L’écotaxe plane sur les avions pour restreindre les déplacements

Ce gouvernement et les suivants iront-ils jusqu’à financiariser la nature et taxer l’air que nous respirons ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’écotaxe plane sur les avions pour restreindre les déplacements

Publié le 17 juillet 2019
- A +

Par Michel Gay.

L’écotaxe sur les avions est un impôt supplémentaire pour les Français, inventé au nom de l’écologie.

Certains diront que ce ne sont que quelques euros que les « riches » (ceux qui prennent l’avion) peuvent payer. Mais rappelez-vous de la taxe CSPE (contribution au service public de l’électricité) de « seulement quelques euros » instituée en 2010 sur l’électricité et qui a augmenté de 600 % en quelques années, jusqu’à représenter 15 % de la facture !

L’objectif officiel de cette nouvelle « contribution » est de faire entrer quelques dizaines ou centaines de millions d’euros dans les caisses de l’État qui, par ailleurs, dépense allègrement des dizaines de milliards d’euros à fonds perdus tous les ans dans les énergies renouvelables.

Mais l’objectif inavoué est bien de restreindre les déplacements individuels et collectifs (l’avion est un moyen de transport collectif), petit à petit, par l’argent.

En effet, ce n’est pas l’avion électrique qui prendra le relais du transport aérien (ni demain, ni après-demain) malgré des annonces plus séduisantes les unes que les autres, mais mensongères.

Le souci principal du gouvernement ne semble pas être de financer les hôpitaux, ni l’accompagnement du troisième âge, ni la sécurité des Français, mais « le transport au quotidien ».

Les Gilets jaunes apprécieront les 70 % de taxes (en augmentation) sur les carburants des véhicules qui améliorent certainement leurs transports quotidiens…

Le trafic aérien intérieur représente 1,1 % des émissions totales de gaz à effet de serre de la France, et moins de 3 % des émissions de CO2 du secteur des transports.

Sans être grand mathématicien, il est facile de calculer que réduire de quelques pourcents de 1,1% ne fera quasiment rien au final pour réduire les émissions de la France qui, elle-même, ne représente que moins de 1 % des émissions du monde… qui, elles, sont en augmentation.

De l’art de se tirer des balles dans le pied dans une concurrence mondialisée.

À l’heure où la désindustrialisation en France est devenue un thème d’inquiétude pour la plupart de nos concitoyens, l’État ne trouve rien de mieux que de pénaliser une nouvelle fois les transports au nom d’une idéologie écologiste glissant de plus en plus insidieusement vers le totalitarisme paralysant.

Ce gouvernement et les suivants iront-ils jusqu’à financiariser la nature et taxer l’air que nous respirons ?

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • Penaliser les transports..l’avion ne transporte que les riches les pauvres prennent le train….ce qui est choquant est justement cette non taxation ..on taxe tout ou on ne taxe rien !

    • Absolument faux: c’était bien le cas avant l’irruption de l’aviation low cost.
      regardez l’évolution du trafic passager dans les aéroports français, n’allez pas me dire que ce ne sont que des riches. Les riches sont moins nombreux que les classes moyennes. La baisse drastique des prix des billets a permis à tout un pan de la population de pouvoir voyager en avion. Et c’est cette population qui va trinquer avec cette écotaxe.
      Et puis, soyons fous, pourquoi de pas pénaliser directement Airbus, les forcer à délocaliser leur production?
      Un peu de cohérence que diable!
      On y est bien arrivé en agriculture (voir l’évolution de la balance commerciale intraeuropéenne).

      • C’est exact, tout à fait exact.
        Ce qui est dramatique avec nos politiciens de tout bords, c’est qu’ils appliquent à la lettre la maxime de Karl Marx : »Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d’impôts. »
        Mais ne pas oublier que : »
        « Si l’impôt était la solution, la France serait un pays très riche »

      • Ça n’est pas « absolument faux ». Il y a bien plus de Français qui prennent l’avion qu’avant mais c’est un mode de déplacement qui est encore loin de concerner tous les français.

        Si l’on pense, avec nombre d’économistes, qu’une taxe carbone est préférable à des mesures d’interdiction, il n’y a aucune raison de ne pas taxer les GES émis par le kérosène alors qu’on (sur)taxe le carburant des véhicules privés.

        En Europe les pays libéraux ont une telle taxe : entre 15 et 190 € par passager aux UK, entre 4 et 22 en NL.

        En contrepartie il faut baisser les taxes sur l’essence et le gazole. C’est le fait que cet impôt soit en plus qui est contestable.

        A remarquer que taxer le déplacement n’a aucun effet sur la compétitivité relative d’Airbus.

        • Sur mon dernier vol aller-retour Nice-Paris: tarif HT 115€, taxes en tout genre: 58,11€. Qui a dit que le transport aérien était exonéré de taxes???

        • « aucune raison de ne pas taxer le kérosène alors qu’on surtaxe le carburant des véhicules privés »
          Vous aussi, vous justifiez la taxe des uns par la taxe des autres, et vice versa !
          Il n’y a aucune raison de taxer les émissions de gaz à prétendument effet de serre, si ce n’est de faire rentrer des sous dans les poches de l’état. La taxe ne fait que priver ceux qui la subissent d’une partie du bonheur auquel ils aspirent légitimement. Seuls ceux qui trouvent leur bonheur dans les avanies qu’ils imposent à leur prochain s’en réjouissent. En seriez-vous ?

      • On ne prend pas l’avion lorsqu’un tgv est dispo sauf si c’est l’entreprise qui paie ou etre blinde de tunes….j’imagine qu’ils ne pourrons pas taxer les vols charter pour nos pauvres vacanciers ou une taxe faible une de plus avec la taxe chirac.

        • Ben voyons… Brest-Genève en TGV ! Un jour pour aller, un jour pour faire la réunion, un jour pour revenir, sans parler de la gestion des retards.

        • A reactitude .
          « …j’imagine qu’ils ne pourrons pas taxer les vols charter pour nos pauvres vacanciers »
          Vous rêvez ou vous le faites exprès ? Pourquoi ne taxeraient-ils pas les vols charter ? Ils volent « écolo » ? Ne sont-ils pas polluants ?

          • le billet est emis hors de france ,l’avion vient d’ailleurs le pilote idem ..pas taxable !

            • Ce ne sont pas les billets mais les compagnies aériennes qui vont être taxées sur la base des vols au départ de France. Libre à elles après de répercuter cette taxe sur le prix du billet, comme elles le font pour les taxes d’aéroport et autres.

    • En contrepartie, ce sont les « riches » qui paient le train des pauvres à travers le détournement de l’impôt pour subventionner le rail . Privatiser le rail rendrait les choses plus visibles et plus claires pour tout le monde, surtout ceux qui paieraient leur billet à son juste prix

  • l’air que nous respirons est deja taxé.. tout ce qui peut etre taxé l’est!

    La nouveauté c’est que bientôt vous payerez les taxes en fonction de vos revenus pour subvenir aux besoins financiers des caramels incapables d’assurer la vie de leur famille par leur travail..
    Ainsi vous payerez a TVA en fonction de vos revenus déclarés ( très facile a pointer avec votre carte de crédit).. et la boucle sera bouclée
    Monsieur untel payera ses courses avec une TVA a 33% car en travaillant 60h / semaine il gagne plus de 2000 euros.. l’autre au rsa , allocation logement , allocations diverses et variées sera exonéré et payera ses courses avec une TVA a 2%..
    etc.. etc..

    • L’étape avant la TVA sera surement la fusion de la CSG/CRDS avec l’impôt sur le revenu, et donc l’indexation sur le même barême « progressif et plein de justice sociale »

    • Il faut punir les riches, c’est normal !
      Et le résultat c’est que l' »ON » taxe les gens qui bossent, qui réussissent, au profit de ceux qui glandent ; en fait, « ON » entretient la médiocrité !
      Le RSA est un bien certes mais à la seule condition de pouvoir en bénéficier pendant un temps très limité (6 mois pas ex.) et dans une période donnée (entre 5 et 7 ans)

  • Oh ne vous inquiétez pas : il y aura une taxe pour ceux qui restent à la maison. Egalitude pour tous.

    • On n’arrête pas le progrès dit-on à gauche… E. macron est progressiste mais avec le climat on n’a pas tout vu. Je me suis laissé dire que la France va sauver le monde et Melle Greta Thunberg est invitée de l’Assemblée nationale en juillet après E macron en janvier. C’est la nouvelle Léonarda, la nouvelle Marianne, il faudra s’y faire…

      • Je préférais l’image qu’on avait des petites suédoises quand j’étais jeune. Ca contribuait bien plus au bonheur d’échanger avec elles !

  • Petit rectificatif sur le prix du carburant: quand, sur 1 litre à 1.50€ on paye 50 cts de carburant et 1 € de taxes, ces dernières représentent bien les 2/3 du total taxes incluses, mais 200% du prix du produit initial et, pour moi, c’est le seul chiffre qui compte.
    Pour ma part, je fais toutes les semaines un plein à 60 €, dont 40 € de taxes soit, sur l’année, (40 € x 52), plus de 2 000 € d’impôts supplémentaires.
    Si nos élus étaient moins voraces, je crois que je finirais enfin par connaitre le goût du homard.

    • Oui, c’est curieux cette manie de langage spécifique à la taxation de l’essence, alors que pour toutes les autres taxes, il est fait référence aux pourcentages effectivement ajoutés au prix HT. Exemple avec la TVA : on dit communément que la TVA est égale à 20%, et non qu’elle vaut 16% (1/6e) du prix payé.

      Vous avez raison de rappeler les faits. La taxe sur l’essence est égale à 200% de son prix HT, taux 10 fois plus élevé qu’une TVA normale, illustration d’une spoliation fiscale tout à fait scandaleuse et proprement injustifiable.

      Les recettes des taxes sur l’essence représentent plus de 45 milliards par an. Ceci est à mettre en regard de la nouvelle taxe sur les avions qui va représenter une recette fiscale de 180 millions, soit un spectaculaire ratio de 4 contre 1000.

    • Il suffit d’etre elu…..

  • Au lieu de spéculer sur des chimères écolo, ces camelots de politicards feraient mieux de libéraliser et privatiser hôpitaux et autres entreprises étatiques qui ne s’en porteraient que mieux… Nos finances publiques aussi !!!
    Votre trouvaille « avion électrique » est géniale !!!!.. Ne le dites pas trop fort, ces clowns à roulettes de l’Elysée pourraient imaginer une nouvelle contribution-taxation pour financer la science-fiction de cet engin !

    • Il y a bien des projets d’avions électriques… mais ils nécessitent d’embarquer le générateur d’électricité, en gros une turbine fonctionnant à partir d’une bonne vieille énergie fossile, mais surtout pas des panneaux solaires ou des batteries, ces deux dispositifs relevant de l’arnaque escrologiste.

      • On n’a qu’à faire pédaler les passagers.

      • L’avion électrique est faisable… au sol ! La prochaine génération d’avions utilisera des moteurs électriques pendant toute le phase de roulage. En vol c’est une autre histoire. Il y a des prototypes, mais pour l’instant on ne sait pas faire un Paris-Marseille avec 150 passagers à bord.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles