7 solutions concrètes et libérales pour sortir la droite de l’impasse

Au prochain président de mettre ces mesures en action dans les trois mois suivant son élection, pour redonner confiance aux Français, diminuer le chômage, redonner une espérance à la jeunesse et rétablir l’ordre et la sécurité.   

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

7 solutions concrètes et libérales pour sortir la droite de l’impasse

Publié le 15 août 2019
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Tétanisée par ses multiples défaites, la droite ne sait plus où aller et semble s’embourber dans des débats sans fond sur la ligne à tenir. Faut-il être plus conservateur ou plus libéral, faut-il séduire l’électorat urbain ou réunir les républicains des deux rives, parler aux Gilets jaunes ou séduire les classes moyennes ?

Gangrenée par les thèses de Christophe Guilluy sur la France périphérique, thèses contredites par de nombreuses études de géographes sérieux, une partie de la droite s’est mise à détester les Français vivant dans les villes, les rendant responsables de tous les malheurs du pays. Ils voudraient donc prendre le pouvoir en dressant les Français les uns contre les autres et en rejetant une partie importante du territoire.

Plutôt que de perdre son temps à découper des concepts verbeux et à peser au trébuchet le degré de droitisation de tel ou tel candidat ou idée, il serait peut-être temps de faire des propositions pour apporter des solutions aux maux du pays. Une bonne solution est efficace et utile pour le plus grand nombre. Il ne sert donc à rien d’opposer les Français, mais plutôt de résoudre les maux qui rongent le pays, d’autant que des solutions existent.

Contre le drame scolaire : la liberté éducative

Face à l’échec scolaire (explosion des coûts, de l’illettrisme, de la violence, désertification rurale des écoles), ils existent deux solutions : l’abrogation du monopole de la collation des grades et l’établissement du chèque éducation.

La première solution permettra de vivifier l’enseignement supérieur, d’en finir avec les filières de l’échec et avec le noyautage de l’université par les gauchistes.

La seconde permettra de redonner une véritable liberté scolaire aux professeurs, de créer des écoles dans les villages qui en sont dépourvus (et sans école un village est condamné à mort) et de recréer un réseau d’établissements permettant de former la future élite du pays. Le chèque éducation est utile à toutes les populations et à tous les territoires. Il permet en outre de faire économiser à l’État près de 25 milliards d’euros par an, soit le montant de l’impôt sur les sociétés.

Suppression de l’impôt sur les sociétés

En 2018, l’impôt sur les sociétés a rapporté 25,7 milliards d’euros. Grâce à la mise en place du chèque éducation, il pourra être supprimé. Cette économie sera diversement répartie par les entreprises : augmentation des salaires, embauches, investissements et souvent un panel des trois. Cette mesure permettra de satisfaire aussi bien le chef d’entreprise que le chômeur et le salarié. Nul besoin donc de dresser les Français les uns contre les autres, il est possible de dessiner une ligne du bien commun.

Suppression de l’impôt sur l’héritage

La fin de l’impôt sur la mort sera un grand progrès social pour toutes les couches de la population, le cadre supérieur comme l’employé. Il permettra de conserver les biens immobiliers dans les familles et donc d’avoir des effets positifs sur l’accès au logement, qui est un souci pour beaucoup de Français.

Abrogation de la loi SRU

La loi Solidarité et renouvellement urbain est l’un des multiples avatars de la gestion communiste du logement en France. Elle a abouti à ce que produit toujours le communisme : raréfaction des biens, augmentation des prix, diminution de la qualité. Ainsi, dans les métropoles, les logements sont de plus en plus onéreux, petits et de mauvaise qualité.

Son abrogation ne résoudra pas tous les problèmes du logement, mais elle permettra de redonner de la souplesse aux villes et de favoriser les constructions de logements neufs, donc de faire baisser les prix. La suppression d’un certain nombre de normes délirantes ainsi que le renforcement des garanties pour les propriétaires permettront également de favoriser les locations et la rotation dans les logements. Là aussi, de telles mesures profitent à tous et à tous les territoires.

Libre choix en matière d’assurance maladie

La Sécurité sociale, outre le fait d’être en faillite systémique, a conduit à une pénurie de médecins et de médicaments, dégradant les conditions de soin des Français. Il faut maintenir la sécurité sociale, mais permettre à ceux qui le souhaitent d’opter librement pour des assurances privées (comme pour les assurances voiture et habitation).

Le libre choix en matière d’assurance maladie permettra une forte augmentation des salaires et de meilleurs remboursements. À titre d’exemple, un salarié gagnant le salaire moyen paye près de 650 euros par mois à la Sécurité sociale, quand une assurance privée offrant de meilleurs remboursements, ne coûte que 200 euros. C’est donc ipso facto une augmentation mensuelle de plus de 400 euros.

Le libre choix de l’assurance maladie permettra aussi de lutter contre l’immigration illégale et l’immigration de tourisme sanitaire, puisque les assurances privées ne délivrent des prestations qu’aux cotisants et non pas à toute personne présente sur le territoire français.

Renforcement de la sécurité

La lutte contre l’insécurité profite là aussi à tous, métropolitains comme ruraux, Gilets jaunes comme cadres supérieurs. Renforcer les pouvoirs de la police, accélérer les procédures judiciaires, lutter réellement contre les mafias et contre la nouvelle traite négrière que représente le juteux business du commerce des migrants (juteux pour les mafias et quelques ONG complices) est essentiel pour renforcer la sécurité du territoire national.

Interdiction des subventions publiques et création d’une dîme associative

Autre mesure profitable à tous et bénéfique sur le long terme, l’interdiction faite aux collectivités locales, aux ministères et à l’État de délivrer des subventions publiques, à quelque association et syndicat que ce soit. Pourquoi ? Parce que bien souvent les subventions sont une façon d’acheter des voix et de faire vivre des associations à l’utilité commune bien douteuse.

Combien de villes subventionnent ainsi des associations de copains en détournant à leur profit l’argent public ? L’argent public ne doit pas servir des intérêts privés ; les associations et les syndicats ne doivent vivre que des cotisations de leurs membres et de dons privés. Les économies ainsi réalisées permettront de financer des investissements réellement utiles, de réduire les impôts et de diminuer la dette.

En contrepartie, l’impôt sur le revenu sera supprimé pour être transformé en dîme associative. Il s’agit de rendre obligatoire le versement de 10 % de son revenu total (salaire et capital) à une association de son choix (club de sport, association culturelle, patrimoine, etc.). Ainsi, les associations seront financées pour des activités vraiment utiles et elles devront être transparentes quant à l’usage de leurs fonds, sous peine de ne plus avoir de dons. Si un particulier ne verse pas cette dîme associative, le fisc lui prendra l’argent non donné.

Ces exemples, rapides et simples à mettre en œuvre, montrent qu’il est possible de bâtir des solutions pour la France et de proposer des mesures qui servent à tous, sans opposer les catégories sociales et les territoires. Depuis plus de deux ans qu’il est au pouvoir, Emmanuel Macron n’a fait aucune réforme d’envergure. Il n’y a rien à attendre pour les deux ans et demi qui lui reste. Au prochain président de mettre ces mesures en action dans les trois mois suivant son élection, pour redonner confiance aux Français, diminuer le chômage, redonner une espérance à la jeunesse et rétablir l’ordre et la sécurité.

 

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • La droite française est dans l’impasse ? Qu’elle y reste. Et qu’elle tienne compagnie à la gauche française, tout aussi inutile.
    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi les solutions proposées ici seraient spécifiquement de droite, à part le couplet sur l’ordre et la sécurité (et quant à renforcer les pouvoirs de la police, merci bien, mais ils sont déjà bien suffisants comme ça)…

  • Contrairement a l auteur, je pense que le constat sur la France peripherique est valide. Il y a donc un antagonisme entre une france des ville qui profite de la mondialisation et celle des champs qui la subie via delocalisation et chomage

    Voyons maintenant les solutions porposee par l article:
    -cheque education: pourquoi pas, mais il faut etre clair, ca va avantager les habitants des grandes villes qui ont plusieurs ecoles pas loin. l habitant d un village perdu va pas faire 30 km pour amener son fils a une ecole (et comment faire s il a 3 enfants qui vont dans 3 ecoles differentes ?). Pire les petites ecoles de villages vont couter tellement cher (une classe pour 10 eleves coutera nettement plus cher qu une meme classe pour 30 eleves) que le cheque education propose ici ne va pas suffire

    – suppressions d impots (Heritage ou IR). Ou sont les economies pour compenser la baisse de recette ? a moins de faire du deficit, il faudra bien tailler dans les depenses. pas un mot la dessus dans ce texte (les subventions aux associations c est peanuts dans le budget. premier poste de depense = paiment des pensions de retraite. 2eme poste = securite sociale. a eux deux vous avez 50 % des depenses. baisser les depenses implique forcement de baisser ces prestations)

    – securite sociale. comme l auteur l indique, le Systeme actuel est en quasi faillite. Introduire un systeme prive sera benefique pour une partie de la population (en gros les jeunes qui ne paieront plus grand chose). Mais le revers de la medaille c est que les retraités, gros consommateurs de soins medicaux, vont voir leurs cotisations exploser. Vu les vagues faites par l augmentation de la CSG de 2 %, imaginez ce que va donner +150 % d assurance maladie …

    • Idem. Le constat de Guilly et plus récemment de celui de Fourquet (l’archipel français) me semble particulièrement fondé. Il y a bien une France des oubliés et une autre, plus urbaine, qui tire profit de celle-ci.
      Les exemples ne manquent pas, du 80 km/h à la réforme des regions en passant par les 12 élèves par classe ou la fermeture des petites lignes SNCF…

    • Enfin ne perdons pas de vue les frais gigantesques de gestion de la SECU, cette SECU qui n’a de sécurité que le nom…
      Et qui devrait être désignée par un vrai nom: prélèvement social obligatoire.
      Nos compatriotes commenceraient peut être à mieux comprendre l’escroquerie totale de ce système en perpétuelle faillite…

    • En bref, vous n’êtes pas spécialement pour le communisme, mais toute libéralisation et toute responsabilisation ne peut, selon vous, qu’avoir plus d’inconvénients que la situation actuelle…
      -chèque éducation. Pourquoi les écoles qui ne dépendraient pas de la gestion catastrophique de l’EN ne fourniraient-elles pas un meilleur service, en campagne comme en ville ?
      -comment compenser les manques de rentrées fiscales, si on ne dit pas explicitement quelles dépenses supprimer ? C’est par exemple ce qui est dit par les subventions aux associations, et vous pouvez aussi supprimer le ministère de la culture et celui de l’écologie, sans parler de quelques autres.
      -un système privé serait forcément catastrophique pour ceux qui tombent malades ? Et comment font les pays qui n’ont pas la Sécu que le monde nous envie ?

      • ou avez vous que j ecris que toute liberalisation apporte plus d inconvenient que la situation actuelle ???
        je pointe simplement que tout changement fait des gagnants mais aussi des perdants

        -cheque education: vu les economies d echelle, il est facile de comprendre que les habitants des grandes villes seront les grands gagnants: maintenir une classe pour 10 eleves coute plus cher que maintenir une classe pour 30 (meme salaire pour le prof, meme cout de l immobilier mais 3 fois plus d eleves). Et je ne parle meme pas du choix d ecole. supposez que vous habitez dans un village de montagne. vous avez une ecole pas terrible a 5 km. une nettement mieux pour votre fils a 20. autrement dit 1 h de route (voire plus si neige en hiver). Combien de parents vont faire le choix de l ecole pas terrible ?
        Au contraire si vous habitez a paris, vous aurez dans un rayon de 2 km accessible en Metro au moins une dizaine d ecole !

        – « si on ne dit pas explicitement quelles dépenses supprimer ? C’est par exemple ce qui est dit par les subventions aux associations, et vous pouvez aussi supprimer le ministère de la culture et celui de l’écologie »
        C est un pourcentage ridicule du budget de l Etat (cf https://www.contrepoints.org/2019/01/19/335026-que-financent-1000-euros-de-depenses-publiques). culture + ecologie =22+16=38 € sur 1000. soit 3.8 %. Penser baisser les impots en supprimant 4 % des depense, est ce bien serieux ?
        Je rapelle encore une fois que 57 % des depenses c ets la protection sociale (retraite+maladie). aucune baisse des impots serieuse ne peut se faire sans reduire un poste qui fait pres de 60 % des depenses !

        -« Et comment font les pays qui n’ont pas la Sécu » j y habite ! je sais donc de quoi je parle. Je paie plus qu un jeune homme car j ai plus de 50 ans mais bien moins qu un vieillard. Je paie aussi plus car j ai une famille (l assurance est par tete). pour ceux qui veulent avoir une Idee, c est http://www.comparis.ch. Il faut la aussi etre clair: si vous avez 20 ans vous allez etre le gros gagnant. Si vous en avez 75 attendez vous a voir vos primes maladie exploser (logique car le risque ets bien plus grand).

  • Considérer les gens comme des adultes responsables au lieu de leur imposer des chaînes toujours plus lourdes serait sûrement la solution.
    Mais dresser les Français les uns contre les autres permet à certains de diviser pour régner.
    Si « la colonisation a été un crime contre l’humanité », générant au passage une surpopulation mondiale, anéantir toutes nos valeurs de culture, de courage et de probité au profit d’une idéologie qui prône à tout-va « qu’il est doux de ne rien faire, quand tout s’agite autour de nous » est évidemment un crime bien pire.
    Quant aux subventions, elles sont bien sûr mères de corruptions en tous genres.

    Je savais que l’impôt sur les sociétés rapportait grosso modo la moitié de l’impôt sur les revenus, un tiers de la CSG et un quart de la TVA, mais je n’avais pas réalisé à quel point sa faiblesse dénotait clairement l’état lamentable de nos entreprises, seules créatrices de richesse du pays.

  • Le plus beau et le plus grand projet ne peut être bâti que sur une nouvelle constitution.

    D’accord pour vos 7 propositions, mais il y a beaucoup d’autres choses à réformer:
    La Justice, conserver uniquement les ministères régaliens, supprimer le Sénat, diminuer le nombre d’élus (hors Maires) revoir la politique familiale, L’Urssaf, le port d’armes, la légitime défense, les retraites, le nombre de fonctionnaires, abolir TOUS les privilèges des élus & fonctionnaires…

    je terminerai par la suppression du poste de Président de la République, un Premier ministre suffit, à l’image de beaucoup de pays.

  • Verser une partie de ses revenus à des associations ou à l’Etat pour assurer sa sécurité, pourquoi pas.
    Mais une partie de son capital, NON.
    Tout prélèvement en capital par l’Etat est un vol pur et simple.

    • dans ce cas vous allez avoir une societe de rentiers. Ceux qui travaillent beaucoup etgagnent de l argent paient beaucoup. Ceux qui possedent beaucoup mais en tirent un rendement faible ne paient quasiment rien. Ils n ont d ailleurs aucun interet a augmenter le rendement de leurs proprietes car ca serait payer plus d impots

      Cette situation ne vous rappelle rien ?
      C est exactement l ancien Regime. Avec des nobles proprietaires terriens qui etaient exempte d impots et qui etaient oisifs. A l inverse le tiers Etat lui payait plein pot et devait financer l etat

    • Tout à fait d’accord avec vous, prélever le capital ce n’est pas un impôt, c’est un vol…

  • De bonnes propositions, mais la droite est gangrénée par la caste des Énarques, il faudrait d’abord débarquer les membres de la caste, qui infestent le parti et ses thinktanks…
    Mais pour être élu il faudrait surtout parler au Français de:
    – La notion de salaire complet et l’importance qu’il le récupère (avant de faire des cadeaux fiscaux à des entreprises qui n’embauchent plus, désolé…)
    – L’anarchie totale dans le pays, que la manipulation perpétuelle des chiffres masque mal
    – Dénoncer les ennemies du peuple que sont les juges rouges et les Énarques…
    Et ne pas hésiter à être ultra polémique, car le socialisme ce n’est pas un courant politique…
    C’est le mal absolu…

  • la droite propose mais ne fait pas.. elle est morte

  • La droite n’est pas dans une impasse… Elle n’existe plus.

    Et c’est tant mieux !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Donald Trump
0
Sauvegarder cet article

Un article de la rédaction de la Nouvelle Lettre

Il était bien le seul à croire qu’il pouvait encore gagner. Les élections du midterm ont été un total échec pour Donald Trump, ses candidats ont échoué. Les commentateurs en ont conclu à juste titre que Trump candidat républicain en 2024 serait une chance inouïe pour les Démocrates : contre toute logique et contre toute attente Joe Biden serait réélu.

Cette opinion est partagée par la plupart des médias conservateurs, y compris la chaîne Fox qui a soutenu la candidature et la prés... Poursuivre la lecture

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

« Caramba encore raté » peuvent se dire les trois candidats à la présidence des LR.

En votant la motion de censure présentée par la NUPES lors du premier 49-3 de la législature en cours, les députés RN avaient mis en difficulté les députés LR en se présentant comme les premiers opposants au macronisme. Dans un deuxième temps, le RN a réussi une passation de pouvoir sans mélodrame à la tête du parti entre Jordan Bardella et Marine Le Pen (type Fillon-Copé en 2012) tout en évitant les coups bas déshonorants pour la démocratie interne d’u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles