L’arnaque écologique de Solar Impulse

Solar Impulse 2 over Payerne - by Tobrouk - CC BY NC ND 2.0

Solar Impulse ne serait-il qu’un prétexte pour un peu d’écologie-spectacle à destination des masses ?

Par Stéphane Montabert, depuis la Suisse.

Par accident ou peut-être le besoin de montrer un regain de pluralisme à l’approche du vote du 14 juin sur la redevance, la RTS se fendit samedi dernier d’un reportage tout à fait étonnant sur le bilan écologique réel de Solar Impulse, l’avion « solaire » de Bertrand Piccard.

Il pollue plus que tout ce que vous pouvez imaginer.

Alors que les écologistes nous rabâchent à tour de bras qu’il faut traquer les « coûts cachés » de la moindre capsule de café, les journalistes se sont contentés d’en faire autant avec Solar Impulse, additionnant ainsi :

  • L’énergie grise, soit le coût énergétique de la construction de l’appareil, y compris batteries, panneaux solaires, etc. – un coût particulièrement lourd dans le cas de Solar Impulse sachant que l’avion-prototype n’est évidemment pas le prélude à une production de masse ;
  • La pollution indirecte, à savoir toute l’énergie requise pour la conception et la récolte de fonds, les dizaines de dîners de gala et de conférences requises pour réunir les 150 millions de francs du projet ;
  • La pollution de réalisation, c’est-à-dire le coût d’accompagnement de Solar Impulse par une équipe au sol d’une soixantaine de personnes à chaque vol de l’avion solaire, avec les ordinateurs, les accès réseau, etc.

La conclusion est cinglante :

« L’aventure Solar Impulse consomme autant que si 200 personnes faisaient le tour du globe en avion de ligne. »

Si le reportage est assez complet, il n’aborde pourtant pas un point central à la base même du projet, l’idée que Solar Impulse vole « à l’énergie solaire ». C’est un grossier raccourci. Solar Impulse dispose effectivement de panneaux solaires et de batteries rechargeables pour rester en vol pendant les heures nocturnes, mais les batteries de l’avion sont chargées à bloc avant chaque décollage, à l’aide de courant électrique tout ce qu’il y a de plus banal !

Pour être un tant soit peu conforme à son esprit, Solar Impulse devrait recharger ses batteries sur le tarmac à l’aide des panneaux solaires disposés sur la surface de l’appareil ; ce n’est évidemment pas praticable, à cause des poussières et du temps que réclamerait la manœuvre. En fin de compte, au moins au décollage, il doit son envol à une bonne dose d’énergie nucléaire ou thermique selon le pays d’où il part…

Interrogé dans le reportage, Suren Erkman, professeur d’écologie industrielle à l’UNIL, explique avec raison que la comparaison entre Solar Impulse et un avion de ligne commercial n’est probablement pas appropriée ; il serait sans doute plus judicieux d’établir un parallèle avec la tournée mondiale d’un groupe musical de premier plan, avec son staff technique, son matériel, sa régie, etc.

Solar Impulse ne serait donc qu’un prétexte pour un peu d’écologie-spectacle à destination des masses ? Pour ceux qui suivent le dossier depuis assez longtemps, cela ne fait guère de doute. Au tour du monde en ballon succède l’avion solaire ; le modèle d’affaire reste le même, au confluent du marketing, du sponsoring et des causes à la mode. Et puisque le grand public pourrait finir par se lasser d’un n-ième « exploit » de son auteur, la sauce est diluée avec sagacité pour faire durer l’aventure (et les rentrées d’argent) le plus longtemps possible.

Solar Impulse est moins un défi technique ou une aventure écologique qu’une tournée événementielle orchestrée comme du papier à musique, jusque dans la façon dont les logos des sponsors sont subtilement mis en avant dans chaque plan-séquence. Inébranlable et volontairement hermétique à toute polémique, le chef de projet Bertrand Piccard botte en touche en invoquant commodément le symbole :

« [Le but de Solar Impulse] est de montrer que toutes nos technologies, qui nous permettent de voler jour et nuit avec un avion solaire sans carburant, doivent être utilisées au sol pour avoir une société plus propre, et un monde plus propre. C’est ça qui est important, et finalement c’est ça qui fait qu’il y a des millions de gens qui aiment ce projet et qui nous suivent. »

Bien sûr les panneaux solaires ont un bilan énergétique discutable, les batteries sont lourdes et polluantes, et il faut toute une équipe au sol pour parvenir péniblement à déplacer un unique être humain à bord à la vitesse moyenne de 80 km/h, tout ceci n’étant possible que lorsque toutes les conditions météorologiques sont réunies…

Ce n’est pas la force du symbole qui, une fois invoqué, permet de justifier à peu près n’importe quoi, mais bien celle d’une puissante magie, le show-business.

Sur le web