La planification écologique est nécessairement vouée à l’échec

Avec la planification écologique nous en serons là : payer des impôts pour détruire des emplois, retomber dans la soumission aux aléas naturels et vivre dans la peur et la culpabilité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Capture d'écran YouTube Europe 1 ""L’objectif, c’est aucun jeune sans solution à la rentrée", assure Elisabeth Borne"

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La planification écologique est nécessairement vouée à l’échec

Publié le 3 juin 2022
- A +

Il a fallu plusieurs semaines interminables de tractations et de discussions pour construire l’architecture du gouvernement Borne. C’est enfin chose faite.

Il a surtout fallu plusieurs semaines pour réussir à faire la part des choses entre la réalité que représente l’exercice du pouvoir et les gages données par Emmanuel Macron pendant la campagne électorale où après avoir travaillé pendant le premier tour à convaincre les électeurs de droite qu’il était le meilleur candidat de droite, il avait ensuite œuvré pendant le second tour à convaincre les électeurs de gauche qu’il était le meilleur candidat de gauche.

 

L’urgence de plus en plus urgente

Le Président nouvellement élu devait donc construire un gouvernement du « en même temps » : en même temps, fossiliser les grognards aux postes opérationnels : Bruno Le Maire à Bercy, Gérald Darmanin à Beauvau, Éric Dupond-Moretti place Vendôme… et en même temps, remplacer tous les petits jeunes de la startup nation déjà oubliée par des petits nouveaux en charge de « bâtir un avenir en commun », Emmanuel Macron ayant sans aucune hésitation repris à son compte le slogan de campagne de Jean-Luc Mélenchon, histoire de bien faire comprendre qu’il était de gauche, même si en même temps, il était de droite.

Pour donner des gages crédibles de son nouvel engagement écolo, le nouveau Premier ministre s’est donc vu immédiatement flanqué de trois Zorro du développement durable : Amélie de Montchalin, nommée ministre de la Transition écologique, Agnès Pannier-Runacher, nommée elle aussi ministre de la Transition écologique et Antoine Pellion, nommé non pas troisième ministre de la Transition écologique, mais secrétaire général à la Planification écologique.

 

Incontournable écologie

Le message ne peut être plus clair. Les symboles sont en place, affichés et bien évidents, mais qu’en est-il derrière la communication et les manœuvres politiciennes ?

Ce que l’on appelle communément et improprement l’écologie est un sujet politique très porteur. 80 % des Français se disent inquiets vis-à-vis de l’environnement et du changement climatique. Mais comment ne pas l’être quand il ne se passe pas une seule journée sans qu’une information anxiogène ou une injonction culpabilisatrice et moralisatrice ne soit largement diffusée ?

On a bien vu avec la crise sanitaire, les sujets de santé mobilisent largement l’opinion en prenant des proportions qui peuvent sembler rétrospectivement bien mal calibrées. La confusion entre l’inquiétude et la panique totale semble bien être quelque chose que les médias et les politiques aiment à passer sous silence dans une confusion qu’ils n’ont aucun scrupule à instrumentaliser.

Les innombrables messages sur l’urgence climatique, les divers comptes à rebours, les événements dramatiques mis systématiquement sur le compte de la catastrophe à venir viennent quotidiennement dramatiser et coincer les opinions dans un espace très restreint. Il est devenu quasiment impossible de remettre en question de façon ouverte cette fameuse urgence climatique sous peine d’être aussitôt affublé de tous les vices moraux possibles et imaginables : égoïsme, complotisme, obscurantisme, etc.

 

Un décalage gigantesque

Il faut cependant remettre les choses à leur place : si 80 % des Français sont inquiets, c’est en grande partie parce qu’ils trouvent que les carottes du supermarché n’ont pas de goût. Disons-le franchement : l’urgence écologique de la grande majorité des Français se limite aux petits changements du quotidien liés à la distance grandissante avec l’environnement naturel. Ça ne va pas plus loin.

S’être détaché de la violence de la Nature (ce que nos ancêtre admettait parfaitement parce qu’ils ne pouvaient pas faire autrement) a conduit à idéaliser celle-ci et à créer toute une mythologie reposant sur des craintes irraisonnées et sur des mythes romantiques.

Cette ombre projetée par la Nature violente a pris forme sous le présage d’un inévitable retour de bâton, d’une punition infligée par les éléments déchainés : le fameux changement climatique.

Laissons de côté le débat sur l’exactitude ou l’inexactitude des prévisions et des constatations : 80 % des Français, c’est avant tout une énorme opportunité. Une énorme opportunité pour s’en mettre plein les poches ou pour assouvir ses fantasmes de pouvoir et de gloire.

Normal que tout ce qui s’apparente de près ou de loin au pouvoir veuille mettre le grapin dessus.

Le bio, le vert, le responsable, le conscient, le solidaire sont, qu’on le veuille ou pas, les marqueurs de notre époque, tout comme la moustache et le chapeau melon étaient ceux du début du siècle précédent. Écologique (sous une forme ou sous une autre) est devenu symbole de qualité, l’unité de mesure universelle.

 

La méthode 

Deux ministres et un secrétaire général vont donc faire des ronds dans l’eau pendant toute la durée de leur mandat. À part dépenser l’argent du contribuable, donner des leçons, pondre des règlements abscons et prendre des décisions arbitraires et embêter les Français, ils ne vont absolument rien faire.

Ils ne vont rien faire pour la double raison qu’il n’y a absolument rien à faire et qu’il ne faut absolument rien faire !

L’écologie, c’est à la mode, c’est partout, tout le monde en parle, mais ça n’a absolument aucune réalité. Il est tout simplement impossible de recréer les conditions de vie et la connexion à la nature qui subsistaient sous des formes endémiques il y a encore une cinquantaine d’années et qui ont maintenant quasiment totalement disparu. Non seulement personne n’en voudrait, mais l’environnement a tellement changé que cela n’est simplement plus possible.

Le mystère naturel avec ses monstres réels et imaginaire, qui a hanté les forêts profondes et les récits au coin du feu depuis le début de l’humanité a définitivement disparu. On sait aujourd’hui que la Terre est ronde. On a cherché partout les monstres et on ne les a trouvés nulle part. On connaît notre planète jusque dans ses moindres recoins. Tout a été exploré, gravi, découvert, vaincu.

La planification écologique est par la force des choses irrémédiablement vouée à l’échec. Il est totalement impossible de remonter le temps. Même si les légumes anciens, la culture vivrière, les fromages au lait cru et les moulins à vent sont de riches patrimoines, il faut les considérer comme ce qu’ils sont : de fragiles souvenirs du passé qu’il faut protéger et conserver.

 

Le retour indispensable à l’économie

Pour revenir aux défis actuels : pollution, changements et événements météorologiques, alimentation, santé… ce qu’il faut, ce sont des solutions économiquement pérennes. Nulle urgence ici : nous sommes condamnés à vivre sur cette planète encore un sacré bon nombre d’années, de millénaires sans doute même.

Ce qu’il nous faut, le grand défi des prochains siècles, ce n’est nullement l’utilisation de la force armée et de la planification venant d’une autorité toute-puissante et bienveillante, mais la création d’une réelle économie qui produise les solutions techniques et commerciales capables d’exploiter toutes ces fantastiques opportunités pour en produire de la richesse, pas pour y engloutir des océans d’impôts, de taxes, de déficits budgétaires et de dette.

Le calcul électoraliste d’Emmanuel Macron nous fait encore une fois rater le coche. Là où il y a pour la France et pour les Français une gigantesque chance de création de richesse, il brise tout élan de liberté et cherche au contraire à réguler, à diriger, à gérer, à planifier.

Pour prendre un exemple tout simple : ce qu’il nous faut, c’est un génial inventeur qui transforme les déchets nucléaires en or (en quelque chose ayant de la valeur), pas des lois et des impôts pour faire diminuer notre consommation électrique, nous faire passer les hivers dans le froid et tomber malades, fermer des centrales, mettre des employés au chômage et dépeupler toute une région.

Parce qu’avec la planification écologique nous en sommes là : payer des impôts pour détruire des emplois, retomber dans la soumission aux aléas naturels et vivre dans la peur et la culpabilité. La double peine.

Pour terminer, et pour ceux qui font le pari qu’il y a effectivement urgence, qu’ils ne se bercent pas d’illusions : confier un objectif à l’État est bien le meilleur moyen d’être sûr et certain que cet objectif ne sera jamais atteint.

 

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Dans planification écologique il y a :
    – planification, chère au technocrate impérieux qui sait tout et te contraint à te plier aux obsessions qu’il a en tête (exemple : ce qui manque au développement de la voiture électrique, ce n’est pas tant l’aide à l’achat largement dispensée qu’un grand plan de câblage de prises de recharge) ;
    – écologique : prétexte avouable pour justifier des réglementations et des taxes.
    La combinaison des deux va nous mener loin…

  • Si il y a bel et bien un changement climatique, et si ce changement climatique est dû à l’activité humaine, en aucun cas elle ne peut être dûe à l’activité humaine de la France. En fermant les centrales nucléaires comme celle de Fessenheim on peut arriver à augmenter la part de la France dans la responsabilité planétaire. En ce qui concerne les déchets nucléaires on peut les brûler dans les centrales de nouvelles générations à neutrons rapides que les écologistes ont interdit de développer. Les énergies dites renouvelables produisent beaucoup de CO2 (Dans d’autres pays que la France mais ça ne va pas pour autant combattre l’augmentation du CO2) que leur durée de vie a du mal à amortir. Et ça revient pour la France à continuer d’acheter son énergie à l’étranger et d’en dépendre. Si on voulait faire de vrais calculs sur la production du CO2 il faudrait comptabiliser en France la production du CO2 nécessaires à fabriquer les cellules photo électriques que nous avons acheté en Chine. À moins que le CO2 s’arrête aux frontières🤣.
    Quand les Chinois mettent en service une nouvelle centrale électrique à charbon de 800 MW tous les 15 jours on peut vraiment se demander pourquoi il faut augmenter le chômage et la précarité des Français.
    Et si vous continuez à penser comme nos brillants énarques qui sont suffisants, arrogants et prétentieux que la France reste le phare de l’humanité ça fait juste rigoler tous les autres pays de la planète.

    13
  • Merci pour cet excellent article.
    J’ai la chance de vivre dans le même canton rural depuis 63 ans. J’y ai vu de nombreux changements, en particulier une population qui a augmenté, et un nombre considérable de nouveaux pavillons si chers à notre ancienne ministre du logement qui n’a pas survécu à la réélection de Macron.
    Malgré tous ces changements, je suis certain que mon canton est moins pollué que dans mon enfance.
    Toutes les eaux usées sont traitées, plus de décharges à ciel ouvert sauf malheureusement quelques décharges sauvages qui existaient déjà jadis.
    Les agriculteurs qui ont survécu utilisent les pesticides avec modération, ne serait-ce qu’en raison de leur coût.
    Quant au réchauffement climatique, j’avoue que j’ai bien du mal à à le ressentir. Je fais toujours mon potager et il m’arrive encore de me faire piéger par les gelées printanières.
    Parfois, il fait chaud en hiver et parfois, il fait froid en été comme dans mon enfance quand j’entendais les adultes dire : « Y a pu de saison » ou « On n’a pas eu d’hiver qu’a tué la vermine »
    La prétention climatique macronienne est effrayante et la loi d’urgence en préparation achèvera la destruction de notre tissu industriel.
    J’ai bien peur que le premier mandat de Macron n’ait été qu’un hors d’oeuvre et que son second, donc son dernier, ne soit qu’une suite de brutalités et de provocations.
    Il ne nous reste qu’une chance avant l’apocalypse : ne pas lui donner de majorité aux législatives.

  • Les problèmes devant nous sont gigantesques, un échantillon:
    – L’insécurité
    – L’inflation
    – La désindustrialisation
    – La crise énergétique
    – la guerre en Europe
    et ce « gouvernement » n’a qu’une préoccupation: diminuer le CO2 de la planète !
    Les cinq ans qui viennent vont être un cauchemar, et personne ne s’en rend compte

  • La seule planification écologique possible est la diminution drastique de la population mondiale… Car on a plus que doublé notre population depuis 1950… La question du coup serait « qui va-t-on tuer ? ». J’attends avec impatience ce grand débat 🙂

    • Ou alors, on se contente de laisser faire la démographie… en pratique, avec l’accroissement des richesses, la natalité diminue. Les pays ayant un taux d’accroissement naturel positif existent encore, mais sont bien plus rares en 2020 qu’en 1950, et ça n’ira pas en s’arrangeant à l’avenir.

  • Bravo pour votre excellent article. Je pense que cette planification est une gigantesque fumisterie qui va davantage nuire aux Français que sauver la planète qui n’a rien demandé !

  • Avatar
    jacques lemiere
    8 juin 2022 at 7 h 12 min

    pour un idéologue le but est la mise en place de l’idéologie;.

    la planification soviétique, c’ets la dictature du parti communiste et c’etait le véritable but des prétendus communistes..

    la planification écologique… c’est une forme de dictature de prétendus écologistes.

  • Avatar
    jacques lemiere
    8 juin 2022 at 7 h 19 min

    si vous admettez qu’une personne est capable de faire un bilan écologique mieux que vous…. il va mettre sa poubelle devant votre porte plutôt que la sienne…. va laisser ses poules picorer vos salades..

    un bilan environnemental est multidimensionnel…. penser qu’une action est mieux qu’une autre est subjectif arbitraire, circonstanciel…et de plus transitoire..

    un écologiste , c’est un type qui vous explique ce qu’est une bonne soupe!!! vous le voyez comme tel si vous avez le même gout!!!!

    • Avatar
      jacques lemiere
      8 juin 2022 at 7 h 25 min

      il vont vous jouer une valse…à plusieurs temps..
      CO2 , biodiversité, social… sans oublier le » pragmatisme  »

      dès lors leur politique conduit
      à des émissions de CO2 supplémentaire??oui mais c’ets bon pour la biodiversité..ou bon pour le social..
      leur politique appauvrit..oui mais c’est pour le climat ou la biodiversité..

      leur politique n’est bonne ni pour le social , ni pour les émissions, ni pour la biodiversité… on se doit d’etre pragmatique..

      j’ai toutes les conférences de presse déjà faites…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles