Semences de betteraves enrobées d’un néonicotinoïde : retour sur deux scandales

Le cirque politico-médiatique est partant pour une nouvelle représentation du numéro des « néonicotinoïdes tueurs d’abeilles ». Il repose sur de belles escroqueries.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo de Meggyn Pomerleau sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Semences de betteraves enrobées d’un néonicotinoïde : retour sur deux scandales

Publié le 16 décembre 2022
- A +

 

Dans « Fesneau favorable à une nouvelle dérogation pour les néonicotinoïdes », la France Agricole (accès libre) rapporte que le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Marc Fesneau, a déclaré le 8 décembre 2022, dans une vidéo diffusée lors de l’assemblée générale de la Confédération Générale des Planteurs de Betteraves (CGB) :

« Une troisième [dérogation] est à venir, en tout cas je l’espère, et je pense qu’elle sera utile pour pouvoir déroger (sic) et lutter efficacement contre la jaunisse en attente de solutions alternatives »

 

Une annonce qui ne mange pas de pain

Il n’y a là rien de bien époustouflant. Du reste, on peut interpréter cela comme un vœu pieux du successeur de l’énergique Julien Denormandie.

C’est la mise en œuvre – espérée – de l’article L253-8, deuxième alinéa du II, du Code rural et de la pêche maritime – qui permet des dérogations sous certaines conditions jusqu’au 1er juillet 2023 –, combiné à l’article L253-8-3 – qui limite ces dérogations aux semences de betteraves sucrières. Admirez aux passage la fantastique technique rédactionnelle… deux articles alors qu’il suffisait d’ajouter trois mots à l’un.

Il s’agit d’une dérogation de 120 jours, conforme au droit européen (article 53 du règlement (CE) n° 1107/2009). Elle permet de produire et d’utiliser sous certaines conditions des semences de betteraves sucrières enrobées d’imidaclopride ou de thiaméthoxame afin de lutter contre les pucerons vecteurs de viroses (des jaunisses) qui peuvent être très impactantes sur le rendement et la rentabilité des cultures (voir ici la dérogation de 2021). En 2020, la jaunisse avait entraîné la destruction de 30 % de la récolte de betteraves sucrières, 60 % localement, et 280 millions d’euros de pertes.

En l’état actuel des choses, cette dérogation est indispensable à moins de tuer la filière sucrière avec toutes ses industries connectées et d’importer sucre, éthanol et autres produits dérivés. Bien sûr on peut contester en arguant d’un hiver suffisamment froid pour éliminer les réservoirs de pucerons… et mettre le risque de se planter à la charge des producteurs.

 

Premières protestations

Et pourtant… On peut s’attendre à des remous politiques et médiatiques…

Voilà déjà l’ancienne ministre de la Transition écologique et maintenant députée Renaissance, Barbara Pompili, monter au créneau pour défendre ce qu’elle avait obtenu de haute lutte – après avoir dû manger son chapeau et renoncer à une interdiction absolue : la limitation dans le temps de la faculté d’accorder des dérogations à 2023. « Hâte de lire ce rapport », écrit-elle ? Elle y apprendra sans doute que les « alternatives » n’apparaissent pas à la suite d’un claquement de doigts. Et sauf miracle cela ne changera pas son positionnement.

Voilà déjà un conseiller municipal de Villiers/Marne, sans doute spécialiste de la betterave et de ses ennemis (ironie) mais « fervent défenseur de la cause environnementale », qui insulte la filière betteravière et ses acteurs…

Voilà déjà une entité incorporée sous forme d’association, en relations mutuellement profitables avec le biobusiness, qui, sans connaître l’état actuel du dossier, annonce déjà une position dogmatique…

Voilà déjà une journaliste…

 

La « science » militante… et complotiste

En fait, elle fait bien de nous rappeler que « Ces pesticides sont une arme de destruction massive des abeilles ».

Mais c’est là un article de foi de la mouvance antipesticides et un puissant élément de langage d’une profession apicole qui, notamment en France, a « chargé » les néonicotinoïdes pour des « crimes » – la mortalité ou l’effondrement des colonies d’abeilles – qu’ils n’ont pas commis.

L’interdiction de trois néonicotinoïdes dans l’Union européenne pour toutes les espèces cultivées et tous les usages sauf en milieu confiné (clothianidine, imidaclopride, thiaméthoxame), suivie du non-renouvellement de l’autorisation d’un quatrième (le thiaclopride), a une longue histoire.

L’une des étapes clés a été ce qu’il faut bien appeler un complot ourdi par des scientifiques. Nous l’avons décrit plus en détail dans « La condamnation d’abord ! La motivation ensuite !… Malice au Pays des Abeilles » sur le blog Imposteurs.

Ce complot est parfaitement et irréfutablement documenté par les conspirateurs eux-mêmes dans le compte rendu d’un « atelier de travail » tenu à Orsay, à l’Université de Paris-Sud, du 28 au 30 juin 2010, et dans son annexe.

Voici un extrait qui démontre que l’on a planifié une « science » militante au service d’une cause :

« Il a été convenu que, sur la base des résultats de la réunion de Paris, les quatre études (research papers) clés seront publiées dans des revues à comité de lecture. Sur la base de ces documents, une étude sera soumise à Science (premier choix) ou Nature (deuxième choix) ; elle présentera de nouvelles analyses et conclusions dans toutes les disciplines scientifiques pour démontrer de façon aussi convaincante que possible l’impact des néonicotionoides sur les insectes, les oiseaux, les autres espèces, les fonctions des écosystèmes, et les moyens de subsistance de l’Homme. Ce papier à fort impact aura un premier auteur soigneusement choisi, un noyau d’auteurs composé de sept personnes ou moins (y compris les auteurs des quatre premiers documents), et un ensemble d’auteurs plus large pour obtenir une couverture globale et interdisciplinaire. Une quantité importante de preuves à l’appui figureront en ligne dans la partie « Supporting Online Material« . Un papier parallèle, « frère » (ce serait un document plus court de forum des politiques) pourrait être soumis simultanément à Science pour attirer l’attention sur les implications politiques de l’autre papier et appeler à un moratoire sur l’utilisation et la vente de pesticides néonicotinoïdes. Nous essaieront de rassembler quelques grands noms du monde scientifique comme auteurs de ce document. Si nous réussissons à faire publier ces deux documents, il y aura un impact énorme, et une campagne menée par le WWF, etc. pourra être lancée immédiatement. Il sera beaucoup plus difficile pour les politiciens d’ignorer un document de recherche et un document de forum des politiques publiés dans Science. La chose la plus urgente est d’obtenir le changement de politique nécessaire et de faire interdire ces pesticides, pas de lancer une campagne. Une base scientifique plus solide devrait se traduire par une campagne plus courte. En tout cas, cela va prendre du temps, car l’industrie chimique va jeter des millions dans un exercice de lobbying. »

 

Des États membres cyniques

L’histoire est aussi une saga sur le plan européen. On a agité tous les épouvantails possibles et imaginables. Le gouvernement français – phare de l’Union européenne, n’est-il pas ? – y a joué un rôle important.

On a aussi pu exploiter les incertitudes et la prudence des évaluations de l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire (EFSA). Des affirmations telles que : « un risque pour les abeilles a été signalé ou n’a pas pu être exclu » sont en effet propices à une application – en principe prudente, en réalité démagogique – du principe de précaution.

Mais la décision d’interdire des néonicotinoïdes a aussi pu se prendre grâce aux dérogations permettant de répondre aux « situations d’urgence en matière de protection phytosanitaire ». Selon le principe « fermer la porte, mais ouvrir la fenêtre ».

C’est là un autre scandale. En cédant à la paresse, les instances de décision ont accrédité la thèse des « néonicotinoïdes tueurs d’abeilles » et permis aux prêcheurs d’apocalypse de cibler un nouveau totem à abattre (le sulfoxaflor en France).

En 2020 et 2021, onze États membres (Allemagne, Belgique, Croatie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Lituanie, Pologne, Roumanie et Slovaquie) avaient accordé 17 autorisations d’urgence essentiellement pour la betterave sucrière.

Pressée par l’activisme antipesticides et sans doute animée par sa propre aversion aux produits phytosanitaires, la Commission européenne a demandé l’avis de l’EFSA sur la pertinence des dérogations. Conclusion générale publiée le 18 novembre 2021 (voir ici pour la dérogation française) :

« Dans les 17 cas, l’EFSA a conclu que les autorisations d’urgence étaient justifiées, soit parce qu’aucune méthode ou produit alternatif – chimique ou non chimique – n’était disponible, soit parce qu’il existait un risque que l’organisme nuisible développe une résistance aux produits alternatifs disponibles. »

 

Les bénéfices l’emportent sur les risques

Les néonicotinoïdes ont été utilisés pendant longtemps dans l’Union européenne pour une large gamme d’espèces cultivées et d’insectes cibles. Ils le sont toujours dans d’autres parties du monde. Y sacrifie-t-on la faune non cible et plus particulièrement les abeilles et les autres pollinisateurs ? Bien sûr que non ! Voir ici pour le Canada.

L’enrobage des semences de betteraves – des plantes non visitées par les abeilles car ne fleurissant pas en culture pour la production de sucre et de toute façon non mellifères – est une des utilisations les plus vertueuses.

En témoigne par exemple le fait que les apiculteurs canadiens de l’Alberta se sont opposés à plusieurs reprises à l’interdiction des néonicotinoïdes : ils n’ont aucun souci à installer leurs ruches à proximité des champs de canola (colza) issu de semences enrobées.

En résumé, selon le Dr Sarah Wood, professeur agrégé de pathologie vétérinaire au Western College of Veterinary Medicine de l’Université de la Saskatchewan :

« Nous savons que plus de 95 % de notre canola est cultivé à partir de semences traitées avec un néonicotinoïde, nous savons donc que les abeilles domestiques sont exposées à de très faibles niveaux de ces insecticides lorsqu’elles pollinisent le canola.

Dans le même temps, nous savons également que les abeilles mellifères se portent très bien sur le canola, qu’elles sont productives et qu’elles produisent beaucoup d’excellent miel de canola. »

Les néonicotinoïdes sont bien sûr dangereux pour les abeilles. Mais ils peuvent être utilisés selon des préconisations qui éliminent les risques ou les réduisent à un niveau acceptable.

L’enrobage des semences de betteraves fait partie des utilisations les plus vertueuses, produit des bénéfices importants et du point de vue de la protection de la faune est plus favorable que les alternatives, c’est-à-dire les traitements insecticides aériens.

Mais gageons que cela n’empêchera pas l’activisme de remettre une pièce dans le bastringue et de faire jouer la même scie. Les faits ne sauraient faire obstacle à l’idéologie.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Il faut refuser cette idée vague de devoir protéger la biodiversité!!!

    Et faire rentre les abeilles dans la biodiversité est une sorte de farce!!! c’est de l’élevage!!!! et c’ets aux éleveurs de protéger leur bétail..

    on peut parler des bourdons ou autres..

    ce n’est pas l’objet de l’agriculture point barre…

    en gros, UN sujet acceptable c’est la dégradation alentour des champs.. et l’impact..hors des champ…

    mais si vous acceptez l’idée _totalitaire en puissance _ de protéger LA biodiversité.. ce qui est différent de moins l’impacter..ou de faire mieux de façon générale.. vous vous livrez pieds et poings liés à tous les « anti. »..

  • J’ai rarement vu des abeilles butiner les betteraves.

  • Le principe « fermer la porte, mais ouvrir la fenêtre », j’ai bien envie d’en faire le totem de la bureaucratie. Prendre le contrôle d’une chose, la rendre plus compliquée et moins efficace. C’est tout à fait le faux consensus par excellence en satisfaisant par une pirouette deux causes opposées. Procédure répétée et répétée pour ne pas se casser la figure, en attendant l’abandon ou la mort d’une des parties. Ceci pour la version démocratique. Dans la version tyranique, les choses sont plus radicales. Si ça marche pas ou pas assez vite, on supprime physiquement une des cause, en générale la cause défensive.

  • Dans le genre protection stupide de la biodiversité près de chez moi à Sallanches la mairie a fait construire une mini-centrale hydroélectrique (puissance crête 3MW, puissance moyenne 0,9MW) La centrale est opérationnelle depuis le 6/12 et devait être inaugurée en janvier. Une étude d’impact avait été réalisée et n’avait pas révélé de problème particulier, le préfet avait donc donné toutes les autorisations requises. Or France Nature Environnement (FNE) a attaqué le projet en justice, s’appuyant sur un avis de l’Office Français de la Biodiversité (OFB, encore un de ces comités Théodule) Le tribunal administratif de Grenoble leur a donné raison et a ordonné la démolition de l’installation et la remise des lieux à l’état antérieur avant décembre 2023 sous peine d’astreinte (nota: la mairie a fait appel). Coût de l’opération: construction 6M€, démolition et perte d’exploitation 8M€, coût total 14M€. Interrogé sur cette gabegie FNE reporte la faute sur la municipalité qui n’aurait pas dû autoriser à donner le premier coup de pioche avant que tous les recours possibles (même non engagés) ne soient purgés ce qui peut vouloir dire une dizaine d’années!
    Il semble qu’au titre du sacro-saint principe de continuité écologique des cours d’eau (directive cadre de l’eau de 2000 soit sous Jospin/Voynet) plus aucun ouvrage ne soit possible, certains en parfait état de fonctionnement ont même été démantelés.

  • Parfois je vous lis et je vois quelques débats déjà réglés ici au Québec. Ainsi, en allant sur la base de données FAOSTAT, il est possible de trouver des statistiques (approximatives) sur tous les types de production agricoles par pays, par année ou autre regroupement souhaité. Nous pouvons alors suivre à la trace les abeilles par la quantité miel (en tonnes) qu’elles produisent et ce, depuis 1961. Quelques années pour se faire une tête: 1961: 679k tonnes; 1991: 1241k tonnes; 1994: 1134k tonnes. (Ces deux années correspondent à la période de redressement après l’effondrement des pays de l’Est.) Vers cette période, les néonicotinoïdes arrivent et commencent, parait-il, à détruire les abeilles. Enfin, pour 2017 1882k tonnes, soit 50% de plus qu’en 1995, alors que la population a augmenté de seulement 40%. Pour ces données là, je n’ai pas d’indices qu’elles ont été trafiquées. Mes journalistes ont essayé par tous les moyens de contourner ces données sans y arriver. Ils ont donc lancé la serviette. Pour vérifier sur le site de la FAOSTAT, (important comme toujours). Sous données: Culture et produits animaux. Choisir monde sous région, Quantité sous production, miel naturel sous produits/ élevage primaire et enfin toutes les années. Vous pourrez alors télécharger ou cliquer sur l’onglet visualiser pour avoir sous forme graphique. PS: après 2017, bon nombre de pays n’ont pas retourné de données à la FAO, ce qui fait baisser la quantité produite. Il y a par contre une autre manière de vérifier sur le même site que les années 2018-2020 ont été raisonnables en quantité soit par les prix à la tonne.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Un beau créneau pour l'activisme

Deux organisations – l'helvétique Public Eye (anciennement Déclaration de Berne) et la Britannique Unearthed (la cellule investigation de la branche britannique de Greenpeace) – ont pris possession d'un beau créneau pour proclamer et justifier leur existence et évidemment en appeler à la générosité des donateurs : l'exportation depuis l'Union européenne et plus spécifiquement la France de produits de protection des plantes (pesticides) « interdits » sur son territoire.

Le fonds de commerce est intéressa... Poursuivre la lecture

Arte diffuse en ce mois de décembre un documentaire suédois, Chine – la terre muette.

Resurgit donc l'allégation selon laquelle la disparition (alléguée) des abeilles et autres pollinisateurs du fait d'un usage inconsidéré de pesticides forcerait des producteurs de pommes et de poires de certains districts du Sichuan, notamment celui de Hanyuan, à polliniser les fleurs de leurs arbres à la main.

Cherchez « pollinisation + Chine » dans la rubrique « vidéos », et votre moteur de recherche vous affichera environ 15 600 résultats !<... Poursuivre la lecture

Les grands défis de transformation du monde continuent de poser la question de savoir comment ils peuvent être relevés.

Ceux qui ont principalement voix au chapitre de nos jours sont les militants qui nous interpellent sur les enjeux et qui influencent la prise de décisions importantes. Pourtant le militantisme, parce qu’il est principalement incantatoire et peu soucieux des conséquences de ces décisions, se révèle le plus souvent contre-productif.

C’est ce qu’illustre les déboires de la ligne de train Paris-Limoges.

La l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles