« Ils croient que la nature est bonne » de Jean de Kervasdoué

Lorsque l’écologie dépasse le cadre de la science. Présentation d’un ouvrage qui entend ramener des questions fondamentales dans le domaine de la raison plutôt que des émotions, de la politique ou de l’idéologie.

 

Par Johan Rivalland

À travers cet ouvrage, et à l’instar des précédents (du moins pour les plus récents), Jean de Kervasdoué entend dénoncer dans Ils croient que la nature est bonne, les confusions qui règnent, en matière d’écologie, entre discipline scientifique et écologie politique.

C’est pourquoi, déplorant que l’on adopte un même mot pour désigner des personnes ou entités aux démarches et finalités très différentes,  il parle d’écologues au sujet des chercheurs, afin de bien les distinguer de tous ceux qui en font une sorte d’engagement politique,  auxquels il réserve le qualificatif d’écologistes, ces derniers délivrant trop souvent des interprétations erronées ou excessives relevant parfois de la duperie.

Revenir à la raison

Face à ce constat, il convient de dépassionner le débat pour tenter de revenir à la raison. D’autant que, face à ces assauts de militants qui occupent particulièrement bien toutes les sphères de la communication et de la société, ce sont les croyances qui finissent par l’emporter sur la raison.

Il ne s’agit pas de nier certaines préoccupations en matière d’environnement – Jean de Kervasdoué se dit d’ailleurs très concerné en la matière – mais d’éviter de sombrer dans les excès et l’irrationalité la plus absurde et dommageable. Le problème étant que les écologistes utilisent en permanence et très habilement les médias pour véhiculer leurs assertions, rendant peu audibles leurs éventuels détracteurs ou, plus grave, les véritables spécialistes scientifiques sur ces questions :

La lutte médiatique n’est pas égale car si les écologues, scientifiques de l’écologie, publient le plus souvent en anglais des articles austères pour une audience limitée ayant en horreur la généralisation hâtive et les vérités approximatives, les écologistes politiques, aux nombreux relais médiatiques, font flèche de tout bois pour couvrir l’espace public où ils déversent leurs interprétations des choses.
Leur angle est malthusien, anticapitaliste et libertaire. Si les écologues cherchent, les écologistes ont déjà trouvé. Leur but n’est pas de comprendre le monde, mais d’agir sur le monde et ils savent que pour y parvenir, la bataille idéologique est essentielle.

D’où les oppositions de vocabulaire parfaitement révélatrices que l’on trouve désormais de manière habituelle un peu partout :

 

Dans ce monde manichéen, il y a d’un côté le « bien » avec ses mots vertueux – écologie, environnement, éolienne, lanceur d’alerte, santé… – et leurs qualificatifs tout aussi positifs – vert, naturel, durable, circulaire, biodynamique, biologique, photovoltaïque, recyclé, économe, local, associatif, décentralisé… – et de l’autre « le mal » – charbon, pesticides, OGM, nucléaire, pollution, croissance, climato-sceptiques… – et des qualificatifs négatifs – polluant, dangereux, intensif, capitaliste, industriel, cancérigène, corrompu… Entre les deux les mots « progrès » et « scientifique » font le va-et-vient, selon qu’ils servent dans l’argumentation le « bien » ou le « mal ».

La négation des fantastiques progrès observés

De même que Johan Norberg montre de manière éblouissante en quoi « Non, ce n’était pas mieux avant » (probablement le livre le plus important et le plus instructif que j’ai lu ces dernières années et dont je ne saurai trop vous conseiller la lecture), Jean de Kervasdoué dresse dans un premier chapitre au titre ironique (« Tout va mieux, mais c’est très inquiétant car cela pourrait aller plus mal ») nombre de constats qui montrent que, malgré un certain pessimisme ambiant, nombreuses sont les sources d’amélioration dans notre monde (même si, bien évidemment, rien ne sera jamais parfait), y compris en matière d’écologie. Et ce, en contradiction avec les erreurs et fausses prédictions non vérifiées pourtant assénées avec vigueur par des entités telles que le Club de Rome en 1972, entre autres.

Le problème étant que les catastrophistes, tel que les dénomme l’auteur (ou déclinistes, autre appellation), trouvent toujours de nouveaux arguments ou autres sujets d’inquiétude lorsque leurs prédictions ne sont pas vérifiées (il en apporte quelques exemples).

Le sujet sensible de l’agriculture

L’agriculture fait partie de ces domaines (et pas n’importe lequel, il faut bien dire, car nous en vivons !) pour lesquels nous avons connu de fantastiques progrès, qui ont grandement bénéficié à l’humanité.

Et pourtant, déplore Jean de Kervasdoué, les agriculteurs se trouvent abreuvés de reproches, d’autant plus regrettables qu’ils ne sont pas toujours bien fondés.

C’est pourquoi il y consacre un long chapitre étayé de nombreux rappels, ainsi que de réponses argumentées à des accusations loin d’être toujours justes.

Comme sur les pesticides, par exemple, dont il rappelle le rôle primordial et en quoi ils ont été un facteur de progrès indéniable. Gravement accusés de dangerosité pour notre santé, il relève ainsi que les agriculteurs ont une espérance de vie supérieure à la moyenne de la population (ce qui pourrait apparaître contre-intuitif compte-tenu de ce que l’on entend fréquemment au sujet des modes de production agricoles). En outre, il se trouve qu’ils sont moins touchés que le reste de la population par la plupart des formes de cancer (ce qui est, somme toute, très rassurant !).

Pour autant, la désinformation sur le sujet est telle que, par exemple, une émission comme Cash Investigation transforme une conclusion de l’EFSA (Agence européenne de sécurité des aliments) spécifiant que « plus de 97% des aliments contiennent des résidus de pesticides » … en omettant la fin de la phrase : « … dans des limites légales ». Ce qui change du tout au tout ! Surtout lorsque l’on sait, Jean de Kervasdoué y insiste, que les seuils fixés pour ces limites légales le sont à des niveaux très bas, de manière à prévenir au mieux les risques pour la santé (Apparemment, l’émission de Cash Investigation serait le fruit d’une collaboration, nous dit l’auteur, avec Générations futures, association militante écologiste ayant choisi de combattre sous toutes ses formes l’usage des pesticides, elle-même partenaire de Biocoop, réseau de magasins en forte croissance.

De même, il met en cause les excès attachés au principe de précaution, qui conduit les politiques à prendre parfois des décisions précipitées et aux conséquences fâcheuses. Ainsi en va-t-il, par exemple, de l’interdiction du bisphénol A début 2013 (qui constituait notamment le film tapissant le fond des boîtes de conserve, ayant permis de les rendre hermétiques et de contribuer à faire disparaître le botulisme). Cette interdiction est entrée en vigueur seulement une semaine après la promulgation de la loi, mettant l’ensemble des industriels devant le fait accompli, et sans que des produits de remplacement ayant fait la preuve de leur efficacité et de leur innocuité aient été trouvés. Sans, non plus, qu’il ait été démontré qu’il soit réellement  avéré comme étant un éventuel perturbateur endoctrinien. Une décision arbitraire dont Jean de Kervasdoué montre de manière incroyable les effets pervers multiples qu’elle a engendrés. D’autant plus regrettables que des progrès avaient été enregistrés dans la fabrication du BPA et que, même l’EFSA et l’ensemble des autres pays européens ont considéré qu’il était sans danger pour toutes les catégories de population. Et d’autant plus ridicule que, lorsqu’on s’est rendu compte que les tuyaux d’adduction d’eau, les cuves de stockage, les tuyauteries et citernes comme celles des camions transportant des produits alimentaires liquides, ou encore des dispositifs médicaux comme les perfusions ( !), entre autres, étaient également concernés mais sans solution de remplacement, tous ces domaines ont été exclus du champ d’application de la loi.

Suivent plusieurs exemples similaires où, petits calculs politiques aidant, des interdictions mal fondées sont prononcées par le Parlement à l’initiative de tel ou tel responsable politique. Avec pour conséquences des milliers d’emplois perdus, une perte de confiance en des agriculteurs pourtant beaucoup plus responsables qu’on voudrait le laisser penser, des milliards d’euros dépensés en pure perte, etc.

Décisions des politiques par ailleurs trop souvent mues par une forte propension à céder aux violences, puisque l’auteur rappelle plusieurs exemples de remises en cause par la force de « collectifs » quant à l’usage des sols pour l’agriculture, à l’instar des fameux zadistes dans un autre domaine, visant à incarner un idéal de justice anti-démocratique.

Et que penser de toutes les conséquences sur l’agriculture française induites par de telles décisions (dont l’auteur dresse un panorama bien inquiétant, que l’on observe malheureusement en effet en suivant régulièrement l’actualité) ? Avec des effets induits qui aboutissent bien souvent à l’inverse des effets recherchés, comme dans l’exemple suivant :

 

En 2014, 80% de la production française d’huile d’olive a été perdue du fait de la mouche de l’olive. Il existait pour s’y attaquer des produits efficaces, mais ils étaient interdits en France. Le consommateur en est-il mieux protégé pour autant ? Non, il l’est moins, car la France importe alors ces fruits de Turquie, de Grèce, d’Espagne ou d’Italie quand ce n’est pas de Chine, de Nouvelle-Zélande, d’Afrique du Sud ou du Chili, pays où la réglementation – y compris pour ceux qui sont au sein de l’Union européenne – est plus souple.

 

La question de l’alimentation

 

Ici comme en d’autres domaines, tout est question de raison et de dosage.

Alors que les habitudes alimentaires ont beaucoup changé en l’espace de quelques décennies, Jean de Kervasdoué montre que les connaissances dans le domaine de la nutrition humaine sont encore assez rudimentaires, là où l’on est parvenu à un fort degré de maîtrise pour ce qui est de la nutrition animale (quels que soient les abus en la matière, qu’il ne manque pas de relever et d’expliquer).

En réalité, le lien entre alimentation et santé est complexe. Et ce n’est que sur une longue période que l’on peut juger des réels effets d’un type d’alimentation.

Il n’en reste pas moins des principes de base et de bon sens à suivre si l’on espère vivre en bonne santé. Mais, au-delà de ces principes fondamentaux, aux croyances d’hier ont trop souvent succédé les modes d’aujourd’hui  (bio, sans gluten, végétalisme, véganisme, etc.), qui peuvent aussi parfois s’avérer erronées dans les principes, voire dangereuses.

 

Et les erreurs d’analyse sont hélas nombreuses. C’est pourquoi il juge bon de nous rappeler ici quelques principes de base scientifiques que l’on devrait toujours garder à l’esprit au lieu de s’inscrire dans l’excès et la déraison.

Ainsi en va-t-il de l’insuffisante distinction entre risque et danger, source de beaucoup de confusions, ou encore entre nocivité et dose absorbée (si boire dix litres d’eau dans une même journée est dangereux, et même mortel, en boire au moins un litre est en revanche absolument nécessaire). Comme il le rappelle, c’est la dose qui fait le poison. D’où les affolements injustifiés dont nous sommes fréquemment les victimes au sujet de telle ou telle substance dangereuse que nous absorbons, des traces de tel ou tel produit toxique que l’on retrouverait dans l’analyse des cheveux de nos enfants, ou encore de ce qu’on appelle « l’effet cocktail ».

Il faut en revenir aux principes scientifiques de base pour raisonner, et non jouer sans cesse sur les peurs, jusqu’à la déraison.

Une fois de plus, les exemples qu’il développe (je vous renvoie à la lecture du livre) sont très rassurants et montrent que l’on est trop souvent victimes de comportements schizophréniques à trop se laisser entraîner par tout ce que l’on entend dans les médias (ce qui ne va pas dire, une fois de plus, que la recherche, la surveillance et les précautions ne sont pas utiles et souhaitables).

 

Je vois déjà poindre, à ce stade, les critiques (pour en avoir déjà lu quelques-unes), comme à chaque fois que l’on met en doute des croyances fortes qui ont tendance à devenir vérités (par nature incontestables) : mais qui est donc ce Jean de Kervasdoué pour mettre ainsi en cause ce que « les scientifiques » montrent ? Pour les uns, un « pseudo scientifique », pour les autres sans doute quelqu’un qui serait à la solde de tel ou tel laboratoire ou industriel, ou je ne sais quelle entité qu’imaginent ceux qui se font les artisans de quelconques thèses complotistes.

Non, il s’agit d’un ingénieur agronome, entre autres, et qui a un parcours susceptible de légitimer complètement sa connaissance de ce qu’est une démarche scientifique. Ce qui ne suffit pas, naturellement, à prétendre qu’il détiendrait de quelconques vérités, mais justifie pleinement que l’on entende cette voix et que l’on accepte le débat et la contradiction, sans s’arc-bouter soi-même sur ses prétendues certitudes. Ce qui me paraît très sain.

Comme il le relève d’ailleurs, ces peurs alimentaires et la forte baisse de confiance des consommateurs sont typiquement françaises (des résultats de sondages le montrent de manière nette). Or, la réglementation et les contrôles en matière de produits alimentaires n’ont jamais été aussi élevés et l’administration « tatillonne », comme il l’indique, en particulier justement en France, ajoutant ceci :

 

Et si l’on remonte dans le temps, il ne me semble pas que les Français aient conscience qu’en 1900 14% des décès, dans notre pays, étaient dus à des empoisonnements alimentaires. Il n’y en a plus aujourd’hui.  La perte de confiance semble donc peu s’appuyer sur des données objectives, mais semble être due à la manière dont sont « informés » les Français.

 

Une recherche de l’audience, du sensationnel, ainsi que dans certains cas d’une idéologie de la décroissance qui, selon notre auteur, a un impact sur certaines filières, comme par exemple dans le cas de cette émission sur l’élevage des saumons en Norvège, qui avait fait chuter les ventes de ce poisson de 25% dans les trois mois qui ont suivi le reportage et de 13% encore un an après. Et la même chose se vérifie pour de nombreux produits carnés.

 

Un public stimulé, peu formé, mal informé

 

Il est simplement dommage que, pour finir, Jean de Kervasdoué mette en cause le « libéralisme le plus sauvage » en matière d’agriculture, regrettant la réforme de la Politique Agricole Commune, qu’il présente comme un succès ayant permis aux pays européens d’atteindre l’autosuffisance (quels qu’en aient été les effets pervers).

Dans le même temps, il relève pourtant (et la liste n’est pas close) que les revenus des agriculteurs se sont aussi effondrés en raison des coûts de la réglementation, de la moindre recherche de gains de productivité que les Allemands par exemple (réactions négatives à l’évocation de la « ferme des mille vaches »), ou encore de certaines décisions politiques ayant eu un impact direct sur l’agriculture française (blocus russe en réprimande après l’affaire du contrat sur les frégates non honoré).

 

Mais retenons surtout, pour conclure, le constat général qu’effectue Jean de Kervasdoué à travers cet ouvrage : le sentiment profond que les producteurs agricoles sont sacrifiés pour des mythes qui résultent essentiellement de la recherche du sensationnel, de l’ignorance, de la désinformation, du manque de caractère scientifique des informations véhiculées, et même d’une « incroyable tolérance des tribunaux pour la violence des écologistes », puisqu’il rappelle par exemple comment ceux qui ont organisé à plusieurs reprises des destruction de champs expérimentaux sur les OGM ont été relaxés en Cour d’appel, avant que l’affaire soit renvoyée en Cassation.

Malgré les progrès scientifiques importants enregistrés en de nombreux domaines, les partis pris semblent trop souvent l’emporter sur la raison. Et quand les politiques et des journalistes peu scrupuleux s’en mêlent (et s’emmêlent), cela donne des concepts connotés, des informations infondées, une idéologie nuisible et un égarement dans le domaine de l’émotion, au-delà de toute raison. Qui entraînent naturellement le plus grand nombre vers des raccourcis pervers et à être induits en erreur.

 

On peut regarder des dizaines d’émissions sur les OGM ou la pollution atmosphérique sans pour autant apprendre se qu’est un gène, une particule fine, la prévention en santé publique ou l’épidémiologie des maladies respiratoires.

 

Ce qui engendre un tas d’idées fausses que, là encore, il tente de démonter en faisant preuve de pédagogie et en en revenant aux principes de base de la science.

Un ouvrage par conséquent utile, qui nous invite à prendre un peu plus de recul face au catastrophisme ambiant, pour mieux revenir à la raison.

 

Jean de Kervasdoué, Ils croient que la nature est bonne, Robert Laffont, octobre 2016, 180 pages.