Covid-19 : adieu la pandémie, bonjour la « reprise épidémique » !

Pour François Braun, nous ne sommes toujours pas sortis de la logique de « guerre contre le virus ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
President Joseph R. Biden by Peter Stevens (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : adieu la pandémie, bonjour la « reprise épidémique » !

Publié le 21 septembre 2022
- A +

Les propos tenus par Joe Biden lors de l’émission 60 minutes sur CBS dimanche dernier ont provoqué quelques remous au sein du monde des médias comme de la santé.

 

« La pandémie est terminée. Nous avons toujours un problème avec le covid. Nous y travaillons encore beaucoup. Mais la pandémie est terminée. »

Quelle désinvolture de la part du président des États-Unis, s’indignent les ultras de la bureaucratie sanitaire ! Alors que se prépare la huitieme vague, tenir de tels propos relève pour certains de la désinformation, pour d’autres de l’irresponsabilité. Comment envoyer un tel message alors qu’une partie non négligeable de la population n’est pas encore vaccinée, ou n’a pas encore reçu sa seconde ou troisième dose ?

 

Avant Biden, la Nouvelle-Zélande

Avant Biden, il y a eu le Premier ministre Jacinda Ardern en Nouvelle-Zélande début septembre. Alors que le pays avait adopté l’une des pires politiques du monde en matière de libertés publiques au nom de la lutte contre la pandémie, voilà que pratiquement du jour au lendemain, le gouvernement décide de tourner la page de la pandémie. Le port du masque obligatoire dans les lieux publics est abrogé, la vaccination obligatoire également.

 

Heureusement, en France, nous avons François Braun. Contrairement au président américain, il monte la garde contre l’ennemi covidiste à nos portes. Fidèle à l’esprit de la Macronie depuis maintenant deux ans, il continue sa « guerre contre le virus », malgré les défections et les rétropédalages dans son propre camp, de Delfraissy à Olivier Véran. De sa bouche, on apprend que le gouvernement est toujours en « vigilance armée » devant l’ennemi insaisissable. Rappelez-vous, une huitième vague va arriver, c’est prévu, tous les experts le disent, et s’ils le disent, c’est bien qu’il faut s’inquiéter.

 

Pourtant, dire que la pandémie est derrière nous ne signifie pas que le covid a disparu, mais plutôt que sa présence a changé de nature. Il est désormais fort probable qu’il devienne endémique, c’est-à-dire saisonnier et régulier comme la grippe ou la gastro. Sans doute faut-il rester vigilants, en particulier pour les personnes les plus fragiles, qu’elles soient immuno-déprimées ou âgées, mais il n’y a plus de quoi transformer la France en camp retranché.

Mais ce type de discours « rassuriste » ne cadre pas trop avec l’alarmisme sanitaire qui a fait les beaux jours d’un macronisme autoritaire persuadé d’inaugurer un nouveau monde antilibéral et profondément collectiviste.

 

Ordre militaire vs ordre libéral

L’économie de guerre, les confinements, les couvre-feux, la mobilisation de l’armée, la caporalisation de la population comme du personnel de santé, la criminalisation des sceptiques et des réticents, la stigmatisation de l’attachement populaire aux libertés publiques et à l’État de droit, la ségrégation par le Pass, la suspension des soignants n’ont absolument pas entamé la popularité du président de la République.

Bien au contraire, la posture de « chef de guerre » a rassuré, et sans doute permis sa réélection. Nous en payons le prix aujourd’hui, que ce soit en matière de santé publique, d’éducation, d’effondrement économique et plus fondamentalement encore, de libertés perdues. Avec la fin de la pandémie, il serait peut-être temps de remettre le sabre de bois au fourreau ?

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je dois dire que, pour ma part, sa posture de « chef de guerre » sur n’importe quel sujet ne me rassure pas du tout, bien au contraire !

  • Une question..qu’a on gagné en terme de santé public…et pour quel prix…

    et quel critère permet de dire ça en valait la peine?????

    rappel le capitaine s’est auto investi!!!! il ne nous a pas demandé si on voulait monter dans son bateau…

    le plus sidérant est que les gens semblent admettre l’autorité de macron dans ce domaine… et lui aussi visiblement…or non…par élu pour ça….

    les futurs cancers non précocement dépistés sont parfaitement justifiés à demander des compte personnellement à macron…

    macron se gausse d’avoir sauver des gens « par milliers « … il faut lui rappeler qu’il a CAUSE des morts… HUMILITE!!!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lors d’une récente entrevue, une ancienne secrétaire à la Maison Blanche a candidement avoué la stratégie des démocrates lors des élections du mois prochain : se concentrer sur « l’extrémisme » républicain. Car si ces mêmes élections sont un référendum sur les deux dernières années au pouvoir des démocrates, particulièrement au sujet de l’augmentation vertigineuse de la violence, il y aura effectivement un raz-de-marée rouge.

 

Les médias et les démocrates

Il semble que les alliés des démocrates dans les médias avaient comp... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles