Rapport RTE : l’illusion du 100 % renouvelables

RTE annonce dans son rapport qu’un système électrique avec 100 % d’énergies renouvelables n’est pas viable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Terry Vlisidis on Unsplash - https://unsplash.com/photos/WsEbnsnKbUE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rapport RTE : l’illusion du 100 % renouvelables

Publié le 2 février 2021
- A +

Par Michel Gay.

Le gestionnaire du réseau d’électricité (RTE) a publié le 27 janvier 2021 une étude conjointe avec l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur les « conditions et prérequis en matière de faisabilité technique pour un système électrique avec une forte proportion d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 ». Chaque mot a son importance.

Ce rapport a été commandé en octobre 2019 par le ministère de la Transition écologique qui, lorsqu’il lui a été remis, s’est arrêté sur le titre. Et il en a conclu un peu vite, par idéologie, qu’un système électrique avec 100 % d’énergies renouvelables était viable… alors que RTE annonce le contraire pour qui se donne la peine de lire les 180 pages du document !

Le rapport de RTE et de l’AIE alerte même sur la dangereuse aventure d’un fort développement des énergies renouvelables « variables », voire intermittentes, qui nécessitent des conditions extravagantes. Tout cela sans évoquer le coût qui n’est pas abordé dans cette étude.

Explorer n’est pas cautionner

Il est normal d’explorer toutes les voies avant d’arrêter une décision engageant le pays pour des décennies.

Cependant, l’avenir énergétique de la France ne doit pas être hypothéqué par des politiciens fous dansant la Carmagnole au bord du gouffre social en organisant méthodiquement le naufrage du système électrique français.

Le Directeur de l’AIE (Fatih Birol) a même indiqué en langage nuancé que fermer des centrales nucléaires « serait une erreur ».

Pour Bill Gates également, l’énergie nucléaire est nécessaire à l’avenir. Il déclare sur son blog :

Le nucléaire est idéal pour faire face au changement climatique, car il s’agit de la seule source d’énergie évolutive, sans carbone et disponible 24 heures sur 24.

Selon lui, ce moyen « idéal » fournira l’électricité qui permet aux voitures électriques de fonctionner sans combustible fossile et de faire fonctionner les pompes à chaleur qui remplaceront les chaudières au fioul et au gaz.

Il déclare par ailleurs :

La capacité de stocker l’énergie est si limitée que l’éolien et le solaire ne peuvent à eux seuls apporter une solution. Nous avons besoin d’un miracle de stockage ou d’une source d’énergie comme le nucléaire auquel nous pouvons faire appel à tout moment.

La France s’est engagée à atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 afin de respecter ses engagements en matière d’atténuation du changement climatique dans le cadre de l’accord de Paris.

Pour y parvenir, le gouvernement français a récemment publié une nouvelle loi énergie-climat et s’est doté d’une Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) qui vise à atteindre la neutralité carbone.

Cette SNBC repose en grande partie sur l’efficacité énergétique et un recours accru à l’électricité qui, en France, est déjà décarbonée à 93 %, en grande partie grâce à son parc de production nucléaire.

Toutefois, selon RTE, sa durée de vie étant aujourd’hui estimée à 60 ans, la plupart des réacteurs auront été déclassés en 2050.

Pour maintenir au minimum les émissions générées par le secteur de l’électricité, deux options sont donc envisagées en France :

  1. Remplacer les réacteurs en fin de vie par de nouveaux réacteurs nucléaires.
  2. Substituer intégralement ces réacteurs par des énergies renouvelables (EnR).

Attention aux Si !

L’étude de RTE et de l’AIE conclut sur le papier qu’il serait techniquement possible d’insérer une forte proportion d’EnR dans le système électrique avec une sécurité d’approvisionnement assurée, mais uniquement si quatre ensembles de conditions strictes et cumulatives étaient remplies en même temps :

1) si l’évaluation des impacts sur la sûreté du système électrique des systèmes comportant une part importante de photovoltaïque distribué est poursuivie.

2) si les sources de flexibilité sont développées de manière importante, notamment le pilotage de la demande, le stockage à grande échelle, les centrales de pointe (au gaz ?), ainsi que des interconnexions transfrontalières.

L’étude souligne que la maturité et la disponibilité, aujourd’hui incertaines, ainsi que… le coût exorbitant (« qui peuvent être substantiels » selon le langage feutré de RTE) de ces flexibilités ne sont pas traités car dépassant « le cadre du présent rapport ». Elle précise aussi que « l’atteinte de ces exigences a des implications techniques et sociales profondes ».

3) si le dimensionnement des réserves opérationnelles, le cadre réglementaire définissant les responsabilités d’équilibrage, et la constitution des réserves opérationnelles sont sensiblement révisés.

4) si des efforts substantiels sont consacrés au développement des réseaux d’électricité à compter de 2030, tant au niveau du transport que de la distribution.

RTE publiera courant 2021 une évaluation complète des différents scénarios électriques permettant d’atteindre la neutralité carbone.

Le rapport de RTE : prévision ou science-fiction ?

Pour faire une prévision robuste à 30 ans, il est indispensable de s’appuyer sur les techniques qui fonctionnent aujourd’hui, quitte à infléchir les prévisions quand de nouvelles technologies apparaissent.

Lorsque les prévisions s’appuient sur des hypothèses farfelues comme des moyens de stockage de masse à un coût acceptable (inexistants aujourd’hui) ou le pilotage massif de la demande (coupures de courant…), ce n’est plus une prévision mais de la science-fiction.

Ce rapport fait bien entendu le bonheur des vendeurs de gaz (et des Russes !) qui savent que cette ambition gouvernementale échouera et que n’ayant pas anticipé le renouvellement de ses centrales nucléaires, la France aura alors besoin en urgence de centrales électriques au gaz !

Il semble que les béotiens des ministères français, et notamment madame Barbara Pompili, ignorent les sept points suivants :

  1. Le nucléaire n’émet aucun gaz à effet de serre, ni aucune fumée nocive.
  2. Le nucléaire prouve tous les jours, en France, depuis quarante ans, qu’il est sûr et peu coûteux.
  3. Il est pilotable (accélère et ralentit selon les besoins).
  4. Un gramme d’uranium fissionné par an et par Français suffit à produire 75 % de l’électricité en France.
  5. Tous les déchets sont gérés et non pas dispersés dans l’environnement.
  6. L’uranium peut se recycler au sein d’un surgénérateur ce qui permettrait d’avoir 1000 ans de réserve mondiale pour produire chaleur et électricité. La France, qui était la plus avancée dans ce domaine avec Phénix et Super Phénix, possède déjà 8000 ans de réserve pour ce type de réacteurs.
  7. Dans l’histoire de l’humanité, aucune énergie n’a fait moins de morts que l’énergie nucléaire, que ce soit par accidents ou par pollution de l’air.

Le « défaut » du nucléaire est qu’il ne rapporte rien aux grandes entreprises étrangères qui ont intérêt à casser les centrales nucléaires pour les remplacer par n’importe quoi d’autre, et surtout du gaz.

Ainsi, en Allemagne, les associations écologistes ont passé un pacte faustien avec les puissants cartels du charbon et du gaz. Cette kolossale industrie se porte bien dans ce pays et personne ne semble s’en scandaliser.

En France, sous la pression politique du parti écologiste, un programme de développement délirant d’éoliennes et de photovoltaïque est en cours. La Cour des comptes a écrit en 2018 que son coût était faramineux et son résultat dérisoire en termes de production d’électricité. Elle aurait pu ajouter que ce programme était nul du point de vue du réchauffement climatique puisque l’électricité française est déjà décarbonée à 93 %.

Les gouvernements successifs de la France devraient en finir avec leurs prétentions ruineuses sur les énergies renouvelables que des mythes abusifs et chimériques opposent au bon sens et à la réalité, et qui conduiront à la catastrophe.

Nos gouvernants sont-ils devenus fous et aveugles pour le plus grand malheur du pays ?

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Sont ils tous devenus fous…. Je ne pense, ils ont un plan dont nous ne faisons pas tous partie, à part les servir l’humain ne sert plus à rien.

  • Vos savez , la Sncf a produit un rapport disant que remplacer le glyphosate va augmenter le prix du désherbage par quelque chose entre de l’ordre de 20…
    des maraichers ferment déjà boutique suite à l’interdiction de certains produits phyto..

    En somme il « suffit » d’imaginer une France avec une électricité n fois plus chère..

    LE véhicule électrique c’ets vous n’aurez pas de voiture… la transition energetique c’est vous n’aurez plus d’appareils électriques…???

    Et on va le répéter la transition énergétique Française ne va faire qu’un effet epsilonesque sur les emissions de CO2 fossile :
    d développement de l’inde de l’Afrique..ou simple rattrapage de la chine..
    Il faut pas mal de si pour imaginer que ça fasse de l’effet..

    Tout cela est de la redistribution de richesse au niveau mondial.. Le « gateau » fossile…

    cause que injustice « climatique »..

    • ah les moins un…

      mauvaise expression? orthographe? note artistique? « je suis pas content »? « je suis pas d’accord »? « je ne t’aime pas »?

      suspicion de » climatoscepticisme »? ou bien aurait je affaire à un adepte de la pensée ternaire..+1 -1 rien..???

          • ou bien j’ai affaire ou bien j’aurais affaire, les deux sont possibles en s’accordant la licence de registre de langue..non? là un moins un m’arrangerait..

            • Euh, +1 comme cela cela fait 0.
              😉
              Préférez-vous -1 injustifié?

              • ben non car je préfère débattre avec une personne qui n’est pas d’accord, c’est un peu l’i’dée du débat!!

                l’écologisme est une doctrine inhumaine… POPULAIRE car trompeuse..
                or leur stratégie c’est ça fuir la contradiction..

                combien de fois a t on clos le bec de l’ecolo de service en exigeant des explications sans jamais les avoir?

      • Je te met plus un mais tu mérites moins dix, pas beau d’accuser les petits africains et les indiens de pollution, pour justifier que nous ne soyons pas plus vert que vert . ?

    • la transition energetique c’est vous n’aurez plus d’appareils électriques…

      Disons que vous en aurez… pendant un certain temps. Puis constatnt que vous ne pouvez plus faire la popotte le soir ni faire tourner la pompe à chaleur, et que seule la lumière froide vous éclairera, grand luxe, eh bien, vous passerez au gaz. Voire au bois, parfois sur votre balcon. Et là, bonjour la pollution aux particules, au CO2 soit-disant satanique…

      Avec ces clowns, on va au revers du bon-sens. On va battre Ben Johnson, mais en courant sur la tête, et sans produits dopants.

    • La Chine ne prévoit pas de s’occuper de faire baisser ses émissions de CO2 avant 2051.
      Les milliards d’africains qu’on nous annonce, voudrons surement aussi ne pas emettre de CO2 en Afrique … Ils seront chez nous !

  • En l’absence de stockage de l’électricité, le 100 % ENR reste un mythe. Le seuil à partir duquel les ennuis commencent est de l’ordre de 30-40 %…

  • En même temps le titre aurait pu éviter la litote de complaisance ! Et s’intituler « l’illusion du 100% renouvelable », par exemple :=)

  • La religion écologique repose sur des dogmes comme toute religion. Pour la combattre il faudrait rallumer le siècle des lumières. C’est pour ça qu’ils vont nous couper l’électricité. Ah, les sagouins… ils ont pensé à tout.

  • Une question fondamentale est celle-ci: les jeunes d’aujourd’hui qui sont à fond écolos, voire écolos-pastèques, vireront-ils assez vite leur cutie pour éviter le drame qui se profile avec les dirigeants les plus cyniques que nous ayons jamais eus?
    Jadis, on disait que si on n’était pas socialiste à 20 ans, c’est qu’on n’avait pas de coeur, mais que si on l’était encore à 40 ans, c’est qu’on n’avait pas de tête. On peut paraphraser le même adage en remplaçant socialiste par écolo, quoique….

    • « les jeunes d’aujourd’hui qui sont à fond écolos, voire écolos-pastèques, »
      Déjà, supprimez leur le téléphone portable sur l’autel de la pollution et du CO2! Cela va couiner.

      Un bon moyen de rendre les dogmes écolos un peu moins populaires chez eux car cela leur permettrait de commencer à vivre dans le monde d’Après qu’ils réclament à grands cris. 🙂

  • Proposer des voitures électriques et des pompes a chaleur pour tous, en même temps que de fermer les centrales nucléaires, démontre que les tarés, (Euphémisme), qui font ces propositions n’ont aucune notions de la nature et des ordres de grandeurs des besoins du pays.

    • D’ici 2050 il peut s’en passer des choses. Comme d’ici 2030, présenté comme le début de la fin du véhicule thermique.

      • Présenté comme la fin du monde par certains écolos plus tarés que les autres, comme la gauchiste écrivain Fred Vargas!

    • les tarés : euphémisme ?? je suppose que c’est pour rester bien pensant.
      Ras le bol de cette guerre à la décarbonisation de l’éléctricité française qui ne peut exister plus que que ce qu’elle est. Même avec le doublement des éoliennes et des PV . qu’il faut comptabiliser au bilan carbone mondial ! (ce qui permet à des B. Pompili, suite logique des de Rugy, Hulot, Placé, Duflot etc) de jouer les aveugles innocents. La pollution pour ces pseudo EnR se situant ailleurs, dans les pays lointains, feignons de les ignorer et de pérorer les 2 pattes sur notre tas de fumier, et de nous croire propres ! à l’image de notre coq national !)
      L’électricité n’est pas le problème (pas le nôtre) notre problème c’est l’agriculture et les transports ! Point-barre.
      Soigner l’électricité non malade, nous fait perdre beaucoup de temps et d’argent. Quand vous avez une angine, consultez-vous un podologue ? C’est le genre de logique en cours concernant nos émissions de CO2 ! Bravo pour la non pertinence !

  • Le pire est à venir ; car quand on fera le constat de nos erreurs et qu’il faudra penser à renouveler notre parc nucléaire nous aurons perdu notre savoir faire et nous achèterons des centrales nucléaires aux chinois !!!! insensé mais peut-on demander aux politiques français de penser autrement qu’en terme de voix pour être réélus ????

  • Je ne sais pas si on peut écrire que les industries du charbon se portent bien en Allemagne. Le coup de sifflet final est pour bientôt.
    RWE et EON sont dans une situation comparable à EDF, victimes eux aussi de la fausse concurrence.

    Ce qui progresse c’est tout ce qui gravite autour du Gaz. Avec NordStream 1 & 2 c’est 1200TWH de gaz supplémentaires qui vont être disponibles. Largement de quoi remplacer le charbon, et enfin pouvoir afficher une baisse des émissions de CO2 (pour le climat, je doute que ce soit mieux que le charbon en comptant les fuites de methane, mais comme tout le monde s’en fout, du climat….)

  • Pour mesurer l’ineptie des énergies renouvelables, il faut se représenter ce qu’est un monde sans énergie carbonée ou non.
    Je renvoie votre sagacité à la lecture du livre de Samuel Furfari :
     » La vie sans énergie moderne ; pauvre, désagréable et brêve  »
    ( Edition L’Harmattan )
    Energiquement vôtre. JEAN

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Bien sûr, il est question ici d’énergie et non d’armes nucléaires, domaine dans lequel je n’ai aucune expertise. Mais dans le domaine de l’énergie nucléaire, l’Union européenne (UE) paie certainement un lourd tribut à son désarmement nucléaire unilatéral.

Le traité Euratom a peu à peu été détruit

Dans quelques jours, les 1er et 2 juin, cela fera 67 ans que les fondateurs de l’UE ont lancé le concept du traité Euratom, qui était destiné à promouvoir — promouvoir ! — l’utilisation pacifique de l’énergie atomique ; l’idée sous-jacente éta... Poursuivre la lecture

Par Philippe Wodka-Gallien.[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut Français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN (47è session nationale Armement - Économie de défense). Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national Édité chez Deccopman]

Ce 24 février 2022, le jour où Vladimir Poutine lance son armée sur l’Ukraine marque une rupture de notre contemporain,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles