Comment l’écologie est en train d’achever Renault (et bien d’autres)

Voici comment on est en train de bousiller un pays, en abandonnant des industriels visionnaires, en décidant d’orientations techniques et industrielles sans bases solides : c’est un drame pour l’automobile.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Renault by ClemetNic (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’écologie est en train d’achever Renault (et bien d’autres)

Publié le 17 février 2020
- A +

Par Loïk Le Floch-Prigent.

Quelle surprise ! des résultats dans le rouge, les premiers depuis dix ans.

Cela a-t-il quelque chose à voir avec l’incarcération de Carlos Ghosn fin 2018 ? Tout le monde regarde au plafond pour finir par dire que les problèmes avaient commencé cette année-là… avec 3,4 milliards de résultats, première contorsion un peu difficile, mais les éléments de langage sont néanmoins servis, les auditeurs sont des idiots, c’est bien connu, ils peuvent tout avaler.

Mais derrière est annoncée en France la chute de 3,5 % de la demande de voitures neuves Renault, et on se gratte la tête.

Industrie automobile française en danger

La faute à pas de chance ? Sans aucun doute !

Mais les perspectives 2020 sont mauvaises et c’est vrai pour l’ensemble de l’industrie automobile… Là on nous prend pour des imbéciles, il suffirait de relire les articles de Carlos Tavares, l’autre Carlos, qui souligne depuis des mois la folie des normes européennes et françaises qui veulent dans un délai court interdire les véhicules thermiques en Europe et qui ont commencé par jeter l’anathème sur le moteur diesel qui consomme 20 à 25 % de moins que le moteur à essence.

On punit Carlos Ghosn, on maltraite le diesel, on édicte des normes et des pénalités qui laissent pantois et maintenant on va pleurer devant les maigres résultats de Renault, en particulier en France. On en déduit que l’on va réduire l’emploi dans l’industrie automobile et on ne s’interdit pas de fermer des sites : « On n’a aucun tabou et nous n’excluons rien ».

Voilà de quoi motiver les troupes !

Un peu d’histoire récente

Reprenons un peu d’histoire récente en rappelant quand même que malgré la crise de 2008 Nissan et Renault avaient été redressés tandis que Mitsubishi Motors les avaient rejoints pour faire de l’Alliance le premier constructeur mondial. C’était hier.

Avec ses implantations en Russie, en Roumanie et dans bien d’autres pays Renault était largement bénéficiaire en y ajoutant la bonne marche de Nissan dont il possédait 43,4 % !

Mais la position de Carlos Ghosn avait été fragilisée en 2015 pour des raisons que je ne vais pas encore développer, on va dire que je radote, et il fallait « japoniser » la direction de Nissan qui est rapidement partie à la dérive. Il fallait trouver rapidement le remède. La justice japonaise a trouvé la pire solution : incarcérer Carlos Ghosn ; et le gouvernement français également en l’abandonnant à son triste sort.

La sanction est tombée au bout d’un an pour les uns et pour les autres, 15 milliards de pertes en Bourse et des résultats dans le rouge pour les deux entreprises.

Mais la leçon ne suffit pas, il faut encore demander aux entreprises implantées en Europe, et donc à Renault et Nissan d’effectuer dans les délais les plus brefs possibles, une réduction drastique des émissions de CO2, 95 grammes de gaz carbonique par kilomètre et par véhicule vendu à partir de janvier 2020 sous peine de pénalités se chiffrant dès la première année à près d’un milliard par constructeur !

C’était bien le moment pour Renault et Nissan, tandis que Peugeot essaie de s’en sortir en faisant une fusion avec Fiat-Chrysler pour conserver un ilot de prospérité aux USA !

L’écologie politique à la manœuvre

Pour justifier une telle politique suicidaire il fallait une bonne raison.

On commence par couper la tête du dirigeant et ensuite on se met à éradiquer la production, ce qui va nous permettre de pleurer comme des madeleines en allant chercher des coupables on ne sait où.

Il est clair que les règles adoptées par la Commission européenne et applaudies par notre pays qui aimerait encore en faire davantage pour satisfaire l’écologie politique vont conduire notre industrie automobile dans le mur, c’est-à-dire 10 % de notre appareil productif national, et cela dans des délais très brefs, avant l’échéance électorale de 2022.

Le chômage comme la déprime de l’industrie ne sont pas pour rien dans la montée de violence que connait notre pays, il nous faut un projet mobilisateur, un avenir industriel, et l’on commence par abattre un des derniers piliers de notre prospérité.

Il n’y a aucune bonne raison pour un pays qui dispose d’une industrie automobile dynamique et techniquement en pointe de la contraindre à changer complètement de véhicules (« aucun véhicule thermique produit en France en 2030 »). Ce n’est ni raisonnable sur le plan économique et industriel, ni justifié sur le plan scientifique.

Véhicule des villes, véhicule des champs

Notre système automobile est basé sur le véhicule thermique, essence ou diesel et 30 millions de véhicules circulent dans notre pays. La clientèle, les électeurs de ces messieurs-dames, est attirée par des véhicules hauts, plutôt lourds et spacieux, les SUV, qui représentent 28 % des ventes aujourd’hui. L’ensemble des habitants des territoires hors métropole compte ses sous, et le diesel lui fait dépenser 20 à 30 % de moins que l’essence. Cette population est friande de SUV-diesel.

Les habitants des métropoles sont, eux, obsédés par la pollution de leurs cités et aimeraient que les véhicules thermiques soient relégués loin de chez eux. Ils applaudissent à l’idée de la généralisation de véhicules électriques tout en ne souhaitant pas en acheter car ils espèrent bien s’évader à la campagne et bénéficier de la liberté et de la flexibilité, apanages des véhicules classiques.

Les constructeurs sont donc incités par les métropoles à présenter des véhicules électriques, mais les acheteurs ne se bousculent pas ; les constructeurs sont accusés par la Commission européenne de ne pas faire les efforts nécessaires, d’où les pénalités prévues dès cette année. Raconter comme cela l’histoire est absurde, comment faire boire un âne qui n’a pas soif ? En battant le vendeur ou le propriétaire du bourrin ?

Cerise sur le gâteau industriel, le véhicule électrique a besoin de batteries modernes, qui ne sont pas (sauf une petite production en Suède) de provenance européenne mais essentiellement asiatique et surtout chinoise. Elles correspondent à 40 % du prix des véhicules. Une généralisation de la production conduirait donc à un rétrécissement de notre industrie nationale et européenne de 40 % puisque redevenir souverain dans ce domaine nous prendrait au minimum 10 ou 15 ans, et encore, en y mettant des moyens colossaux qui devront être payés par les contribuables ou les clients, plutôt les deux.

Encore et toujours le CO2

Mais il y a plus grave encore : l’idée que le CO2 automobile est le responsable de nos malheurs futurs et qu’il faut l’éradiquer de notre planète automobile dans des délais courts ne résiste pas à l’analyse des réalités de notre monde. L’électrification piétine, et surtout rien ne dit que si le CO2 est bien le responsable désigné, le véhicule électrique soit le meilleur moyen d’en diminuer les émissions.

Le bilan carbone du véhicule électrique, en particulier de la batterie, en comptant l’extraction des matériaux, la fabrication, la maintenance et le recyclage, est loin d’être meilleur que celui d’un véhicule thermique dont les progrès sont constants en termes de consommation et d’émissions.

Autrement dit, autant peut-on affirmer sans détours que le véhicule électrique pollue moins en ville et qu’une augmentation des déplacements avec lui serait salutaire pour l’air respiré par les citadins, autant dire qu’il est conseillé pour son bilan carbone, et donc qu’il participe au « sauvetage de la planète » est complètement erroné.

Tout miser sur la voiture électrique est une aberration

Les années qui viennent vont donc nous permettre de savoir quelle est la meilleure formule pour les villes et pour l’humanité, et ce sera de toute façon un mix entre véhicules à propulsion thermique, électrique, hydrogène… et peut-être d’autres techniques disruptives auxquelles nous ne pensons pas encore.

Mais baser l’avenir du monde contemporain sur le seul véhicule électrique est une aberration aussi stupide que celle qui consistait autrefois à exiger que Galilée, après Copernic, abandonne l’idée que la Terre tournait autour du Soleil. C’est une croyance, c’est du domaine de la foi, cela n’a aucune base scientifique solide. N’insultons pas l’avenir en considérant que nous savons déjà comment il sera fait.

Voilà donc comment on est en train de bousiller un pays : on abandonne des industriels visionnaires qui réussissent, on décide d’orientations scientifiques, techniques et industrielles sans bases solides. C’est un drame pour l’automobile, comme cela l’est pour la production d’énergie électrique où l’on pousse les éoliennes au détriment du nucléaire… et bien d’autres choses encore.

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • Merci à l’UE qui va mettre des centaines de gens au chômage via son fantasme pour la lutte contre le réchauffement climatique ;

    • non c’est pas l’ue…

      on peut m^me dire que l’ue a le « mérite » de produire des directives qui vont dans le sens de ce que prétendre vouloir les membres de l’ue!!!!

      tous les pays européens ou presque prétendent vouloir diminuer leur consommation de fossile..la machine européenne produit des directives en conséquences..

      • « non c’est pas l’ue… »
        Vous avez raison. Il faut pousser son regard du côté de Wall Street et Georges Soros, sans oublier Detroit.
        Nous assistons au début de la destruction programmée de notre industrie automobile pour la remplacer à terme par les véhicules américains et chinois.
        C’est aussi ça la mondialisation…

        • Les constructeurs américains et autres n’ont pas plus de solution technologique que nous, mais peut être des dirigeants moins idiots ce qui ne doit pas être bien dur.

    • Ce n’est pas des centaines mais des dizaines de milliers d’emplois qui vont être perdus. Des usines vont fermer car ce ne sont pas les mêmes pièces qui vont être nécessaires. Certaines usines seront trop onéreuses à transformer. Tous les sous-traitants vont aussi fermer en cascade ainsi que les emplois indirects dans les villes et villages qui pouvaient en dépendre.
      Avec l’électrique il y a moins besoin d’entretien donc des garages vont aussi fermer.
      Idem chez les concessions car quoi qu’il arrive une voiture électrique/hybride coute cher et peu de gens pourront se le permettre dans un premier temps.
      Du fait de la hausse du super malus sur les véhicules hauts de gamme, certaines marques quitteront le marché français et comme toujours il faut y ajouter les emplois indirects : nettoyage, gardiennage, transports, …
      Et comme tout ça va se traduire par une hausse du chômage, cela signifie future hausse des cotisations chômage donc même les entreprises sans aucun rapport avec l’automobile seront impactés.

      Bref, comment tuer le peu d’industrie qui restait.

      • écoutez si ils pensent que le CO2 est LE problème alors..que n’ont ils pas arrêter leur activité de leur plein gré…

        il va falloir assumer..

        je ne plains pas les gens qui vont perdre leur boulot et qui tiennent un discours qui conduit inéluctablement à ce que leur boulot disparaisse!!

        je suis curieux par contre de voir comment , une fois que les conséquences économiques vont être visibles et ne pas se résumer à une ligne obscure sur un facture edf..les politiques vont retomber sur leurs pieds..

        on ne peut pas soutenir un discours qui prend comme objectif de diminuer la consommation d’energie par deux…et déplorer les conséquences!!

        • pour faire simple..on vous l’avait bien dit…

        • D’autant plus qu’il semblerait que le bilan energétique des V.E est une catastrophe . Une étude allemande parle de 28% au désavantage de l’électrique, étude confirmée par une autre émanant de VW . Source dreuz info de hier, je sais bien que c’est la facheuse sphère, mais ils se contentent de publier ce que la presse mainstream subventionnée ne met pas à la une, il ne faut pas déplaire au prince qui va avoir besoin des écolos …

    • Des dizaines de milliers, si ce n’est des centaines.
      C’est le prix à payer pour les lubies de ces khmers verts.

  • merci aux écologistes plutôt, en ensuite a l’etat qui a refusé l’alliance avec Fiat…
    on ne peut pas etre ecolo et construire des voitures.. on les achètera a l’étranger
    mais qu’ils sont kons!!!

    • bah…pas un problème..compte tenu que les émissions de CO2 sont un crime..nous pouvons taxer à loisir la chine et l’étranger pour les emissions de CO2 associées aux produits qu’ils nous vendent…
      donc on achète une fiat 10 000 euros mais on peut recevoir des contribuables italiens une somme équivalente pour des « compensations » carbone..
      on accuse bien les producteurs de petrole des emissions de CO2 que NOUS faisons en consommant leur petrole ..poussons la « logique » à terme..
      comportons nous comme des adolescents ingrats..

      ce qui est rigolo est qu’on peut dire que non seulement on désindustrialise..ce qui va dans le sens de l’histoire sans doute..et de la logique économique…mais que NOUS PAYONS pour désindustrialiser..

      tout en diabolisant ET l’industrie et la désindustrialisation…

      dans le m^me jt télévisé vous verre un produit dénigré car il est industriel ET
      les pleurs des ouvriers d’une usine qu’on ferme…
      vous verrez dans le m^me une apologie d’extinction et une incitation à voyager je ne sais où en avion bien sur..
      hallucinatoire…

    • L’alliance avec Fiat n’aurait pas changé grand chose car Fiat est très en retard dans le développement des nouveaux moteurs. Mais comme dit par l’auteur ça lui aurait au moins ouvert le marché américain.

      • Vous retardez d’une guerre, les moteurs FIAT sont aussi performants et propres que les autres . FIAT, c’est aussi Alfa romeo, Chrysler et si je ne m’abuse Maseratti . Prenez les fiches techniques Alfa Giula et sortez vos kleenex le V6 turbo 2.9l est équivalent à n’importe quel allemande au niveau émission de CO2 et c’est autre chose à conduire qu’une Clio ou même une Audi

    • Il y a longtemps que l’état aurait du vendre ses parts dans Renault . Il est un champion du capitalisme de connivence mais une brelle finie dés qu’il s’approche de l’industrie . L’état stratège est un fantasme de socialo et de nationalistes . Sa seule compétence est de trouver où recaser ceux qui prennent une veste lors d’une élection

  • mais voyons , sauver la planete n’a pas de prix..

    on doit se réjouir de cela…

    un rappel les manifestations sur le pouvoir d’achat trop bas devraient être vilipendées par les écolos..

    nous surconsommons n’est ce pas…

  • Le suicide français était vraiment une très bonne analyse de Zemmour!

  • Naguère les directeurs de cabinets ministériels disaient : « les ministres passent, nous restons » et ils appliquaient souterainement leur politique personnelle en « oubliant » les consignes du ministre. Aujourd’hui, les français ont tout simplement élu l’administration aux « postes » politiques, jusqu’à la Présidence de la République. Comment s’étonner que cette mainmise technocratique, qui ne sait que dépenser plus pour servir moins bien, veuille étendre son emprise sur la vie économique et la vie privée en cassant progressivement tout ce qui marchait bien sans elle ? Combien de temps les français vont-ils encore patienter pour mettre à bas ce système de privilégiés hautains et malfaisants, c’est peut-être, après les alertes gilets jaunes et les grèves, une question de jours ?

    • Votre analyse est lucide et pertinente mais la France est « Bonapartiste »!
      Depuis des décennies les français sont en quête d’hommes providentiels à investir de missions divines….
      Et puis, entre nous, « il » va trouver la bonne martingale pour « requinquener »
      De quoi faire mentir les Chevaliers de la Jarretière: « Honni soit qui mal y pense… »

      •  » Là où les hommes échouent, ils appellent l’Homme providentiel.
        Les peuples mous cherchent un cerveau qui pense pour eux, un dos qui porte pour eux.  »

        Carl von Ossietzky , opposant à Hitler, prix Nobel de la paix 1935, mort en 1938 d’une pneumonie contractée dans les camps d’internement.

  • On va revivre les belles journées de Renault Vilworde ou de PSA Aulnay…..chauffez vos caméras! BFM et consorts!

  • L’écologisme, totalitarisme rigide, violent et stupide et digne de Lyssenko, est en train de mettre définitivement hors jeu l’Europe entière. Au plus grand bénéfice des autres puissances industrielles et commerciales…

  • L’avenir de la voiture Electrique est uniquement pour des applications spécifiques et ou Urbain. Il faut faire des Caisses en plastiques, un modèle standard, modulable totalement, pour les artisans les livreurs et autres usages de vitesse maxi de 60 Km/h. Au delà il faut du Diesel Hybride rechargeable, ce que tous ne peuvent pas se payer en l’état, il faut donc changer lentement.
    La voiture électrique n’ira pas en 2030 dans les stations de skis au milieu des bouchons. Les écolos sont c… Cherchez la rime.

    • Monsieur Carlos Tavares – patron de PSA (sigle de Peugeot société anonyme qui comprend les marques automobiles Citroën, DS Automobiles, Peugeot, ainsi que Opel et Vauxhall)

      « Le monde est fou. Le fait que les autorités nous ordonnent d’aller dans une direction technologique, celle du véhicule électrique, est un gros tournant.
      Je ne voudrais pas que dans 30 ans on découvre quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air, sur le recyclage des batteries, l’utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge?
      Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ?
      Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ?
      Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ?
      Comment trouver suffisamment de matière première rare pour faire les cellules et les chimies des batteries dans la durée ?
      Qui traite la question de la mobilité propre dans sa globalité ?
      Qui aujourd’hui est en train de se poser la question de manière suffisamment large d’un point de vue sociétal pour tenir compte de l’ensemble de ces paramètres ?
      Je m’inquiète en tant que citoyen, parce qu’en tant que constructeur automobile, je ne suis pas audible.
      Toute cette agitation, tout ce chaos, va se retourner contre nous parce que nous aurons pris de mauvaises décisions dans des contextes émotionnels. »

  • Michelin a commencé en fermant l’usine de La Roche sur Yon…

  • Nous sommes gouvernés par des traîtres. Leurs allégeances secrètes qui ont permis leur accession au pouvoir les privent de toute liberté décisionnelle. Il ne font donc qu’appliquer un programme qui consiste à saborder les nations europénnes.

  • bah….
    n’oubliez pas que si des milliers d’emplois seront perdus dans des usines, des milliers seront créés dans les champs, faute de pesticides, d’engrais, avec cerise sur le gateau, le bonheur de travailler au grand air.
    D’ailleurs, je recommanderais dans ce sens de fermer airbus, à quoi bon démocratiser l’usage de l’avion,l’herbe n’est pas plus verte ailleurs
    fermons aussi les chantiers de St Nazaire, rien de plus idiot que ces croisières
    et puis, imposons le local(hein? c’est dans les tuyaux?)rien de meilleur qu’un bon kawa, ou thé local.
    Notre bien aimé président fait la promotion du boeuf français… pour les étrangers, quel cynisme, vouloir empoisonner les étrangers, alors que l’on impose un jour sans viande dans les cantines chez nous

    cela n’a ni queue ,ni tête?
    ben oui, vous avez tout compris

    • Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point le personnel de Airbus et sous traitants est intoxiqué par la propagande écolo, surtout les jeunes ingénieurs; ils ont quelques difficultés à percevoir la contradiction entre leur discours écolo et leur boulot, celui de concevoir et produire des avions. Inconsciemment, ils compensent leurs péchés quotidiens en mangeant bio/végan.

      • Mais non : ne prenez plus votre voiture, prenez l’avion ! Au km parcouru vous polluez/payez/compliquez moins la vie…
        C’est la réalité de vos jeunes ingénieurs des métropoles.

        Puis, ils se marient et vieillissent…

    • la liste écolo-socialo-communiste de ma ville veut lancer la culture maraichère ici, chez nous, dans les montagnes du jura, à 800 mètres d’altitude… avec de la volonté politique et le réseau de chaleur de l’usine d’incinération, c’est sûr, on sera plus forts que le climat montagnard…

  • C’est la loi des mégalopoles qui s’impose..

  • Le plus fort de tout ça, c’est que les mesures de mise en faillite prise par L’UE, n’auront aucune incidence, strictement rien, sur la température de la planète dans 50 ans notamment en regard d’un doublement et triplement de la population dans certaines zones d’ici 30 ans.

  • Soyez heureux aux citoyens, mes frères et sœurs, vous assister à un moment historique très rare dans l’histoire de l’humanité, la destruction d’une civilisation du fait de délires démagogiques.
    Prenez des notes sur du granit, que cela serve à nos descendants quand ils auront réappris à lire.

    • Je parie que c’est ainsi que l’Empire romain a disparu, maintenant c’est la civilisation occidentale qui disparaît à cause des cinglés écolo-gauchistes!

  • « exiger que Galilée, après Copernic, abandonne l’idée que la Terre tournait autour du Soleil »

    Faudrait arrêter de colporter cette carabistouille éhontée. Ca ne sert pas le propos de l’auteur, bien au contraire.

    « le véhicule électrique pollue moins en ville »

    Là encore, il faut cesser de raconter n’importe quoi. Toute l’activité du vivant implique des intrants et des rejets, selon le principe général de la vie fondée sur des cycles, ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit de polluants d’une part, ni que ces rejets mettent en cause la qualité de l’air d’autre part. Une position extrême à ce sujet conduirait à interdire sans délai la respiration humaine dans l’espace confiné des villes, notamment des coureurs à pied ou des cyclistes, deux activités que d’aucun pourrait sans effort qualifier d’inutiles et très polluantes.

    Si les métropoles continuent sur la pente fatale de leur égocentrisme effréné, il n’y a pas de raison que les provinces acceptent encore de les alimenter en nourriture (pollution), en eau potable (pollution), en électricité (pollution), en traitement de leurs déchets (pollution), en impôts (pollution), voire tolèrent que les habitants de ces métropoles puissent en sortir sans risque (pollution).

    L’aboutissement logique de l’égocentrisme extrémiste métropolitain, c’est évidemment la sécession des territoires. Les bobos des villes auraient intérêt à se calmer rapidement, faute de quoi leur hystérie va finir par dégénérer en conséquences indésirables. Qu’ils n’oublient pas qu’ils dépendent du bon vouloir de leur environnement et qu’il n’est pas très intelligent de le mépriser aussi ouvertement.

    • « égocentrisme extrémiste métropolitain »
      oui, c’est tout à fait curieux de voir la promotion du local à tout prix, comme tel « paysan » du Québec qui clame que de toute manière, il est hors de question de nourrir l’humanité et que ce n’est pas son problème.
      Même raisonnement chez des antivax (entendu sur France Culture) qui estiment que la protection vaccinale de la population n’est pas leur problème, donc pas de vaccination, pas grave s’il y a « quelques » morts, ce ne sont que des statistiques.
      Curieux dans une société qui prône la solidarité à tous les étages mais qui, par son idéologie, prend son contrepied.

      • Pendant des décennies, il n’y avait pas de problème avec la vaccination en dehors de cas marginaux et ça aurait pu durer longtemps tant qu’elle restait ainsi, avec quelques solutions vaccinales. Mais les politiciens n’ont pas pu s’empêcher d’en rajouter encore et encore, obsession pathologique de leur logorrhée légale. Les vaccins, c’est comme les impôts ou le code de la route : trop, c’est trop. Ce n’est pas de l’idéologie, c’est plus un réflexe sain de survie.

        Qu’ils nous foutent la paix, on n’a pas besoin d’eux et de toute façon, ils sont démonétisés, inaudibles. Regardez cette lamentable ministre qui pleurniche sur son sort parce qu’elle doit quitter son cher ministère. Non mais, franchement… Etat obèse, élite en toc, minables à tous les étages.

    • STÉPHANE LHOMME
      (Directeur de l’Observatoire du nucléaire)
      « – Le cycle de vie d’un véhicule électrique le rend aussi polluant qu’un véhicule thermique.
      Le subventionner n’a pas de sens, explique le directeur de l’Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme.
      La fabrication des batteries est tellement émettrice de CO² qu’il faut avoir parcouru de 50 000 à 100 000 km en voiture électrique …. Pour commencer à être moins producteur de CO² qu’une voiture thermique. Soit 15 à 30 km par jour, 365 jours par an, pendant 10 ans ! »

  • Dernière lubie des gros de l’UE : obligation d’un filtre anti-particules sur les lave-linges.
    Il faudra une pompe plus puissante pour faire passer l’eau…
    Quid de l’économie d’énergie ❓
    Quid des dégâts des eaux, le filtre étant bouché ❓
    Quid du lavage-manuel ❓
    Faudra-t-il interdire les lavabos, crime de lèse Gaïa ❓
    Parce que de toutes façons, les fibres synthétiques seront interdites, même si l’on sait faire du synthétique bio dégradable.

    NON, on est pas le 1er avril ❗

    • bon il ya bien une pollution par lesmicroparticules deplastiques sont certaines issues des fibres synthétiques..
      alors bon tout dépend du coût…mais c’est moins ridicule sur le plan quantitatif que l’interdiction des pailles plastiques…du moins je le soupçonne…
      vont avoir un problème avec l’usure des pneus..il va falloir collecter les aux de pluie sur les routes et mettre des filtres..
      il vont avoir aussi un problème avec l’usure de tous les trucs en plastiques à l’extérieur..
      mais sur le principe…si le coût est minime..moi ça ne me choque pas plus que cela…

  • Merci de vos analyses Monsieur Le Floch-Prigent
    Ce sont les mêmes imbéciles qui taxeront à près d’un milliard chaque constructeur avec entreprises implantées en Europe, oui les mêmes imbéciles qui veulent taxer les GAFA et qui en fait font payer leur taxes aussi idiotes que crétines par celles et ceux qui produisent la valeur ajoutée appelés quand ça arrange le consommateur. Je laisse à ces même imbéciles le soin d’en taxer la valeur ajoutée. Y’a pas à dire on est foutu.

  • L’état français est totalement schizophrène. Parasitant l’économie il en a besoin pour survivre mais son idéologie pastèque veut la flinguer au nom de la planète.
    Il lance des gosplan couteux pour réindustrialiser et des gosplan couteux pour désindustrialiser.

  • Dès que l’état se mêle de ce qui ne le regarde pas et surtout des affaires pour lesquelles il n’a aucune compétence on est certain du résultat en l’absence d’exemples contraires réussis !!!! Que nos gouvernants s’appliquent à eux mêmes ce qu’ils édictent pour les autres et nous verrons s’ils continueront à divaguer législativement !!!!

  • Dites merci à nos tarés de politiciens qui ne savent faire que des conneries! J’avais fait des prévisions catastrophiques, ils réussissent à les battre.

  • Beaucoup d’actualités liés à l’automobile ces temps ci:
    – annonce vendredi par Renault de très probables fermetures d’usines
    – réponse de Bruno LeMaire qui dit être vigilant
    – annonce aujourd’hui de la chute de vente voiture neuve de 13,4% en France contre 7.5% au niveau européen
    -annonce du pire résultat annuel de Renault depuis 10 ans
    – baisse du nombre de contrôles techniques passés de 3.57% à ajouter au fait que davantage de voitures ont été recalées

  • AFP / DANIEL ROLAND
    « Or, contrairement à ce que croient la plupart des gens, soumis à une propagande continuelle des politiques et des industriels, la voiture électrique n’est pas plus vertueuse pour le climat que la voiture thermique, essence ou diesel.
    Ce sont là les conclusions d’une étude, déjà ancienne, de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe),ignorées délibérément par le gouvernement (Élaboration selon les principes des ACV des bilans énergétiques, des émissions de gaz à effet de serre et des autres impacts environnementaux induits par l’ensemble des filières de véhicules électriques et de véhicules thermiques à l’horizon 2012 et 2020, (novembre 2013)
    Sachant que ces voitures servent essentiellement à des trajets courts, il est probable que le kilométrage nécessaire pour s’estimer « vertueux » ne sera jamais atteint.
    De plus, tout le CO² émis par une voiture électrique est envoyé dans l’atmosphère avant même que ne soit parcouru le moindre kilomètre.
    Alors qu’il est partout prétendu que la voiture électrique n’émet pas de particules fines, comme le signale le magazine Science et Vie (janvier 2015), « les pneus, les freins et l’usure des routes émettent presque autant de microparticules que le diesel ».

    > >
    La voiture électrique émet certes moins de particules que la voiture thermique, puisqu’elle ne dispose pas d’un pot d’échappement, mais elle possède bien des freins, des pneus, et roule sur le goudron !
    Au final, la voiture électrique n’est pas plus écologique que la voiture thermique.
    L’argent public consacré à son développement est donc totalement injustifié.
    Or, il s’agit de sommes astronomiques :
    – Le gouvernement a lancé un plan d’installation de 7 millions de bornes de rechargement à environ 10 000 euros pièce, soit un coût d’environ 70 milliards d’euros.
    Il est d’ailleurs poignant de voir les élus de petites communes, croyant faire un geste pour l’environnement, casser la tirelire municipale pour s’offrir une borne ;
    – Le bonus « écologique » à l’achat d’une voiture électrique dépasse
    10 000 € par véhicule, souvent complété par une prime de la région.
    La quasi-totalité des acheteurs sont des ménages aisés, car ces véhicules sont très chers : une fois de plus, l’argent de tous est offert aux plus privilégiés.
    En réalité, au pays de l’atome, tous les moyens sont bons pour « booster » la consommation d’électricité, en baisse continue depuis des années.
    Car la voiture électrique en France peut être considérée comme une « voiture nucléaire » : la quasi-totalité des bornes de rechargement installées sont branchées sur le réseau électrique ordinaire, à 80 % nucléaire.
    Il ne faut pas se laisser abuser par les certificats mis en avant par M. Bolloré et ses Autolib (Paris), Bluecub (Bordeaux) et Bluely (Lyon), assurant qu’elles sont rechargées aux énergies renouvelables : il ne s’agit que de jeux d’écriture ; l’électricité utilisée est la même qu’ailleurs.
    Nous ne faisons pas ici la promotion de la voiture thermique, elle-même une calamité environnementale.
    Mais, justement, personne n’aurait l’idée d’offrir 10 000 euros à l’achat d’une voiture diesel, de lui réserver des places de stationnement et de remplir son réservoir à prix cassé…
    C’est une très bonne analyse démontrant que nos politiques (et les verts) nous font du spectacle:
    La paranoïa du diesel ne concerne que les automobilistes !!!
    Les Poids lourds, Autocars, Navires, sont exclus !
    Juste pour situer le degré de paranoïa des plus virulents détracteurs du véhicule diesel, il faut leur révéler les données de l’’industrie maritime qui a démontré qu’en considérant la taille des moteurs et la qualité du carburant utilisé, les 40 plus gros navires-cargos du monde polluent autant que l’ensemble des 760 millions d’’automobiles de la planète.
    Vous savez, ces porte-conteneurs qui nous alimentent en produits que l’on fabriquait dans nos usines délocalisées, aujourd’hui, ils brûlent chacun 10.000 tonnes de carburant pour un aller et retour entre l’Asie et l’Europe.
    Ces malheureux 40 navires font partie d’une flottille de 3.500, auxquels il faut ajouter les 17.500 tankers qui composent l’ensemble des 100.000 navires qui sillonnent les mers.
    Pour ne pas quitter le domaine maritime, rappelons que la flotte de plaisance est d’environ 500.000 unités, dont 5000 yachts de plus de 60 mètres, et que le plus moyen de ceux-ci brûle environ 900 litres de fuel en seulement une heure, alors que les 24 % de foyers français qui se chauffent au fioul ont du mal à remplir leur cuve pour l’hiver.
    Pour continuer sur le chemin de la schizophrénie paranoïde, prenons en compte toute la flottille de pêche et les 4,7 millions de poids lourds en transit à travers la France et les milliers d’avions qui sillonnent le ciel.
    Pour compléter cette petite fable, n’oublions pas l’indispensable domaine agricole où la consommation moyenne d’énergie est de 101 litres de fuel par hectare.

    • Très bon sauf le dernier paragraphe sur les camions et porte-conteneurs. Il ne s’agit pas de donner aux Khmer vert l’idée de se reporter vers d’autres « ennemis de la planète », mais de foutre la paix à tout le monde.
      Naturellement le PIB lourd diminue, la population la plus émettrice de pollution diminue, l’efficacité énergétique augmente, sans les pastèques et leurs lubies démentielles tout irait parfaitement bien à moyen terme.

  • Les véhicules électriques ne sont pas la solution pour limiter les gaz à effet de serre. Produire de l’électricité continue a se faire majoritairement, dans le MONDE, avec des carburants fossiles. En France, POUR LE MOMENT, c’est le nucléaire qui prime dans notre MIX ENERGETIQUE. Les centrales thermiques ont un rendement d’environ 30 %. Il est CLAIR que REDUIRE LA PART DE NUCLEAIRE est la PIRE des solutions face au défi de limtation du CO2 a l’echelle GLOBALE?
    Entretenir le mirage d’une production électrique basée principalement sur des énergies renouvelables INTERMITTENTE est une absurdité. Les developpement des capacité de STOCKAGE D’ENERGIE HYDROELECTRIQUE n’a pas suivi: c’est , de trés loin, celui qui a le MEILLEUR RENDEMENT de conversion. La création d’installations se heurte aux ecologistes de conservation qui ne veulent jamais rien changer a LEUR environnement, ils sont soutenus par des écologistes politiques.
    Les véhicules électriques sont BEAUCOUP PLUS LOURDS.
    Les décisions européennes sont prises par des personnes qui n’ont AUCUNE idée des difficultés techniques et encore moins de ce qui est TECHNIQUEMENT POSSIBLE.
    Quand on a jeté l’anathème sur les moteurs diesels on a mis en avant les fameuses particules fines et les oxydes d’azote, en oubliant (opportunément) la moindre production de CO2 ET LE MEILLEUR RENDEMENT du diesel.
    L’humanité est exposée aux particules fines depuis l’Age du Feu et ça n’a eu aucune influence sur son développement.
    Les oxydes d’azote disparaissent avec la première pluie venue (tout comme les particules fines), le CO2 ne disparait pas!

  • Il n’y a pas un excès mais un manque de CO2 dans l’air. Depuis des milliards d’années les plantes et les minéraux (carbonates) on piégé ce gaz. Brûler un combustible fossile est donc recycler la vie et ceci n’a aucun impact sur la température.
    Vouloir appauvrir les populations européennes pour les punir d’avoir colonisé les pays en voie de développement est donc raciste et criminel… Et faire preuve d’imbécilité!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Christian Bailleux.

L’incohérence de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) du gouvernement suite à la Loi de transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 et les inévitables prises de positions extrêmes liées à la campagne électorale de 2022 pourraient contribuer à accélérer les colossales dépenses contre-productives conduisant ainsi à un désastre humain.

Arrêt programmé de la production de véhicules thermiques

Les principaux constructeurs automobiles ont annoncé l’arrêt de la constr... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Si l’achat d’un véhicule électrique apparaît comme la solution la plus évidente pour se conformer à la tendance imposée par les réglementations draconiennes en matière de rejet de gaz à effet de serre et de polluants par nos véhicules, certains artisans veulent proposer une solution alternative consistant à transformer votre véhicule actuel en électromobile.

Trop facile selon la bureaucratie européenne et française pour laquelle le dolorisme doit faire partie de la démarche.

ZFE : zones à forte exclusion ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles