Éloge de la concurrence contre la connivence

Contre l’État protectionniste, Jean-Marc Daniel signe un essai novateur qui s’inscrit dans le sillage de la pensée de l’économiste libéral François Quesnay.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éloge de la concurrence contre la connivence

Publié le 9 avril 2015
- A +

Par Damien Theillier.

Daniel Etat de connivenceJean-Marc Daniel économiste français, est professeur d’économie à l’ESCP Europe. Il est également chroniqueur sur BFM Business et directeur de la revue intellectuelle Sociétal. Il travaille essentiellement sur la politique économique, dans ses dimensions théoriques et historiques.

« Soyons clairs, l’élite de la fin du XXe siècle était keynésienne, il faut que celle du XXIe siècle soit quesnaysienne », écrit-il dans l’État de connivence, par référence au grand physiocrate François Quesnay (1694-1774). Dans cet essai à la fois brillant et provocateur, Jean-Marc Daniel analyse les mécanismes modernes de la rente et dénonce le retour des rentiers. Oui il y a montée des inégalités, mais pas comme on le croit !

Quesnaysiens contre keynésiens

Pour commencer, Jean-Marc Daniel renvoie dos-à-dos les défenseurs néomercantilistes de la « compétitivité », et les protectionnistes qui se cachent derrière des néologismes comme la « démondialisation », tous héritiers de théories réfutées avec succès par Quesnay dès le XVIIIe siècle. La stratégie mercantiliste consistait à capter la croissance des autres pays, tout en protégeant un appareil productif obsolète. Or cela se faisait au détriment du pouvoir d’achat de la population qui subissait une dévaluation de sa monnaie et un coût des importations élevé.

À la fin du XVIIIe siècle, l’école de la physiocratie avait compris que la réponse au problème de la dette publique et de la pauvreté était la croissance économique. Pour lutter contre les banqueroutes à répétition et leur cortège de faillites, il fallait permettre la concurrence et ainsi encourager le progrès technique. Dans son éloge funèbre de François Quesnay, le comte d’Albion résumait ainsi les travaux de l’économiste pour assurer la croissance : « Restreindre autant qu’il est possible les frais des travaux, des transports, des fabrications de toute espèce. On ne peut y parvenir sans dégradation et sans injustice que par la liberté la plus grande de la concurrence […]. Il faut donc sur le travail ni prohibitions, ni taxes, ni privilèges exclusifs. »

Selon Jean-Marc Daniel, comme le préconisait François Quesnay, il est temps d’en finir avec la tentation du protectionnisme, il faut renforcer le libre-échange, lutter contre les « prohibitions », les « privilèges exclusifs », et miser sur la croissance de l’offre productive à long terme, seule capable d’élever durablement notre niveau de vie.

Comment l’État génère des rentes

etat de connivence rené le honzecQuels sont aujourd’hui les vrais obstacles aux réformes structurelles dont la France a besoin ? Dans L’État de connivence, son dernier livre, Jean-Marc Daniel répond en un mot : la connivence. De quoi s’agit-il ? D’un copinage entre secteur public et secteur privé, sur le dos du consommateur et du citoyen. Des entreprises cherchent auprès de l’État des protections financières ou réglementaires. Elles veulent échapper à la concurrence et demandent à l’État de les protéger contre la perversité du marché ou la déloyauté de la concurrence. Autant de fausses justifications destinées à maintenir un niveau de prix largement supérieur à ce qu’il devrait être.

Connivence entre un patronat qui craint la concurrence par-dessus tout, une gauche protectionniste et un gouvernement qui affiche des tendances colbertistes. Connivence organisée autour du maintien des rentes de toutes natures, et notamment celles des nombreuses professions qui vivent des largesses de l’État-providence… Connivence, donc, garantie par l’État, sorti de son rôle. Et seule la concurrence permettra de mettre fin aux privilèges. Toujours stimulant, Jean-Marc Daniel défend ici une société fondée sur le talent plutôt que sur la rente.

Une citation résume bien son propos. Elle provient de Luigi Zingales, dont s’inspire Jean-Marc Daniel et dont j’avais traduit un article (ici) :

« Les Tea Parties dénoncent l’accroissement du poids de l’État, le mouvement Occupy Wall Street dénonce lui le poids et l’emprise énorme de grandes entreprises. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est qu’ils combattent deux faces d’un même monstre : l’entremêlement entre l’État mammouth et les grandes entreprises. » (A Capitalism for the People: Recapturing the Lost Genius of American Prosperity)

Comme Zingales, Jean-Marc Daniel préconise un capitalisme au service du peuple, un capitalisme qui tourne le dos à la connivence pour permettre à chacun d’exprimer ses talents en se confrontant aux autres sur des marchés concurrentiels. L’enjeu, c’est la défense du « travailleur pauvre, mal protégé par les syndicats fonctionnarisés, qui paie trop cher les produits, qui subit une pression fiscale devenue confiscatoire pour payer une fonction publique pléthorique ».

Les vraies fonctions de l’État

Selon l’auteur, l’État ne doit pas se tromper de priorité : il doit contribuer à créer un environnement favorable à l’élévation du revenu des pauvres, plutôt que de chercher à taxer les riches au nom de la lutte contre les inégalités. L’impôt sur le revenu est punitif, il n’aide pas les pauvres, il punit les riches. Le but de la politique n’est pas d’abaisser une partie de la population. C’est au contraire de faire émerger les talents.

La politique monétaire américaine des années 2000, menée pour permettre à l’État de s’endetter sans limites et à moindre coût, a échoué.

La concurrence est l’outil privilégié de l’action publique. L’État ne doit pas s’interdire de réfléchir à ses propres missions en termes de concurrence. Dans beaucoup de domaines, il n’a pas besoin d’agir lui-même, il doit laisser le secteur privé s’organiser. « De maître d’œuvre, il doit devenir maître d’ouvrage », écrit Jean-Marc Daniel.

La concurrence est à la fois le plus puissant outil de régulation et de redistribution et en même temps le plus juste. C’est pourquoi l’auteur plaide pour la suppression du statut de fonctionnaire, à l’instar de la Suède et pour la privatisation de l’assurance maladie

Finalement, conclut-il, nous sommes arrivés à un stade où nous pouvons changer radicalement de direction. Le communisme est derrière nous, le keynésianisme également. Il devient possible de revenir à Quesnay et à la concurrence.

  • Jean-Marc Daniel, L’État de connivence, Ed. Odile Jacob, 198 pages.

Voici quelques vidéos avec Jean-Marc Daniel, notamment sur son dernier livre :


Sur le web. Publié initialement sur 24hGold.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • je crois qu’il faut arrêter de chercher le système idéal. c’est une utopie de dire qu’en changeant ceci où cela, tout ira mieux. ce sont les hommes qu’il faut changer, et alors le monde sera meilleur.

    • Gurk espèce de taré socialiste, ouvre donc un livre d’histoire…
      Jm daniel oublie juste que les politiques n’aiment pas non plus la concurrence

  • Mr Daniel à entièrement raison ayant lu son livre…Il oublie toutefois la nécessité de maintenir la stabilité de la valeur de la monnaie dans le temps donc au minimum le retour à une couverture au mois partielle en or …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Vendeuse de fruits devant ses étalages
1
Sauvegarder cet article

C’est une histoire, un témoignage, que l’on entend souvent.

Vous avez créé un produit, vous pensez qu’il est formidable, il y a déjà quelques clients. C’est le début de l’aventure de start-up.

Mais voilà, pour trouver les clients suivants, on se heurte à :

« Mais vous êtes trop fragiles, revenez quand vous aurez trois ans d’ancienneté et plusieurs clients », « je ne peux pas vous acheter votre produit car je ne veux pas que mon entreprise représente 80 % de votre chiffre d’affaires », « j’ai déjà un produit qui fait un pe... Poursuivre la lecture

Première partie ici Deuxième partie ici Troisième partie ici

Dans ce dernier billet qui clôture notre chronologie de la Loi des débouchés, nous nous intéresserons aux économistes qui ont écrit sur la loi de Say après l’effet de Lord Keynes dans le domaine de la science économique.

Je passe, ici, volontairement sur Leijonhufvud et Hutt, car ils ont chacun fait l’objet d’un article qui peut être relié au concept théorique de la Loi de Say (la théorie de l’oisiveté des ressources pour Hutt, la théorie Z pour Leijonhufvud).

J... Poursuivre la lecture

Nous voilà, pour le troisième billet de cette série, dans une autre nécessité : celle de juger la compréhension de la loi de Say par des économistes qui ont précédé de peu Lord Keynes, qui a été un point de basculement dans la compréhension de l’économie des économistes classiques. Nous aborderons ici deux auteurs : Alfred Marshall et Frederick Lavington.

 

La compréhension de la loi de Say par le professeur de John Maynard Keynes

D’autres économistes, autres qu'Alfred Marshall, avaient une certaine vision de la Loi de Say,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles