McKinsey et PWC pour un échec vaccinal plus douillet

Grâce à l'usage des précieux conseils de moult cabinets de conseil privés, le gouvernement s'assure un ratage vaccinal plus douillet.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Insulin Syringe in Sepia By: Melissa Johnson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

McKinsey et PWC pour un échec vaccinal plus douillet

Publié le 8 janvier 2021
- A +

par h16

Comme je l’écrivais il y a presqu’un an, il serait dommage de laisser perdre une bonne crise. Après tout, ça coûte cher mais ça peut rapporter gros pour qui sait s’y prendre, à condition bien sûr d’avoir subi l’indispensable hontectomie qui s’impose lorsqu’on entre en politique (surtout en France).

Avant d’aller plus loin, je veux dissiper un éventuel malentendu : ici, contrairement à ce que l’actualité pourrait laisser penser, je ne parle pas de Buzyn, cette mémorable ex-ministre de la Santé, ex-candidate aux élections municipales parisiennes et politicienne ectoplasmique évidemment sans aucune responsabilité dans la crise sanitaire, dont le karma assez phénoménal lui permet d’obtenir un poste au cabinet du directeur général de l’OMS. Au passage, ceci permet d’avoir une idée précise de la valeur de la hiérarchie au sein de cette institution et, par voie de conséquence, des conseils qu’elle distribue…

Et donc ici, j’évoque plutôt deux cabinets de conseil, Price Waterhouse Cooper et McKinsey, dont les noms viennent subitement d’apparaître dans l’actualité.

Apparemment et selon les précieuses informations d’Europe-1, le gouvernement a, depuis la fin du mois de décembre, fait appel à deux cabinets de conseil pour éviter le merdoiement intense qui a accompagné ses actions lors de la non-distribution du pas-de-stock-de-masques et lors de sa non-gestion des campagnes de tests.

S’adjoignant les services de ces deux grands cabinets de conseil privés, la fine équipe de clowns à roulettes entend donc mener le pays vers la vaccination optimale dans la joie, la bonne humeur et les petites piqûres amusantes. L’exposé des missions est évoqué ici :

Et c’est du carré, du concret, du solide : cadrage logistique, benchmarking des pratiques à l’étranger et coordination opérationnelle de la task force, voilà qui envoie du pâté, pardon qui means business les enfants comme on dit dans le franglish des élites. Après un solide conseil de défense dont on a déjà pu mesurer la malfaisance pertinence, après les 35 clampins « tirés au sort » (parce qu’au gros sel ou au flashball, ça n’aurait pas été trop tendance), on se cogne donc une paire de cabinets privés pour épauler un Olivier Véran dont on se demande de plus en plus à quoi il sert exactement.

Question qui se posera aussi d’ailleurs pour tous les fonctionnaires se bousculant au ministère de la Santé, dans les agences régionales (beaucoup trop) nombreuses et les myriades d’institutions tintinnabulantes de la République et dont les missions semblent d’éviter qu’on parle d’elles tout en s’assurant de leur côté indispensable surtout au moment de renouveler les budgets.

Peut-être la présence dans ces cabinets de certains fils d’ex-ministres et les nombreuses passerelles avec les lieux de pouvoirs républicains expliquent-elles ce curieux usage de cabinets privés pour une opération pourtant 100 % publique (et bruyamment revendiquée comme telle, système « que le monde entier nous envie » oblige, n’est-ce pas).

Certes, l’administration actuelle semble bien en peine pour s’organiser et retrouver ses doigts au bout de ses mains (à Nice par exemple, même les seringues font de l’obstruction !) mais soyons lucides : les conseils ne sont probablement pas ceux que l’on peut croire et encore moins ceux que les intitulés de mission barbouillés d’anglicismes laissent penser.

La technostructure, composée pour moitié de baltringues communicants et pour l’autre de clowns de l’inspection des finances n’ayant jamais pris le moindre risque de leur vie, n’a que faire de vacciner une population dont, il faut bien le dire, elle se fiche tant qu’elle peut continuer à la ponctionner sans trop la faire brailler. En réalité, les conseils officieux ont bien plus sûrement porté sur la façon de faire passer auprès d’une population déboussolée l’amère pilule de la désorganisation complète, des files d’attentes, des gâchis de doses qu’on voit déjà se profiler et d’une efficacité chimérique de la couverture vaccinale obtenue.

En effet, bien qu’ayant tout fait des années durant pour bien faire comprendre à quel point les manipulations génétiques ouvraient les portes de l’enfer (on se souvient encore de la gourmandise de la presse à relayer l’étude bidon de Séralini sur les OGM, par exemple, sans même évoquer le cas Élise Glucet de Cash Propagandation), bien qu’ayant agité depuis dix longs mois la peur d’une épidémie catastrophique avec brouettée de morts atroces (à base de 400 000 morts de plus, les enfants), le gouvernement et sa macronitude doivent à présent faire comprendre aux mêmes foules que ♩ la génétique, c’est fantastique ♪ et le vaccin ♫ super doux ♬ tout en les préparant doucement à la terrible réalité mathématique : même avec une logistique tip-top, même avec des élites au taquet, même avec des doses en suffisance, il va falloir des mois et des mois, plus d’une année probablement, pour que tout le monde ait reçu son petit shot vite abimé vitaminé.

Un petit calcul simple suffit pour s’en convaincre : à deux doses par individu, à 500 000 doses par semaine sans aucune perte (très jolie performance compte-tenu du passé glorieux de notre système de santé), vacciner 60 % des 67 millions de Français prend 160 semaines (soit trois ans). À moins de trois millions de doses produites et correctement appliquées chaque semaine, on ne pourra jamais vacciner 40 millions de frétillants citoyens en six mois. On peut donc raisonnablement tabler sur un large dérapage du temps de vaccination, bien au-delà des objectifs affichés, ce qui donnera une excuse en béton armé pour continuer un long moment de confinements, couvre-feux et petits cerfas d’auto-humiliation quotidienne.

Autrement dit, le gouvernement va maintenant devoir se concentrer sur la communication de l’échec et préparer mentalement la population à un troisième scandale d’impréparation chronique et de merdoiement toujours aussi intense en moins d’un an.

Du point de vue du contribuable, les sommes dépensées chez McKinsey et PWC l’ont donc clairement été en pure perte (on sait déjà que les piquouses vont s’étaler de très longs mois, on sait déjà que notre système de santé est au bord de l’apoplexie et ne manquera aucune gamelle sur le chemin, on sait déjà que nos énarques sont tous aussi incompétents voire nuisibles les uns que les autres, et on sait déjà où ça coince vu les épisodes précédents).

En revanche, du point de vue de nos zélites qui doivent de plus en plus songer à protéger leurs petites miches, c’est encore une fois de l’argent rudement bien employé !


—-
Sur le web

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • pourquoi notre premier ministre ne serait pas satisfait ? Il continue d’être payé et reste à son poste : tout va bien !

  • Pour les avoir pratiqués plusieurs fois, ces « grands » cabinets de conseil ont principalement la qualité d’avoir une connaissance assez parfaite de toutes les fonctionnalités même les plus exotiques du tableur Excel et des costumes généralement bien coupés. L’intelligence, la pertinence, les idées et le pragmatisme s’arrêtent aux 2 qualités précédemment citées.
    Un certain Mael de Calan, politicien de seconde zone à l’UMP, semble en charge du dossier chez Mc Kinsey en tant qu' »Associate Partner », niveau que généralement il faut une bonne dizaine d’années pour atteindre et que ce petit génie, quelle perte pour notre vie publique nationale, a atteint au bout de 2 ans de présence…

    • Ils ont surtout l’énorme avantage de conseiller les managers sur les décision à prendre sans que ceux-cis en soient responsables. J’ai bien pratiqué Mc Kinsey et PWC dans le privé :en général c’est réduisez vos frais fixes de 25% et vos effectifs idem. Dommage qu’ils n’appliquent pas ça au Léviathan étatique ; normal la mission s’arrêterait avant d’avoir commencé puisque ledit Léviathan fonctionne à l’argent du chose-tribuable à la différence des boîtes privées (enfin celles qui ne sont pas subventionnées).

  • Petites miches. Moui, pour le petit à la tête de l’état. Pour les autres, elles doivent être un peu plus fournies…
    Ce n’est pas une affaire rondement menée, mais carrément menée…

  • Peut-être y a-t-il moins de risque de fuites d’infos avec des cabinets US?

  • Laurent Lenormand
    8 janvier 2021 at 12 h 10 min

    J’avais assisté une fois à une comédie musicale parodique où il y avait un air sympa: « Nous sommes les con, les con, les con, les consultants – Nous sommes très con, très con, très con, très compétents ».
    H16, vous n’en étiez pas l’auteur, par hasard ??

    • Combien de consultants ça prend pour changer une ampoule?
      – On ne sait pas. Il n’y a pas encore eu d’étude de faisabilité

    • Qu’est ce qu’un consultant ?
      Un gars qui consulte ta montre, te dit l’heure et te fait payer la prestation.

      Envoyer par email
      Le berger
      Un berger faisait paître son troupeau au fin fond d’une campagne quand, d’un nuage de poussière, surgit une rutilante Range Rover venant dans sa direction. Le chauffeur, un jeune homme dans un complet Armani, chaussures Gucci, verres fumés Ray Ban et cravate Hermes, se penche par la fenêtre et demande au berger :
      « Si je peux vous dire exactement combien de moutons il y a dans votre troupeau, m’en donnerez-vous un ? »
      Le berger regarde le jeune homme, puis son troupeau broutant paisiblement et répond simplement :
      « Certainement »
      L’homme gare sa voiture, ouvre son ordinateur portable, le branche à son téléphone cellulaire, navigue sur Internet vers la page de la NASA, communique avec un système de navigation par satellite, balaie la région ouvre une base de données et quelque trente fichiers Excel aux formules complexes. Finalement, il sort un rapport détaillé d’une dizaine de pages de son imprimante miniaturisée et s’adresse au berger en disant :
      « Vous avez exactement 1.586 moutons dans votre troupeau. »
      « C’est exact » dit le berger. « Et comme nous l’avions convenu, prenez-en un ».
      Il regarde le jeune homme faire son choix et expédier sa prise à l’arrière de son véhicule, puis il ajoute :
      « Si je devine avec précision ce que vous faites comme métier, me rendrez-vous mon mouton ? »
      « Pourquoi pas ? » répondit l’autre.
      « Vous êtes consultant » dit le berger.
      « Vous avez parfaitement raison, comment avez-vous deviné ? »
      « C’est facile. Vous débarquez ici alors que personne ne vous l’a demandé, vous voulez être payé pour avoir répondu à une question dont je connais la réponse et, manifestement, vous ne connaissez absolument rien à mon métier. Maintenant, rendez-moi mon chien. »

    • Quelle est la définition d’un consultant ?
      – Un consultant, c’est un gars qu’on fait venir à la dernière minute, pour partager le blâme

    • Blague :
      Site (ou député) complotiste : il faut un guide de 85 pages pour deployer la vaccination avec une technique d’injection sous cutanée pour un vaccin fragile dont la diffusion est déjà incertaine.
      Debuker antifakenews : c’est faux le rapport ne fait que 65 pages. C’est d’ailleurs une erreur de la secretaire de la machine à café concernant le mode d’injection. D’ailleurs on trouve une etude datant des anées 70 que la charge vaccinale n’est pas foncierement differente si on pince ou non la peau.
      Les politques : tout ceux qui essaient d’instiller des fakes news sont des traitres à l’unité de la nation.
      Les reseaux sociaux : ce sont des bots etrangers.
      Les gens normaux : on nous vend un vaccin comme garant de notre liberté pour une maladie à faible incidence et qui ne conditionnera pas notre « liberation »…
      En fait cette blague n’est pas foncierement drôle…

  • Eh oui, ils continuent gaiement, tirés par leurs (lourdes) chevilles enflées, sur la pente savonneuse.

  • bravo pour les illustrations tout de même !

  • Ce sont 4 cabinets qui ont « conseillé » la DGS et/ou Santé Publique France, Accenture, CITWELL, JLL, McKinsey.

  • Autre approche de la même problématique d’intendance :
    – Le gouvernement annonçait 26 millions de personnes vaccinées d’ici l’été.
    – Depuis la valeur se réduit bizarrement, on entend des valeurs de 20, voire même 16.
    – Prenons la valeur de 20 millions de vaccinations à faire en 7 mois pour estimer l’organisation nécessaire.
    – Il y a environ 150 jours ouvrables de janvier à juillet (52 semaines x 5/7 mois x 5 j).
    – Il faudrait donc vacciner plus de 130 000 personnes… par jour !
    – Là, depuis 10 jours, il y en a eu 50 000, soit 5 000 par jour.
    – Même en décuplant le rythme, soit 50 000 par jour, cela ne suffira pas pour atteindre cet objectif, il manquerait encore un coefficient 2 ou 3.
    – Et cela nécessiterait de mobiliser, uniquement pour cela, de nombreux médecins généralistes, lesquels ne pourraient plus soigner les autres maladies.
    Ces gouvernants nous racontent donc des mensonges éhontés sur cette vaccination, ils sont visiblement incapables d’organiser l’intendance nécessaire pour réaliser ce qu’ils annoncent.
    Ce qui n’est pas un scoop, car, si les énarques étaient des pro de l’intendance, ils ne seraient pas énarques.
    Et effectivement, même avec 20 millions de personnes vaccinées, théoriquement « protégées », sous réserve qu’une mutation du virus ne rende pas caduques les premières vaccinations, cela n’atteint pas le niveau nécessaire pour obtenir « l’immunité collective », qui serait de 60% de 67 millions selon les « experts », donc 40 millions.
    Encore un coefficient 2 de plus nécessaire.
    Ce qui veut dire que, même en supposant qu’ils y arrivent à ces 20 millions, que ces vaccins protègent réellement de la Covid19, on sera toujours dans la situation épidémique cet été.
    Pourtant on entend et on voit dans les médias des tas de reportages montrant des gens disant de bonne foi « Après être vacciné, je vais pouvoir reprendre ma vie d’avant », ce qui est donc faux.
    Nos « gouvernants » ne savent très bien puisqu’ils vont prolonger jusqu’à fin 2021 l’état d’urgence (ou son équivalent « situation post-état d’urgence »), grâce au projet de loi qu’ils sont en train de préparer.
    L’étape suivante sera un projet de loi retardant les élections de 2022 à cause du Covid19 ?

    • On aura atteint l’immunité collective bien avant. Les données le montrent (Diamond Princess, Theodore Roosevelt, Charles de Gaulle): l’immunité de groupe peut être atteinte dès 25% et en de rares occasions aux environs de 50%.
      Le reste c’est du flan.

      • Il suffit de vacciner les + de 70 ans qui représentent + de 80% des morts. Cela fait 6-7 millions de personnes avec 500000 doses semaines il faut 6 mois. Mais d’autres vaccins vont être disponibles

        • Et les variants du virus ? J’attends avec impatience qu’un labo déclare que son vaccin ne protège pas de tous les variants ! 😀

          • il est possible de faire comme pour la grippe.. ce n’est pas tant les mutants d’ailleurs qui sont la norme..mais s’adapter aux mutations.. ce qui implique d’ailleurs un, peu de spéculation et des foirages..

            En effet ça concerne les gens âgés..ou le rapport bénéfice risque est très distinct du reste de la population
            Rappelons avant tout que le vaccin n’existe pas c’est de la science fiction ou si vous préférez je n ‘appelle pas ça un vaccin…

            • Pour ceux qui souhaitent se faire vacciner rapidement, ne serait-il pas possible de faire comme pour la grippe: fournir les doses de vaccins suffisantes aux pharmacies qui le délivreront aux patients munis de l’ordonnance de la Sécu ( c’est le circuit normal non? et le boulot des pharmaciens, non?) Ensuite le patient se rend chez son médecin traitant pour l’injection. Ainsi, les généralistes continuent de travailler normalement avec TOUS LEURS PATIENTS sans perturber quiconque. Mais je dois avoir tout faux, ce serait trop simple!

              • si la technicité le permet ..ça devrait mais en réalité non.. les politique VONT intervenir car compte tenu de l’offre, il faut définir des priorités..et les pharmaciens ont autre chose à faire que cela.

              • Sauf que là, il faut l’infrastructure pour conserver le vaccin à -70°… alors qu’avec un vaccin « classique », ça n’aurait pas posé problème… Mieux vaut attendre les vaccins « classiques ».

      • Complètement faux. Au moins h16 sait compter ???

        • Eh bien annoncer vos chiffres pour voir. Ceux que j’ai donnés sont fiables car tout le monde a été testé sur ces navires….qui sont par ailleurs des environment extrêmement favorables à la propagation de maladies infectieuses.

          • Un navire ‘est pas représentatif par la taille, par la population d’un société humaine , ça nous a indiqué des de chose sur la contagiosité la gravité ..mais…non…

            • Justement, et c’est intéressant, le Diamond Princess avait une population plus âgée (principalement des retraités) plus vulnérables. Les porte-avions avaient une population beaucoup plus jeunes. On a donc un échantillonnage assez fourni.

      • l’immunité collective par la contamination est un objet quelque peu théorique..

        un calcul repose par exemple sur un hypothèse d’immunisation durable et n’integre pas les mutations qui change la donne immunitaire…

        en fait il est essentiel de rappeler que le taux de ce genre ‘immunisation collective est difficile à calculer ..
        mais il ne faut jamais oublier les caveats ou hypothèses ..

        et ce n’est pas rien car la population « vraie » sur laquelle opère un virus est mondiale.. et l’immunité totale en france atteinte on aurait toujours des cas..venant d’ailleurs..( avec des mutations venant d’ailleurs)..

        il me semble avoir lu que la grippe espagnol muta pour revenir plus mortelle ou contagieuse….

        essayez juste de regarder les vaccins comme autre chose qu’un truc pro gouvernemental ou une source de profit pour big pharma..

        il ay eu des millions d’injections.si je constate peu d’effets secondaires ou bénins je me ferai vacciner « obligatoirement  » sans problème, j’ai autre chose à faire que de vivre en état de rebellion microscopique permanente..

        • Je suis désolé de dire ça mais comparer la grippe espagnol au covid-19 est une blague… Pas le même contexte, pas les même technologies médicinales, pas les mêmes sociétés (sans compter l’hygiène).

  • Kinsey.. Ce ne sont pas des spécialistes de la sexualité des anges ?
    Faut pas déconner, il n’y aucun problème logistique pour distribuer ces vaccins.. Si on a vraiment des vaccins ce qui est de plus en plus douteux vu les changement de stratégies journalières.

  • j’espere au moins que la crise du covid va générer une petite prise de conscience à nos politiciens…
    « purée je ferai mieux de ne pas m’ occuper de ça.. »
    voila ce qu’est la gestion en situation d’incertitude..on improvise, on fait comme on peut on change d’avis..

    quand un pays est fracturé…mieux vaut laisser la liberté aux gens de choisir et se contenter d’empecher la violence..
    désormais les repas de famille ça sera , chacun amène ce qu’il mange.. parce que se farcir les vegans, végétariens, végétaliens, , les intolerants au gluten, les mangeurs exclusif de viandes, de viande crue, les interdits religieux, les allergiques, les boycotteurs , les éthiques, les carboneux..

    il faudra aussi un cabinet de conseil pour organiser les repas dans les cantines..ou changer de principe de cantine.. qui n’est qu’un lieu où la paix est maintenue. ou juste le vegan ne se batte pas avec le mangeur de viande..

  • Ce virus « naturel » paraît-il est parfait,il a un tropisme particulier pour les pays occidentaux développés(sur le papier…) et les USA en mettant à mal leurs économies et leur fonctionnement pour des années,et voilà qu’au moment ou le vaccin arrive un variant plus contagieux et dont on ne sait pas si la vaccin protègeaussi,pointe le bout de sa spicule!Parfait vous dis-je,la nature est bien faite quand même.

  • Finalement, c’est la matérialisation du « en même temps macronien ; un cabinet de conseil Américain pour gérer des files d’attentes soviétiques…
    La « start up nation » c’est la nostalgie de la perestroïka !

  • C’est à se torde les côtes, utiliser des cabinets de conseils même ultra pointus ne changera pas la donne. Mettre un fuselage de Rafale à un tracteur n’en fera jamais un supersonique. Tant qu’on y est , j’aimerais bien voir Macron dans la tenue de Super Jaimie, et puis ça le changerait de se taper super mamie.

  • Et l’on apprend qu’un certain Fabius,fils de ,associé du dit Cabinet va être en charge du dossier.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Si l’actuel président de la République française, chef des armées et grand maître de l’ordre national de la Légion d’honneur, a tenu des propos gravissimes dans Le Parisien, ce n’est pas parce qu’il a utilisé un gros mot à l’encontre des personnes non-vaccinées. En réglant immédiatement leur focale sur la forme de ses déclarations, les éditorialistes de la presse bien-comme-il-faut ont fait mine de ne pas entendre l’essentiel. Car, n’étant certainement pas totalement incompétents dans les fonctions qu’ils occupent, ni le chef de l’État ni les... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles