L’État ne peut pas réguler le pouvoir d’achat

Contrairement à ce que les commentateurs suggèrent, l’État ne peut pas réellement améliorer le pouvoir d’achat des Français et règle le problème en alourdissant la dette. Les politiques auront à s’expliquer sur les conséquences néfastes de leurs décisions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
monnaie de singe credits Max Shearer (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État ne peut pas réguler le pouvoir d’achat

Publié le 24 juillet 2022
- A +

Le gouvernement s’agite pour faire croire qu’il va améliorer le pouvoir d’achat à la suite de la réapparition de l’inflation, comme si une loi avait le pouvoir miraculeux de changer les règles de l’économie.

Voici quelques évidences qui ne paraissent pourtant pas l’être tant que ça aux yeux de nos médias.

 

Gouvernement et Parlement ne peuvent pas améliorer le pouvoir d’achat des Français

Il est donc étonnant et même inquiétant de constater que depuis plusieurs semaines l’ensemble des médias et des politiques acceptent le concept de cette amélioration comme si ce pouvoir était acquis, et qu’il suffisait maintenant de choisir comment le mettre en pratique.

Cela démontre l’inculture économique alarmante de l’ensemble des commentateurs. Au cours de son interview du 14 juillet, le président a bien essayé de remettre si possible « la Mairie au milieu du village » selon sa propre expression, en énonçant un point qui n’a malheureusement pas été développé et qui constitue la deuxième évidence.

Le pouvoir d’achat des Français provient exclusivement de leur travail

Pour améliorer le pouvoir d’achat, il faut donc simplement qu’ils travaillent davantage, ou que leur productivité s’améliore, ce qui ne se fait pas en cinq minutes, et nécessite de gros investissements.

Les deux autres méthodes d’amélioration, que j’ai citées dans mon dernier article ne créent pas réellement de pouvoir d’achat supplémentaire :

Déshabiller Pierre pour habiller Paul

Cette locution verbale illustre parfaitement l’immoralité de cette méthode qui consiste à prendre du pouvoir d’achat à certains pour améliorer celui d’autres personnes. Cette méthode est en désaccord profond avec les articles 2 et 17 de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, et pose en plus un problème de fond : qui peut s’attribuer le droit quasi divin de désigner qui doit payer et qui doit recevoir ? La gauche de l’échiquier politique a répondu depuis longtemps à cette question : celui qui appartient à la catégorie des riches doit donner, et les autres recevoir. Savoir qui entre dans la catégorie des riches reste du domaine exclusif des politiques. (On ne s’attendait pas à moins de leur part). Le montant des contributions est déterminé par le montant de la distribution à assurer, baptisée ici redistribution, ce qui laisse supposer qu’une distribution préalable a déjà eu lieu. Le mystère reste entier sur combien et quand.

Un système analogue a existé, qui tirait sa justification de la morale chrétienne : la charité. Mais avec une nuance importante puisque le don était volontaire.

Le KoiKilEnKoute

C’est une variante de la première. Elle consiste à emprunter les sommes à distribuer, le montant de la charge de l’emprunt (les intérêts) étant naturellement mis à la charge du contribuable actuel, et le remboursement du principal (le montant de l’emprunt sans les intérêts) à celle des contribuables futurs. Elle revient donc bien aussi à déshabiller Pierre (les contribuables) pour habiller Paul (les bénéficiaires).

C’est la méthode qui sera appliquée dans la loi dite sur le pouvoir d’achat. Personne ne parle de la provenance de l’argent qui y sera consacré, alors que c’est précisément tout le problème.

Certains politiques (toujours de gauche) sûrement trompés par la présentation du budget national qui respecte évidemment l’orthodoxie comptable, ont probablement considéré, en étudiant un peu rapidement peut-être les comptes de la Nation, que l’emprunt n’impliquait aucune sortie d’argent lorsque les taux était nuls ou négatifs, et pouvait donc être illimité. D’autres, comme Jean-Luc Mélenchon, malencontreusement inspirés par le comportement des bolcheviks en leur temps, pensent que ne pas rembourser les emprunts est une bonne méthode. Ils oublient simplement que les prêteurs s’en souviendront peut-être lorsqu’ils seront à nouveau sollicités après que le montant de l’emprunt aura été dépensé.

Cependant, exceptés les auteurs de ces quelques raisonnements spécieux, une majorité de personnes raisonnables semble d’accord pour considérer dangereuse la méthode KoiKilEnKoute, car elle parait régler un problème alors qu’elle revient simplement à décaler le règlement des factures en l’alourdissant du montant de la charge de l’emprunt. Il est curieux et inquiétant que pas une voix ne s’élève à ce sujet.

 

Gouvernement et Parlement ne produisent rien

Si l’argent qu’ils distribuent ne provient pas d’un prélèvement sur le revenu ou le patrimoine des contribuables, il ne peut provenir que d’un emprunt. Or, même emprunté à un taux favorable, il faut bien rembourser un jour, et plus on rembourse tardivement, plus l’opération est coûteuse. Ceux qui veulent vous persuader du contraire sont des irresponsables. Cette vérité toute simple et facile à vérifier n’est malheureusement jamais clairement énoncée par le gouvernement (mais on peut le comprendre), mais aussi par les médias qui ne jouent pas le rôle d’informateurs qu’ils se sont attribués.

Par ailleurs, le KKEK revient à créer de la monnaie. En effet, les banques commerciales ou centrales ont ce pouvoir que l’on pourrait qualifier d’exorbitant, lorsqu’elles ouvrent un crédit à une personne, une entreprise ou un État. Au moment de cette ouverture, la quantité de monnaie totale se trouve augmentée du montant du crédit.

Mais étant donné que l’opération n’implique aucune création simultanée de valeur comme dans le cas de la fabrication d’un produit ou de la fourniture d’un service, nous arrivons à la quatrième évidence.

 

L’ouverture d’un crédit crée de l’inflation

Le grand public en général et les médias en particulier confondent régulièrement deux phénomènes distincts et nomment inflation l’augmentation constatée des prix.

Or, ce phénomène n’est en fait que la conséquence de la véritable inflation. Celle-ci est en réalité constituée par la diminution du pouvoir d’achat de l’unité monétaire car il faut davantage d’euros pour acheter le même bien. Cette confusion provient de la méthode d’évaluation de cette inflation : comme il n’est pas possible de connaître exactement ni le montant de la monnaie en circulation, ni la valeur totale des biens achetables, la mesure de l’inflation s’opère indirectement et imparfaitement en déterminant l’évolution de certains prix et en les affectant d’un certain poids afin d’arriver à un chiffre satisfaisant pour les autorités monétaires. L’INSEE est un grand spécialiste de ce genre de calcul, évidemment sujet à caution, car permettant toutes les dérives.

 

Les conséquences néfastes des décisions de nos politiques

La distribution d’argent magique telle qu’elle est décrite dans la loi en cours d’élaboration procède du célèbre KoiKilEnKoute institué par le président lui-même.

Elle aggrave encore la situation peu enviable de la France au sujet de la dette publique. L’apparition de l’inflation durable, niée dans un premier temps par madame Lagarde et par le ministre de l’Économie et des finances Bruno Le Maire, puis déclarée comme de courte durée par les mêmes personnes, est une conséquence directe de ce KoiKilEnKoute appliqué docilement pendant la crise du covid par les gouvernements européens sous l’influence de notre président. Les prétendues causes de cette inflation largement diffusées comme la guerre en Ukraine, ne sont pas exactes, mais naturellement largement acceptées parce qu’elles désignent un responsable commode en la personne de monsieur Poutine. Et c’est une pratique universellement utilisée dans l’Histoire que de désigner un coupable lorsque le bon peuple se trouve confronté à un évènement néfaste.

Les évènements en question sont complexes, et les relations entre eux sont très diverses.

Oui, monsieur Poutine porte la responsabilité du déclenchement des hostilités contre l’Ukraine. Mais la situation de dépendance totale de l’Europe au gaz n’est pas de son fait. Et il est logique qu’il profite de la situation. La force de la Russie réside dans sa situation de fournisseur de ressources fossiles indispensables. On ne peut pas reprocher sa force au fort. Cette situation aurait du être envisagée avant, car toutes les données du problème étaient déjà connues.

Par ailleurs, souvenons-nous du moratoire sur l’exploitation du gaz de schiste en France voté par nos députés en 2011 et confirmé en 2013 par le Conseil constitutionnel, qui a interdit pratiquement l’exploitation de cette source d’énergie alors que les réserves du sous-sol français estimées par l’agence américaine de l’information sur l’énergie nous assureraient 80 ans de consommation actuelle (source). Actuellement, la France achete du gaz de schiste américain au lieu d’exploiter ses propres réserves. On ne voit pas très bien les avantages de cette situation. En revanche, les inconvénients sont évidents…

Ces constatations nous amènent à conclure qu’une fois encore, les politiques ont failli dans la mission consistant à prévoir l’avenir, et à prendre les mesures adéquates pour assurer tout simplement la sécurité des Français. Cette énorme erreur devrait interroger sur les autres mesures que veulent nous imposer ces mêmes politiques concernant l’énergie et le climat : ils viennent en effet de nous montrer à quel point ils peuvent se tromper dans leurs estimations des risques. Il serait utile de ne pas les laisser refaire les mêmes erreurs.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Et pourtant si. Le gouvernement a ce pouvoir de nous redonner du pouvoir d’achat. En diminuant taxes et impôts. Même si cela consiste à ôter les habits qu’on a donné à Paul pour les rendre à Pierre.
    Mais entre Pierrot et son auto et Paulo l’écolo, pour moi, y a pas photo !

    • L’inflation est diminution du pouvoir d’achat de l’unité monétaire.
      Si on supprime mes impôts cela ne change rien au pouvoir d’achat de l’unité monétaire,
      Certes j’aurais plus d’unité monétaire, mais cela ne changera rien à la valeur d’une unité monétaire et cela ne réduira pas l’inflation.

      • En diminuant les prélèvements obligatoires l’État ne toucherait certes pas directement à la masse monétaire mais laisserait le contribuable Pierre dépenser ou investir de l’argent qui ne servirait plus à colmater le gouffre étatique sans fond. Il en résulterait une création de valeur (activité économique) qui contribuerait à terme à réduire la masse de fausse monnaie responsable de l’inflation.
        Il faut réduire la redistribution des revenus et fortunes honnêtement gagnés pour sortir de ornière, exactement le contraire de ce que propose cette absurde loi pour le pouvoir d’achat.

        • Je suis d’accord mc2.
          Je soulignais seulement que la réduction des contributions obligatoires n’avait pas pour effet d’augmenter la valeur de la monnaie ( réduire l’inflation ). C’est bien la création de valeur par l’échange qui le fera. Ce n’est pas le gouvernement qui crée de la valeur, même si une de ces décisions a pour effet de me permettre de le faire. C’est seulement ce que je voulais dire.
          Évidemment que c’est une bonne politique de réduire les contributions obligatoires.

        • L’ennui, c’est que, connaissant trop bien nos « élites », les coupes budgétaires toucheront prioritairement l’utile du régalien : entretien des infrastructures, suppression de lit dans les hôpitaux… Et bien sur le personnel fonctionnaire des structures touchées sera muté a des taches de brassage de vent…

          • La plupart de nos concitoyens considèrent que si l’État n’entretient plus les infrastructures ou baisse le nombre de lits dans les hôpitaux, ce sera la déchéance.
            Mais pas du tout. Si les infrastructures doivent être entretenues, si les lits d’hôpitaux doivent être recrées, absolument rien n’empêche que ce soit fait et géré par le privé qui fait ça en général d’ailleurs mieux que l’État. Le fait que l’État s’occupe de moins de choses ne signifie pas que ces choses ne seront pas faites si elles sont utiles.
            Moins de service public ne signifie pas moins de service au public. Ne vous laissez pas prendre à cet argument grossier des étatistes.

        • Pourquoi vouloir réguler quelque chose qui n’est pas en son pouvoir, un peu comme réguler le « dérèglement » climatique alors que l’on ne sait pas qui l’aurait réglé, ni sur quelle valeur? D’ailleurs on ne sait même pas où il a mis le thermostat!

      • Il est évident que la diminution des impôts pourrait et devrait être accompagnée d’une réduction de la distribution d’argent gratuit. Puisqu’on laisse leurs gains aux citoyens, inutile de leur donner des aides compensant chez Paul l’argent qu’on cesse de prendre à Pierre. A Paul de se débrouiller pour rendre à Pierre un service que ce dernier lui paiera. Comme les aides à supprimer excèdent et précèdent de loin les recettes fiscales, la création de masse monétaire en serait réduite.

        • Oui je suis également d’accord.
          Je souhaitais seulement souligner qu’il n’y a pas de lien de cause à effet entre baisse d’impôts et baisse de l’inflation ( augmentation de la valeur d’une unité monétaire ). Ils se passent des trucs ( création de valeur ) ensuite comme mc2 et vous le précisez à raison. C’est le gouvernement qui crée de la valeur et fera baisser l’inflation ? C’est le marché. Je rend simplement hommage au marché de créer de la valeur et je rend au gouvernement la responsabilité de la détruire.
          Je ne dis pas qu’il n’y a pas de lien entre diminution de l’inflation et l’arrêt de création/distribution de fausse-monnaie.
          En réalité je tiens seulement à souligner que le gouvernement n’a pas la main sur l’inflation ( sauf en créant de la fausse monnaie évidement mais comment la détruite autrement qu’avec des faillites ? ). Il n’y des curseurs et des manettes à bien régler pour que cela fonctionne. L’économie c’est pas le job du gouvernement, qu’ils arrêtent de s’occuper de ce qui fonctionne très bien de façon non parfaite mais optimale : le marché libre.
          Le mieux que le gouvernement puisse faire est de commencer par la baisse des dépenses, et pourra ensuite réduire les « recettes », il y a une dette à rembourser aussi. Et effectivement il fait le contraire 😢

        • On sera d’accord pour dire que la valeur est crée par l’échange de biens.
          Lorsque le gouverment consomme ce que j’ai crée, il ne crée pas de valeur, il la distribue.
          Lorsque le gouvernement crée de la fausse monnaie il dilue la valeur de la monnaie.
          Lorsque le gouvernement baisse les contributions obligatoires, il ne crée pas de valeur, il me rend ce qui m’appartient. A moi de la créer. C’est mon point.
          Si j’ai plus de quantité de monnaie par la baisse des impôts j’aurais évidement plus de capacité à échanger mais cela ne change rien à la valeur d’une unité de monnaie et encore moins à la baisse de la production. C’est mon autre point.
          Sur vos points je suis d’accord.
          Je parle d’inflation ( diminution de la valeur unitaire d’une monnaie ) et pas de la quantité plus importante de monnaie dont je disposerai pour procéder à des échanges ( pouvoir d’achat ) suite à une baisse d’impôt et je conviens parfaitement que c’est mieux d’en avoir plus que moins.
          Bon j’arrête après.

          • Oui, c’est exact, mais c’est aussi une vue trop superficielle. Si la production de valeur est moins imposée, il y aura une motivation très accrue pour en créer. Que ça ne soit pas prouvable et chiffrable fait que nombreux sont ceux qui refusent d’en tenir compte, mais accroître la production de valeur sans accroître la masse monétaire est bien le meilleur moyen de lutter contre l’inflation, non ?

    • He la!!! il baisserait ainsi le pouvoir d’achat des fonctionnaires et autres dépendant du politique!!!

      C’est rhabiller pierre..des habits que jacques lui avait volé!! pardon justement pris pour des raisons de justice sociale!

      Des tas de s gens participent à des chaines de Pônzi tout en étant parfaitement conscients de l’issue finale.. car la date mal connue.. gagnant à court terme plaisir immédiat..

      Le spectacle d’unrffin ou d’un Mélenchon « expliquant » l’economie et les mesures à prendre laisser perplexe sur la façon de les contredire…

      On sait qu’ils ont été exposés aux arguments qui expliquent qu’à terme leur pari est perdant.. pour leur électorat.. mais…gagnant à court terme…
      Ce qui me frappe est leur prétention à l’honneteté à l’empathie.. ils semblent sincères!!!
      je crois qu’il faut des personnalités particulières ,des gens convaincues de mériter le pouvoir..

      Franchement pensez vous qu’il est possible d’avoir un débat avec melenchon ou ruffin? ou des militants CGT!!! qui eux ne prétendent pas..

      Ces gens n’ont pas de scrupules à utiliser la force si il en dispose…

      EN ce qui me concerne ce qu’i m’ennuie est que je ne les écoute plus non plus.. mais je ne veux pas utiliser la violence..

      si au moins on pouvait briser la suspicion de spoliation qui entoure toute personne s’etant enrichie… et faire des distinction entre les pauvres.. ou juger moralement les caractères et juger pénalement des actes!!!!

  • Avatar
    The Real Franky Bee
    24 juillet 2022 at 9 h 38 min

    C’est une spirale infernale déjà connue d’un point de vue historique. La France s’appauvrit en dépensant trop, mais décide de dépenser encore plus pour atténuer l’effet de cet appauvrissement, ce qui signifie qu’elle s’appauvrit davantage, et ainsi de suite. Et absolument TOUS les partis politiques sont unanimes sur la nécessité de dépenser plus. Ce pays n’a aucun avenir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Achat d'or pouvoir d'achat
4
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Notre Première ministre Élizabeth Borne, vient de faire, à l’Assemblée nationale, son discours de politique générale, et elle a dévoilé quelles sont ses priorités : le pouvoir d’achat, le travail, l’urgence environnementale, l’égalité des chances, et les difficultés du secteur de la santé, soit cinq, au total.

https://www.youtube.com/watch?v=_CzAKKIQFv4

 

Le gouvernement a donc préparé « un paquet de mesures de 20 milliards d’euros » censé atténuer les effets de l’inflation. Ce projet de loi sera soumis au Parlement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles