Le vote du Sénat pour les énergies renouvelables : des incohérences

Ce projet de loi prévoit en particulier un développement de l’éolien et du solaire qui entre en contradiction avec la volonté affichée de développer aussi le nucléaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le vote du Sénat pour les énergies renouvelables : des incohérences

Publié le 15 février 2023
- A +

Le projet de loi d’accélération des énergies renouvelables a été adopté au Sénat mardi 7 février par 300 voix « pour » et 13 voix « contre ».

Que cache ce vote du Sénat en faveur des énergies renouvelables contraires aux intérêts de la nation ?

 

Un vote aberrant

Ce vote aberrant de la plupart des sénateurs de droite (Les Républicains) pourtant souvent critiques envers les éoliennes et autres panneaux photovoltaïques est-il le résultat d’un marchandage ?

Quels sont les sombres calculs derrière cette décision ?

Les Sénateurs seraient-ils tombés dans un piège machiavélique ou bien ont-ils considéré qu’il était nécessaire d’en passer par cette gabegie financière contre l’intérêt général des Français pour faire accepter le développement du nucléaire en France ?

En effet, ce projet de loi prévoit en particulier un développement de l’éolien et du solaire (deux sources d’énergie aléatoirement variables, voire intermittentes) qui entre en contradiction avec la volonté affichée de développer aussi le nucléaire dont la production doit être massive et la plus stable possible.

Ce texte viserait à rattraper le « retard » de la France dans les énergies renouvelables intermittentes (EnRI), notamment l’éolien et le solaire.

Ces dernières sont pourtant nuisibles pour l’équilibre du réseau, les émissions de CO2 et le portefeuille des Français, alors que la France est en avance en Europe et dans le monde pour sa production d’électricité décarbonée grâce principalement au nucléaire !

 

Manque d’anticipation

En se soumettant aux diktats de l’Europe et particulièrement de l’Allemagne, les pouvoirs publics ont été surpris en 2022 par leur propre manque d’anticipation et leur impéritie depuis près de 20 ans dans le domaine de la production nationale d’électricité.

Ils ont soudain découvert la nécessité de la production d’électricité nucléaire décarbonée qui permet de diminuer la consommation de gaz et de charbon. Mais il est rapidement apparu à ces « décideurs éclairés » que de telles décisions n’auraient guère d’effets significatifs sur la production d’électricité avant une dizaine d’années au mieux.

D’où une réflexion visant à prolonger la durée du parc nucléaire existant à 60 ans, puis éventuellement à 80 ans, comme aux États-Unis

Un vote bienvenu du Sénat a déjà supprimé la limitation arbitraire du nucléaire à 50 % dans le mix électrique en France en 2035.

En effet, les réacteurs nucléaires français n’ont pas une durée de vie déterminée à l’avance.

Leur prolongation intervient après une visite décennale approfondie de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Cette dernière consiste à vérifier la conformité des phénomènes de vieillissement et à augmenter le niveau de sûreté pour approcher au mieux celui des réacteurs de troisième génération du type EPR.

Or, le développement inconsidéré des énergies renouvelables (EnRI) envisagé par le projet de loi actuel risque de diminuer la durée de vie des réacteurs à cause de la production non pilotable et intermittente des EnRI nécessitant une modulation nucléaire pour répondre à la demande et équilibrer le réseau.

 

La modulation nucléaire

La modulation nucléaire (appelée encore suivi de charge et pratiquée en France depuis les années 1980) consiste à diminuer temporairement la puissance fournie par un réacteur, sans l’arrêter (son redémarrage demande environ 24 heures).

Cette modulation est rarement mise en œuvre dans le monde car compte tenu du coût de l’investissement initial, il est plus rentable de faire fonctionner ces réacteurs en permanence à pleine puissance, c’est-à-dire « en base ».

En effet, contrairement à une centrale thermique « à flamme » utilisant du gaz, du charbon, ou du bois, pour laquelle les coûts variables du combustible sont importants, les coûts d’un réacteur nucléaire sont essentiellement fixes (environ 90 % pour l’amortissement, le personnel et la maintenance car l’uranium ne coûte presque rien).

En revanche, le coût de production d’un réacteur nucléaire augmente rapidement s’il ne fonctionne pas à pleine capacité.

Ainsi, dans la plupart des pays, chaque réacteur produit environ 8 térawattheures (TWh) par an par gigawatt installé, alors qu’en France il atteint à peine 6 TWh à cause de cette modulation qui abaisse la production nucléaire pour laisser la place aux productions éoliennes et solaires quand elles sont présentes.

Historiquement, la France module son parc nucléaire depuis longtemps pour diminuer la production pendant les périodes de moindre consommation (nuits, jours fériés, été…) parce que c’est le seul pays au monde avec une proportion de 75 % de nucléaire dans son mix électrique.

Mais hélas, depuis plus de 10 ans, l’ajustement à la production aléatoire et intermittente des EnRI (éolien et photovoltaïque) devient prépondérant (puisqu’elles ont une priorité d’accès au réseau) et accroit cette modulation.

Quand ces EnRI produisent beaucoup (les jours de vent et de soleil) et que la demande est faible, il devient nécessaire de ralentir la production de près d’une trentaine des 56 réacteurs nucléaires existants (il y en avait 58 avant l’inique fermeture des deux réacteurs de Fessenheim en 2020) pour « désengorger » le réseau.

 

Complémentarité fictive

Il est inexact de parler d’une « complémentarité du nucléaire avec les EnRI » car cette soi-disant complémentarité fonctionne à sens unique à cause de la priorité d’injection donnée aux EnRI non pilotables au détriment du nucléaire contraint de s’effacer en diminuant sa production !

Puis il doit l’augmenter rapidement si nécessaire (avec les autres moyens pilotables) lorsque le vent et le soleil cessent de souffler et de briller…

En revanche, quand les EnRI sont absentes par manque de vent et/ou de soleil, le nucléaire doit faire face quasiment seul à la demande avec l’appui des faibles moyens thermiques à flammes pilotables restants (charbon, gaz et bois).

Et ce soutien bancal peut avoir de graves conséquences.

 

Modulation nucléaire et EnRi

La modulation nucléaire de plus en plus forcée par le développement nuisible des EnRI conduira donc à une impasse technique si des mesures correctives ne sont pas anticipées et mises en œuvre.

En effet, la modulation a des effets sur le matériel : dégâts possibles sur la structure des cœurs et vieillissement prématuré de certaines pièces et circuits. Les réacteurs américains ne sont pas soumis à de telles variations.

Le président de l’ASN a synthétisé le problème :

« Avec l’arrêt de la production pilotable utilisant des combustibles fossiles, les fluctuations de la demande d’électricité devront être encaissées par le parc nucléaire. D’où la question : est-ce que cela conduit à des effets particuliers en termes de prolongation du parc ? ».

Par ailleurs, la modulation a aussi des conséquences néfastes sur les finances d’EDF. Elle contrecarre les efforts attendus du groupe pour développer son parc de réacteurs nucléaires.

La perte est d’environ 10 milliards d’euros par an en estimant à 1,5 TWh non vendu par GW installé à cause de la modulation » (multiplié par les 61 GW nucléaires d’EDF) pour un prix de marché de 100 euros/MWh).

De plus, ces pertes de revenus augmentent le coût de l’électricité produite car les coûts fixes des installations et du personnel demeurent, et ils sont prépondérants.

Bien entendu, les producteurs d’électricité issue des EnRI ne sont pas tenus de compenser les coûts supplémentaires qu’ils engendrent pour EDF et pour la collectivité (clients et contribuables) et ne sont pas pris en compte dans le coût global des EnRI !

Cette modulation nucléaire au profit de sources d’électricité non pilotables éoliennes et photovoltaïques, plus chères et plus émettrices de gaz à effet de serre, est une aberration.

Ce choix étrange du « en même temps » gouvernemental risque de réduire la durée de vie des réacteurs par une usure prématurée. Il expose donc la France a une rude sobriété forcée mais aussi à une redoutable pénurie d’électricité.

Heureusement il existe des solutions.

 

Les solutions

  1. Supprimer dès que possible la priorité d’injection sur le réseau d’électricité en faveur des renouvelables non pilotables. Cette priorité doit être attribuée d’abord à l’hydraulique fluviale (au fil de l’eau), puis au nucléaire.
  2. Arrêter le développement des EnRI non pilotables, notamment éolien et solaire, néfastes au fonctionnement du réseau d’électricité et du parc nucléaire contrairement au vote récent du Sénat en leur faveur.
  3. Accroître la durée de vie du parc nucléaire actuel le plus longtemps possible (il n’existe plus d’autres possibilités sauf à augmenter la production au gaz et au charbon).
  4. Renforcer les capacités de stockage hydraulique du type STEP (Stockage par Transfert d’Énergie par Pompage).
  5. Reporter sur les producteurs d’EnRI les coûts de leurs productions aléatoires et intermittentes aujourd’hui supportés principalement par le parc nucléaire et les contribuables.
  6. Arrêter de promouvoir des mesures de sobriété incohérentes, notamment la nuit durant les « heures creuses » alors que la capacité de production est disponible. Elles perturbent le fonctionnement du parc de production sans intérêt pour les clients.

 

Ce n’est qu’en prenant en compte l’intérêt de la nation et non en se livrant à de sombres calculs politiciens que la situation énergétique précaire de la France pourra s’améliorer.

C’est donc en agissant à l’inverse du vote incohérent, probablement « politique » mais irresponsable, des sénateurs.

En effet, le développement des EnRI ruinent les Français et contribuent au cycle infernal de la modulation nucléaire nuisible à EDF.

Les Français retrouveront des prix acceptables de l’électricité et la sécurité d’approvisionnement électrique au moins jusqu’en 2060 et probablement largement au-delà lorsque les responsables politiques auront pris conscience de l’intérêt général et accepteront les lois de la physique.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • @L’auteur
    Ici, vous prêchez à des convertis. Il faudrait essayer de vous exprimer dans des médias grand-public.

  • C’est bien connu : le sénateur est gros mangeur.
    Personne ne devrait s’étonner qu’il choisisse fromage et (aussi) dessert.

    • Le combat de Michel Gay est touchant. Le petit côté Don Quichotte contre les « Géants ».
      Ses aventures devraient faire l’objet d’un roman picaresque. Avec moults rebondissements et force détails techniques.

      -11
      • Quand on n’a pas d’argument à présenter, on se tourne vers l’attaque personnelle. Vieux comme le monde…
        Tout ça pour cacher que si les renouvelables ruinent les Français, il y en a malgré tout quelques uns qui y ont trouvé le bon filon pour vivre aux dépens de leurs concitoyens.

        11
        • J’ai connu un vieux, qui, sur la fin de sa vie, s’était mis à radoter et divaguer.
          Pendant un temps, nous cherchâmes à lui faire entendre raison. Puis, en en constatant l’inutilité, nous nous contentâmes de l’entourer de toute notre affection.
          Au fait, quel âge avez-vous ?

          -7
  • N’oubliez pas que pour un écolo, l’énergie doit être chère. L’idéal étant l’humanité à l’âge de pierre.

  • Une autre solution : laisser les centrales nucléaires en régime optimal et moduler la consommation en hydrolysant de l’eau pour fabriquer de l’hydrogène (« vert » depuis peu ! – merci l’Europe)
    De plus ce serai faire la nique à nos « partenaires » allemands qui fabriquent de l’électricité verte avec de la lignite !

    -2
    • heu, oui mais pourquoi perdre 90% de l’énergie produite pour la chimère hydrogène ?

      • Et encore ! Il me semble que 10% de rendement pour le cycle énergie -> hydrogène -> énergie est bien optimiste…

        • vous avez raison, c’est un rendement théorique calculé….. sur les enthalpies de formation et combustion. Compte tenu de nos technologies , YA encore du boulot… et pourtant l’ADEME donne environ 14% ???

          • A vue de nez, ça doit être le rendement théorique quand il n’y a pas besoin de construire des réacteurs pour y faire les réactions, de transférer l’hydrogène de l’un à l’autre, et que la chaleur à la compression est récupérée pour chauffer les plats et le froid à la détente pour réfrigérer les morgues…

          • Il y a longtemps que l’ADEME, organisme complètement noyauté par les écologistes, ne dis que des bêtises et n’analyse correctement plus rien

    • La grande mode de l’hydrogène actuelle est une merveilleuse invention des promoteurs éoliens reprise par beaucoup sans aucune véritable réflexion.
      C’est essentiellement le cheval de Troie de l’éolien qui permet de donner une impression d’utilité à une filière de production qui accumule tous les défauts techniques, économiques et environnementaux.
      Dans quelques années, le vote de cette loi apparaitra comme le coup de pouce supplémentaire au nouveau désastre qui se prépare.

  • pour bien comprendre les ordres de grandeur : https://www.youtube.com/watch?v=wDOI-uLvTnY
    donc la réalité.

  • Merci, M. Gay pour vos explications. Oui, le vote des sénateurs est tout simplement incompréhensible, incohérent et, pour le moment, inexplicable. Mais comment peut-on avoir de telles oeillères?

    • @Mariah : ignorance et lâcheté sont les défauts les mieux partagés entre M. Enmêêêêêêmetemps, son Gouvernement et les parlementaires de tous bords.

      Honneur aux 13 sénateurs, aussi minoritaires que les Français libres en juin 1940, qui ont eu la lucidité et le courage le 07 février 2023 de voter contre cet aberrant « projet de loi d’accélération [!!!] des énergies renouvelables » [non : INTERMITTENTES, le terme « renouvelable » étant de la propagande escrologiste mensongère en ce qui concerne l’éolien et le solaire ; « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » (Camus)].

      Honte aussi aux médias grand public, lesquels, par ignorance, conformisme et lâcheté, relaient continûment et intensément les mensonges escrologistes.

      Ce qui est terrible, c’est que 95 % des personnes ayant accès à l’expression publique, voire la contrôlant, diffusent ces idées escrologistes ou en sont solidaires, au moins par leur silence. Dans ce contexte délétère, donner la parole à des personnes compétentes et libres comme Michel Gay romprait ce « pacte » malhonnête, ce qui serait trop gênant pour tous ces gens-là. C’est un peu comme la dénonciation des crimes du communisme qui n’était pas fréquente dans le reste de la gauche parce que celle-ci était tellement compromise par des « compagnonnages de route », des alliances électorales répétées, des complexes vis-à-vis des militants durs et intransigeants, la peur d’apparaître comme des « réactionnaires », voire des propagandistes du vichysme ou du « fascisme », etc..
      Mutatis mutandis, cela rappelle l’état d’esprit en France dans les années 1930 quand quasiment personne ne voulait entendre les avertissements des trop rares experts lucides, comme Charles De Gaulle (cf. notamment « Vers l’armée de métier » et « L’Avènement de la force mécanique » [*]), les traitant au mieux par l’étouffoir du silence médiatico-politique, au pire par des railleries, voire des menaces. On connaît la suite.
      [*] : « L’Avènement de la force mécanique » était un mémorandum lucide, désespéré et, hélas, prophétique adressé le 26 janvier 1940 par le colonel De Gaulle, qui commandait alors le 507e régiment de chars, à l’attention de quatre-vingts personnalités civiles et militaires, dont le président du Conseil, Edouard Daladier, son ami Paul Reynaud, alors député de Paris, le chef d’Etat-Major général Maurice Gamelin et le général Maxime Weygand : il s’agissait d’un véritable cri d’alerte demandant, arguments solides à l’appui, un changement radical de stratégie afin d’éviter le pire.
      Et delenda est escrologia !

      Et delenda est escrologia !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pendant que la France hésite entre fermer ses centrales nucléaires et les relancer dans un En Même Temps foutraque très macronien, des sociétés se lancent dans la production de petits réacteurs nucléaires modulaires (SMR pour small modular reactor), notamment aux États-Unis.

Au-delà des géants du secteur (comme Westinghouse, General Electric Hitachi Nuclear, General Atomics), on peut évoquer NuScale, TerraPower (financé par Bill Gates, au passage) ou encore Kairos Power…

Cependant, le petit dernier (arrivé il y a quelques années... Poursuivre la lecture

De palinodies en atermoiements, un pouvoir comme jamais incompétent et ce qu’il reste du flamboyant opérateur historique d’autrefois n’en finissent pas de se demander comment et avec quels moyens reproduire avec succès un plan Messmer à échelle réduite.

La vérité est que, sans un spectaculaire ressaisissement de notre politique électro-énergétique, la fin de l’histoire du Dassault de l’électricité française menace bel et bien d’avoir sonné. Amputée voilà 24 ans de son organe de pilotage industriel en charge des maîtrises d’œuvre et d’o... Poursuivre la lecture

Un argument fréquemment présenté par les producteurs d’énergies intermittentes, c’est qu’il y a toujours du vent ou du soleil quelque part en Europe.

Le site de l’Institut Fraunhofer « Energy charts » présente en temps réel la production de tous les pays d’Europe, et le cumul pour l’Europe et l’Angleterre. (par semaine, mois ou année). Tout un chacun peut donc vérifier ce qu’il en est. Un rapide examen de l’année 2023 permet d’identifier des périodes (assez nombreuses, et parfois de plusieurs semaines en été) où le dit « foisonnement »... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles