acheter les masques en Chine, les hôpitaux ont manqué de respirateurs artificiels, le pays n’en fabriquant pas contrairement à l’Allemagne ou la Suisse. Il ne produit pas non plus les machines frigorifiques permettant de stocker les nouveaux vaccins, il faut les acheter en Allemagne ou au Japon.

Notre avenir va se jouer sur nos capacités à innover demain, car la réindustrialisation du pays va se faire à partir de nouvelles technologies, et non par rapatriement d’usines parties à l’étranger.

La Chine est montée en puissance ces dernières années dans le domaine des nouvelles technologies, et elle ambitionne de se placer en tête en matière d’intelligence artificielle.

Il faut donc considérablement renforcer nos capacités de recherche, principalement dans le domaine de la recherche appliquée. Cela demande une articulation bien meilleure entre la recherche publique et celle des entreprises.

La réforme des retraites pourra attendre. Pour remettre les régimes de retraite à l’équilibre il suffit de porter l’âge de départ à la retraite à 65 ans, comme cela se pratique partout ailleurs.

Cette décision est simple à prendre, elle ne demande pas des mois de travaux de recherche. Il suffit de le décider, en expliquant aux Français qu’il s’agit de leur garantir des retraites non dégradées. Un problème de simple courage politique.

Nous ne savons pas encore quelles décisions seront arrêtées suite au séminaire organisé par Emmanuel Macron le 13 janvier. Mais il y a fort peu de chances que le plan d’action coïncide avec celui que nous venons d’esquisser à grands traits.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Le seul conseil vraiment efficace qu’on pourrait donner à Macron est de démissionner au plus vite. Pour le reste, cet écervelé a largement déjà montré l’étendu de ses talents.

    • N’allez pas croire que j’apprécie le travail ou le talent de ce monsieur Macron, mais ça ne sert strictement à rien de demander sa démission si on n’a pas mieux à proposer. D’autant plus que sa principale adversaire à la prochaine élection risque d’être une certaine madame Hidalgo. Plein de réjouissances en perspective!

      • Il va y avoir bcp de monde au premier tour mais au deuxième ils ne seront que deux, toujours les mêmes. Si ce n’est pas macron cela sera un sosie.

      • @alainR. Hidalgo ? Je vois que vous êtes un grand optimiste… ?
        Faute de démissionner, Macron pourrait au moins commencer par virer les incapables, les inutiles et les nuisibles, au gouvernement comme dans le haut de l’échelle bureaucratique. Pour une année 2021 utile, ce serait un bon début.

      • Je suis un ennemi farouche du principe de précaution, y compris en politique. Donc, poser le problème en terme de « il y en aura un (ou une) pire donc gardons les mauvais que l’on a déjà » est l’attitude qui a mené notre pays (et nous-mêmes) là où nous sommes. De plus, j’ai la faiblesse de penser que notre pays dispose de personnes de valeur à la hauteur. De plus, pour reprendre votre inquiétude, Macron et ses sbires sont tellement mauvais que le risque d’en avoir des pires existent certes mais le risque d’en avoir des meilleurs est sans doute plus important…

    • Il avait fait des étincelles quand il conseillait Hollande. Ce dernier n’a pas pu se présenter avec un million de chômeurs en plus.

  • Nous avons une fonction publique qui ne correspond plus à rien, inefficace, coûteuse, lourde, etc… Trop de fonctionnaires, trop de socialisme.. Ils ont cassé la dynamique du pays France, un vrai boulet pour le privé en charge sociale, en impôt. MACRON est un énarque, incapable et sans expérience. Tout est bâclé.. Il est un fonctionnaire qui réagit trop lentement, dans le privé, il serait licencié. Il devrait partir et laisser sa place à des politiques de terrain. Des politiques qui exercent une fonction de Maire ou de député proches des français, du terrain.

  • il est brouillon le sieur macron ; sa façon de gouverner est un vrai fouillis de décisions prises n’importe comment ; à force de vouloir s’occuper de tout , lui et son  » en même temps « , il mène le pays à abattoir ; et il ose penser à 2022 ; quel boulet !

  • Hollande a vu les problèmes, il n’a rien pu faire, sans doute que macron a vu également ce qui cloche et n’a rien fait de plus, il faut se rendre à l’évidence le mal, n’est pas l’état, mais les français. Est-ce leur faute, non, ils sont maternés depuis trop longtemps, nous sommes un peuple d’esclaves qui ne se sont jamais libérés de leur chaînes. Vous non plus vous voulez que l’état fasse de la recherche, ce n’est pas son rôle.

  • Maternés et décérébrés ,le cerveau lavé en permanence ,preuve en est France Inter première radio et de loin d’après le dernier sondage.
    Ce pays est foutu.

  • Cet article recense en effet les chantiers majeurs qui devraient constituer le socle des candidats présidents futurs: 1) la réforme de l’Etat, mère des réformes, passant par une simplification de l’organisation administrative française (subsidiarité et plus grande autonomie locale), une réduction des bénéficiaires du statut fonctionnaires (par ex aux seuls agents des fonctions régaliennes), une amélioration de leur management (au mérite et aux résultats).2) un encouragement à la réindustrialisation par ex en fléchant l’épargne (surabondante) vers des fonds de placements destinés à l’investissement industriel (avec garantie de tout ou partie du capital par l’Etat ou des encouragements fiscaux) 3) une réforme des retraites d’abord paramétrique (65 ans) puis progressivement par introduction de la capi, supportée en cela par les fonds de placement vus ci-dessus. Les dépenses de retraite sont en effet le poste majeur des dépenses sociales françaises.

    • Vous rigolez, le prochain candidat qui propose quelques modifications dans le sens souhaité sera éliminé par une quelconque ‘Haute Cour’ au motif que son gamin avait piqué un Pokemon à la maternelle !

      Et ça fera causer nos J.T. pendant des semaines…

      Même Finkielkraut, Zemmour, Dieudonné ou l’autre ‘pugnettone’ (branleur) dont j’ai oublié le nom seront réinvités pour donner leur grain de sel.

  • Macron n’a pas été mis là où il est pour rendre le système plus efficace, mais pour permettre à la caste qui l’emploie de maintenir son pouvoir et ses prébendes. Ce programme est passé en mode autoritaire et violent à l’occasion de l’épidémie de Covid: nous assistons à la mise en place d’un système politico-social nouveau, de type totalitaire, qui permet de cadenasser la population avec son plein consentement. Il est illusoire de croire que ça va s’arrêter.

  • Oui Françoise et Avorton, beaucoup trop de fonctionnaires inefficaces et improductifs. A cause des 35 heures, des carences de management, 1/4 des fonctionnaires ne travaillent pas (taux d’absentéisme très élevé et carence énorme du management qui cède facilement à la menace du congé de maladie). Et puis ne confondons pas temps de travail et temps de présence. Les 35 heures devraient être 35 heures de travail effectif, on en est très loin, très très loin parfois.
    Une plaie de l’administration aussi, la « réunionite ». De très nombreuses réunions inutiles, improductives, inefficaces, avec des participants qui n’ont rien à y faire …
    Pourtant, nous avons aussi 1/4 des fonctionnaires qui travaillent bien et beaucoup, mais ils ne sont ni mieux reconnus, ni mieux payés.
    Qui aura le courage de valoriser les meilleurs et de sanctionner, voire licencier ceux qui ne travaillent pas ???
    Ce constat est valable pour les trois fonctions publiques : Etat, Hospitalière et collectivités territoriales.
    Et puis, recentrer le rôle de l’Etat sur les fonctions régaliennes? évidemment

  • Vos conseils sont excellents, l’ennui est que… les Français veulent le contraire ! Tous les sondages le montrent !

    « Les Français » ou tout au moins ceux qui profitent du système actuel, les « insiders » qui sont encore la majorité.

    Ils ne veulent que Protection, État, Garanties, Fonctionnaires…

    C’est normal, c’est la troisième génération de Français qui ont été lobotomisés par l’Éducation Nationale.

  • Un seul conseil : arrêter de faire c***r les Français.

  • je doute que le président soit perméable aux conseils…

  • Quand je lis ça sur Contrepoint j’hallucine : « L’effectif de la fonction publique française s’élève à 5,6 millions de personnes. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas aussi surabondant qu’on le proclame ordinairement. »
    Les fonctionnaires et assimilés c’est 9 millions de personne. Source ici : https://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php

  • Il va faire un peu comme Trump…Aller au bout de son programme…Que ce dernier soit nul why not mais au moins aura t’il fait ce qu’il a dit…Par la suite et bien E Philippe va revenir et prendre sa place …qu’il lui rendra 5 ans après….ça ressemble a du Poutine…!!!

  • Tout a été dit sur l incompétence
    Meme Pour démissionner il faut du courage
    Ce qui n est pas la première qualité d un élu et encore moins d un haut fonctionnaire et encore moins de Macron
    Pire ou mieux il faudrait que le prochain prête serment sur l interdiction de confinement et l interdiction de fermeture administrative
    Je ne trouve pas que les pays cités hors la Chine s en sortent mieux
    A quand un tribunal international pour les juger
    Apres s il faut signer le départ de ce Pantin téléguidé et incompétent je veux bien-être le premier

  • Par pitié ! Ne lui donnez aucun conseil. Ils pourraient être bons. Il pourrait même être tenté de les suivre. Le principal problème avec Macron, ce n’est pas sa politique, c’est Macron lui-même, un histrion élu sur une entourloupe. Qu’il dégage !

  • L’heure n’est plus à donner des conseils, c’est bien trop tard. Il suffit juste d’attendre patiemment ou non l’effondrement final d’où sortira le meilleur ou … le pire. Cela viendra quand l’Etat ne pourra plus « assister » ou « subventionner » par manque de moyens, ou plus précisément par manque de crédit (au sens général du terme ou au sens financier). En attendant, mettre ses billes à l’abri. A ce propos, je suis preneur de tout article qui ferait le tour des solutions en dehors du survivalisme d’Yves Cochet.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand ... Poursuivre la lecture

Pendant la pandémie, l’État français aura détérioré son économie encore davantage. La dette publique est passée de 98 % du PIB fin 2019 à 118 % en mars 2021, alors qu’il a fallu presque 15 ans pour passer à un endettement de 80 % à 100 % du PIB. Il est donc impératif de revenir sur un sujet qui est toujours d’actualité depuis plusieurs décennies : réformer la France.

 

Le besoin criant de réformes en France

Étant donné le contexte, il est ahurissant que le président Macron, le premier protagoniste politique dans ce pays, ai... Poursuivre la lecture

Le ministre brésilien de l’Économie, Paulo Guedes, a tenu des propos durs envers la France lors d’une réunion des entrepreneurs à Brasilia mardi. En réponse aux critiques de Paris sur la déforestation de l’Amazonie, il a affirmé que l’économie française devient « insignifante » et a déclaré :

« Vous avez intérêt à bien nous traiter, sinon on va vous envoyer vous faire foutre ».

Des propos peu poétiques et diplomatiques, mais qui sont le symptôme d’un problème plus grave : le Brésil se détourne de l’Occident en faveur de la Chine... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles