Qu’attendre de la nouvelle ministre de la Santé ?

Brigitte Bourguignon a été nommée ministre de la Santé et de la Prévention dans le gouvernement Élisabeth Borne. Des défis urgents et colossaux l’attendent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Brigitte Bourguignon L'État porte plainte dans l'affaire des Ehpad Orpea France Inter youtube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’attendre de la nouvelle ministre de la Santé ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mai 2022
- A +

Brigitte Bourguignon a été nommée ministre de la Santé et de la Prévention dans le gouvernement Élisabeth Borne.

Des défis urgents et colossaux l’attendent mais en période de transition avant les prochaines législatives, aura-t-elle la capacité et la volonté de s’y attaquer ? Sera-t-elle encore ministre après ?

Son parcours peut-il éclairer sa volonté et ses capacités pour régler les problèmes majeurs que pose la santé ? Crise des hôpitaux et urgences saturées, déserts médicaux, pénurie de soignants, les déficits abyssaux ne lui laissent aucune manœuvre à court terme.

Un seul signal pourrait être donné dès son arrivée, réintégrer les soignants suspendus.

Le fait d’accoler la prévention à la santé dans l’intitulé du portefeuille semble accréditer la volonté d’Emmanuel Macron d’engager enfin un vrai chantier sur ce dossier mais ce n’est pas ce qui est le plus urgent.

Pour le reste, elle est marquée par les couleurs du Parti socialiste depuis 2012. Avec la Loi Touraine et un numerus clausus trop serré elle ne peut pas ignorer d’où vient le mal.

Élue députée dans la sixième circonscription du Pas-de-Calais, elle est réélue cinq ans plus tard sous la bannière de La République en marche. Elle devient alors présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale à partir de 2017.

Elle est ensuite nommée ministre déléguée chargée de l’Autonomie auprès du ministère des Solidarités et de la Santé, dans le gouvernement Jean Castex. Elle a donc parfaitement suivi la politique de santé qui a amené le pays au bord du gouffre.

De nombreux noms avaient circulé pour succéder à Olivier Véran : l’ex-directeur général de la Cnam Nicolas Revel, le Pr Philippe Juvin venu des rangs LR, les médecins experts de la majorité Stéphanie Rist ou Thomas Mesnier, mais aussi les présidents de région Jean Rottner ou Renaud Muselier, voire des profils très hospitaliers comme Martin Hirsch ou Frédéric Valletoux, sans compter Olivier Véran lui-même !

Peut-être l’un d’eux lui succédera après le remaniement qui suivra les législatives.

 

Les défis immédiats et urgents nécessitent un changement de méthodes

Ces défis sont considérables.

Les hôpitaux

Le malaise hospitalier demeure extrêmement profond avec un été à hauts risques : pénurie de personnels et crise des urgences avec au moins 120 services en détresse. Le personnel manque et fatigue, ce qui impose ces fermetures. Il devient de plus en plus difficile de boucler les lignes de garde. Le manque d’attractivité, les pénuries d’effectifs médicaux et paramédicaux, l’absentéisme et les démissions devraient entrainer des mesures fortes et rapides.

À l’hôpital, un électrochoc sur les moyens et les effectifs est réclamé à cor et à cris. Mais sans changer de fond en comble l’organisation hospitalière rien ne sera possible et repasser aux 39 heures serait mal reçu avant les législatives.

La médecine de ville

Les revendications ont pris de l’ampleur avant que soit lancées à la rentrée les négociations en vue de la nouvelle convention médicale.

Dans ce contexte, la future « convention des parties prenantes », annoncée par le candidat Emmanuel Macron pour trouver dès cet été des solutions aux graves difficultés d’accès aux soins, et surtout le « changement de méthode » promis pour réformer le système de santé, seront les premiers tests majeurs pour la nouvelle ministre.

Les déserts médicaux

En ville, la question des déserts médicaux s’est imposée lors de la campagne présidentielle avec des arbitrages délicats attendus sur la liberté d’installation, le conventionnement sélectif, les délégations de tâches ou le rôle dévolu aux non-médecins. Ce sera des cautères sur jambe de bois. Trop peu de médecins sont dévolus aux soins et beaucoup trop s’occupent d’administration.

Les étudiants en médecine et l’internat

De fait, deux ans après le Ségur de la santé de juillet 2020, c’est le secteur dans son ensemble – des étudiants en santé aux blouses blanches en exercice, des prestataires de santé à domicile aux Ehpad – auquel la ministre devra apporter des réponses fortes.

Dans les Ehpad, dont le modèle a été mis à mal par le livre-enquête Les Fossoyeurs, Emmanuel Macron a promis 50 000 nouveaux postes d’infirmières et d’aides-soignants sur cinq ans, une promesse qu’il faudra mettre en musique alors que les candidats font défaut.

L’Internat de médecine générale est trop tardif et pas assez formateur. Le prolonger d’un an pour envoyer les internes dans les déserts serait une fausse bonne idée.

 

Réformer la Sécu, une équation impossible ?

Enfin, sur le front des comptes sociaux, la préparation du projet de Loi de financement de la Sécu (PLFSS 2023) qui se profile est une équation insoluble : engager le redressement de la Sécu, exsangue (24,6 milliards d’euros de déficit l’an passé, + 130 cantonnés dans la CADES) alors que les revendications du secteur n’ont jamais été aussi fortes dans un contexte où l’inflation approche les 5 %. Dans le dernier chapitre de mon livre Blouses Blanches colère noire  j’ai donné les pistes à suivre. Elles nécessitent un virage à 180°.

Il faudra donc attendre juin pour voir la direction qui sera prise. Le premier gouvernement Borne devrait s’élargir, notamment avec des secrétaires d’État, à la lumière des résultats du scrutin.

Tout reste à faire car sans simplifier l’organisation générale et faire des économies sur les strates administratives trop nombreuses rien ne sera possible.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Ni vacciné, ni guéri, ni mort, je méprise au plus haut point tous les membres de ce gouvernement assassin.

  • Hélas, je doute que quoi que ce soit soit fait pour assainir la situation. Le but d’Emmanuel Macron a toujours été (dès le moment où il a été conseiller de François Hollande, avant même d’être ministre) de casser les services publics au nom de son idéologie. Il me parait plus qu’illusoire d’espérer un retournement de sa part. Au contraire, son second mandat le conforte et il va très certainement accélérer ses réformes antisociales.

    • Je pense que, au contraire, Macron est et a toujours été un social démocrate qui veux sauver l’état providence. Devant le constat du ‘pognon de dingue’ que coûte le bazar , il ne propose que des maigres rustines.

      • Macron est surtout pour lui-même. Son seul but est de se maintenir au pouvoir ce qu’il a réussi jusqu’à présent en cassant les partis de gouvernement. Il n’a pas d’autre programme. En bon jésuite, adepte de celui qu’il tutoie, il est en train d’instaurer une démocrature. Mais lorsque la France se réveillera avec l’aide des instances financières internationales, Macron tremblera!

        • Savez au moins ce qu est une democrature ??? L anti macronisme primaire fait dire beaucoup de sottises……..😄😄😄

    • Une accusation de casser les services publics, on se croirait dans un discours du grand leader maximo ……😅😅😅
      Encore un libéral etatiste à la sauce populiste………🤗🤗🤗

      • Et à part insulter, vous avez des arguments?
        Si Mélenchon dit que le ciel est bleu, il faut dire qu’il est rouge sinon, on est un « libéral étatiste à la sauce populiste » pour vous?
        Et c’est quoi un « libéral étatiste à la sauce populiste »? Si c’est un libéral qui a conscience que l’Etat est une nécessité pour éviter l’anarchie et qui considère que le rôle de l’Etat est de protéger sa population (par l’armée, la Police, un système de soin fonctionnel, des institutions démocratiques, etc.), alors c’est une fierté d’être appelé comme ça par vous…
        Et l’inverse du « libéral étatiste à la sauce populiste », ce que vous devez être, c’est quoi? Un libéral anarchiste élitiste?

  • Sachant qu’elle risque d’être battu aux législatives, sa nomination était elle sincère? On peut douter de tout avec « Dieu parmi nous » et ses apôtres aux commandes qui mettent en place une démocrature!

    • Le democrature devient un tic de langage pour un populiste qui n a strictement rien a dire et qui se prend pour un libéral…….😋😋😋

  • Est-ce que la volonté et les capacités d’un(e) ministre ont une quelconque utilité? Ils ne sont que les courroies de transmission de Macron, seul membre de l’exécutif ayant le droit d’avoir une volonté !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Saviez-vous qu’il y a eu une vague covid en mars-avril, avec un pic hospitalier le 13 avril, c’est-à-dire trois jours après le premier tour des élections présidentielles ?

Sans doute que non.

Mais vous avez sans aucun doute entendu parler de la septième vague qui devrait bientôt nous submerger, puisque tout le monde en parle et que le gouvernement est à nouveau sur ses ergots, prêt à charger à la première occasion.

 

Covid quand on veut bien

La vague de mars-avril n’a bizarrement tellement pas eu lieu, qu’on a... Poursuivre la lecture

C’était une catastrophe annoncée. Le système sanitaire français s’effondre par pans entiers.

L’ensemble des secteurs sont concernés. La ville, la campagne, la médecine prétendument libérale, la médecine hospitalière publique ou privée, les EHPAD, etc.

Ce qui focalise l’attention des médias en ce moment est la fermetures des services d’urgences hospitaliers.

Malgré l’hospitalocentrisme qui a guidé la politique de santé française depuis des décennies, le secteur hospitalier français public est en grande difficulté. Le secte... Poursuivre la lecture

Les drames aux urgences hospitalières rebondissent avec le retour massif des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis ces 10 dernières années, avec plus de 25 000 000 passages par an.

Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par le covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

La liste des hôpitaux en difficultés est longue <... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles