La crise des gilets jaunes révèle l’histoire d’une France qui disparaît

Parce qu’elle n’est pas géographique, mais qu’elle oppose des catégories verticales, les métropoles en haut et le reste de la France en bas, et en fait les élites et le peuple, la figure de la France périphérique met radicalement à mal la cohésion nationale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
château La France 3 By: Dominique Garcin-Geoffroy - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise des gilets jaunes révèle l’histoire d’une France qui disparaît

Publié le 5 décembre 2018
- A +

Par Daniel Behar.
Un article de The Conversation

« France Périphérique » : la messe est dite. La quasi-totalité de la communauté scientifique (sociologues, économistes ou géographes) conteste la pertinence de cette description duale – France périphérique vs métropoles – des réalités sociales et territoriales contemporaines. Mais, avec le mouvement des gilets jaunes, elle s’est installée dans le paysage médiatique et politique.

Elle fait représentation collective au point d’imposer sa grille de lecture à l’agenda politique comme en témoigne par exemple le récent projet de loi d’orientation des mobilités, qui prévoit notamment des réponses ciblées en direction de cette supposée France périphérique.

La nostalgie d’un ordre territorial disparu

Comment expliquer alors le succès de ce qui s’apparente à une « prophétie auto réalisatrice » ? c’est-à-dire, le fait d’énoncer une assertion fausse – dans le cas présent l’existence d’une France périphérique – mais qui devient réalité à force d’être répétée.

Faudrait-il y voir la marque du décalage entre la réalité telle qu’elle est analysée par le regard scientifique et telle qu’elle est ressentie par la société ?

On fait ici une autre hypothèse. Le succès de la notion de France périphérique ne tient pas à sa capacité à décrire la situation actuelle, telle qu’elle serait ressentie par tout ou partie des Français. Elle s’explique davantage par sa capacité à s’affranchir des réalités actuelles pour décrire un monde en voie de disparition. Ce monde qui disparaît est celui longtemps décrit dans les termes proposés par l’intellectuel marxiste Henri Lefebvre pour qui le territoire est « la projection au sol des rapports sociaux ». Lorsqu’à chaque type d’espace correspondait une réalité sociale, l’expression « dis-moi où tu habites, je te dirai qui tu es » prenait tout son sens.

Or, aujourd’hui cet ordre territorial s’estompe, voire disparaît.

Les sas et les nasses

Dans la société mobile, tous les groupes sociaux, riches comme pauvres, pratiquent la multi appartenance territoriale, au quotidien et au long de leurs cycles de vie. Ce faisant, ils ré-agencent les territoires et les combinent au travers d’un « zapping » généralisé. Ainsi en Seine St Denis, cohabitent dans les quartiers dits « sensibles », populations mobiles pour qui le quartier est un sas et populations assignées à résidence pour qui il constitue une nasse. Et dans bon nombre de communes du même département voisinent quartiers « gentrifiés » et quartiers « ghettos ».

Le marché de Saint-Denis (93) rénové pour garder son attractivité auprès des populations, France 2. 

À l’autre bout de la France, lorsque l’Occitanie accueille plus de 100 000 nouveaux habitants par an (nombre d’entrants), elle attire à la fois des ménages en trajectoire ascendante et des populations fragiles à la recherche de conditions de vie moins difficiles.

Dès lors, les inégalités sont partout. Les modes de vie brouillent les cartes, recomposent les catégories territoriales. Les gilets jaunes ne sont pas des ruraux ou des périurbains, ils sont à la fois des résidents péri urbains, des usagers ou salariés des services de la ville moyenne et d’anciens habitants ou d’actuels consommateurs des métropoles. Parce qu’ils sont ainsi eux-mêmes les acteurs de ce brouillage des cartes et des catégories, ils vont s’emparer de cette représentation simple qu’on leur propose : « la France périphérique », expression popularisée par l’essayiste et géographe Christophe Guilluy dans son ouvrage éponyme paru en 2014.

Elle redonne à chacun la capacité d’identifier sa place et de s’identifier à celle-ci. « La France périphérique, c’est nous ». Mieux, elle offre à la société toute entière – via son reflet territorial – une capacité à se donner à voir, au-delà de sa complexité. Ainsi le frisson collectif que produit la représentation d’une France coupée en deux est paradoxalement rassurant : il subsiste un ordre territorial lisible dans un univers dont la compréhension nous échappe.

De l’égalité à la cohésion des territoires

Comment répondre à cette représentation ? La question n’est pas nouvelle. Depuis 2010, tous les gouvernements successifs ont été largement fascinés par cette lecture binaire. Les uns (à droite) y voyaient une forme de tremplin électoral, tandis qu’elle culpabilisait les autres (à gauche) pour avoir abandonné le peuple. Leur réponse a consisté à faire de l’implicite historique des politiques publiques en France – l’égalité sociale passe par l’égalité entre les territoires un parti pris politique qui s’est traduit par un ministère dédié (dont la première tête fut Cécile Duflot) et une administration le Commissariat général à l’Égalité des territoires (succédant à la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale, Datar).

L’exercice s’avère pourtant difficile voire dangereux en ce qu’il suscite une mise en concurrence des plaintes.

En effet, comment d’abord identifier les inégalités entre les territoires ? Par exemple, la carte des déserts médicaux est certes plutôt rurale mais la Seine St Denis ou les Hauts de France n’en sont pas exclus.

À l’inverse, les inégalités en matière d’encadrement scolaire bénéficient largement aux territoires ruraux.

Déserts médicaux en France.

Une mise en concurrence douteuse

Dès lors, cette logique politique de traitement catégoriel pour réduire les inégalités entre territoires – sous la pression de territoires s’estimant tous plus abandonnés que les autres – a induit un pilotage gouvernemental à la godille.

La politique de la ville a été réorientée vers le rural et ses petites villes, de Auch à Guéret pour ne pas donner le sentiment de privilégier les grandes agglomérations. On a distribué le label de « métropoles » à une vingtaine de grandes villes (jusqu’à Orléans ou Brest) pour ne pas faire de jaloux.

Rien ne serait plus dangereux que de tenter une nouvelle fois de répondre à la France périphérique sur son terrain, en multipliant les réponses catégorielles. Avec quelles priorités ? Le rural ? Les petites villes ? Les villes moyennes ? La liste est infinie et suscitera toujours rivalités et insatisfactions.

L’actuel Président de la République a opéré un glissement sémantique peu commenté. Il a pour la première fois rassemblé toutes les directions ministérielles traitant de la question territoriale sous un même intitulé, inédit : la cohésion des territoires.

À première vue, cela peut sembler relever d’un affadissement de l’orientation politique, reprenant par mimétisme un vocable cher aux politiques européennes soucieuses de consensus et proposant une perspective davantage pragmatique que l’égalité entre les territoires : d’abord les faire tenir ensemble et éviter les décrochages.

Prendre pour perspective l’exigence de cohésion des territoires pourrait pourtant signifier une véritable rupture politique et une autre façon de répondre au succès du terme de France périphérique.

Confusions politiques

Les politiques d’égalité entre les territoires confondent l’espace du problème et celui de sa solution. Ainsi, la politique de la ville consiste à concentrer des moyens sur les quartiers défavorisés. Et pour les campagnes on a mis en place des « zones de revitalisation rurale » bénéficiant de dérogations fiscales pour les investisseurs.

En raisonnant en termes de cohésion, la perspective change. Pour redynamiser tel ou tel espace de montagne, il faut d’abord réactiver les liens fonctionnels (agro alimentaires par exemple) avec la ville voisine voire avec la métropole plus lointaine mais dont les habitants viennent s’y ressourcer.

Pour maximiser la fonction de « sas » de la Seine St Denis, il faut davantage l’inscrire dans les flux métropolitains, par exemple en favorisant l’accès aux emplois du reste du Grand Paris.

Chantier du Grand Paris Express à proximité de la gare La Plaine–Stade de France à Saint-Denis. Photo prise du quai de la gare du RER B. Août 2018.
Chris93/Wikipedia, CC BY-NC

Une logique de différenciation

Par ailleurs, là où les politiques d’égalité des territoires raisonnent de façon hiérarchique en distribuant des moyens proportionnels à l’intensité supposée des inégalités, une politique de cohésion repose sur une logique de différenciation.

La question n’est pas de savoir si une ville moyenne comme Pau souffre davantage ou moins que Charleville-Mézières. Mais dans un cas, le centre ville se fragilise tandis que l’agglomération est dynamique, dans l’autre les fragilités s’additionnent entre centre-ville et agglomération. Les politiques à mettre en place ne sont donc pas de même nature.

Enfin, les politiques d’égalité entre les territoires reposent sur une logique de redistribution « verticale » : c’est l’État – ou la région – qui tel Robin des Bois prend aux riches pour redonner aux pauvres.

Vue sur le chateau, Pau : la ville déplore le manque d’attractivité de son centre-ville, en voie de désertification.
Bobbacon/Wikimedia

Dans une perspective de cohésion, ce sont les territoires qui, sur la base de leurs interdépendances de fait – entre une métropole et les villes moyennes voisines – négocient les réciprocités (circuit alimentaire, chaîne de valeur productive, parcours résidentiels…) qui rééquilibreront leurs relations.

Le modèle politique français se caractérise par l’importance accordée à l’égalité entre les territoires pour garantir l’égalité entre les citoyens (voir par exemple la composition du Sénat). Cette exigence d’égalité entre les territoires s’est longtemps appuyée sur une représentation fracturée de la France.

Cette dernière prit particulièrement forme sous la plume du baron Dupin en 1826. Il traça en effet sur une carte une ligne de statistiques surnommée ligne « St Malo-Genève » censée représenter la frontière entre la France « obscure » et la « France éclairée ». Parce qu’elle donnait à voir deux morceaux « géographiques » de la France (l’Est et l’Ouest), cette représentation nous divisait et nous unissait tout à la fois.

Parce qu’elle n’est pas géographique, mais qu’elle oppose des catégories verticales, les métropoles en haut et le reste de la France en bas, et en fait les élites et le peuple, la figure de la France périphérique met radicalement à mal la cohésion nationale.

Il est urgent de lui opposer une autre représentation de la question territoriale, moins incantatoire, mais à même de se traduire en politiques publiques.

Daniel Behar, Géographe Professeur des Universités, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • qui disparaît parce qu’on continue de pomper la substance

  • Le charabia habituel des socialos qui vont puiser leur références dans l’univers marxiste (qui énonce en l’occurrence des tautologies).
    Non, simplement, par présomption fatale, par une vision dépravée et mégalomane de l’action publique chère aux interventionnistes, en modifiant l’ordre naturel des choses, on aboutit à la France d’aujourd’hui.

    • @ Yves81
      C’est presque évident.
      L’article le dit:
      « À première vue, cela peut sembler relever d’un affadissement de l’orientation politique, reprenant par mimétisme un vocable cher aux politiques européennes soucieuses de consensus et proposant une perspective davantage pragmatique que l’égalité entre les territoires »

      C’est bien ça le problème: en France (d’en haut), il faut absolument intervenir, diriger, organiser, administrer … et forcément, diminuer les libertés.

      Quand on comprend pas que c’est au « pouvoir » de s’adapter aux réalités et pas l’inverse, on fait un très grand pas démocratique! Quand on n’est plus un enfant, on apprécie de moins en moins que le pouvoir décide pour vous … même « pour votre bien »!

  • L’auteur est complètement hors sol. Ce monsieur vit en ville et ne comprends rien. Surtout que l’agenda 21 prévoit que tous le monde doit vivre en ville. Il faut lire le livre « Le crépuscule de la France d’en haut » de Christophe Guylluy ou bien regarder la vidéo de Michel Drac sur le sujet pour vraiment comprendre la scission entre les deux mondes.

    • De toute façon avec le pacte de Marrakech tout va exploser, pas un de ces migrants ne voudra vivre à la campagne. je le vois dans une petite ville de 2500 habitants à côté de chez moi ayant reçu son quota de migrants, les mecs car ce sont tous des mecs ont vendu tout ce qu’il y avait dans leurs logements gracieusement fournis et sont parti à Calais ou ailleurs, je ne sais. je pense qu’en ville, il va y avoir quelques problèmes.

    • surtout que les citadins restent en ville.. nous on en veux pas chez nous

      • @ claude henry de chasne
        Quand vous dites que vous ne voulez pas des citadins chez vous, vous oubliez que, entre les citadins 100% citadins (comme l’État veut transformer tous les Français à marche forcée) et les campagnards 100% campagnards (comme vous), il y a les Français qui ont gardé de leurs origines gauloises une nature double : ils sont moitié-moitié, un pied à la ville et un pied à la campagne, car c’est comme ça qu’ils gardent leur équilibre : un pied à la campagne dans l’enracinement et la tradition, et un pied à la ville dans l’échange et la subversion, c’est ce qui fait le dynamisme de leur présent et qui le rend productif et évolutif.

        Comme campagnard 100% cela peut vous perturber de voir le Gaulois type double passer inlassablement de la ville à la campagne à la ville etc. ; le caractère insaisissable qui en résulte perturbe encore davantage les pouvoirs publics qui ne savent pas quoi inventer pour figer ce mouvement.

        Par parenthèse, la première déclaration de cette guerre franco-française faite aux Gaulois a été formulée par le Général de Gaulle avec une injonction dont le mépris (déjà) reste vivace : « Ils veulent vivre à l’horizontale, nous les ferons vivre à la verticale » (ils veulent vivre à l’horizontale ie dans des maisons individuelles au contact de la terre ; nous les ferons vivre à la verticale, ie empilés dans des immeubles, déracinés).

        Pourtant, pour que la France soit prospère, il faut renoncer à cette volonté étatique d’assignation à résidence forcée et laisser faire le Gaulois en perpétuel mouvement. Car, s’il reste à la campagne, il devient abruti, et s’il reste à la ville, il devient hystérique. La ville le sauve de l’abrutissement et la campagne le sauve de la folie. Il ne peut se passer ni de l’une, ni de l’autre.

        Les GJ sont porteurs de cette qualité d’être double qui rend leur mouvement, comme eux, difficile à saisir Au lieu de vouloir les figer, il vaut mieux les laisser bouger et considérer que cette aptitude à participer de deux mondes opposés est une qualité à valoriser.

        C’est dans sa nature double que le Gaulois puise son dynamisme. L’assigner à résidence en ville ou le bloquer à la campagne en figeant son mouvement, c’est le rendre inactif, amorphe, démotivé, dépressif et finalement suicidaire.

        Ce n’est pas un hasard si le mouvement des GJ a éclaté à l’occasion de trop de freins mis à la possibilité de bouger. Le mode de vie du Gaulois, son art de vivre longuement mis au point, c’est de participer de deux mondes opposés et indissociables qui se potentialisent l’un l’autre. Coupée de la ville, la campagne est morte, coupée de la campagne, la ville est infernale. Ces déplacements incessants de l’une à l’autre ont un coût, mais le dynamisme qui en résulte crée toujours une richesse qui en compense largement le coût.

        Cela dit pour tenter de vous rendre moins hostile aux citadins qui, lorsqu’ils viennent dans « votre » campagne ne font que revenir à leur source.

        Disons que ces va et vient incessants sont une façon française de respirer que les pouvoirs publics veulent toujours étouffer ; au risque de faire mourir le pays par asphyxie plus sûrement que par la pollution de l’air invoquée pour empêcher ce mouvement. D’où l’instinct de survie qui pousse aujourd’hui le Gaulois ordinaire à refuser d’être immobilisé par l’obsolescence prématurée de son moyen de locomotion individuelle.

        Point de vue parmi d’autres à prendre au moins comme représentatif d’une partie non négligeable de la population.

  • Pourquoi opposer villes et territoires ou campagne?
    Chacun a sa place dans la France. Sans territoires pas d’agriculture et d’élevage qui nourrissent les villes, pas d’espaces de vacances pour les urbains, etc. et sans villes pas de commerces, d’administrations, de directions des entreprises, etc..
    Mais le péché originel est qu’on a délaissé les territoires et favorisé les villes parce qu’on a fait une politique qui a pour fondement le nombre de personnes c’est à dire on calcule les finances qu’on consacrent en fonction du nombre de personnes ce qui est un calcul erroné.

    • « il faut construire les villes a la campagne l’air y est plus pur »
      alfonse

    • Nous les agriculteurs…Nous sommes devenus grace aux médias des pestiférés polluants, intoxicants, destructeurs de la nature, écrasés de charges et priés de travailler 70h semaine pour nourrir les corniauds des villes….

    • La volonté de favoriser le développement urbain est à chercher dans les élites transnationales dont le modèle est davantage les mégalopoles chinoises que les villages français. Les mondialistes férus de technocratie constructiviste mènent la danse, favorisent ou promeuvent des chefs d’Etat et des élites favorables à leur projet, au détriment de la liberté des peuples de décider de leur avenir. Nos super régions n’ont pas été dé idées « par Hollande sur un coin de table ».
      Ce modèle technocratique, imposé à la population, ne correspond pas à notre culture, ni à ce que souhaite beaucoup (une majorité?) de Français.
      Pour davantage de détails, on peut lire « Cet étrange monsieur Monnet » de Bruno Riondel. Il y a bien d’autres sources, mais cet ouvrage a l’avantage d’aborder la question à travers la construction européenne.

  • Les « sociologues », pinacles de la pseudo-science politisée.
    Les économistes: Ce serait bien le seul consensus en économie.
    Les géographes: OK. Non, vraiment. a condition qu’ils ne soient pas du type conscientisé.

    Bon, merci pour le point de vue en tout cas.
    Je pense qu’il est urgent de laisser les gens se démerder au lieu de de faire des politiques des territoires. Le pognon économisé pourrait être rendu aux Français périphériques ET urbains.

  • Quand on ne comprend pas un problème, on peut toujours le nier en le noyant sous un jargon qui dit tout et son contraire…

  • En France, il n’y a pas de révolte ou de révolution, en hiver, qui durent plus de trois jours.

    Les gilets seront battus pas le froid.

    Les gilets grelotteront mais ne gros-loteront pas

  • Quand on a rien à dire sur un sujet qu’on ne connaît pas, il vaudrait mieux se dispenser de faire un article-fiction qui trafique la réalité.

    Je regarde la signature : géographe, prof d’université et en plus, même pas à l’étranger mais en France, Paris-Est Créteil-Val-de-Marne!

    J’en conclus que le point de vue d’un géographe est trop limité pour traiter le sujet. C’est consternant, tous ces pseudo-sachants qui plaquent leurs théories sur une réalité qu’ils déforment pour la faire disparaître. A la longue, c’est insupportable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles