La triste exception française aux prises avec le coronavirus

La lourde machine administrative de l’État et son imposante bureaucratie n’ont pas tiré les leçons des crises précédentes. 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
covid france source https://unsplash.com/photos/jSKjkV4Oc5Q

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La triste exception française aux prises avec le coronavirus

Publié le 4 novembre 2020
- A +

Par Jean-Philippe Feldman.

Championne du monde des prélèvements obligatoires et parmi eux, des cotisations sociales, la France est l’un des pays les plus centralisés et interventionnistes qui soient. Il est donc légitime de s’interroger sur l’efficacité de son État et sur la résilience de son « modèle social » lors de la crise du coronavirus. Force est de constater que les premières conclusions que l’on puisse tirer ne sont guère reluisantes.

Le trait le plus marquant qui vient à l’esprit tient sans doute à l’impréparation dans laquelle se trouvait notre État protecteur face à la pandémie. Sa lourde machine administrative et son imposante bureaucratie n’ont pas tiré les leçons des crises précédentes.

L’épisode de la grippe H1N1

Il faut se rappeler du psychodrame survenu en 2009 avec l’épisode de la grippe H1N1. Dans le contexte délicat de la crise des subprimes, mais surtout avec à l’esprit les risques d’un scandale comparable à celui du sang contaminé, le gouvernement Fillon ouvre au plus large son parapluie.

La ministre des Solidarités et de la Santé, Roselyne Bachelot, passe commande de dizaines de millions de doses de vaccins, de centaines de millions de doses d’un médicament antiviral et de près de deux milliards de masques. Tout est piloté par l’État au plus haut niveau, avec le mépris le plus achevé envers les médecins généralistes, purement et simplement court-circuités. La chute est connue : les commandes ne serviront à rien et le taux de vaccination de la population sera un vibrant échec.

Une décennie plus tard, notre État à l’agonie financière est passé d’un extrême à l’autre : en dépit de rapports successifs des administrations sociales, soigneusement remisés dans les tiroirs par une bureaucratie digne de ce nom, les stocks de masques valides n’ont pas été renouvelés.

De là, les circonvolutions gouvernementales que la porte-parole du gouvernement a symbolisé avec des masques qualifiés d’inutiles avant d’être présentés comme indispensables…

Incertitudes de gestion

Pour éviter la saturation des hôpitaux publics en ruine, il a fallu confiner strictement la population de longues semaines durant, porter atteinte à la plupart des libertés, au surplus dans le désordre le plus total. Aux incertitudes du virus se sont ajoutées celles de la gestion de l’État.

Quant à Roselyne Bachelot, elle a été récompensée par un maroquin ministériel, après bien des quolibets, pour avoir fait stocker des masques n’ayant servi à rien sinon à creuser les déficits publics il y a une décennie.

L’histoire n’est pas finie pour autant puisque l’on apprend avec stupéfaction lors de la « seconde vague », pourtant annoncée dès le début de la première, qu’il n’existe pas plus aujourd’hui de lits de réanimation théoriquement disponibles qu’au début de la crise où la comparaison avec l’Allemagne était déjà peu à notre avantage.

Pourtant, d’aucuns attendraient logiquement de l’État-providence le plus développé de l’univers une compétence exemplaire. Or, le « modèle social que le monde nous envie » et dont nul ne veut s’est révélé d’une inefficacité dramatique. Comment cela a-t-il été possible ?

Notre État jacobin, notre État unitaire faussement décentralisé qui aspire les richesses produites comme nul autre le ne fait, a accusé durant la crise son caractère bureaucratique et impotent.

Une nouvelle fois, il a voulou non seulement tout ordonner, tout encadrer, mais encore tout faire, en laissant de côté, pis en méprisant, les initiatives privées. Comme en 2009, la médecine générale a été dédaignée ; les cliniques et hôpitaux privés ont été délaissés alors même que les hôpitaux publics, engoncés dans le traitement calamiteux des urgences, étaient dépassés par les évènements.

Les affaires s’arrêtent

La vie des affaires s’est presque arrêtée dans un climat économique déjà difficile et la règlementation tatillonne des autorités publiques, volontiers donneuses de leçons, a ajouté une couche de sédimentation au harcèlement textuel déjà prégnant.

Quant aux véritables « urgences » médicales, mises sous le boisseau du fait d’un virus à la létalité pour le moment faible, il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais il est permis d’être inquiet pour beaucoup de patients dont les opérations ou les traitements ont été décalés ou suspendus, d’autant plus que le second confinement va s’ajouter au premier.

Rien là de surprenant à celui qui observe la France sur le temps long. L’incurable optimiste pourra rêver du jour où c’est l’État qui sera confiné plutôt que la population et où de profondes réformes seront enfin lancées.

Jean-Philippe Feldman est l’auteur d’Exception française. Histoire d’une société bloquée de l’Ancien Régime à Emmanuel Macron, préface de Mathieu Laine, Odile Jacob, paru cette année.

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • La totale malhonnêteté de ce calife européen emmène la France dans le mur.
    Un pays n’est pas gouvernable par un employé de banque et non un banquier dont les sbires sont des incapables ou des fonctionnaires parfaitement inadaptés
    Ce pays est foutu.

    • Macron est surtout et avant tout un ex encarté PS, ex ministre du catastrophique Hollande « c’est gratuit ».
      Il a été choisi par l’état profond pour qu’il ne touche surtout pas à leurs privilèges. Son bref passage dans la réalité d’un travail ne change rien à son idéologie.
      CPEF comme prévu.

      • Tout à fait. Il faut toujours parcourir le CV des gens et consulter leurs résultats aux postes qu’ils ont occupé! Ceux de Macron sont désastreux! Et il confirme ce que l’on craignait, il est pire que Hollande car en plus il est vaniteux, persuadé de tout savoir et d’avoir toujours raison!

    • Pour le fonctionnaire le résultat n’est rien, mais la procédure est tout. Courteline
      Le fonctionnaire ne peut traité que le prévu. Pour l’imprévu, il vaut mieux un patron ou un militaire.

      • Le militaire (policier, juge, diplomate) est le vrai fonctionnaire. Les fonx non-régaliens font semblant de l’être. Ils usurpent.

  • A ce niveau ce n’est plus de l’incompétence ,il y a forcément un projet …l’épargne des français par exemple.

    • L’argent n’est probablement qu’un moyen. La raison, si elle existe, est plus certainement de nature… disons civilisationnelle.

  • l’état confiné , l’état bâillonné , et la France libérée…..j’en rêve ….

  • Vous rêvez éveillé je crois bien.
    Aucune réforme à l’horizon de 12 ans, je suis convaincu que la seule et malheureuse et unique solution sera la montée des taux d’intérêt qui plongera le pays dans un chaos incroyable .

  • a quand l’intelligence au pouvoir
    ont exigent pour un médecin, un plombier ou autre, mais pas pour les hommes ou femmes politique,ils devraient passer des tests d’intelligence et santé mentale, leurs apprendre la compassion avant d’être élu.

  • Si je comprends bien, vous reprochez à Roselyne Bachelot d’avoir pris une assurance coûteuse simplement parce qu’elle n’a pas servi?

    • Ce que je lui reproche c’est d’avoir gaspiller de l’argent à l’achat massif de masques alors qu’elle aura dû organiser un stock pérenne, renouvelé régulièrement, ce qui n’était pas prevu. En plus l’hôpital avait besoin de 100 millions de masques, il les avait.
      Je ne parle de la campagne de vaccination, fiasco total, pour un virus qui a tué 300 français. Et du Tamiflu acheté massivement pour rien.

      • Votre assurance incendie: fiasco total, ça n’a même pas flambé!

        • Mais non, ne soyez pas ridicule. Au bout de 15 jours, on savait que le virus était bénin. Un stock de 100 millions de masques, c’est une bonne chose, mais ce n’était pas les bons (ffp2). Les ressources sont rares et gaspiller de l’argent et ne pas ouvrir des lits de réa, ce n’est pas très malin.

        • Je suis conseiller prévention. En gros, je m’occupe de la sécurité (entre autre). Bien que ma carrière dans le domaine soit récente, j’ai déjà pu entendre des dizaines de fois « ah mais ça n’a jamais brûlé », « ah mais ça n’est jamais arrivée. BEN HEUREUSEMENT.
          Quand la prévention incendie est bien faite, que ça ne flambe pas est preuve de réussite :-). Et si ça commence à flamber, réussir à circonscrire efficacement dès les premières flammes est une réussite.
          Je parie que ces masques ont été remis dans un budget ou l’autre, et que des gens ont dit « ah ben ça n’est jamais arrivé » ont barré la ligne.
          La prévention coûte, comme une assurance. Et vous pourrez payer toute votre vie pour rien. Ou pas.

        • C’est gillib qui la paie. En quoi ça vous dérange ?

          En revanche, les conneries de Bachelot ont été payées par les autres.

        • Bachelot n’a pas claqué 1 milliard de notre fric pour une assurance mais pour une c***rie monumentale, oscillant quelque part entre le mouvement de panique et la bêtise crasse.

          • vous avez mille fois raison.

            En économie, la sur-assurance et la sous-assurance sont deux formes de gaspillage de pognon (obtenu par financement contraint).
            En dix ans, nous avons eu sous les yeux ces deux modèles de mauvaise allocation de resources -et bien d’autres!-

            Il est grand temps de privatiser le secteur santé.

      • On lui aurait encore reproché bien davantage si elle n’en avait pas commandé et que l’épidémie était plus mortelle que prévu. Réfléchissez un peu!

  • Trump donné gagnant très probable par Dreuz, je pose ça là comme ça… Prions !

    • Pas impossible, mais ça va être très difficile vu l’accumulation des fraudes en cours. Il va falloir que la cour suprême tranche dans le vif, très rapidement.

    • Si on en reste aux urnes bourrées par les démocrates, Trump risque fort de perdre. Il va probablement falloir en passer par les tribunaux. Si c’est le cas, le résultat ne sera pas connu avant plusieurs semaines.

  • Tout ça pour 1100 milliards annuels.

  • L’énervement de Véran hier à l’Assemblée,qui n’a pas réussi à faire prolonger l’Etat d’urgence sanitaire au-delà du 14/12,en dit long …en plus gros absentéisme des députés LREM ,ils sont en chômage partiel à 84% peut-être?

    • La baudruche LREM se dégonfle au propre comme au figuré. Une fois de plus, on voit que ce « parti » est un ramassis de p**** opportunistes.

  • Jamais un grand patron d une grande entreprise n’aurait mis la France dans cet état de délabrement… Il nous faudrait un salaude patron qui g

  • Citer Francesoir… svp… un peu de sérieux. Ce n’est pas un journal.

    • Certains citent même Dreuz, c’est lamentable…
      Ce site qui a écrit avec la plus parfaite mauvaise foi que Biden n’avait cessé d’interrompre un président courtois lors du premier débat.. (pour rappel, Trump a interrompu 75 fois Biden, contre 22 fois l’inverse… mais bon, la réalité alternative hein…).
      Pas police de la pensée mais ya quand même un minimum de décence journalistique et d’honnêteté intellectuelle à avoir dans les sources utilisées !

      • Chaque canard à des points positifs et des negatifs. Il s’agit d’être vigilent et de séparer le bon grain de l’ivraie

        • Bien entendu, et cela vaut pour tous les médias. Mais on n’a pas encore trouvé de Chanel N°5 dans un fosse septique. Je préfère donc faire confiance (relative) à des médias moins orientés et moins délirants.

            • Libé ! (prière de ne pas rire)

            • Comme Le Monde, Le Point, l’Express, le Figaro, la Libre Belgique, les Echos, le Temps, le Soir, Courrier International, Radio-canada, même un peu Valeurs Actuelles (avec parcimonie), Reporterre parfois (vous seriez étonné), Ouest-France, le fil Twitter de Trump, le Canard Enchainé, etc etc…
              Pas trop Libé sur certains sujets bien sûr, Rivarol pour rigoler, et autres sites d’opinion populo-démago-machin.
              Oui, chaque média penche plus ou moins d’un côté, mais on reste dans le raisonnable, le rationnel, l’objectivité ou les faits, et on peut encore se faire une opinion individuelle sans subir les « analyses » ultra-orientés de certains doctrinaires fantaisistes.
              Bien sûr, certains doctrinaires conspuent tous ces médias et sont persuadés de « ne pas être des moutons » et lisent « des médias pas mainstream et pas aux ordres » alors qui s’enferment juste dans des représentations mentales particulières sans aucune ouverture d’esprit, où les postulats sont maitres, les faits choisis minutieusement et les « démonstrations » fabriquées sur mesure.
              Justement, regardez ceux qui citent Dreuz : ils le font comme s’ils agitaient le Petit Livre Rouge ou la Bible en criant « voici la Vérité ! Brûlez vos idoles mainstream gauchistes. Suivez la Lumière ». C’est amusant.

              • Tous les médias que vous citez :
                1- sont subventionnés par l’État – du moins les français
                2- (conséquence du 1-) disent tous la même chose, à très peu de choses près, sur tous les grands sujets : Trump, les USA, Israël, les Palestiniens, mais aussi l’islam, l’immigration, mais aussi de grands sujets de société comme le port d’arme (héhé), l’avortement, l’homosexualité, ou encore le RCA, l’environnement, la cause animale, et j’en oublie
                Dès lors, vous pouvez presque vous contenter d’en citer un seul, puisque les autres ne se différencient qu’à la marge. La pluralité est un leurre, ce qui explique aussi pourquoi la profession de journaliste est celle en laquelle les Français ont le moins confiance, juste derrière les politiciens, ou pourquoi le tirage de ces médias ne cesse de baisser, depuis des années, malgré les aides reçues, et pourquoi en revanche les médias libres (car non subventionnés mais vivant de leur travail) voient leur audience augmenter régulièrement.
                Dès lors aussi, votre couplet sur la rationalité, le raisonnable, l’objectivité, etc. n’est que foutaise : ces médias sont on ne peut plus orientés, doctrinaires (les idées de gauche dite « progressiste ») ; sans parler de la censure de plus en plus décomplexée qui y sévit vis à vis de toute opinion divergente. L’État-Léviathan, allié au capitalisme de connivence – comme dans tous les États socialistes – sait comment faire passer le message, grâce à ces médias stipendiés, cette Pravda (de moins en moins) soft. Que vous vous y abreuviez, en bon thuriféraire de l’État omnipotent, n’a rien d’étonnant. Encore raté, vous êtes démasqué.

              • CP : parfois, vous êtes gonflant avec votre censure/dysfonctionnements. À quoi bon passer 10 minutes à écrire un commentaire s’il est jeté d’office, sans explication ?

              • Au moins, ça fait du papier pour allumer le feu dans la grotte. Hop, à la grotte le troll, et plus vite que ça !

              • Tous pourtant nous bassinent par le réchauffement anthropique sans jamais évoquer les opinions des scientifiques qui ne sont pas d’accord. Je n’ai toujours pas digéré la photo de l’ours famélique soi-disant mourant de faim à cause du réchauffement !

    • France soir est le seul « journal » à avoir démonté avant les autres les études cliniques bidon, faussées, biaisées, et notament celle du Lancet. Ce n’est peut-être pas un journal, mais ils ont des analystes qui font un vrai travail, et ne se contentent pas de gober les dépêches de l’AFP, ou copier les articles de la Pravda

      • France-soir, c’est un obscur montage qui a viré ses journalistes l’année dernière, qui a appartenu à un oligarque russe, qui publie des articles très souvent non signés… bref, un truc louche.

        • Mais Lépine, le gars viré des dizaines de fois par la porte et qui revient par la fenêtre, c’est pas un type louche, n’est-ce pas.

          Oui je sais, ouin ouin il me dénigre le méchant Jacques B., on connaît le refrain.

    • Parce que les spécialistes des fake news comme Le Monde ou Libération sont des journaux? Un journal est sensé informer, c’est à dire rapporter des faits réels et vérifiés! France Soir peut donc le faire puisque les autres s’y refusent.

      • Pierre Le Hir du Monde écrit que les cyclones ont doublé. C’est un pur mensonge car il n’y a aucune augmentation. Ce journal est celui qui diffuse le plus de fake news, mais prétend les corriger et les dénoncer dans sa rubrique des décodeurs.

  • Les français sont des cons !

    https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Avec-le-reconfinement-la-cote-de-popularite-de-Macron-s-envole-1710305

    Non, je ne lis pas PM, c’est ma fille, qui a fermé son salon de coiffure sur ordre de la kommandantur, qui me l’a envoyé, et le titre au-dessus est son commentaire (que je partage)…

    • oui, c’est le syndrome de la femme battue…Son bonhomme lui tape dessus, elle l’excuse et en redemande. Incompréhensible.

    • Les français aiment les papouilles pas les brimades ni la torture.

    • Soit ce sondage est faussé – pas impossible – soit il est juste le reflet du fait que la France est divisée entre les gens qui travaillent, et ceux qui bénéficient du travail des premiers : les retraités, les étudiants, les fonctionnaires et assimilés, et d’une façon générale tous les assistés. Mis bout à bout, cela peut bien représenter plus de 50%, en effet. Ces gens sont en train de tuer la poule aux œufs d’or (les gens qui les nourrissent), et ils ne s’en rendent pas compte : plus dure sera la chute. Vénézuéla, nous voici !

    • faut bien justifier les subventions présidentielles !

    • Sondage surprenant tout en étant normal.
      La période particulièrement anxiogène que nous vivons conduit naturellement à un resserrement de la Nation autour de son Président, aussi mauvais puis-t-il être.
      Les français ne demandent plus à être gouvernés, au diable les réformes en cours, seule compte la gestion au jour le jour des dangers imminents. Anticipation, impréparation, incurie, impéritie… rien de tout cela ne compte plus pour eux.

    • Paris Match cire les pompes des Macron homme et femme!

  • Avec le reproche que vous faites à Roselyne Bachelot, j’en déduit que vous êtes de mauvaise foi, qu’en ait-il du reste?

  • Le confinement de l’état et la liberté du peuple: le rêve absolu!
    Un seul conseil: essayez de vous procurer de l’hydroxychloroquine. Une piste: en VHine, ce médicament est ne vente libre (comme ne Fr

  • Meuh non, l’objectif est que les hôpitaux n’aient plus de lit! Plus que des gestionnaires d’ambulatoires, des gestionnaires de prise en charge, de déplacement, de paiement, bref des admin fonx à placer suite à concours obscurs multiples. Economie maousse costaud sur les personnels soignants (de toute façon grévistes), sur les médecins spécialisés (on peut doper l’apport de magnétiseurs africains), sur les médocs (on n’en fabrique plus donc pas de pb), sur le matériel (enfin un arrêt des demandes d’équipement en 25 exemplaires avant le 31/12), sur les locaux et les frais d’entretien. Et on peut finir le regroupement des sites sur, disons, Paris, puisque les lignes de trains et d’avion y convergent historiquement. En conséquence il faudra prévoir un très très gros stock d’aspirine pour ceux qui devront rester chez eux (test réussi avec le covid) et une formation légère des médecins dans les « territoires » (leur nombre devrait finir par devenir nul par numerus clausus) afin d’expliquer fermement aux patients que les maladies graves sont devenues interdites à soigner. Et monter des formations (par des bénévoles sinon c’est trop cher) pour permettre aux familles et amis des patients mal barrés comment refaire une trépanation méthode cro magnon, une ablation de membre type Eylau 1807 ou des points de suture mode Rambo. Au vu des résultats attendus, une forte baisse des patients voire une suppression des réservoirs de potentiels malades. Et là BLM (pas Black Live Matters) pourra annoncer la réduction totale de notre déficit par reset complet des coûts directs et indirects des soins…

  • La France allait déjà fort mal sous Hollande. Ce n’est pas un gamin qui fit de très mauvaises classes sous Hollande, doté d’un affect des plus rudimentaires qui allait redresser le pays sur quelque registre que ce soit. Encore 18 mois comme ça et probablement 5 ans de plus… et on se demande pourquoi les français ne consomment pas, économisent, hésitent à investir… 2 moteurs de croissance sur 3 en panne ça fait beaucoup. Attendons nous à voir notre modèle social et notre train de vie baisser dans les années qui viennent. Comme dit notre affabulateur en chef : « Pas de soucis… l’état prendra tout en charge ! ». Ce qui est fort rassurant convenons en, surtout avec une équipe où l’incurie le dispute à l’impéritie.

  • On allait au tas avec Hollande.
    On va au tas avec Macron… sauf que lui c’est pied au plancher, sourire carnassier et klaxon à fond.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

Par Christian Britschgi.

Les gouverneurs opposés aux confinements ont remporté facilement la victoire lors des élections de mi-mandat.

Dans tout le pays, les dirigeants républicains qui se sont fait connaître en s'opposant aux fermetures d'entreprises et d'écoles ont été réélus avec des marges beaucoup plus confortables que lors de leur première campagne avant la pandémie.

Lors d'un débat en octobre contre son adversaire, le représentant Charlie Crist (D-Fla.), le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré :

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles