Fermeture de Fessenheim le 22 février 2020 : Macron sacrifie Iphigénie !

L’entêtement de nos politiques à détruire la richesse existante, comme Fessenheim et à gaspiller autant d’argent dans les ruineuses énergies renouvelables est une honte !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Place de la Gare - photos Nouara Aci-Scalabre by Réseau Sortir du nucléaire (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fermeture de Fessenheim le 22 février 2020 : Macron sacrifie Iphigénie !

Publié le 21 janvier 2020
- A +

Par Michel Gay.

Contraint et forcé, EDF a décidé l’arrêt du premier réacteur nucléaire à Fessenheim le 22 février 2020 puis du deuxième le 30 juin de la même année.

Hors la conjoncture politique datant de 2012 nécessitant un accord électoral avec un parti politique minoritaire « vert » pour l’élection de François Hollande à la présidence de la République, il n’y a aucune raison technique, de sécurité, ou économique de sacrifier la centrale nucléaire de Fessenheim.

Un député (LREM) l’a reconnu avec résignation : « Le coup est parti« . C’est un sacrifice païen, tel celui d’Iphigénie.

 

Iphigénie et Cordemais

Sur le conseil d’un devin, Iphigénie, fille du roi Agamemnon, devait être sacrifiée à la déesse Artémis pour que les vents poussent la flotte grecque vers Troie. Iphigénie supplie son père de la laisser vivre.

Mais Agamemnon (Macron) pressé par le devin (le parti écologiste) resta insensible aux supplications de sa fille (Fessenheim). Cependant, la légende se termine bien : alors qu’elle allait périr sous le couteau du sacrificateur, Artémis décida de lui substituer une biche.

Dans la réalité actuelle en France, la nouvelle Artémis, Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État à la transition écologique, appuya au contraire sur le couteau. Mais, étonnamment, elle décida de prolonger jusqu’en 2026 la polluante centrale à charbon de Cordemais pour ne pas « éteindre » la Bretagne en attendant la mise en service de l’EPR de Flamanville… Non, ce n’est pas une blague !

 

Achat de suffrages et corruption

Après le sacrifice par Lionel Jospin du réacteur Superphénix, également pour cajoler les Verts, cette odieuse décision de fermeture de deux réacteurs en parfait état de fonctionnement est destinée pour la seconde fois à acheter des voix avec de l’argent public.

Cette abominable destruction volontaire de richesse (un équipement public national valant une dizaine de milliards d’euros) s’ajoute à l’abandon du projet de démonstrateur de réacteur nucléaire de quatrième génération ASTRID. C’est une rançon de plus réglée « en nature » et déposée sur l’autel du parti écologiste pour l’achat de suffrages antinucléaires. Elle va coûter très cher aux Français alors que le gouvernement semble se préoccuper de leur pouvoir d’achat…

Or, un achat de suffrages porte un nom : corruption.

Cet acte de corruption devrait être porté devant la Justice au titre d’un financement illégal de campagne électorale à hauteur du coût faramineux d’un tel marchandage indécent au détriment des contribuables français.

Pourquoi certains élus et responsables politiques sont-ils inquiétés par la Justice pour avoir triché de quelques millions d’euros alors que d’autres resteraient impunis pour avoir triché avec des milliards d’euros d’argent public ?

Les « dons en nature » échappent le plus souvent aux comptabilités et n’apparaissent donc pas dans les comptes de campagne des bénéficiaires.

Il est curieux que ce type de financement occulte effectué sur le dos des contribuables et avec leur argent ne soit pas sanctionné au même titre que d’autres financements directs qui eux, le sont sévèrement.

 

La loi impose 63 200 mégawatts

La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) résultant de cet accord « sacrificiel » limite la puissance nucléaire installée à celle existante aujourd’hui en France, soit 63200 mégawatts (MW).

L’âge des deux réacteurs de 900 MW de la centrale de Fessenheim (40 ans) la condamnerait alors que les mêmes centrales aux États-Unis sont déjà prolongées à 60 ans.

Et les Américains envisagent déjà 80 ans. C’est même déjà fait pour deux des réacteurs nucléaires de la centrale américaine de Turkey Point autorisés en décembre 2019 à fonctionner jusqu’à 80 ans !

Les élus de la ville de Strasbourg qui ont voté la fermeture de Fessenheim feront certainement le nécessaire pour alimenter l’Alsace avec les centrales au charbon de l’Allemagne quand les deux réacteurs alsaciens seront arrêtés.

 

Le contre-exemple allemand

La politique énergétique de l’Allemagne a pourtant bien démontré les limites des énergies renouvelables intermittentes malgré ses investissements faramineux dans l’éolien et le photovoltaïque n’aboutissant qu’à 22 % de sa production d’électricité. Cette dernière est vendue deux fois plus cher qu’en France aux particuliers, et sa production se traduit par des émissions de gaz à effet de serre (500 g/kWh depuis 10 ans) dix fois plus élevées par kWh qu’en France (50 g/kWh).

Le charbon et le gaz produisent toujours presque la moitié de l’électricité en Allemagne… et le nucléaire en produit encore 11 %.

L’aveuglement de nos élus les conduit à prendre pour argent comptant les arguments doctrinaires des opposants au nucléaire.

Au nom d’une fausse idéologie écologique, des obscurantistes s’acharnent à vouloir détruire un acquis industriel et un réseau électrique solide qui a fait ses preuves depuis 40 ans.

Le Président d’EDF est contraint de respecter la loi LTECV (qu’il serait pourtant urgent de réviser) et de donner des gages à son ministre pour contribuer au développement des énergies renouvelables…

La mission première de cette entreprise est pourtant de fournir au pays l’électricité dont il a besoin en toute circonstance, mais à un prix compétitif profitant à la fois au pouvoir d’achat des ménages et à la performance de nos entreprises.

Cette décision de fermeture anticipée de Fessenheim, véritable « fait du prince » demeurera un totem de l’incohérence et de l’irresponsabilité de la politique énergétique de la France.

Elle illustre la surdité de nos dirigeants refusant d’écouter les vrais spécialistes scientifiques et techniques et non ceux qui s’autoproclament comme tels. Ils se contentent de faire semblant de donner la parole au peuple avec de grandes consultations (CNDP) dont les conclusions apparaissent décidées à l’avance.

 

Éviter le black-out

Pour éviter le futur effondrement du réseau d’électricité (black-out) qui se produira en continuant dans cette voie suicidaire, le Président de RTE (François Brottes) déclare pudiquement dans une tribune du journal Le Monde que « Pour faire bénéficier la société d’une électricité décarbonée à moindre coût… RTE doit développer des technologies innovantes et évolutives« … qui coûteront cher.

Que ne ferait pas l’ancien député nommé à la tête de RTE par François Hollande pour insérer au chausse-pied les productions erratiques des énergies renouvelables (EnR) dans le réseau d’électricité.

Ces coûts viennent grever le coût facturé par RTE aux distributeurs (EDF et autres qui le répercutent dans le prix) mais pas aux producteurs d’EnR. Un cadeau pour ces derniers qui n’assument jamais les contraintes de leur production intermittente !

 

Le renouvelable serait concurrentiel avec le nucléaire

Malgré les proclamations des investisseurs souvent étrangers, la main sur le cœur, les EnR (hors hydraulique) restent hors de prix…

Alors que la production des éoliennes et des panneaux photovoltaïques fournit environ 7 % de la production totale, le surcoût annuel atteindrait environ sept milliards d’euros (en augmentation) par an pendant 20 ans selon la Cour des comptes. Soit la valeur d’environ un réacteur nucléaire EPR de série chaque année… qui produirait davantage que toute la production photovoltaïque installée aujourd’hui.

Que deviendra ce montant si, comme prévu, les EnR se développent encore davantage ?

La Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques (IFRAP, un organisme indépendant) montre que, sans le renouvelable, le prix de l’électricité n’aurait pas bougé depuis 8 ans. Pourquoi cette information n’est-elle pas davantage diffusée par les grands médias radio et TV ?

Avant de quitter son ministère de l’Écologie, Nicolas Hulot a trouvé 100 millions d’euros en juin 2018 pour un inutile « plan hydrogène » et la Cour des comptes a déjà chiffré à 134 milliards d’euros la somme qui sera investie au profit des ruineuses énergies renouvelables !

 

Courage, fuyons !

La construction des six futurs réacteurs nucléaires EPR envisagés est reportée après l’élection présidentielle…

Si le gouvernement ne fait pas preuve de courage et de lucidité, les Français vont vivre le grand frisson car les revendications financières dans la santé, la sécurité, les salaires… se font de plus en plus pressantes chaque jour. La France manque d’argent pour les hôpitaux, pour les prisons, pour la police, pour les mal-logés, pour les structures d’accueil du troisième âge…

Dans le même temps, le ministère des Finances racle les fonds de tiroirs en envisageant de baisser les retraites, les allocations diverses, tandis que le coût des énergies (gaz, électricité, essence) augmente.

Comme l’a reconnu la députée Marjolaine Meynier Millefert en décembre 2019 au colloque national éolien 2019, les éoliennes ne servent à rien pour la transition écologique puisque l’électricité est déjà décarbonée à 95 %.

L’entêtement de nos politiques à détruire la richesse existante (Fessenheim) et à gaspiller autant d’argent dans les ruineuses énergies renouvelables aléatoires et intermittentes qui, rappelons-le, n’apportent aucun bénéfice pour la transition écologique, est une honte.

À défaut de crime contre Iphigénie, ce clientélisme vert pourrait être qualifié de « crime économique contre nos enfants ».

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  •  » le vrai problème de macron est qu’il est idiot  » ( Charles Gave ) ; mais un idiot corrompu et borné ça coûte cher …that is the problème ….

    • pas si idiot que cela je présume..
      le problème est qu’il est un politicien. la fermeture de Fessenheim est un geste politique.
      si les geste politiques étaient gouvernés par l’économie..alors il n’y aurait pas besoin de politique…car l’économie se gouverne essentiellement toute seule..

      .. comme la loi sur le logement, sur l’alimentation sur le chomage, sur la retraite, sur l’agriculture..

    • Pas vrai , il sait ce qu’il fait . Juste avant les élections on ferme une centrale ,et paf dans l’urne , Il va au théâtre en plein un moment de grève , et paf , le bon peuple est outré , on embête la CFDT et paf, la CGT devient très gentille….

    • @vera, j’ai écouté avec dégustation et gourmandise ce que dit C.GAVE .

    • Je plussoie de tout cœur mon Post s’étant évaporé

      • @jacques lemiere, mais est ce qu’être politicien est un vaccin contre l’imbécilité » et la connerie???
        Pour ma part je dirais que c’est un accélérateur de TOUTES les corruptions.
        En ce qui concerne votre seconde réflexion, j’y adhère à 1000% .

      • @ESPRITCRITIQUE, je déguste sans mesure votre utilisation à bon escient
        des merveilles de notre vocabulaire qui nous change des pré-convenus du style « BERNARD PIVOT …..! et autres bobos parigots qui ne sont en tout état de cause que la matrice de la dégénérescence de notre pays et de sa grégarité.
        Excellente soirée.

  • macron ne fait les choses que pour en obtenir des alliances politiques électorales..il lui faut verdir son réservoir rose tout en ménageant son réservoir bleu..
    au final le tout mélangé donnera du kaki!

  • Je répète mon commentaire fait précédemment.
    TOUT vient de cette satanée élection présidentielle dont le premier tour se joue à 2% près (en 2017) voire moins. Donc il faut sacrifier aux idéologues foireux pour avoir les % qui manquent. Tant que cette élection anti démocratique – qui donne le pouvoir à une minorité – perdurera , le pays s’enfoncera , comme cela est le cas depuis maintenant 50 ans.

    • @HERACLES +10 000;
      j’ai déjà eu l’occasion d’écrire ce que vous écrivez aujourd’hui.
      Et sans coalition et un autre système d’élection c’est plié dans deux trois ans ont est la Grèce ou pire.

    • Bravo, et bien dit…
      Le souci, c’est comment changer cette aberration ?

      • Quid d’un système d’élections des parlementaires avec un système majoritaire à un tour et prime au premier ? çà forcerait automatiquement à une diminution drastique du nombre de partis et nous coûterait beaucoup moins cher.

      • par une révolution hélas

    • La démocratie représentative est très facile à pervertir, surtout avec le système des partis. Il suffit de corrompre les chefs de ces derniers.
      Pour le reste, comme le disait déjà Tocqueville : «ils voteront pour qui on leur dira».

    • Le problème ne vient pas que de l’élection présidentielle, mais aussi du non respect de notre constitution. Je rappelle que la constitution donne le pouvoir exécutif au gouvernement, PAS au président.

      • Tout à fait. Le texte est là:
        https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006071194
        mais la pratique est toute autre. Depuis le temps du Général qui s’était auto-attribué la Défense, les Affaires étrangères et l’Algérie alors même, pour son premier septennat, qu’il n’était élu qu’au suffrage indirect.
        Une fois l’élection au suffrage direct en vigueur, comment mobiliser les Français pour élire quelqu’un qui ne s’occupera que de ce qui est dans le Titre I et pas de l’emploi, de la santé, de l’école, etc. Les candidats sont bien obligés de faire campagne sur ce qui intéresse la masse des gens et d’essayer de s’y tenir une fois élus.
        Et une couche de quinquennat par dessus.

      • AFFIRMATIF!et ce n’est que le détournement, de façon polémique et non pas rhétorique que ces imposteurs parviennent à leur fins.

    • pouvoir à une minorité ???? n’est-ce pas toujours le cas si on fait le calcul par rapport aux nombres d’électeurs ( inscrits ou pas ) !!!! exception faite pour De Gaulle il n’y a pas de président élu avec la majorité des électeurs ; c’est toujours une majorité relative au second tour mais cela reste démocratique !!!! bien sur il existe des pays où le président est élu avec plus de 98% des voix mais peut-on parler de démocratie ?????

    • Est ce que le système comme en Italie serait mieux chez nous (élection à 1 tour) ? Je n’ai pas de réponse, mais ça pourrait être une piste peut être ?

      • En premier lieu, c’est le respect de la constitution sur ….. le fond !
        La forme n’étant que la forme identique en tout à celle du canigou et ronron qui fait ronronner même les plus imbéciles.
        Les bobs parisiens pétinistes comme mitterand et d’autres qui ne valaient pas mieux, qui en 1929 et ensuite ne se sont jamais tant amusé qu’à cette époque.

  • Et l’on voudrait nous faire croire qu’il est écologique de saboter des centrales en état de marche comme de mettre au rebut des voitures qui fonctionnent parfaitement.
    Le bon sens a déserté ce pays, les postes de décision sont dorénavant occupés par des idéologues. Avec l’approbation d’une partie de la population empêchée de réfléchir par la propagande verte.

    • « les postes de décision sont dorénavant occupés par des idéologues.  »
      Mais non par des salopards qui n’ont qu’une idée leur élection ou réélection,

    • alors vous commencez par nous expliquer comment on mesure le caractère écologique d’un bidule..ensuite on cause..

      justement non, les idées arbitraires écologistes politiques en France sont ce qui définit le caractère écologique d’un truc.. ce qui n’a que peu de rapport avec l’environnement..
      voila..donc le nucléaire c’est antiécologique ..à ne surtout pas confondre avec le fait que le nucleaire ne soit pas la meilleure façon de produire de l’électricité en regard des impacts environnementaux..

  • Hé oui on achète des voix avec notre argent mais ce type de corruption n’est pas nouveau ; les communistes proposant des logements sociaux à d’éventuels électeurs ou aujourd’hui Hidalgo promettant la gratuité des transports aux mineurs parisiens tout comme Macron avec la suppression de la taxe d’habitation et quantité d’ offres de raser gratis valables pour tous les partis sont des pratiques si courantes que personne ne s’y oppose !!!!

    • Plus grave, nos voix sont achetées a crédit, et avec les taux d’intérêts négatifs, Ce beau monde empoche des dividendes supplémentaires en Prime. ( je paie toujours la taxe d’habitation ce qui me parait illégal ).

  • Les taux d’intérêts seraient négatifs, et l’ Electricité et les autoroutes augmentent. Il suffit donc de vivre a crédit.
    J’en suis de plus en plus sur : On nous prend pour des cons. Mais il est interdit de se rebeller, c’est raciste , d’ultradrouaatte, c’est homophobe, sexiste et blasphématoire !!!
    Dans ces conditions, quand ça va chier grave, certains ne devront pas s’étonner de se retrouver pendu a des lanternes….

  • Les coûts indirectes vont être aussi colossaux : j’ai lu dans la presse régionales la semaine dernière que tous les élus locaux réclament des aides à l’état pour compenser la ‘Berezina’ économique locale en vue : perte des milliers emplois directs et indirects et manque à gagner au niveau des taxes…

  • C’est tellement plus facile avec le pognon des autres

  • Quel est le coût de cette décision (je ne parle pas du coût de démantèlement qui est simplement anticipé) mais du coût d’opportunité ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aujourd’hui, que l’on soit pour ou contre le nucléaire, cultiver une réputation d’analyste pondéré et sérieux oblige à la posture de bon aloi consistant à assortir ses raisonnements de l’affirmation selon laquelle les énergies renouvelables « rentables » doivent être développées dans tous les cas. La réputation prend singulièrement du relief quand on va jusqu’à déclarer que, sans elles, le nucléaire seul ne parviendra jamais à couvrir nos futurs besoins électro énergétiques.

Pour faire un sort à cette dernière affirmation plus que grat... Poursuivre la lecture

« L'avion n'est pas un but : c'est un outil. Un outil comme la charrue. Antoine de Saint Exupéry » - Terre des Hommes - 1939.

Aujourd’hui, la polémique sur l’aviation d’affaires semble définitivement installée dans les médias. Si ce moyen de mobilité vient sur le devant de la scène médiatique, c’est avant tout parce que les journalistes qui s’en sont emparés ont une ignorance totale de cet univers, de son organisation et de son utilisation par les entreprises.

 

Rappel succinct du cadre normatif

Dans le contexte de f... Poursuivre la lecture

argent public
3
Sauvegarder cet article

Une fois encore, l’actualité nous interpelle sur les finalités de l’argent public. Comment peut-on en arriver, et sous prétexte d’intérêt général, à financer des actions hostiles aux lois du pays via un financement public, donc au nom des contribuables ? N’est-ce pas là pure hérésie ?

 

Une conception étonnante de l’intérêt général

Stupeur dans la ville de Poitiers : une association se définissant comme un « mouvement citoyen pour le climat et la justice sociale », Alternatiba, organise – dans le cadre de ses rencontres ann... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles