Êtes-vous pro-business ou pro-marché ?

Une politique pro-business favorise le lobbying et le capitalisme de copinage au détriment des consommateurs et des contribuables, au contraire d’une politique laissant jouer la concurrence…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Êtes-vous pro-business ou pro-marché ?

Publié le 31 août 2018
- A +

Par Damien Theillier.

Luigi Zingales est un économiste américain d’origine italienne. Il est l’auteur d’un best-seller, non publié en français à ce jour : A Capitalism for the People: Recapturing the Lost Genius of American Prosperity (2012) que l’on pourrait traduire par « Capitalisme pour le peuple : retrouver le génie perdu de la prospérité américaine ».

Dans ses travaux, il cherche à comprendre l’évolution du capitalisme en observant la pratique de l’entrepreneuriat et du lobbying :

  • En Italie, une culture de la défiance : défiance envers les autres, défiance envers l’argent, corruption, mafias ;
  • En Amérique, une culture de la confiance et de l’échange, fondée sur une Constitution qui limite les prétentions du pouvoir central.

Alors pourquoi l’Amérique est-elle en train de devenir comme l’Italie ? Rongée par la corruption des élites et le populisme ploutocratique ?

Selon Zingales, la crise de 2008 n’est pas la « faillite du libéralisme » sauvé par la main vertueuse de l’État, mais le sauvetage d’un « capitalisme de connivence » par l’État fédéral américain complice des financiers de Wall Street.

La promiscuité des politiciens de Washington et des grands dirigeants des institutions financières, généralement issus des mêmes grandes universités de l’Ivy League, aboutit à ce que le gouvernement privilégie ses amis au détriment des contribuables.

« Notre foi dans les marchés libres est érodée »

Selon Zingales, la croissance lente et une diminution de la mobilité sociale, au cours de la dernière décennie, ont entaché la réputation du libre marché en tant que créateur de prospérité. Traditionnellement, les États-Unis ont connu une démocratie relativement honnête et une forme transparente de capitalisme, qui ont encouragé une croissance économique robuste.

Historiquement, le respect des droits de propriété, le caractère sacré des contrats et la foi dans l’économie de marché ont grandement profité à l’Amérique. Ils ont apporté la prospérité non seulement aux personnes chanceuses nées dans ce pays, mais aussi aux millions d’immigrants venus du monde entier, attirés par la liberté et les opportunités américaines.

C’est de moins en moins vrai. Le taux de croissance a diminué en moyenne et nous avons une aggravation de l’inégalité des revenus.

Au cours de la dernière décennie, le revenu réel de la famille médiane a chuté de 7 %. Aujourd’hui, beaucoup plus de jeunes sont au chômage. En regardant les statistiques, nous constatons que les chances d’une trajectoire ascendante se réduisent, ce qui nuit au rêve américain.

Le rêve américain typique était « mes enfants seront plus riches que moi ». Une grande partie de la population d’aujourd’hui n’y accède pas. Le jeune homme qui entre dans la population active à 20 ou 22 ans gagne 19 % de moins en termes réels que ce que son père gagnait au même âge.

Dans ce contexte, beaucoup se demandent si le caractère sacré des contrats n’est pas qu’une feuille de vigne pour protéger les intérêts des riches au détriment des contribuables.

Il y a une méfiance généralisée concernant le fonctionnement des institutions et la façon dont les règles du jeu sont conçues. Le Code des impôts américain est rempli de failles et d’exemptions spéciales. Les relations politiques comptent plus que les idées novatrices ; les jeunes entrepreneurs apprennent souvent à faire du lobbying avant d’apprendre à gérer une entreprise.

« Pro-business » ne veut pas dire « pro-marché »

La distinction entre les politiques « pro-marché » et les politiques « pro-business » est fondamentale.

Le capitalisme pro-business, c’est le capitalisme de copinage : un système dans lequel l’appui du gouvernement aux grandes entreprises a supplanté le libre marché. C’est pourquoi il y a, selon Luigi Zingales, deux voies opposées pour retrouver le chemin de la confiance :

1° Récompenser l’effort et le sens des responsabilités afin de garantir que ceux qui tirent profit bénéficient également des pertes. Cela impliquerait d’abandonner l’idée que toute entreprise est trop grande pour faire faillite (« too big to fail ») et d’instituer des règles empêchant les grandes entreprises financières de manipuler le gouvernement au détriment des marchés. C’est l’approche « pro-marché ».

2° Le chemin alternatif consiste à apaiser la colère populaire avec des mesures telles que l’imposition de limites aux bonus des cadres et le renforcement de la dépendance au gouvernement des principaux acteurs financiers. Ces mesures font plaisir à la galerie, mais à long terme, elles compromettent le système financier et le prestige du capitalisme américain. En outre, elles consolident les mêmes pratiques qui ont conduit à la crise. C’est l’approche « pro-business ».

Telle est la voie d’un capitalisme des grandes entreprises : la concurrence sur le marché libre menace les entreprises bien établies. Celles-ci utilisent alors souvent leur force politique pour limiter les nouvelles entrées dans leur secteur. Ainsi elles renforcent leurs positions, mais au détriment des clients qui en paient le prix fort.

La pire conséquence du capitalisme de copinage est politique. Car plus un système est dominé par les copains, plus il suscite du ressentiment. Pour maintenir le consensus, les initiés doivent distribuer les privilèges et les subventions — et plus ils en distribuent, plus la demande devient forte.

« Ne nourrissez pas les animaux sauvages »

Quand vous allez au Grand Canyon, explique Zingales, il y a un panneau : « merci de ne pas nourrir les animaux sauvages ».

Si vous nourrissez les animaux sauvages, ils perdent leur habitude de chercher de la nourriture par eux-mêmes, ce qui est mauvais pour leur survie à long terme.

Je me demande toujours pourquoi ne pas mettre un panneau comme celui-ci à Washington à l’attention des politiciens, conseillant de ne pas alimenter le système de la libre entreprise.

Le problème est que les hommes d’affaires n’aiment pas mettre des panneaux : « ne pas nous nourrir. » Nous devons toutefois l’imposer parce que cela permet la survie du système de libre marché à long terme.

C’est pourquoi, selon Zingales, le Code des impôts a besoin d’une révision qui élimine le traitement spécial et interdise toute forme de subvention aux entreprises à commencer par le renflouage des banques.

Nous devons trouver des moyens pour introduire davantage de concurrence dans les secteurs tels que l’éducation et les soins de santé, tout en élargissant les opportunités économiques pour les personnes à l’extrémité inférieure de l’échelle des revenus.

Et nous devons limiter le pouvoir politique qu’ont les titulaires de la grande industrie sur la législation. Non seulement ils faussent la législation, mais ils obligent aussi les nouveaux entrants à faire du lobbying au lieu de se concentrer sur la fabrication de produits plus innovants et moins chers.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • En France, le lobbying est partout et de toute nature, il erre dans les couloirs du matin au soir.
    Il devient urgent d’en finir avec ces pratiques…

    Merci à l’auteur pour cet article de qualité

    • Dror45-g , vous avez tout à fait raison ; et partant du principe que notre pays est généralement gouvernés par des individus qui n’ont pas de mal à se laisser corrompre , autant dire que l’on n’est pas sorti de l’auberge ;

      • @ véra

        Je pense que pour cette raison un changement profond de notre pays passe par une refonte totale de la structure (Constitution, mode de scrutin, code fiscal, pénal, du travail, de la route, la défense, les prisons…
        toute l’organisation de l’état, mais ne se limite pas au remplacement des personnes.
        Ainsi ceux que vous citez n’y auraient plus leur place mais le libre marché lui, aurait la sienne .

    • C’est vrai, mais plutôt que de s’attacher à essayer de faire disparaître les lobbies, tâche qui me semble bien compliquée, je serais pour une totale transparence.
      En gros, lors d’élections, je saurai quel(s) lobby(ies) on me demande de soutenir, je pourrais alors choisir, d’aller à la pêche ou de voter…

      • Attention au lobby de protection des poissons !

      • @ Leipreachan
        « je serais pour une totale transparence. »

        Si la transparence consiste à vous dire que je me suis fait construire une piscine avec votre argent, ce n’est pas un progrès, mais une provocation.

        Si en plus, j’ajoute par la suite que je préfère la mer, je peux deviner sans mal votre réaction.
        (Cet exemple est sans lien avec des personnes existantes !) 🙂

  • « davantage de concurrence dans les secteurs tels que l’éducation et les soins de santé »

    Et surtout dans l’enseignement de la médecine et dans la justice de la médecine

  • Adepte de la « main invisible » (Adam Smith) je suis personnellement Pro-Marché.

    • @Michel P.

      « la main invisible »est le résultat de comportements humains déterminés…….

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Mon_oncle_d%27Am%C3%A9rique

      • @LEONIDES

        Désolé de vous avouer que l’analyse du cortex humain n’a jamais troublé mes idées sur l’économie. Peut-être et même certainemant qu’un Adam Smith lui, y aurait pensé. Bien à vous quand même.!

        • Michel P.

          Ne soyez en rien désolé,et sachez que tout comme vous je ne suis nullement troublé par quoique ce soit pour penser « économie ».
          L’économie est une science passionnante impliquant la pluridisciplinarité.
          La complémentarité de diverses disciplines ne permet-elle pas une meilleure compréhension des problèmes ?
          Je vous accorde qu’il ne s’agit pas pour autant d’être « tourmenté »!!!
          il s’agit simplement de penser au plus juste et d’être le mieux informé.
          il est par ailleurs à souligner que le film d’Alain Resnais, d’une autre époque, abordait les sujets dans l’air du temps des années 70-80.
          P.S. : Les comportements humains ont bien été étudiés par Adam Smith qui était aussi un brillant philosophe.
          https://www.contrepoints.org/2016/10/04/267564-theorie-sentiments-moraux-dadam-smith-15

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors de l'European Liberty Forum à Varsovie, la rédaction de Contrepoints a pu rencontrer des personnalités importantes du mouvement libéral tel que Brad Lips.

Brad Lips est le directeur général d'Atlas Network, qui augmente les opportunités et la prospérité en renforçant un réseau mondial d'organisations indépendantes de la société civile qui promeuvent la liberté individuelle. Il est membre du conseil d'administration de l'American Friends of the Institute of Economic Affairs et de l'Institute of Economic Studies-Europe. En tant que ... Poursuivre la lecture

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles