Le Grand débat se transforme en cirque médiatique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Grand débat se transforme en cirque médiatique

Publié le 24 janvier 2019
- A +

Par Claude Robert.

Il est parfois préférable de rire de ce qui est grave, plutôt que de s’en offusquer. Ceci est d’autant plus facile lorsque des événements a priori affligeants prennent eux-mêmes une tournure clownesque et incitent à la caricature. Ainsi en est-il de ce fameux Grand débat national censé pourtant répondre à la révolte populaire avec la diligence et le sérieux que celle-ci mérite, débat en train de virer tout simplement au happening sur internet et dans les médias.

Conscient de l’opportunité de faire du buzz sur un évènement d’ampleur nationale et plus que chargé en émotion, une chaîne de télévision s’est naturellement emparé du sujet, LCI, via l’émission de Roselyne Bachelot. Mais c’était sans compter sur C8, et sur le gouvernement lui-même, via l’incroyable participation d’une secrétaire d’État, Marlène Schiappa, qui secondera Cyril Hanouna dans un programme également consacré au débat, et dont l’accroche dissipe le moindre doute quant à son niveau : « balance ton post1 ».

L’État n’a donc même pas peur du ridicule, et profite au passage pour cadenasser un peu plus le débat tout en le masquant derrière l’apparence du folklore, ceci au grand dam des règles démocratiques les plus élémentaires. En noyant la consultation dans des festivités dont Philippe Muray se délecterait2, il semble en effet que l’État tente de gagner du temps, d’asphyxier le mouvement des Gilets jaunes et surtout, ruse grotesque, de verrouiller les récriminations du peuple afin d’éviter de se remettre en question.

De tout ce barnum résulte une sorte d’évènement politique non identifié, quelque chose de totalement hybride, au croisement entre la farce de mauvais goût et la kermesse du dimanche. Quelque chose de parfaitement indigne de notre démocratie en tout cas, mais à la mesure de la « démocrature » que cette dernière est devenue.

Depuis le mouvement des Gilets jaunes, mouvement pourtant d’ampleur, Emmanuel Macron commet trois graves erreurs :

  • il continue d’interférer, de se montrer dans le débat et de sermonner alors qu’il est lui-même une partie du problème ;
  • il méprise le peuple en organisant une consultation qui ne respecte pas les lois de la démocratie ;
  • il est incapable de prendre la mesure des difficultés du pays et d’actionner la seule réponse qui vaille : le libéralisme économique.

Emmanuel Macron ou l’entêtement dans l’erreur

Alors qu’il suscite un rejet viscéral d’une partie grandissante de la population, alors qu’il souffre d’une cote de popularité exceptionnellement basse, alors même qu’il a été élu avec très peu de scrutins et grâce à des artifices plus ou moins clean3, Macron se comporte comme s’il était légitime et apprécié ! C’est à se demander s’il met son nez de temps en temps dans les réseaux sociaux, s’il regarde les actualités, et si son entourage immédiat ose lui parler de la répulsion épidermique qu’il suscite.

Car le rejet de sa personne est un leitmotiv solidement ancré parmi les Gilets jaunes, les nombreuses banderoles en attestent, en dépit des tentatives de censure4. Comment les pauvres, les chômeurs et les petites gens ne se sentiraient-ils pas méprisés après les paroles maladroites que le président collectionne à leur égard depuis son élection ? Il n’est même pas exagéré de dire qu’il constitue, intuitu personae, une partie du problème. Or, loin de s’effacer, de prendre un profil bas et de la jouer modeste (ne parlons même pas d’excuses), il en profite pour se mettre en avant dans sa lettre aux Français et pour animer lui-même des débats dans certaines municipalités !

Emmanuel Macron ou le dédain de la démocratie

Sans surprise, la confiance des Français dans la classe politique ne cesse de s’étioler. Il ne manquait plus que l’épisode Benalla et les mensonges à répétition sur la hausse des taxes sur l’essence, sur les limitations de vitesse et sur la « baisse » des impôts pour doucher les citoyens les plus complaisants.

Selon la définition du Larousse, la démocratie est « un système politique dans lequel la souveraineté émane du peuple ». Selon les faits avérés, il semble au contraire que le président et son gouvernement nous abusent et servent d’abord leurs propres intérêts, à savoir collecter de l’argent frais auprès des contribuables pour éviter le moindre sacrifice.

Mais le pire était à venir, avec cette totale désacralisation de ce que le président a osé nommer un Grand débat national. Mettre en pâture une telle consultation sur internet, dépêcher un membre du gouvernement pour co-animer une émission de télévision avec un animateur spécialisé dans le vulgaire, tenter d’orchestrer les débats et les remontées des récriminations via l’unique patronage de l’État, tout cela revient à ruiner ce qui nous restait d’espoir démocratique.

Ce qui aurait pu et dû devenir un grand moment de la vie de la cité et le point de départ de la réhabilitation du peuple se termine dans une espèce de foire téléguidée par médias interposés : émissions de télévision, consultation sur internet, et grands oraux municipaux en présence du président. Une sorte d’apothéose de dé-construction de la démocratie, un avatar monstrueux digne des apprentis sorciers qui actuellement nous dirigent !…

Emmanuel Macron ou le socialisme pavlovien

De nombreux économistes datent le début de notre déclin socio-économique actuel à la fin des années 1970. La plupart des précédents présidents ont bien évidemment leur responsabilité dans ce recul. Cependant, au fur et à mesure que notre appauvrissement se matérialise, les erreurs se paient de plus en plus cash et sont de moins en moins acceptées.

Ainsi, le mandat de Hollande a été particulièrement catastrophique, et la responsabilité de son conseiller fiscal devenu ensuite son ministre de l’Économie n’est pas anodine. Hélas, non seulement Macron poursuit dans la même voie keynésienne de dépenses d’aides aux chômeurs, mais il n’a visiblement pas la présence d’esprit de remettre en question cet atavisme au moment où la rue lui crie qu’elle n’en peut plus.

Car le mouvement des Gilets jaunes est un mouvement spontané qui dépasse de très loin les habituelles revendications de fonctionnaires orchestrées par les syndicats d’extrême gauche5. Il semble que le pays ait atteint les limites de la tolérance psychologique des catégories défavorisées. Il n’y a pas trente-six réponses possibles pour relancer notre économie déclinante. On ne résout pas une chute de la compétitivité comme la nôtre en poussant simplement la demande, c’est-à-dire en ne soignant que la douleur de l’appauvrissement et pas sa cause ! Le problème dont souffre notre pays se trouve aux antipodes de ce pour quoi le keynésianisme est efficace !

Hélas, cette remise en question semble inenvisageable chez Macron. N’a-t-il pas confisqué le soi-disant grand débat qu’il propose en le verrouillant de toutes parts ? La crise actuelle ne méritait-elle pas une vraie consultation populaire avec une garantie de transparence quant aux récriminations exprimées ? Comment imaginer que Macron puisse changer de paradigme économique alors qu’il impose à cette consultation une organisation totalement étatique ?

Pour toutes ces raisons, la réponse du président et de son gouvernement semble tellement en deçà des problèmes qu’il faut hélas craindre non seulement la poursuite du mouvement de révolte, mais son aggravation.

Sur le web

  1.  Traduire : « balance ta récrimination, défoule-toi ».
  2. Homo festivus festivus, un livre hilarant (entre autres) sur les travers du politiquement correct actuel.
  3. Au premier tour, le candidat au programme libéral a été dézingué par le PNF pour des faits pourtant connus depuis 20 ans. Au second tour, n’importe qui aurait gagné contre Marine Le Pen tellement les médias et la classe politique s’étaient ligués contre elle.
  4. France 3,12/18.
  5. Le trio infernal CGT, SUD et FO.
Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • « Hélas, non seulement Macron poursuit dans la même voie keynésienne de dépenses d’aides aux chômeurs, mais il n’a visiblement pas la présence d’esprit de remettre en question cet atavisme au moment où la rue lui crie qu’elle n’en peut plus. »

    En pleine crise des Gilets jaunes, annoncer qu’on va réduire les aides aux chômeurs… Hum, comment dire ?

    • ? J’ai l’impression que le problème de beaucoup de gilets jaunes, c’est au contraire de trimer, et de pas s’en sortir. Quel rapport avec les chômeurs ?

    • C’est le leitmotiv gouvernemental habituel. Je peux vous trouver 100 milliards d’€ d’économies immédiates sans toucher aux droits des chômeurs et même en les améliorant.

  • il y a un très bon moyen de ne pas cautionner leur grand débat , c’est de le boycotter ; ainsi ferais je ;

    • Sais pas. J’envisage de participer, sans illusion, en répondant « hors des clous » et anti-PC autant que possible. Chacun son mode de résistance, je suppose.

      • @ Pangzi
        Je ne sais pas ce qu’il en sera de ce débat-là, mais un débat télévisé n’est souvent qu’une pâle copie des jeux du cirque antiques, vous savez, quand à la fin, votre « coup de pouce » vers le bas condamne à mort le vaincu: sordide. Je veux dire que d’un débat ne sort pas une solution mais une condamnation: le spectacle est fait pour qu’il y ait un gagnant et un perdant, peu importe lequel! Et il n’est pas nécessaire de miser!
        C’est tellement vieillot, tout ça: ça ne mérite pas d’être regardé! Voir discuter 2 personnes, connues un minimum, sur un sujet dont on n’entrera pas dans le détail, ce qui fait que vous ne pourrez pas comprendre en quoi les arguments de l’un et de l’autre sont plus ou moins valables à vos yeux. Non, ce qu’il faut, c’est vaincre l’adversaire, c’est tout! Et tous les coups sont permis. C’est nul!

        • Oh pardon, je ne pensais pas participer à l’ânerie télévisée, mais à des débats près de chez moi / sur Internet.

          Pour le cirque de Hanouna et Azathoth, c’est juste ridicule.

    • Oui mais bon, j’en ai envie aussi , mais ce veut dire laisser la parole, comme d’hab, aux écolos et bobos ?

      • C’est peut-être l’occasion ou jamais de bien montrer que s’ils ont le monopole de la parole, ce monopole ne s’étend pas encore à forcer qui que ce soit à les écouter.

  • Pamphlet excessif caricaturale et sans intérêt.

    • @ mathadore
      Je voulais mettre + 1 mais cette fois encore, Contrepoints a inversé mon vote!?!

      • Le Macroniste de service vient sermonner le peuple.
        Au fait, attention à votre orthographe !

      • mikylux : moi qui avais mis -1 à Mathadore, je viens de tester en mettant +1 et cela a crédité Mathadore de 2 points positions (2 points négatifs en moins en fait). Vous êtes de mauvaise fois, il n’y a pasde triche dans le comptage. Désolé, les faits vous déplaisent mais pourquoi voulez-vous les biaiser ?

    • la vérité ça blesse..

  • Cette émission discrédite à tout jamais le Grand débat.
    Naïve, je voulais y participer mais un débat avec Schiappa et Hanouna, non merci.
    Et donc je boycotterai le Grand débat, je refuse de participer à cette bouffonnerie avec le grand bouffon, Macron.

    • Félicitez-vous au moins que les organisateurs eux-mêmes vous aient ôté vos illusions ! Le pire aurait bien été que leur maladresse ou leurs mauvaises intentions n’aillent pas jusque là…

    • La France a eu des hauts, maintenant, elle a débat…

  • Plus rien ne m’étonne, parait-il qu’une ligne de vêtements va bientôt sortir avec les questions du « maître » imprimées dans le dos.

    De même les questions seront imprimées à l’intérieur des emballages de Carambar.

    Des chansons et des poèmes seront diffusés à la gloire et la splendeur du « maître » dans les tous les médias.

    Enfin des avions équipés de banderoles vont survoler tout le territoire jour et nuit pour informer la population des questions du « maître ».

    L’Etat est tout, l’Etat est partout…

  • La quatrième erreur est une faute, voire un délit: à partir de 6 mois avant un scrutin, il y a un devoir de réserve des élus. Sarkozy (ou plutôt son parti) en avait fait les frais suite au meeting de Toulon en 2012 réintégré dans les frais de campagne de l’ex-président.
    Or que fait M. Macron avec ses tournées auprès des maires? Que fait Mme Schiappa? Ils utilisent les moyens publics pour faire campagne.
    Est-ce parce que le président a été alerté de ce problème que la prochaine rencontre avec les maires se fera sans caméras?
    M. Macron ne dédaigne pas seulement la démicratie, il la hait car il est convaincu que les affaires publiques doivent être exclusivement gérées par une élite.

  • Nos ancêtres distinguaient entre ‘ faiseurs’ et ’causeurs’

    Je ne vois dans les média que des ’causeurs’

    Et ce ne sont pas ces derniers qui ont construit les cathédrales…

  • Macron et Hanouna son pote !
    Hanouna a le portable perso de Macron !
    C’est le cirque élyséen qui s’invite au grand débat nuance !

  • « L’État n’a donc même pas peur du ridicule »
    Entre Schiappa et Castaner, le ridicule est largement assumé depuis le début de ce gouvernement. Et que dire des précédents qui n’étaient pas en reste ?

    « il faut hélas craindre non seulement la poursuite du mouvement de révolte, mais son aggravation »
    Il est clair que le seul sujet valable est l’instauration du RIC, systématique, sur tous les sujets, traités, lois, règlements. Les autres thèmes débattus ne sont que des dérivatifs pour ne pas parler de ce qui importe vraiment. Tant que la revendication essentielle ne sera pas satisfaite, il n’y a pas de raison que le mouvement cesse.

    • le mouvement non seulement ne cessera pas , mais va s’amplifier,
      et la répression policière violente et injustifiée , les chiffres accusent , les photos, les vidéos, risque de tout faire basculer dans une violence jamais connu , a la limite une révolution; donc les pays européens commencent a s’inquiéter, et dont le monde entier parle et montre du doigt la France Macroniénne et son échec cuisant! a quand la « chute » ou le départ de ce dictateur d’Opérette , sous quelle forme que ce soit pour stopper un processus dangereux Macron a allumé la mèche mais son orgueil lui a fait oublier qu’en fin de brûlage ça péte!

      • @ duglimbule
        Mais non!
        Pour le monde, la France est un pays européen, allié plus ou moins fiable du camp occidental, dont le chef d’état intervient en politique au contraire des vrais monarques, et qui fait du vin!

  • Puisqu’on nous demande notre avis, donnons-le: que l’Etat se retire de l’économie et que les libertés économiques soient reconnues et favorisées. L’Etat peut d’ailleurs aussi se retirer du climat, ça permettra de réduire les impôts.

  • Du Grand Cirque en perspective où on va dire »tout et le contraire de tout ». Répétition de la « Comédie humaine » de Balzac.

  • Hanouna n’est pas vulgaire, il est obscène.

    • Définition obscène : Qui offense le bon goût, qui est choquant par son caractère inconvenant, son manque de pudeur, sa trivialité, sa crudité.

      On pourrait aussi bien dire : « transgressif, direct, simple … »

      Je pense que Hanouna ne dénierait nullement cette qualification. Mais c’est pour ça qu’il a un large public parmi « le peuple ».

      Personnellement, ce n’est pas quand il fait le clown qu’il me dérange, mais quand il se prend au sérieux …

    • Et alors ? Développez … Avez vous déjà regardé ses émissions ?

      Moi ce n’est pas quand il fait le clown qu’il me gène, mais quand il se prend au sérieux !

  • Quand on voit cela, on comprend que la France aille si mal !

  • L’autorité ne va pas sans prestige, ni le prestige sans l’éloignement.
    dixit de Gaulle, et il avait bien raison…

  • « Alors qu’il suscite un rejet viscéral d’une partie grandissante de la population, alors qu’il souffre d’une cote de popularité exceptionnellement basse, alors même qu’il a été élu avec très peu de scrutins et grâce à des artifices plus ou moins clean, Macron se comporte comme s’il était légitime et apprécié !  »

    Que l’on apprécie Macron ou pas, c’est une question de jugement personnel. En revanche, il n’est pas permis de remettre en cause sa légitimité : il est le choix du peuple qui s’est exprimé librement, en connaissant par avance la durée du mandat accordé.

    Que l’on puisse être déçu de son action (et vraisemblablement, beaucoup le sont), mécontent que ce soit lui qui ait été choisi (idem), d’accord.

    Il reste pourtant tout-à-fait légitime à exercer les pouvoirs qui lui ont été confiés par le biais du suffrage universel direct.

    • que l’élection de monsieur Macron ait été légale ne lui octroit pas le pouvoir de faire n’importe quoi sans demander l’avis du peuple, surtout quand celui-ci le réclame dans la rue (ex : mariage pour tous, quoique c’était son prédécesseur, mais idem pour PMA, transition pseudo écologique ou autre).
      Cela ne lui octroit pas d’avantage le droit d’insulter le peuple, qu’il ne connaît pas d’ailleurs, ne l’ayant jamais fréquenté de sa vie.

      • légale sur le papier:
        1er tour 18% des voix deuxième tour 40 % d’abstention, 10 % de nuls et blancs sur les 66% obtenus ,plus de 40% étaient des votes de refus face a Mme Le Pen et non d’adhésion faites le compte, par contre ceux qui on voté massivement au législatives , en votant pour des guignols lui ont donné le pouvoir absolu , il faut réfléchir avant de faire des conneries et ça beaucoup de Francais jusqu’alors votaient pour des promesses et ,ils l’ont toujours eu dans l’os peut être ont ils compris enfin que les politiques sont la pour faire carrière , pas pour le bonheur du citoyen dont ils se foutent éperdument pour la grade majorité d’entre eux, le mensonge et le tours de passe passe sont leurs sports favoris le plus triste c’est que ça marche . jusqu’à quand?

    • Les fact checkers et même Contrepoints ont affirmé que de façon objective Macron avait dominé MLP lors du débat, sur des points techniques.

      C’est faux.

      Macron a nié avoir quoi que ce soit avec la vente de plusieurs groupes. C’est un mensonge, les médias ont présenté les affirmations de MLP comme des mensonges.

      Macron a pris un air étonné quand MLP a parlé de revenir à système proche de l’ECU. Les fact checkers ont affirmé que l’ECU n’était pas une monnaie; certains ont même affirmé que l’ECU n’était pas utilisé comme une monnaie ou alors très rarement. Comme un cycliste qui n’était pas dopé ou alors en petite quantité.

      TOUS les fact checkers ont affirmé que MLP avait dit n’importe quoi et pour cela ils ont abandonné toute dignité, intégrité et mis à la poubelle leur réputation.

      Un enfant de 12 ans aurait vu l’arnaque du « fact checking », mais pour les adultes c’est beaucoup plus dur à cause de la surcharge intellectuelle du « savoir » accumulé et du besoin de « faire adulte » et donc de ne pas avoir l’intuition juste d’un gamin.

      Les fact checkers ont plus interféré dans l’élection que les Russes auraient pu rêver le faire (dans quel but la Russie voudrait interférer, ce n’est pas clair…)

  • Apriori, La présence de la schiappa au GD montre (prouve ?) toute la considération que le gvt porte, dans le fond, à ce GD et à la parole des français. Un grand cirque.
    Maintenant, attendons de voir avant de crier au loup, on est pas à l’abri d’une bonne surprise ou d’un coup de bol. Mais j’ai de très très forts doutes.

  • « Emmanuel Macron ou l’entêtement dans l’erreur »
    l’entêtement dans l’erreur est un marqueur des régimes socialistes!

  • Organiser, sur Internet et les réseaux sociaux, un « petit débat », qui traiterait de tous les thèmes écartés du Grand Débat ?

  • Le pays est à l’image de nos politiques .Un cirque ambulant , pour détourner des vrais problèmes de sociétés… Quand j’entend qu’il faut libérer le travail que l’on embauche à court terme..par contre quand vous n’avez pas de CDI , pas de logement , pas de prêt pour acheter une voiture , sans CDI , vous n’êtes rien !!! C’est un sujet tabou , surtout ne parlons pas de sujets qui fâche !! La France c’est lancé dans la direction de produire moins cher ? il y a un hic le coût horaire ne peut rivalisé face a la Chine , pays de l’est ( roumanie etc..) Alors que nous avons des exemples que des sociétés comme Hermès, LVMH , etc etc sont des entreprises florissante !! Et là , nous sommes les meilleurs !!! Copier mais jamais égalé !! peut être que je me trompe !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles