L’État incapable de réagir face à une démocratie malade de la violence

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gardien de la Paix By: AdminOfPlaygroup - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État incapable de réagir face à une démocratie malade de la violence

Publié le 30 janvier 2020
- A +

Par Olivier Maurice.

On ne sait plus trop qui est dans la rue.

Entre les Gilets jaunes, les syndicats, les black-blocs, les marches pour le climat, contre la PMA pour toutes, pour l’égalité, les rassemblements contre les violences faites aux femmes, les pompiers, les lycéens et les enseignants, les médecins et les infirmières, la manifestation hebdomadaire de la coordination parisienne des sans-papiers chaque vendredi à République ou l’association Nogozon qui réclame son local, on a l’impression que la France entière vit dans la rue.

Malgré l’État, rien ne va plus

La France entière, ou plutôt la France qui se tourne vers l’État dès que quelque chose va mal. C’est-à-dire la France entière en fin de compte, puisque l’État s’occupe de tout et que quasiment tout ce dont il s’occupe va mal.

Les policiers aussi sont dans la rue. Chaque samedi. Et vendredi aussi. Et puis aussi le jeudi, le mardi, le mercredi, le lundi, le dimanche. Les policiers sont dans la rue chaque jour, puisqu’il y a des manifestations tous les jours.

Y aurait-il comme un parfum de mécontentement dans ce pays ?

Dans le village France, quand un administré n’est pas content d’un service public, il file au bistrot ou à la mairie, les deux endroits où il est certain de trouver monsieur le Maire et il lui remonte les bretelles.

Dans la République France, quand un administré n’est pas content d’une décision des pouvoirs publics ou subit de plein fouet l’inefficacité et la paperasserie de l’administration tatillonne, le poids des impôts et des taxes, la lourdeur des règlements et des normes, les manques de moyens, la dégradation des infrastructures et l’absence totale d’alternative au monopole étatique, il n’a qu’une seule et unique alternative : se taire, subir et courber la tête.

Et donc fatalement, lorsque la frustration et le mécontentement finissent par faire déborder le vase, l’administré se retrouve dans la rue, face aux LBD et aux grenades de désencerclement.

La solution qui va tout changer

Une démocratie aussi malade, un régime aussi sourd, aussi replié sur ses certitudes et ses contradictions, se devait de faire amende honorable et de réagir à une situation qui ne fait qu’empirer.

Le ministre de l’Intérieur a donc trouvé une solution imparable qui rétablira enfin le dialogue entre le pouvoir et le petit peuple, qui recréera le lien entre les élites et les masses populaires : remplacer les GLI-F4 par des GM2L1 !

L’information est de taille et va considérablement changer la vie des Français.

Ils ne risqueront plus de se faire mutiler par des « armes intermédiaires de diversion et de dissuasion destinées au contrôle et à la neutralisation des forcenés » qui étaient « inadaptées aux nouveaux enjeux de sécurité publique et de maintien de l’ordre. »

En clair : les black-blocs, casseurs, pilleurs et autres professionnels du désordre urbain ou simple-citoyen-se-trouvant-là-par-hasard-je-vous-jure-monsieur-le-juge ne risqueront plus de se faire arracher la main en renvoyant les grenades lacrymogènes sur les forces de l’ordre. Dorénavant, ils risqueront juste de devenir sourds si celles-ci leur explosent à la figure.

Grace à l’État qui s’occupe de tout, les contribuables et usagers mécontents pourront dorénavant manifester en toute sécurité dans une joyeuse mixité sociale mêlant familles et groupuscules extrémistes prônant la révolution armée et le meurtre de masse ! Ils pourront se promener en hurlant et en vociférant, en invectivant et en insultant les forces de l’ordre en toute sécurité ! Ils pourront faire tout le bruit qu’ils veulent sans danger. Sans risque d’être blessés. Sans risque d’être entendus non plus d’ailleurs.

La polémique est close : la France n’est pas une dictature, elle fait attention à la santé de ses citoyens, elle n’abuse pas du pouvoir des autorités et de la puissance des forces de l’ordre. La France veille à ce qu’il n’y ait point de débordements, de bavures ou de violences policières, qu’il n’y ait point de manifestants blessés.

La France veille à ce que les casseurs puissent tout casser dans une totale et entière sécurité !

Nous vivons dans un pays formidable !

  1. Les GM2L sont un nouveau modèle de grenades assourdissantes et à gaz incapacitant destinées à remplacer le modèle utilisé actuellement.
Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • claude henry de chasne
    30 janvier 2020 at 7 h 22 min

    le probleme vient de la justice syndicalisée a gauche .
    Depuis badiner on pratique une justice de classe qui pratique l’a priori social..
    en clair l’appréciation du juge se fait non pas en fonction de la faute , comme le stipule le code pénal, mais en fonction de la situation sociale et politique qui aurait conduit a enfreindre la loi..
    Ainsi si vous êtes un activiste d’extrême gauche vous luttez pour le partage des richesses et casser une vitrine de banque est jugée conforme dans un sens, on reconnait implicitement que c’est un acte de resistance contre le capitalisme..
    Si vous êtes d’extrême droite , les mêmes faits sont une atteinte a la democratie..
    on peut décliner çà avec la race , la religion , etc..
    La democratie sans une justice indépendante des opinions politiques et donc non syndiquée , n’est plus une démocratie..

    • Le problème vient du fait que les rues n’appartiennent à personne.

    • Je suis bien d’accord avec vous avec la relative complaisance médiatique, judiciaire et politique envers les délits commis par les casseurs d’extrême-gauche (qui sont une galaxie, pas du tout un bloc unitaire. Les black blocs sont multiples aussi, chaque black bloc a sa ligne de conduite propre et autogérée. Les antifas sont aussi nuisibles que les fachos, puisque ce sont les mêmes dans un miroir).
      Par contre, il est établi avec certitude qu’un jeune blanc d’un bon quartier écopera d’une moindre peine qu’un jeune de banlieue s’appelant Mouloud pour le même délit. Le délit de sale gueule est une réalité, et on peut décliner ça avec la race et la religion.
      Dans un sens comme dans l’autre d’ailleurs. Un musulman agresseur sera catégorisé d’abord musulman. Un juif victime le sera d’abord comme juif.

      • Donner du grain à Mouloud est-il un crime ?

      • « Un juif victime le sera d’abord comme juif »

        Allez dire ça à la famille de Mme Halimi, ou à tant d’autres Juifs agressés, qui quand ils vont se plaindre au commissariat s’entendent répondre : « changez de quartier »…

        Quant au délit de sale gueule qui serait une réalité, allez dire ça aux policiers accusés à tort d’avoir violé la racaille « Théo », ou aux habitants des quartiers qui se fadent des racailles musulmanes en liberté malgré les 15, 20 voire plus récidives dont ces pôvres racailles musulmanes sont les auteurs…

        L’analyse « progressiste » de situation en canapé a de beaux jours devant elle. Mais bon, ce n’est pas comme si on n’était pas habitué.

        • Pourquoi existe-t-il des lois d’exceptions concernant les délits antisémites ? C’est-à-dire pourquoi le terme antisémite est inscrit nommément dans la loi ? En quoi le fait d’être sémite ou juif est-il différent d’une autre ethnie/nationalité/religion ?
          Pourquoi ya-t-il un battage médiatique à chaque acte antisémite ?

          Ai-je dit que les jeunes de quartier sont moins susceptibles de commettre des actes répréhensibles (quelque soit leur religion ou ethnie) ? Non, pas du tout.
          Dis-je que le contrôle au facies est une réalité même en zone dite non-sensible ? Oui, tout à fait. Quand notre ami Mouloud revient du boulot et passe à côté des policiers, pourquoi pense-t-il qu’il a plus de chance de se faire contrôler que Charles-Edouard ?
          Bien sûr, certains diraient « wwèèè, mais c’est à cause de ses cousins de même couleurs qui font tout péter ». Mais en agissant de la sorte, vous violez le principe de « liberté et responsabilité » :-). Le type en lui-même n’est pas responsable des actes de son frère, ami, cousin, voisin.
          Jacques B., l’analyse chrétienne conservatrice que vous menez a encore des beaux jours devant elle.

          • Pantone a ecrit : « Quand notre ami Mouloud revient du boulot et passe à côté des policiers, pourquoi pense-t-il qu’il a plus de chance de se faire contrôler que Charles-Edouard ? »

            Encore une affirmation sortie des fonds de cave de Libé…
            Les policiers pas plus que les plombiers n’ont envie de faire du travail inutile, ils ciblent évidemment les populations à risque, des gens habillés d’une certaine manière et qui ont l’air désœuvrés dans des zones fortement criminogènes, comme ils se placent évidemment aux endroits ou les contrôles de vitesse rapportent.
            .
            Pantone a ecrit : « Pourquoi ya-t-il un battage médiatique à chaque acte antisémite ? »

            Le « délicieux » parfum que je mentionnais plus bas se confirme. Vous ressemblez de plus en plus au gauchiste antisémite type. Je suis très, très impatient d’entendre vos explications à ce sujet…

          •  » Pourquoi ya-t-il un battage médiatique à chaque acte antisémite ?

            Eh bien, soit vous vivez sur une autre planète [comme un gauchiste typique] ou vous vous moquez de moi, des Juifs, des faits.
            Car les faits sont qu’au contraire de votre affirmation délirante, la grande majorité des actes antijuifs sont passés sous silence par les médias, minimisés par les politiciens, ignorés par la Justice.
            Documentez-vous un tout petit peu, si ce n’est trop demander :
            – 541 actes antijuifs officiellement recensés en 2018 en France
            – 1038 actes antichrétiens officiellement recensés en 2018 en France
            – 100 actes antimusulmans officiellement recensés en 2018 en France
            Pour rappel :
            Nombre de Juifs en France : environ 400.000
            Nombre de musulmans : selon les sources, de 4 à 8-10 millions (donc 10 à 20-25 fois plus que de Juifs)

            Pour le contrôle au faciès, c’est une question d’efficacité, car ne vous déplaise, la délinquance est beauuuucoup plus représentée dans les catégories ciblées par la police. Jack Lang l’a écrit : 2/3 des détenus en France sont musulmans (en 2015). Pour une population musulmane pourtant très inférieure en nombre.
            X. Raufer, grand criminologue a également déclaré, récemment, que 80% de la délinquance de rue est due à l’immigration. Il ne dit pas ça au doigt mouillé, il dit cela après avoir étudié les chiffres de la police. Pour 10% d’immigrés (chiffre officiel INSEE) en France, faites le calcul : il y a proportionnellement 36 fois plus de délinquants parmi les immigrés que parmi les non immigrés.
            je pourrais ajouter les épidémies de viols à Cologne ou ailleurs, mais comme il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir…
            Vous ainsi que les assos gauchistes qui crient au racisme à propos du contrôle au faciès feriez mieux de vous poser la question des raisons de cette délinquance très supérieure parmi ces populations (par exemple, les incitations du coran ?) plutôt que de vous victimiser.
            Du reste, certaines personnes de couleur, ou certains musulmans ou ex-musulmans la font, cette démarche, preuve que c’est possible.
            Il est malheureux d’être contrôlé au faciès, mais il est plus malheureux encore de refuser d’en comprendre les raisons, ce qui justement permettrait d’en sortir par le haut.

            PS : nigaud, l’analyse que je fais se base sur les faits, les chiffres, à aucun moment sur de quelconques convictions religieuses ou politiques. Essayez encore.

            • Bonjour Jacques B., c’est toujours un plaisir de lire vos commentaires commençant par un dénigrement/tentative de disqualification du contradicteur. Du haut niveau d’honnêteté intellectuelle qui vous sied fort bien.
              – Les actes islamophobes sont entre 100 et 500 : lire https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/02/12/actes-antisemites-et-islamophobes-un-decompte-hasardeux_5422565_4355770.html
              – Les actes antisémites sont plus exposés dans les médias : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20081223.RUE7528/islamophobie-pourquoi-justice-et-medias-sont-ils-a-la-traine.html
              Si vous n’aimez pas ces deux médias et préférez Bld Voltaire ou Rivarol, désolé. Mais il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
              – Epidémie de viol (notons ici le vocabulaire médical utilisé. Intéressant champ lexical). Je ne nie évidemment pas les faits qui se sont déroulés à Cologne. Par contre, l’explosion des viols en Suède, c’est une fable entretenue par les milieux extrémistes sur base d’une méthodo fabriquée.
              – Pour ce que X. Raufer dit (notons au passage son passé très « nationaliste », mais cela ne doit pas disqualifier automatiquement son travail, honnêteté intellectuelle avant tout :-)) :
              « On connaît le nombre d’étrangers interpellés, condamnés et écroués. Aucune information en revanche sur la délinquance des immigrés qui ont acquis la nationalité française, et celle de leurs descendants ». De plus, avec le contrôle au faciès, il est normal qu’il y ait plus de délits constatés, n’est-ce pas ? Imaginez que 2 personnes sur 10 soient en possession de cocaïne. La police va contrôler 10 magrhébins et 5 « blancs » : résultats : 2 délinquants maghrébins, et 1 blanc. Hop, vive les statistiques.
               » une personne interpellée plusieurs fois dans l’année, ce qui n’est pas rare pour les petits délits, où sont davantage représentés les étrangers, sera comptabilisée autant de fois. »
               » les chiffres du ministère de la Justice, qui se basent sur les condamnations des tribunaux, et non sur les infractions constatées par la police. Les étrangers sont surreprésentés au sein des condamnés, dit le ministère de la Justice dans son dernier bilan annuel. Si l’on exclut ceux dont la nationalité est inconnue, 13,3% des condamnés étaient de nationalité étrangère en 2012″ => et pourquoi donc ??? « parce les étrangers sont plus condamnés pour des petits délits (conduite sans permis, travail illégal, infractions en matière de transport…) que pour des crimes. L’Insee va dans le même sens : en 2012, 2,3% des condamnés de nationalité française ont été condamnés à une peine de cinq ans ou plus, contre 2,7% des condamnés de nationalité étrangère. »
              Ajoutons à cela que les statistiques sur les populations des prisons est à analyser avec délicatesse : les personnes en situation irrégulière ne sont pas comptées, les % sont faussés.

              Dernier point et non des moindres concernant X. Raufer, cité par Atlantico : 7 «crimes de rues» sur 10 (soit les «cambriolages, vols de toutes sortes, agressions, vols avec violence sans armes à feu») sont «commis par des gens qui directement (la première génération arrivée sur le territoire français, clandestins ou avec permis de séjour) ou indirectement (la seconde génération) sont issues d’une forme ou une autre d’immigration.» Contacté par Libération, Xavier Raufer explique s’appuyer sur «un document interne de la préfecture de police de Paris» listant les «criminels d’habitude» de la capitale et sa petite couronne, «il y a trois-quatre ans». «Sur cette liste de plusieurs milliers d’individus ayant eu plus de 15 points de contact avec la police, 70% d’entre eux avaient des patronymes à consonance étrangère non-européenne». «Et encore, les Antillais ne sont pas détectables avec cette méthode», ajoute Xavier Raufer, qui semble oublier que les Antillais sont Français. Est-il nécessaire Le rapport n’est évidemment pas disponible pour vérification (Raufer dit n’avoir pu que «consulter» l’explosif document sans en faire de copie).

          • en modération… un peu de patience, Pantone, vous aurez votre réponse.

      • Sans être méchant, l’avenir de Mouloud et d’un jeune blanc d’un bon quartier n’est pas le même.
        1 mois d’incarcération pour Mouloud n’aura pas les même conséquences qu’un mois d’incarcération pour le jeune blanc. En effet, Mouloud, il n’a pas grand chose à perdre. Pas d’éducation, pas de travail, pas d’avenir autre que les aides sociales. L’état français a décidé de créer des ghettos, de donner une éducation minable et de bloquer toute initiative personnelle. Il s’avère que l’ethnie de Mouloud s’est retrouvée prise au piège dans ce système.

        • claude henry de chasne
          30 janvier 2020 at 17 h 31 min

          l’etat français n a pas créé de ghetto , ls ghettos se créent tout seul, par la fuite des autochtones tout simplement

          • ah oui il est temps de rétablir la vérité ; et la fuite des autochtones n’est pas un rejet du nouvel arrivant mais une pression de ce nouvel arrivant pour phagocyter tout un immeuble au profit  » des frères  » !!!! l’état n’a rien à voir dans cette affaire sauf à décider du lieu de résidence de tous les individus vivant sur le territoire ( mais dans ce cas on a affaire à une dictature !!!) !!!

        • Waah vous êtes un beau vous !
          J’ai dit « Mouloud jeune de banlieue » et vous le catégorisez, vous lui imposez votre représentation : pas d’éducation, pas de travail, pas d’avenir. Qui a dit que Mouloud du 93 n’étant pas en parcours professionnel ? Vous.
          Et à l’inverse, Charles-Edouard est un bon gars.
          Vous prouvez en un commentaire ce que j’ai dit : délit de sale gueule. Vous n’ignorez pas que vous êtes antilibéral en disant cela ?

          • Pantone a trollé: « il est établi avec certitude qu’un jeune blanc d’un bon quartier écopera d’une moindre peine »

            Ridicule.
            Il y a maintenant une agression gratuite toutes les 44 secondes en France est 92% sont le fait de jeunes issue de l’immigration maghrébine et dans une moindre mesure subsaharienne.
            .
            Ce sont les données de Maurice Berger, pédopsychiatre et psychanalyste qui travaille en Centre Éducatif Renforcé depuis 40 ans et enseigne à l’École Nationale de la Magistrature.
            .
            Il vient de publier « Sur la violence gratuite en France. Adolescents, hyperviolents, témoignages et analyses ». Dans ce livre, il expose les spécificités socio-culturelles de ces populations et pourquoi elles sont surreprésentées et basculent dans une telle violence. Il explique aussi en quoi le laxisme judiciaire et l’impunité dont ils jouissent porte une responsabilité écrasante dans cette dérive qui aboutis à des jeunes qui n’ont absolument aucune empathie pour leur victime et qui s’adonnent à la violence pour un « mauvais regard » ou simplement par jeu.
            .
            Maurice Berger n’est pas le marxiste habituel de chez Libération dont vous tirez vos slogans imbéciles, mais un spécialiste de la question qui fréquente ces jeunes depuis 40 ans.

            • Guillaume P, après vous avoir ignoré pendant un bon nombre de jours (alors que vous avez vainement tenté de me provoquer, à croire que vous ne pouvez vous passer de moi :-), ce que je comprends, je suis attachant), je ne puis résister à vous répondre sur ce sujet.
              Comme vous êtes accro au simplisme et au mensonge (vous me traitez de troll et socialiste, ce qui est un mensonge et non une erreur), je vous invite à lire l’article du Figarovox au sujet du livre que vous citez :
              https://www.lefigaro.fr/vox/societe/maurice-berger-non-la-violence-gratuite-n-est-pas-due-a-la-ghettoisation-20191115

              La dernière fois où vous avez déliré à mon propos, c’était sur l’histoire des ghettos de Detroit etc, quand j’avais pointé du doigt la PART de responsabilité de l’environnement, de la culture, de l’histoire, etc, dans la situation économique médiocre des Noirs. Et que vous m’aviez abreuvé de votre mépris, de vos insultes et de votre nauséeuses considérations personnelles.

              Et ici, vous me sortez quoi ???? Lol, n’est ce pas ?

              • Pantone a trollé : « vous me traitez de troll et socialiste, ce qui est un mensonge »

                Non.
                Vous provoquez les gens avec des slogans tirés directement des socialistes de Libération et Marianne. Vous êtes bien un troll et un socialiste, qui assiste même à leur réunion, et vous avez encore raconté des âneries : 1-sur la justice qui pratique soit-disant le délit de sale gueule, 2-sur la criminalité des banlieues, 3-sur le droit fondamental à la liberté d’expression de la critique qui est parfaitement libéral.
                Pour finir, votre numéro de pauvre petite victime masque difficilement les nombreuses insultes dont vous abreuvez vos interlocuteurs, vous n’êtes pas plus lucide là-dessus que sur le reste.

              • à croire que vous ne pouvez vous passer de moi

                Méfiez vous, vous avez le melon qui enfle…

          • Pantone a trollé: « délit de sale gueule. Vous n’ignorez pas que vous êtes antilibéral en disant cela ? »

            Ridicule.
            Un libéral, contrairement à un socialiste comme vous, dénie formellement à l’état le droit de pratiquer toute forme d’inégalité devant la loi. La justice devrait être exactement la même pour tous.
            .
            Critiquer ou donner son avis sur une population est par contre un droit fondamental des citoyens à la liberté d’expression.

      • je ne sais pas si c’est etabli avec certitude je doute qu’il ya it un grand recouvrement dans les délits commis par les deux groupes, j’ajoute qu’un juge va aussi peser la possibilité de récidive et il est clair qu’un jeune bourgeois sera moins tenté de voler un scooter..

        donc en pratique l’origine sociale sera prise en compte dans la peine..on peut voir cela injuste, mais de toute façon qu’attend on par punir quelqu’un?

      • Le « par contre » signifie-t-il qu’il faille mettre en balance la « relative » complaisance (bel euphémisme au passage) judiciaire et le délit de sale gueule ?
        Su quoi appuyez vous votre dernier paragraphe ? A ma connaissance les agresseurs sont désignés comme musulmans quand ils accompagnent leurs agressions du cri bien connu, ce qui laisse à penser que leur agression se fait sur des motivations religieuses. Quand aux agressions dont sont victimes nos compatriotes juifs, c’est assez souvent à cause de cette caractéristique qu’ils sont agressés.

        • Pas de balance, juste un rappel qu’il y a deux côté au problème. Pas de justification ou d’excuse de l’un versus l’autre.
          Je me base sur les commentaires ici et ailleurs, des observations personnelles, des remarques entendues ci et là. Rien de scientifique j’avoue. L’expression de ce racisme ordinaire pour reprendre une expression à la mode. (on est pas ici dans les attentats)
          Pour les Juifs, à moi de vous demander sur quelle base vous dites que c’est « assez souvent » à cause de leur religion qu’ils sont victimes. 🙂

          • Pantone a écrit : « Rien de scientifique j’avoue. »

            Ni de factuel.
            La montée de la violence antisémite est bien documentée et les données sont publiques, il faut tomber de la Lune pour ne pas en avoir entendu parler ou jouer délibérément la carte de la provocation.
            D’ailleurs, votre question et smiley laissent planer comme une odeur nauséabonde sur le fond de votre pensée à ce sujet.

        • « nos compatriotes juifs »?? pourquoi faire une distinction de religion? s’ils sont agressés parce que juifs n’y a t il pas un souci sur le fait qu’ils soient reconnaissables? pourquoi défendre les juifs et mépriser les musulmans alors? la laicité a géométrie variable quoi..

          • non parce que les juifs sont comme les musulmans en France, ils ne s’intègrent pas et font du communautarisme..et sous prétexte qu’ils ont morflé en 45 il faut les plaindre et les protéger de tout, et surtout de leur culpabilité à vouloir vivre en autarcie …ça suffit à la fin.

            • Vous êtes un contributeur honnête sur contrepoints, j’espère que ma réponse ne sera pas mal prise.
              .
              Les Juifs sont en France depuis presque 2000 ans, ils étaient déjà là au 1er siècle, sous les Mérovingiens, les Carolingiens etc. etc.
              Comme les chrétiens n’avaient pas le droit de pratiquer l’usure ils ont servis de prêteurs à tous les régimes (ils seront d’ailleurs régulièrement pillés voire massacrés par des dirigeants peu économes).
              L’économie et la grandeur de la France sont étroitement liées à leur présence depuis des siècles et ils ont toujours été très discrets malgré plusieurs épisodes de massacres de leur communauté (1096, 1348, 1382, terreur, 39-45 etc).
              .
              Ils ont aussi participé à la grandeur des pays musulmans (qui avaient les mêmes restrictions que les chrétiens) jusqu’à leur déclin après le 12ème siècle mais les Juifs seront encore très présents au moyen-orient jusqu’à la deuxième moitié du 20ème siècle.
              .
              Actuellement en France Ils n’égorgent ou ne mitraillent personne au cri de leur dieu et je vous passe les zones de non-droit et les prisons ou les musulmans sont surreprésentés, la violence gratuite (92% d’Afrique du Nord) et les menaces de mort contre tout ceux qui critiquent la religion musulmane, la dernière, la jeune Mila de 16 ans « l’avait bien cherché » selon Abdallah Zekri, délégué général du CFCM.
              .
              Les Juifs sont très peu en France (0,7% de la population) et vu le climat d’insécurité s’en vont depuis plusieurs années ce qui n’a jamais été une bonne nouvelle pour un pays. Ils sont « spéciaux » dans le sens qu’ils sont un marqueur de la montée de l’islamisme en France. Tous les pays musulmans ont chassé les juifs de leurs pays, il n’en reste qu’une centaine en Égypte.

              • je ne prends pas votre commentaire en mal ..tout le monde a le droit de s’exprimer ….il n’empêche qu’ils sont experts dans l’art de la victimisation à outrance…et ils ne s’intègrent pas , il sont leurs écoles, leurs quartiers et leurs cimetières …expliquez moi pourquoi un politique doit a chaque fois porter une kippa pour s’exprimer devant eux ?

                • Je ne comprends pas bien en quoi ces faits vous dérangent exactement ?
                  Il y a aussi en France 200 écoles catholiques, 40 écoles musulmanes et 40 protestantes et les politiques se déchaussent pour rentrer dans une mosquée, c’est une simple question de respect qui ne devrait déranger personne.
                  .
                  Je trouve plus logique d’être inquiet des 750 zones de non-droit, des agressions gratuites, des égorgements, des mitraillages de journalistes, des 40’000 voitures brûlées, des émeutes, des caillassage de pompiers etc.
                  Pour le coté « victimisation »: à cause de leur statut d’usurier tout le monde les a massacré ou pillé à un moment ou un autre dans quasi tous les pays (cherchez « pogrom ») et la criminalité antisémite est beaucoup plus importante actuellement en France que pour la population générale, c’est la raison de leur départ.
                  .
                  Une fois partis, je doute très fort que les problèmes de la France soient réglés.

                • les Juifs ne s’intègrent pas ? Sans leur étoile jaune, ils faut qu’ils aient un nez crochu et un kippa pour qu’on les reconnaisse… Ils sont économiquement, socialement, médiatiquement insérés. Ils participent activement à la vie de la République. Ils n’ont pas de revendications politiques ou religieuses : seulement l’assurance de leurs droits (et une fâcheuse tendance à vouloir être considérés comme martyrs de l’histoire pour les siècles des siècles, amen).
                  Comme toute communauté soudée, unie autour d’un fait, d’une croyance commune, c’est normal qu’ils aient des lieux d’expressions, de cultes, de cultures propres.
                  Les Polonais et les Italiens de Belgique ont leurs églises avec des cérémonies dans leur langue, des magasins alimentaires avec des produits typiques de chez eux, des quartiers plus « typés ».
                  Une personne cherchera toujours à être identifiée à un groupe : bon nombre de personnes ayant une culture, une éducation, une tradition pas 100% franco-française-nos ancêtres les Gaulois catho-baguette-camembert sera vue comme « différent », cette personne cherchera une identité, un groupe de substitution ou complémentaire. C’est logique.
                  D’ailleurs, une part du rejet des Juifs est parce qu’ils sont quasi comme les Franco-français décrits plus hauts :-). Ya méfiance que des gens différents soient si ressemblants. (C’est amusant, j’y pensais hier).
                  Un Juif avec kippa, rouflaquettes et qui danse comme Rabbi Jacob sera identifié comme différent, la majorité des gens l’accepteront car il a son « monde » et eux le leur. Par contre, un juif en mode sous-marin, ça passe moins. C’est « suspect ».
                  Anecdote : quand j’étais au Japon, je me sentais « protégé » par ma différence. A aucun moment je ne pouvais mal agir envers les codes culturels japonais car j’étais un étranger identifié. Les gens me voyaient directement comme un adorable touriste Européen. Par contre, imaginez un instant un gars qui ressemble à un Japonais et qui se comporte comme un Européen ? Dissonance cognitive ! « Vallée de l’étrange » pour reprendre un terme de la robotique.

                  • @Pantone
                    Bonjour,
                    Même en tant qu’européen, si jamais vous aviez eu la très mauvaise idée de vous en prendre à un japonais, la Justice nippone vous serait tombée dessus sans le moindre égard pour votre origine étrangère. Vous ne pourriez pas prétendre que vous n’aviez pas les codes culturels lors du procès. Le Japon vous garderait au frais le temps noté dans leur Code Penal et vous renverrait dans votre coin du monde à la sortie de prison.
                    J’ajoute que si ce n’est pas la Justice nippone qui se charge de vous, les yakusa de quartier ne sont pas plus cléments. Les fauteurs de troubles sont mauvais pour le business. Je n’imagine même pas le sort réservé à un caillasseur de pompier au Japon… ou d’un voleur de V.S.A.V (Véhicule de secours aux Victimes) lors d’une intervention.
                    Même au Japon, il y a un moment donné où si vous ne respectez pas les codes culturels, les japonais seront lassés, et vu que les européens ne ressemblent pas à des asiatiques de l’Est, ce comportement donne une mauvaise image des européens aux japonais.
                    Sans même aller au pays du soleil levant, le simple fait que les français se fassent la bise pour se dire bonjour, est une pratique pour le moins incongrue pour tous les étrangers. Pratiquer ce rituel dans un autre pays est mal vu. Les américains, par exemple, trouvent la bise fort intime. Etrangement, quand ils sont en France, ils font en sorte de s’adapter. Quelques uns font des vidéos pour prévenir leurs compatriotes de nos rites et coutumes (« Patty Lyn Q », « Unintentionnally Frenchified », « Not Even French » qui est de Nouvelle-Zélande, et bien d’autres…).
                    Vous sentiez « protégé » dites-vous. Les japonais vous considéraient-ils comme français ou comme belge ?
                    Cette protection vous permettait-elle de transgresser la politesse nipponne à votre guise ?

                    « Un Juif avec kippa, rouflaquettes et qui danse comme Rabbi Jacob sera identifié comme différent, la majorité des gens l’accepteront car il a son « monde » et eux le leur. Par contre, un juif en mode sous-marin, ça passe moins. C’est « suspect ». »
                    Je n’ai jamais vu de juif danser comme Rabbi Jacob, qui, dans la scène du film que vous mentionnez, danse dans la rue.

                • @ dekkard : quelle méconnaissance des Juifs… que de stéréotypes (négatifs, comme par hasard)…

                  Petite question : si sur les 30 membres de votre famille élargie (oncles, tantes, cousins…), seulement 3 avaient réchappé à la Shoah, comment le vivriez-vous ?
                  Je ne suis pas juif, mais j’ai une grande famille élargie, et à chaque fois que j’ai lu/entendu des témoignages de Juifs survivants de la Shoah raconter leur histoire, je n’ai pas eu de mal à comprendre ce que signifie voir sa famille amputée des 9/10èmes.
                  Sans parler du fait que pratiquement toujours, on leur a tout volé, en plus. Donc plus rien de rien.
                  Vous le prendriez comment ? (ne répondez pas trop vite)
                  Moi, je sais comment je réagirais : exactement comme les Juifs survivants l’ont fait. Certains – la plupart même – ont eu et ont encore tellement mal qu’ils se sont tu pendant des décennies : ils ont tout fait pour oublier. Quelques uns ont voulu avoir réparation, même symbolique, en sorte qu’un minimum de justice soit rendue. Manifestement, c’est cela que vous leur reprochez quand vous les qualifiez d' »experts en victimisation ».
                  Et je ne parle pas des nombreuses autres persécutions subies par les Juifs avant la Shoah, en Europe (et ailleurs) : pogroms, restrictions sur les emplois, exil forcé (13 fois rien qu’en France, sous l’Ancien Régime). Que vous le vouliez, à un moment ou à un autre, cela reste, dans la mémoire collective. Le Juif errant, durant des siècles ce ne fut pas un mythe, mais une réalité, aggravée par la théologie officielle de l’Église (changée entre temps).
                  Je ne parle pas non plus – j’ai mis des chiffres plus haut, mais c’est en modé – des chiffres officiels ACTUELS des actes antijuifs, infiniment plus nombreux, proportionnellement à leur nombre, que ceux des actes antimusulmans.
                  Quand vous considérez tout cela – et ce n’est qu’un rapide résumé – vos propos ne peuvent qu’apparaître comme teintés d’antisémitisme. Je rappelle que l’antisémitisme, pour ceux qui connaissent un peu la question, se base TOUJOURS sur une méconnaissance de la réalité, mais aussi sur de la jalousie (« ils sont partout », sans se demander pourquoi ils réussissent en moyenne mieux que les autres), pour finir par de la diabolisation. Car quand on diabolise quelqu’un, on a alors un prétexte pour l’éliminer.

  • oui , nous vivons dans un pays formidable….quand on n’en arrive à voir les pompiers faire face aux CRS , ça laisse songeur …rien ne va plus au royaume de France ….

    • claude henry de chasne
      30 janvier 2020 at 8 h 05 min

      les CRS agissent sur ordres=====>>> les pompiers ont obtenu ce qu’ils voulaient=====>> le contribuable payera

  • casser est une façon d’obtenir ce que l’on veut.
    casser des biens privés..cela va de soi..
    brûler rune école sacrilège!!
    une préfecture..ça demande réflexion..

  • Bah , le désordre justifie l’ordre . Si j’étais au pouvoir ,la lacrimo serait remplacée par un anesthésiant ,les balles caoutchouc par une seringue hypodermique….

  • La démocratie française n’est pas malade de la violence. Elle est malade tout court. Et c’est parce qu’elle est malade que la violence est devenue le seul mode d’expression susceptible de redonner un semblant d’ouïe au gouvernement.
    En l’occurrence, le comportement du 1er ministre compte pour beaucoup dans cette histoire. On l’a vu avec le 80 km/h et la taxe carbone qui a fait sortir le monde rural de ses gonds face à un chef de gouvernement incapable d’entendre quoi que ce soit. Macron a du signer la fin de la récré.
    On l’a vu avec l’âge pivot, maintenu contre vents et marées, jusqu’à son retrait (provisoire ? ).
    Avec dans tous les cas l’impression désagréable de s’être fait berner : Macron s’était opposé au 80 pendant la campagne. L’âge pivot va à l’encontre de la promesse initiale de maintenir l’âge de départ à 62 ans. Etc.
    Ce qui m’étonne moi, c’est que les manifs ne soient pas plus violentes…

  • incapacité de nos énarques à gérer une situation non conforme à leurs modèles de réflexion.

    • ajoutée à l’inexpérience de tous ces jeunes, nouveaux, députés, ministres etc Qu’on le veuille ou non, diriger, politiquement de surcroît, un Etat comme la France, ça nécessite quand même un peu de bouteille et d’expérience.

  • La violence est née lorsque ce pays a créé un état centralisé et a supprimé tous les pouvoirs locaux. Et c’est un roi, Louis XIV, qui l’a fait. La révolution n’a fait qu’accentuer le phénomène. Le corollaire on le connait, déresponsabilisation à tous les niveaux, attitude de quémandeur vis à vis de l’état et en final haine de ce meme état car on finit toujours par détester celui dont on dépend et de qui l’on attend tout. Etat devenu obèse, incapable de se mouvoir, prédateur des richesses créées dans ce pays.
    La violence est liée intimement à cette centralisation abusive de presque tous les pouvoirs et à cette impression qu’on ne peut s’en sortir soi-même qui en est la conséquence. Par chance pour cet état on remet les compteurs à zéro tous cinq ans et le futur monarque républicain fait croire qu’il va changer tout ca ce qu’il est , en réalité, bien incapable de faire car il est , lui aussi, pris dans les filets d’un système qu’il ne peut controler. Et souvent il en est lui meme issue. Tout ce qui a une bribe de pouvoir politique dans ce pays dépend , directement ou indirectement de l’état pour son train de vie. Il faudrait un véritable effondrement économique et financier de ce pays pour que l’état soit réellement mis en cause. Meme la participation , reconnue, de l’état Français à la Shoah ne l’a pas remis en cause, c’est dire … Tant que les citoyens de ce pays penseront que « l’état c’est la France » , rien ne changera. Le jour ou ils considèreront que l’état est un prestataire de service comme un autre et que, dans tous les domaines autres que régaliens, ils peuvent trouver des prestataires plus efficaces et moins dangereux pour leur liberté tout changera.

    • Avant Louis XIV, les mêmes attitudes, mécontentements et haines se portaient sur les nobles qui possédaient les comté, duchés, locaux….Vous déplacez le phénomène.
      La raison de ce bordel est que le Peuple n’a plus conscience de ce qu’il a et pas conscience de ce qui est possible.
      Il faudrait offrir des voyages « touristiques » aux français et les envoyer en Afrique, en Asie, même en Amérique du sud…Ils reviendraient calmés !!!

    • L’État à toutes les sauces, c’est aussi et surtout un moyen pour les citoyens de se défausser de leurs responsabilités personnelles sur la collectivité. C’est une solution de facilité, bien commode, mais qui ne peut aboutir qu’à la chienlit, au chaos que nous voyons prendre forme.
      Il n’y a de société pacifique et prospère que responsable, i.e. quand chaque citoyen assume ses propres responsabilités. La responsabilité collective, ça n’existe pas. La responsabilité ne peut être qu’individuelle, comme la liberté.

  • Quand ils ont choisit d’utiliser les black-blocs et le racailles, a Nantes , dans Paris, a l’Arc de triomphe, etc les Macrouilleux ont commis l’irréparable.
    Ils le devront payer de leur disparition.

  • La wfrance n’est pas une dictature, mais elle y ressemble de plus en plus. C’est même le président de la République qui le confirme: «Une dictature c’est un régime où une personne ou un clan décide des lois ».

    • Absolument, d’après la Constitution le pouvoir appartient au peuple! C’est une plaisanterie puisque l’état ne fait qu’agir contre la volonté du peuple, votant des lois pour le dépouiller du fruit de son travail.

    • claude henry de chasne
      30 janvier 2020 at 17 h 33 min

      comme la CGT?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Les révolutions ne m’inspirent généralement rien qui vaille. Elles sont la plupart du temps synonymes de violence, persécutions, répression, massacres innommables, lendemains qui déchantent, voire manipulations et confiscation du mouvement par des franges plus dures et extrêmes qui n’ont plus grand-chose en commun avec les révolutionnaires initiaux.

Dans La violence et la dérision, Albert Cossery imagine une tout autre façon d’envisager la révolte et le refus de la soumission à un pouvoir dictatorial qui brime les libertés fondamentale... Poursuivre la lecture

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles