Énergies renouvelables : le gaz russe rappelle l’Europe à la réalité

Les énergies renouvelables européennes viennent au secours de la Russie. Le gaz russe est devenu indispensable pour un mix européen qui a fait de mauvais choix.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pipeline By: Brian Cantoni - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergies renouvelables : le gaz russe rappelle l’Europe à la réalité

Publié le 14 mars 2022
- A +

Ci-dessous les diagrammes de production de l’Allemagne (Institut Fraunhofer, Energy charts) et de la France (RTE, eCO2mix)

Les besoins à la pointe sont de l’ordre de 70 GW pour les deux pays, soit 140 GW en tout. C’est faible pour des journées d’hiver. Le froid n’est pas intense, et l’activité économique n’est pas florissante.

 

On a connu deux jours sans aucun vent les 2 et 3 mars. (En bleu clair sur les diagrammes). L’Allemagne a été sauvée par le gaz, le charbon et le lignite et ne parle plus guère d’arrêter ses quatre dernières centrales nucléaires en service. Mais elle tourne quand même à 10GW de gaz (essentiellement russe).

En France, on essaye d’économiser le gaz avec nos centrales à charbon et même à fuel.

Décidément, le vent vient au secours de Poutine. En janvier, nous avions déjà eu trois semaines complètes sans vent en France.

Quelques points remarquables

On notera que les fameux régimes des vents complémentaires entre ouest, nord et sud, (dixit les tenants de l’éolien) sont aux abonnés absents de la Baltique à la mer du Nord, l’Océan, et la Méditerranée.

Le 2 mars à 13 h 30, les 64 GW d’éolien en Allemagne ont donné 1,39 GW !

Le 3 mars à à 14 h 45, l’éolien est descendu à 780 MW en France pour 18 GW installés !

Le 2 mars à 19 heures , à la pointe du soir, on avait :

  • 1,2 GW d’éolien et 0 GW de solaire en France pour 31 GW d’installés,
  • 4 GW d’éolien et 177 MW de solaire en Allemagne pour 123 GW installés.

Conclusion

Le 2 mars à la pointe du soir, les énergies intermittentes et aléatoires ont fourni 5,3 GW au réseau interconnecté Allemagne / France pour 154 GW installés.

On comprend alors la position de Gerhard Schroeder : l’assemblée annuelle du monopole gazier russe  (Gazprom) doit approuver fin juin la désignation de l’ancien chef du gouvernement allemand, qui dispose déjà d’un siège au conseil de Rosneft, le plus gros producteur russe de pétrole. C’est aussi lui qui préside le conseil d’administration de la société du Nord Stream 2, le nouveau gazoduc stratégique censé approvisionner directement l’Allemagne via la mer Baltique et dont les États-Unis ne cessent de combattre l’activation. (BFM Business du 2 février)

Et le discours d’Engie : Que se passerait-il si la France cessait de recevoir le gaz en provenance de Russie ? Catherine MacGregor, directrice générale d’Engie, a fait part de ses inquiétudes à ce sujet dans une interview au journal Les Échos. Il  n’aurait pas fallu y penser avant de torpiller le nucléaire ?

Certains réalisent, mais c’est un peu tard. « Sortie du nucléaire : la guerre en Ukraine pousse la Belgique à réévaluer sa position ».

Mais les obsessions ont la vie dure : « Catherine MacGregor incite à accélérer le biométhane et les énergies renouvelables pour ne plus dépendre du gaz russe. » À l’École Centrale, la différence entre kW et kWh n’a pas été enseignée à la Directrice d’ENGIE, et que plus d’énergies renouvelables c’est davantage de gaz ?

Comme diraient les shadocks, « plus on rate, plus on a des chances que ça marche ».

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Avatar
    jacques lemiere
    14 mars 2022 at 7 h 10 min

    Le problème n’est pas l’ignorance, c’est l’enfumage.

    Pour moi la vraie question est de savoir si ils souhaitent vraiment que la consommation d’énergie baisse presque de moitié.. que cela advienne  » librement » est une autre question..

    • Je ne sais pas « ce qu’ils souhaitent », mais je vois un beau tuyau qui traverse un pays en guerre dont l’acteur principal menace l’OTAN des frappes … des autres.

  • « À l’École Centrale, la différence entre kW et kWh n’a pas été enseignée à la Directrice d’ENGIE, et que plus d’énergies renouvelables c’est davantage de gaz ? »
    Procès d’intention d.bile pour la première partie. Et ânerie pour la deuxième. En France, les ENR n’ont absolument pas contribué à augmenter la production électrique provenant du fossile. On l’a même un peu baissé. Simplement le gaz s’est substitué au charbon et au pétrole.
    Les promoteurs des ENR ont encore de beaux jours devant eux quand leurs opposants sont si pauvres d’esprit.

    -1
    • Bonjour
      L’ENR est intermittent NON PILOTABLE.
      Plus on a d’ENR, plus il faut disposer de moyens de production complémentaires si l’on veut pouvoir recharger les voitures électriques.
      Si on n’a plus assez de nucléaire et si l’on veut malgré tout limiter la casse en terme de rejet de CO2, il reste le gaz car il parait hasardeux de se fier au biométhane.
      Tout cela pour dire que je ne comprends pas votre commentaire!
      Claude Mennessier

      • Ni moi le vôtre.
        1. Contrairement à l’idée colportée ici ou ailleurs, les ENR sont pilotables.
        2. Vous n’arrivez pas à comprendre – mais vous n’êtes pas le seul – que nous n’avons pas besoin d’accompagner les ENR de nouvelles centrales thermiques, tant que le mix énergétique n’en contient pas trop.
        3. Si on n’a pas assez de nucléaire, en dépit des projets de construction actés, je doute vraiment que l’on se dirige vers le gaz (because GES et Poutine). On fera des ENR. Que ça vous plaise ou non.

        -2
        • 1. Pardon, mais comment faites-vous tourner vos éoliennes et produire vos panneaux PV la nuit s’il n’y a pas de vent ?
          2. Jusqu’ici, les ENR n’ont peut-être pas fait augmenter la production d’électricité provenant du fossile, mais vous reconnaissez qu’il faudra bien finir par augmenter cette production quand il y aura « trop » d’ENR. Ce qui est un peu contradictoire.
          3. Sur ce point, d’accord. Mais nous devrons apprendre à gérer la pénurie d’électricité.

  • Le biocarburant est
    : Une escroquerie : jamais un carburant produit artificiellement ne pourra concurrencer un combustible fossile en terme de bilan énergétique et de prix de revient, ce dernier point étant masqué car il est produit en grande partie à base de subvention
    Et une mauvaise action.Les Surfaces agricoles consacrées au biocarburant sont soustraites à la production vivrière alors que la production de blé ukrainien est désorganisée et celle de blé russe perturbée, et que corrélativement la famine menace plusieurs pays africains

  • Rantanplan vient d’annoncer que le gouvernement, dans sa contribution à la guerre vient d’approuver un projet d’éoliennes flottantes en mer
    paraît que c’est à cela que l’on les reconnait ils osent tout

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Par Raoul Delcorde.

En deux mois et demi de guerre, on dénombre déjà plusieurs tentatives de médiation dans le conflit russo-ukrainien : la Turquie, Israël, ainsi que plusieurs États arabes et européens, sans oublier l’UE en tant que telle ou encore l’ONU ont envoyé des représentants à Moscou, à Kiev, ou dans les deux capitales ; récemment, le pape a également fait offre de médiation.

La médiation est au cœur de l’action diplomatique. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

La médiation est l’intervention d’un tiers dans la r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles