L’énergie, notamment l’électricité, est vitale ! 

Le président Macron a-t-il manqué à ses devoirs dans l’exercice de son mandat pour assurer à la France la fourniture vitale d’énergie bon marché, et notamment d’électricité ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Photo by NASA on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’énergie, notamment l’électricité, est vitale ! 

Publié le 26 octobre 2022
- A +

Que n’ont-ils pas encore compris ?

En 2019, le président Macron a décidé d’arrêter le projet de réacteur nucléaire de quatrième génération Astrid. Cette filière prometteuse permet pourtant d’utiliser 100 fois mieux le combustible uranium (donc 100 fois plus longtemps) pour produire une électricité souveraine, abondante, bon marché, et de mieux gérer les résidus nucléaires.

C’était aussi le cas des prototypes de réacteurs Phénix et Superphénix stoppés sous le gouvernement de Lionel Jospin.

De trahisons en enfumages, de bassesses en sombres marchandages politiques, il y en a des comptes à rendre aux Français… Mais les hommes politiques ne les rendront jamais car ils bénéficient de l’immunité de l’onction électorale. Et pour ne pas se suicider politiquement, ils ne reconnaîtront jamais leurs fautes !

Suite au choc pétrolier de 1973, Pierre Messmer, alors Premier ministre de Georges Pompidou, lance en 1974 son plan nucléaire consistant en la construction de 58 réacteurs nucléaires.

Jusqu’à 25 chantiers de construction de réacteurs nucléaires se déroulent en parallèle entre 1978 et 1983 et 13 réacteurs sont livrés en deux ans entre 1980 et 1982 !

Ce plan a permis à la France de produire plus de 70 % de son électricité bon marché pendant environ 40 ans grâce au nucléaire. Notre pays est ainsi devenu le champion mondial de l’énergie décarbonée, le premier exportateur européen d’électricité. Les Français ont ainsi été protégés des variations de prix des énergies fossiles qui produisaient peu d’électricité.

 

Un savoir-faire en berne ?

Le savoir-faire d’EDF était alors reconnu mondialement dans ce domaine. Les sociétés Framatome et Cogema garantissaient notre approvisionnement en uranium ainsi que la fabrication des turbines nécessaires à la production d’électricité (Alstom). L’État maîtrisait toute la chaîne de valeur, de la production du combustible jusqu’à la distribution au client final.

Peu de pays au monde pouvaient se targuer d’une telle prouesse, et d’une telle souveraineté énergétique réalisée en si peu de temps.

Cinquante ans après, la moitié des réacteurs sont à l’arrêt, la France est importatrice d’électricité, la filière d’approvisionnement d’uranium est menacée. EDF vend sa production d’électricité nucléaire bon marché à ses concurrents (« parasites spéculateurs » appelés aussi « fournisseurs alternatifs ») moins de 5 c€/kWh. Elle est ensuite revendue aux Français au prix exorbitant de celle produite par du gaz ou du charbon (incluant le lignite allemand).

EDF, ce fleuron de l’industrie française, est au bord de la faillite et vient d’être nationalisée.

Pour couronner le tout, le gouvernement annonce la menace de coupures d’électricité cet hiver et fait la morale (!) aux Français en déclinant un avenir « sobre », c’est-à-dire de pénurie, en expliquant comment se comporter « pour économiser ».

L’idée d’un « pass » énergétique (comprendre un ticket de rationnement) circule même dans certaines têtes de nos brillants dirigeants.

 

Mais que s’est-il donc passé ?

Lorsque Lionel Jospin accède au pouvoir en 1997 jusqu’en 2002 comme Premier ministre grâce à une alliance avec les communistes et les écologistes (« la gauche plurielle »), il accepte de renoncer progressivement au nucléaire.

Les conséquences néfastes sont rapides : désintérêt d’EDF pour la filière et annonce de l’abandon du réacteur novateur Superphénix en 1997 qui sera acté en 1998. Mais le plus pernicieux est longtemps resté invisible : ingénieurs, soudeurs spécialisés et techniciens hautement qualifiés cessent de s’orienter vers la filière nucléaire, entraînant une disparition progressive des compétences spécialisées requises pour cette industrie.

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel décide unilatéralement d’arrêter l’usage du nucléaire civil en Allemagne suite à la catastrophe de Fukushima en 2011, et de se lancer à corps perdu dans la construction d’éoliennes qu’elle impose à toute l’Europe.

Et, pour protéger l’industrie allemande, il devint inadmissible que la France continue de bénéficier d’une production nucléaire d’électricité à bas coût.

Le grand visionnaire François Hollande, également soucieux de s’attirer les faveurs des écologistes pour accéder au pouvoir suprême, aggrave la situation en s’engageant à réduire de 75 % à 50 % la part du nucléaire dans notre mix énergétique en 5 ans (chiffre sorti du chapeau sans aucune étude préalable).

Il s’agissait de « ne pas mettre tous les œufs dans le même panier »…

Et afin de satisfaire également l’Allemagne, il va même jusqu’à décider la fermeture des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim en parfait état de fonctionnement, actée en 2020 par Emmanuel Macron, réduisant ainsi la production nationale française de 2,5 %. Ce déficit est depuis compensé par la mise en service en Allemagne de centrales à charbon, dont les vents font bénéficier les Français de leurs particules fines.

Or, la centrale de Fessenheim était fonctionnelle sur le plan de la sûreté. Le 7 avril 2021, le président de l’Autorité de sureté nucléaire (ASN) a ainsi rappelé « que les performances de Fessenheim étaient parmi les meilleures sur l’ensemble des sites », contrairement à ce qu’a affirmé le 5 septembre 2022 le président Macron qui a menti selon le député LR du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger.

C’est également sous Hollande que les écologistes parviennent à imposer des éoliennes et des panneaux photovoltaïques aux productions erratiques et intermittentes comme source d’énergie de substitution au nucléaire et au gaz en faisant fi des lois de la physique.

Sous Macron, le processus s’accélère : 450 éoliennes géantes sont prévues le long du littoral atlantique.

Pourtant, substituer aux centrales nucléaires des énergies renouvelables intermittentes (EnRI) éoliennes et photovoltaïques augmente les émissions de CO2 !

En effet, ces EnRI doivent être nécessairement adossées à des centrales à gaz ou à charbon pilotables « sûres » afin de pallier leur intermittence pour maintenir le fragile équilibre du réseau entre l’offre et la demande d’électricité.

 

Où est la logique ?

La logique et le simple bon sens devraient conduire à arrêter le massacre dans les plus brefs délais. Mais, au contraire, nos grands décideurs visionnaires s’orientent vers la construction d’encore plus d’EnRI.

Comme si cela ne suffisait pas, en vertu de la sacrosainte concurrence libre et non faussée exigée par les traités européens, EDF doit vendre à perte à des opérateurs concurrents une partie de sa production, créant ainsi une concurrence artificielle qui s’apparente à du racket.

Aujourd’hui en France, l’idéologie prévaut sur la raison et la politique énergétique en Europe n’a rien d’européenne : elle est exclusivement allemande… L’Allemagne défend rageusement ses propres intérêts. Elle s’emploie activement à mettre les autres pays à genoux, et notamment la France.

En Europe, 70 % des éoliennes sont produites en Allemagne et presque 100 % des sociétés d’exploitation des parcs éoliens sont allemandes.

Parallèlement, Merkel a négocié en 2015 avec la Russie la construction du gazoduc Nord Stream 2, avec comme objectif de devenir le centre de distribution du gaz (le hub gazier) pour toute l’Europe.

Bien vu ! Ainsi l’Allemagne a prévu que l’Europe devait d’une part lui acheter des éoliennes exploitées par des sociétés allemandes, et d’autre part du gaz « allemand » provenant directement de Russie.

 

Et le gaz devint rare et cher…

En créant un goulot d’étranglement sur le gaz, le conflit en Ukraine a changé la donne. Même l’Allemagne qui se voyait en plaque tournante du gaz russe pour l’Europe envisage maintenant de prolonger ses centrales nucléaires.

Après avoir annoncé en 2018 la fermeture de 14 réacteurs nucléaires d’ici à 2035 (sur 56 aujourd’hui), le président Macron s’est enfin réveillé en décembre 2020 pour évoquer l’avenir du nucléaire dans son discours au Creusot. Il veut remettre le nucléaire sur les rails dans ses discours d’octobre 2021 à l’Élysée, de février 2022 à Belfort, puis de septembre 2022 lors de l’inauguration… d’éoliennes en mer à Saint-Nazaire.

Il déclare maintenant : « aucun réacteur en état de produire ne doit être fermé » et veut lancer 6 réacteurs EPR avec une prévision pour 8 autres.

Mais aujourd’hui, rien n’a encore bougé. La loi (la Programmation pluriannuelle de l’énergie) prévoit toujours de fermer 12 réacteurs nucléaires et d’abaisser la part du nucléaire de 75 % à 50 % de la production d’électricité d’ici à 2035…

Or, après 20 ans de laisser-aller et de mépris, la capacité technique fait défaut (étrange et surprenant, non ?). La construction du nouveau réacteur EPR de Flamanville a rencontré de grandes difficultés alors que deux autres réacteurs EPR identiques ont été construits et fonctionnent parfaitement en Chine.

De plus, la Commission européenne, contrôlée par l’Allemagne, est parvenue à instaurer un marché européen de l’électricité au désavantage de la France (hasard ?). En effet, le prix du kWh est dorénavant indexé sur le prix du gaz, annihilant ainsi l’avantage compétitif de la France en position de leader mondial du nucléaire civil qui assurait une sécurité énergétique à ses habitants

Le contribuable français se voit donc contraint de payer l’addition en finançant la nationalisation et la dette abyssale d’EDF

 

20 ans d’impéritie

Les gouvernements et les hauts dirigeants qui se sont succédé depuis 20 ans en France ont contribué à cette situation énergétique catastrophique en pratiquant une politique spectacle de connivence à courte vue pour conquérir et garder le pouvoir « coûte que coûte »…

Le magnifique outil EDF aurait pu devenir un facteur décisif du redressement de l’industrie française et de sa compétitivité vis-à-vis de l’Allemagne empêtrée dans l’explosion du prix du gaz.

Selon Maurice Duverger, le crime de haute trahison se définissait comme « un crime politique consistant à abuser de sa fonction pour une action contraire à la Constitution ou aux intérêts supérieurs du pays ».

En sommes-nous si loin ?

Le crime de forfaiture et de haute trahison ayant disparu respectivement du Code pénal en 1994 et de la constitution en 2007, il ne reste plus que l’application de l’article 68 de la Constitution :

« Le Président de la République ne peut être destitué (par le Parlement constitué en Haute Cour) qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat ».

Vague formule…

Pourtant :

  • en négligeant, par manque de vision stratégique, d’assurer les sources vitales d’énergies pour la France, notamment d’électricité, nécessaires au fonctionnement de la nation française,
  • en laissant fermer la centrale nucléaire de Fessenheim,
  • en arrêtant le projet Astrid de réacteur surgénérateur de quatrième génération,
  • en diminuant la souveraineté nationale par l’implantation à marche forcée de ruineuses énergies renouvelables intermittentes éoliennes et de panneaux solaires importés,
  • en bradant en tant que ministre de l’Économie un patrimoine industriel de pointe, et même stratégique (les turbines Arabelle d’Alstom), à un groupe privé étranger pour ensuite le racheter plus cher en tant que président de la République,
  • en s’obstinant dans le déni des réalités concernant l’électricité (davantage de consommation et moins de production qui dépendra du vent et du soleil…),

 

le Président Macron a manqué à ses devoirs dans l’exercice de son mandat pour assurer la fourniture vitale d’énergie, et notamment d’électricité, à la France.

Les Français, eux, en subissent les conséquences dans leur vie quotidienne, et pour longtemps encore.

 

« Gouverner c’est prévoir. Ne rien prévoir, ce n’est pas gouverner, c’est courir à sa perte » (Émile de Girardin)

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • fatigant..
    votre problème monsieur gay est que vous ne voyez pas deproblème avec une politique energetique..
    ici « car » l’electricté serait vitale;.

    certes..

    la nourriture est vitale… sinon l’agriculture..l’éducation des enfants..la culture .. faut il pour autant des politiques..agricole éducatives, culturelle ?

    le fait que ce soit vital me fait justement douter que l’etat a besoin de s’en mêler!!!

    l’état s’ne mêle quand il y arrive à imposer une idée d’interet collectif… qui justifie la spoliation de certains..

    Donnez une foutue raison pour laquelle le gouvernement doit avoir un politique et DONC spolier des gens.. !!! une seule claire et tranchante.

    vous voulez faire le bonheur des gens;..

    Qu’un individu, des individus , tous les individus même subissent des problèmes avec l’électricté me laisse indifférent si c’est la conséquence de leurs choix libres…
    il n’ya rien de mieux que l’exemple de l’erreur pour éviter leurs erreurs.

    Il existe une hiérarchie logique..en premier admettre qu’une le gouvernement « gère »… j’admets juste qu’il régule pour traiter les nuisances..

    Il m ‘est IMPOPSSIBLE d’admettre que le gouvernement doive contrôler un secteur si on ne me donne pas les objectifs et la mission de service public.. quels sont ils?????

    parmi ceux ci ..on a en France l’égalité territoriale vis à vis des tarifs et de l’accès au réseau … JUSTEMENT avec l’argument que l’electricité est vitale…
    et je persiste à penser que ce n’est pas une bonne idée que de faire payer les autres pour ce qu’onconsomme.. donc je ne suis pas d’accord..

    On a l’argument du prix de revient.. le prix de revient n’ets pas le prix payé par le consommateur…et par ailleurs imaginez donc que le gouvernement décide de baisser le prix de revient de notre nourriture!!!!
    Le prix de l’electricté dépend de la demande en électricité !!!! comme trouve le modèle économique des éoliennes…on se fout de leur prix de revient!!!!

    baisser le prix de revient est le principe de la trabant ! ou de tout projet communiste.. ce n’est pas un hasard si le faible cout est l’argument utilisé par tous les adeptes de la santé collectivisé..

    Je refuse d’accepter le principe de politique énergétique.. (en citoyen légaliste je la subis) .. et donc l’.électronucléaire d’etat..si j en ai pas la « mission »…

    j’ai vu apparaitre l’idée de contrôler les émissions de CO2 comme une justification de l’électronucléaire.

    sauf que moi je n’admets pas que l’état décide de ce que j’emets et comment..

    Toute politique énergétique est spoliatrice.. pas seulement la « transition énergétique..

    vous voulez prendre l’argent dans ma poche… me virer demon terrain… pour mon bien..

    -6
    •  » si c’est la conséquence de leurs choix libres… »

      Vous devriez également poser la bonne question: Est-ce que les choix des français (élections?) sont libres? Est-ce qu’on leur a demandé leur avis? Quand on vote par défaut, ou contre le candidat du pire ou que l’on ne va pas voter car la démarche est pipée, sommes nous encore libres?

    • Un gouvernement doit avoir une politique, sinon aucun investisseur privé ne se mettra à la merci des caprices et lubies imprévisibles de ce gouvernement. Vous semblez confondre « avoir une politique » et « mener des projets pharaoniques ».

    • il me semble que votre pensée est aussi structurée que votre réponse à l’article, c’est à dire sans queue ni tête. Il doit vous en coûter beaucoup de lire des vérités qui feraient renvoyer un bachelier de la fac alors qu’un politique reçoit des bourses pour y croupir.

    • Désolé pour vous lire , il faut un décodeur .

  • En route vers la transitude écologique et solitaire…
    Cela me rappelle les agissements d’une secte en Suisse, « le Temple Solaire » ou quelque chose comme cela.
    Remettre autant de pouvoir dans les mains de fanatiques est suicidaire.

  • Tout cela n’est pas sorcellerie d’état.
    La France obéi à l’Allemagne et l’Allemagne obéi aux usa… Les ecolos ne sont qu’un alibi facile, c’est pas de notre faute c’est pour votre santé que nous prenons des décisions absurdes… Et un peu de pognon au passage, dettes ou autres.

  • « En effet, ces EnRI doivent être nécessairement adossées à des centrales à gaz ou à charbon pilotables « sûres » afin de pallier leur intermittence pour maintenir le fragile équilibre du réseau entre l’offre et la demande d’électricité. »
    C’est que fait l’Allemagne. Techniquement ça marche, les centrales gaz et charbon étant assez souples pour cela. Economiquement et écologiquement, c’est discutable.
    En France, on s’orientait vers une réduction du parc nucléaire et un développement de l’éolien et du solaire. Ce qu’on ne disait pas effectivement, c’est qu’on allait développer aussi le gaz pour pallier l’intermittence des deux « renouvelables », le nucléaire étant maintenu en base avec une production relativement stable. Economiquement et écologiquement contestable mais techniquement valable.
    Désormais avec les petits problèmes gaziers actuels, on s’oriente vers un maintien du nucléaire et un développement de l’éolien et du solaire. C’est à dire qu’on va demander au nucléaire de faire varier fortement sa production en fonction des variations de production des deux « renouvelables ». Ecologiquement un peu moins contestable, économiquement beaucoup plus contestable, le nucléaire économique en frais variables (carburant) ne pouvant plus amortir correctement ses coûteux frais fixes (construction et personnel d’exploitation). Mais surtout potentiellement dangereux ! Le nucléaire (en tous cas la filière actuelle) est fait pour produire à régime stable, il n’est pas bien adapté aux variations de régime incessantes.

    • C’est vrai économiquement, faire bouffer des neutrons par des barres absorbantes au lieu d’en faire de la chaleur c’est un non sens.
      Techniquement les tranches de première génération étaient mal conçues pour le suivi de charge car l’insertion des barres de contrôle en haut du cœur déformait le flux neutronique en le poussant vers le bas. S’en suivaient i) une usure du combustible mal répartie linéairement, ii) des possibilités d’oscillation Xénon lors de la remontée en puissance (dépendant du temps où l’on était resté à puissance réduite).
      Ensuite on a conçu le DMA « Dispositif de manœuvrabilité accrue » qui utilise des barres peu absorbantes (dites « barres grises ») qu’on insère beaucoup plus profondément, minimisant ainsi la distorsion axiale du flux (« axial offset » pour les connaisseurs). Quoique imparfait ce système permet de moduler la charge sans trop d’inconvénients
      Signalons aussi que l’hydraulique de barrage peut contribuer à l’absorption des variations de charge des ENRi.

      • les barrages ne sont plus entretenus (depuis que la Commission européenne a dit de les privatiser) : ils ne fonctionnent plus qu’au deux tiers de leurs capacités.

  • Ne pas mettre tous ses yeux dans le même panier peut avoir un sens, mais les mettre dans le panier du voisin, tout en tuant ses propres poules, faut admettre que c’est assez élevé dans la co…ie

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Beaucoup de temps a été perdu du fait que nos autorités se sont fondées sur la loi dite des trois secteurs de l’économie qui voudrait qu’une société moderne soit une société « postindustrielle ».

Comme nous l’avons montré dans d’autres articles, les travaux de Jean Fourastié sur l’évolution des sociétés ont été mal interprétés. Dans Le grand espoir du XXe siècle paru en 1949, un ouvrage au succès considérable, cet économiste avait mis en évidence les évolutions en termes d’emplois, et non pas de valeur ajoutée. Nos dirigeants ont trop ... Poursuivre la lecture

Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Récemment, le président français Emmanuel Macron s'est emporté contre la "loi sur la réduction de l'inflation" américaine, un texte législatif qui offre des subventions aux voitures électriques et qu'il considère comme une violation des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qualifiant cette initiative de "non amicale".

Ce qui est troublant, c'est qu'en réponse à cette initiative protectionniste américaine, Macron veut répondre par le protectionnisme européen, puisque la France et l'Allemagne envisagent maintenant un Buy ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles